Rejoignez-nous

Genève

Cassis salue un nouveau jalon dans la relation Suisse-ONU à Genève

Publié

,

le

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a inauguré le nouveau bâtiment du Palais des Nations en compagnie de la directrice générale de l'ONU à Genève Tatiana Valovaya et des autorités genevoises. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le nouveau bâtiment du Palais des Nations à Genève est désormais fonctionnel, cinq ans après le début des travaux. En l'inaugurant lundi, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a salué "un nouveau jalon dans la relation" entre la Suisse et l'ONU.

La Confédération et le canton de Genève ont à eux deux attribué un prêt sans intérêt de 400 millions de francs pour la rénovation du Palais des Nations. De quoi couvrir la moitié des frais évalués à plus de 830 millions. Si le bâtiment H est désormais en activité, les travaux sur le site se poursuivent dans la partie historique du Palais, jusqu'en 2024.

Lundi, M. Cassis a salué une approche durable avec l'utilisation de bois suisse et une végétation abondante dans cette nouvelle zone où des collaborateurs de l'ONU ont déjà déménagé. "Un avenir durable est une entreprise que nous ne pourrons réussir que collectivement", a insisté le conseiller fédéral, alors que la COP26 s'est ouverte dimanche à Glasgow pour près de deux semaines.

Plus tard dans l'après-midi, il a relevé, au début de la Semaine de la paix de Genève qui va rassembler en ligne des milliers de personnes, que la pandémie avait à la fois montré les possibilités et les limites des nouvelles technologies. Il a appelé à un équilibre entre numérique et présentiel. "Les lieux de rencontre physique garderont toute leur importance", a-t-il dit. Et d'ajouter que Genève doit rester la ville qui favorise le dialogue.

En inaugurant le bâtiment H, M. Cassis a encore remercié les collaborateurs de l'ONU pour l'application stricte des mesures contre le coronavirus. Une approche qui a notamment permis, selon lui, aux Nations Unies à Genève de faire partie des premiers sites à pouvoir rouvrir après le début de la pandémie.

Outre M. Cassis, la directrice générale de l'ONU à Genève Tatiana Valovaya, le président du gouvernement genevois Serge Dal Busco et la conseillère d'Etat en charge de la Genève internationale Nathalie Fontanet étaient encore présents. Le conseiller fédéral avait rencontré dans la matinée les autorités genevoises.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

Ancien président de la CICAD, Philippe Grumbach est décédé

Publié

le

Philippe Grumbach n'est plus (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'ancien président de la CICAD Philippe Grumbach est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, des suites d'une maladie. L'avocat genevois s'est aussi fait connaître pour avoir plaidé contre des négationnistes et des auteurs d'actes antisémites. Il avait 65 ans.

La nouvelle a été confirmée à Keystone-ATS par Johanne Gurfinkiel, l'actuel secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Philippe Grumbach a présidé la CICAD entre 2001 et 2009. Il a aussi été son avocat durant une vingtaine d'années, plaidant lors de nombreux procès, parfois