Rejoignez-nous

Genève

La Scan Car débarque en Ville de Genève

Publié

,

le

La voiture qui repère les mauvais stationnements sillonnera la Ville de Genève dès demain

La Scan Car, sera dès demain dans les rues de la Ville du bout du lac. Munie de 4 caméras sur le toit, cette voiture roule dans les rues de la ville et indique si vous êtes en dépassement de parking, si vous êtes mal garés ou si vous n’êtes pas autorisés à y être. Selon la Fondation des parkings, elle est l’aboutissement d’un processus de dématérialisation des données, initié dès 2010. On écoute son directeur, Jean-Yves Goumaz.

Jean-Yves Goumazdirecteur Fondation des parkings

La Scan Car devrait augmenter l’efficacité du service du stationnement et permettre d’augmenter les contrôles. Les villes qui l’ont introduite, comme Madrid ou Londres ont vu leur taux de paiement s’améliorer fortement. La Fondation des parkings espère passer de 40 à 90% de taux de paiement. Elle est le résultat d'un gros travail de la Fondation. Jean-Yves Goumaz.

Jean-Yves Goumazdirecteur Fondation des parkings

La voiture, qui fonctionne à l’électrique, aurait d’autres avantages selon son directeur.

Jean-Yves Goumazdirecteur Fondation des parkings

La Scan Car est une première suisse. La base de données centralisée n’est utilisée qu’à 2%. La Fondation des parkings espère que les communes genevoises suivront, voire même d’autres villes en Suisse, dont elle pourrait accueillir les données contre paiement.

Notre rédaction est allée à la rencontre des Genevois. L'accueil de la Scan Car est mitigé si l'on en croit les réactions recueillies par Audrey Magat:

SCANCAR-Microtrot

Pour Antoine de Raemy, le président de la Fondation des parkings, le processus de dématérialisation comporte des avantages évidents.

Antoine de RaemyPrésident de la Fondation des parkings

Notez encore que la Scan Car ne devrait pas supprimer des emplois, puisque le droit fédéral impose la remise d’une amende physique sur la voiture munie du bulletin de versement. La Fondation annonce d’ailleurs l’engagement de 10 personnes supplémentaires.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Motos sur les voies de bus: le MCG revient à la charge, en vain

Publié

le

Le MCG voulait relancer les tests pour autoriser les motos et les scooters à utiliser les voies de bus. Sa proposition a été refusée par la majorité du Grand Conseil (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A Genève, le MCG voulait relancer les tests permettant aux motos et aux scooters de circuler sur les voies de bus afin de gagner du temps. La motion en ce sens lancée par le parti a été refusée vendredi par le Grand Conseil genevois.

Deux tests avaient déjà été menés en 2017 et 2018 sous l'impulsion de Luc Barthassat, alors ministre des transports. L'expérience n'avait pas été renouvelée par son successeur, Serge Dal Busco, qui avait communiqué les résultats peu concluants de ces tests.

Pour rappel, il avait été constaté que les motos avaient gagné deux minutes aux heures de pointe, mais que rien n'avait changé pour les autres usagers. De plus, les deux-roues motorisés avaient commis plus d'excès de vitesse.

Le MCG, l'UDC et le PLR ont remis en cause la pertinence de ces résultats, notamment en raison de la durée trop courte pendant lesquels ils ont été menés. Ces trois partis auraient voulu poursuivre les tests sur d'autres axes. Le PLR a plaidé pour une solution pragmatique.

Cette revendication a soulevé un tollé à gauche. "Autoriser les deux-roues motorisés sur les voies de bus était une mauvaise idée qui allait à l'encontre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée", a souligné la Verte Marjorie de Chastonay. Acceptée en votation en 2016, cette loi donne la priorité aux transports publics et à la mobilité douce dans les centres urbains. La motion a été refusée par 49 voix contre 44.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Course de Côte de Verbois décroche un soutien symbolique

Publié

le

La Course de Côte de Verbois (GE) se déroule chaque année sur deux jours. Une pétition demandait son interdiction (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/BAS CZERWINSKI)

La Course de Côte de Verbois, rendez-vous prisé des amateurs de motos, obtient un soutien symbolique de la part du Grand Conseil genevois. Amenés à se prononcer sur deux pétitions, l'une émanant des opposants et l'autre des partisans de cette compétition, les députés ont refusé de crucifier cette manifestation gratuite et populaire.

La Course de Côte de Verbois, qui se tient sur deux jours en automne, cristallise les tensions. Une pétition lancée par des riverains, excédés par les nuisances sonores et environnementales causées par les motards pendant la course mais aussi par ceux qui viennent s'entraîner sur le tronçon toute l'année, demandait son interdiction.

L'organisateur de la course, soit le Norton Sport Club, avait répliqué par une contre-pétition qui demandait de classer la première pétition. Le Grand Conseil a débattu vendredi de ces deux objets. Au final, la pétition demandant l'interdiction de la course a été simplement déposée sur le bureau du Grand Conseil alors que la seconde a été renvoyée au Conseil d'Etat.

Selon le rapporteur de majorité, le PLR Jean Romain, cette course fait effectivement du bruit, mais elle est conviviale et festive. "Deux jours de bruit valent peut-être une fête à la campagne", a lancé M.Romain. Selon ce député, derrière cette demande d'interdiction se cache un autre combat: celui de ceux qui ne supportent pas le trafic individuel motorisé.

"Casser les oreilles"

Le socialiste Sylvain Thévoz, rapporteur de minorité et publiquement opposé aux motards, a dénoncé les nuisances sonores de la course qui s'inscrit, selon lui dans un périmètre écologique protégé au bord du Rhône. "Cette pétition n'est pas extrémiste", a-t-il relevé. Elle reflète le sentiment des riverains qui en ont marre de se faire casser les oreilles, pendant la course, mais aussi le reste de l'année, a-t-il argumenté.

Les Verts ont préféré s'abstenir sur les deux pétitions tout en demandant l'installation de radars anti-bruit sur le tronçon prisé par les motards. Les socialistes ont laissé pour leur part la liberté de vote. La première pétition a été déposée sur le bureau du Grand Conseil par 53 voix contre 15 et 15 abstentions, alors que la seconde a été renvoyée au Conseil d'Etat par 52 voix contre 16 et 15 abstentions.

Six virages

La Course de Côte de Verbois est le seul événement motorisé du canton à l'accès libre pour le public. Il attire entre 3000 et 10'000 spectateurs selon les années. Les pilotes effectuent six virages serrés sur un parcours allant de l'usine du barrage de Verbois jusqu'à la route du Mandement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La classe moyenne au centre des préoccupations des candidates PLR

Publié

le

Nathalie Fontanet et Anne Hiltpold ont présenté les mesures qu'elles défendraient si elles étaient élues au Conseil d'Etat, au printemps prochain. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Nathalie Fontanet et Anne Hiltpold, les deux candidates PLR à l'élection du Conseil d'Etat genevois de ce printemps, ont lancé vendredi leur campagne, dont l'un des axes est constitué par un soutien accru à la classe moyenne.

La classe moyenne est la grande oubliée de la politique du logement, a souligné devant les médias Nathalie Fontanet, actuelle conseillère d'Etat chargée des finances du canton de Genève. Elle gagne souvent trop pour pouvoir bénéficier d'un logement subventionné.

Ses aspirations à devenir propriétaire se heurtent aussi à la réalité d'un marché asséché, où les PPE se font rares. Pour y remédier, les deux candidates proposent que les futurs projets immobiliers contiennent un tiers de PPE, au lieu de 20% aujourd'hui.

Au niveau fiscal, Nathalie Fontanet et Anne Hiltpold militent pour une baisse de 5% de l'impôt sur le revenu. La mesure vise à redonner du pouvoir d'achat aux ménages, en particulier à ceux qui paient des impôts et dont le revenu est juste trop élevé pour pouvoir prétendre à des aides.

Selon les deux candidates, le canton de Genève a les capacités pour assumer une telle mesure. "Sur les dix dernières années, les revenus fiscaux ont crû de 33%, alors que durant la même période, la population n'a augmenté que de 10%",a relevé Mme Fontanet.

Dans un autre domaine, les deux candidates au gouvernement genevois ont insisté sur la nécessité de revaloriser l'apprentissage auprès des jeunes et de leurs parents. Aujourd'hui, à Genève, la filière gymnasiale est privilégiée par beaucoup. Or, l'apprentissage peut aussi être la voie de la réussite, a insisté Mme Hiltpold.

Le duo de candidates défend aussi le développement de formations dans les secteurs qui vont être à la recherche de main-d'oeuvre qualifiée dans un avenir proche. Plusieurs domaines ont été cités, comme les soins, l'aide à la personne, le numérique et les métiers en lien avec la transition énergétique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une mesure d'insertion professionnelle saluée à Genève

Publié

le

Les certificats d'agent de sécurité et d'agent de régulation du trafic ont été remis à des bénéficiaires de l'Hospice général en présence du conseiller d'Etat Thierry Aporthéloz, de la commandante de la police Monica Bonfanti et du directeur de l'institution d'aide sociale Christophe Girod. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la cérémonie de remise de certificats d'agent de sécurité et de surveillance et d'agent de régulation du trafic à des bénéficiaires de l'Hospice général a eu lieu jeudi matin en présence des autorités. L'occasion de saluer le succès d'une mesure d'insertion professionnelle.

"Sur la cinquantaine d'agents de sécurité et de surveillance formés en trois ans, 35 sont sortis de l'aide sociale. Et sur les 31 personnes qui ont été formées comme agent de régulation du trafic depuis 2021, deux n'ont pas d'emploi mais poursuivent leur formation", a relevé le directeur général de l'Hospice général Christophe Girod, lors de la cérémonie.

Cette mesure d'insertion professionnelle a été mise en place en 2014. La formation d'agent de sécurité et de surveillance est dispensée par une école privée, l'Académie suisse de sécurité, responsable du volet théorique. Rémunéré, le volet pratique est désormais sous-traité dans des sociétés de sécurité partenaires, a expliqué le directeur de l'école Patrick Carruzzo: "C'est un tremplin vers l'emploi."

Quant à la formation d'agent de régulation du trafic, elle est donnée gratuitement par la brigade routière de la police cantonale. "Le bilan de cette collaboration tripartite est très favorable", a déclaré Monica Bonfanti, commandante de la police genevoise, tout en louant une mesure qui permet une "reconstruction individuelle fondée sur la valeur cardinale du travail."

"Des partenariats"

Avant de remettre les certificats, le conseiller d'Etat Thierry Aporthéloz, en charge du Département de la cohésion sociale, a lui aussi applaudi cette mesure. "Des solutions existent. L'insertion professionnelle nécessite des partenariats. Il est aussi important de pouvoir compter sur les compétences des assistants sociaux de l'Hospice général", a-t-il indiqué.

Jeudi, 18 hommes et une femme ont reçu leur certificat d'agent de sécurité et de surveillance. Le certificat d'agent de régulation du trafic a été remis à six hommes et une femme, a détaillé Valérie Celi Vegas, conseillère en réinsertion professionnelle à l'Hospice général et référente de la mesure qui a permis de former une centaine de bénéficiaires de l'institution.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève: centre-ville affecté par une panne de courant jeudi matin

Publié

le

Le quartier de Rive au centre-ville de Genève a été impacté jeudi matin par une coupure d'électricité, suite à l'endommagement de deux lignes électriques (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une panne d'électricité a touché une partie du centre-ville de Genève jeudi entre 10h50 et 12h00 environ. Quelque 6000 clients du quartier de Rive ont été impactés, ont indiqué les Services industriels de Genève (SIG).

La panne est survenue vers 10h50, a indiqué Anne-Claude Steiner, porte-parole des SIG à Keystone-ATS, revenant sur une information de plusieurs médias. "Huit minutes plus tard, nous avons réussi à rétablir la première ligne et à réalimenter la moitié des clients concernés", a-t-elle expliqué.

A 11h44, 99% des clients disposaient à nouveau de courant. Seuls deux en ont encore été privés jusqu'à 12h55. Quant à la cause de la coupure, ce sont deux lignes de moyenne tension qui ont été heurtées dans le cadre d’un chantier, a précisé Mme Steiner.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Une nouvelle passion intense pourrait s'inscrire dans l'avenir. Dans les couples existants, des disputes suivies de réconciliations…

Les Sujets à la Une

X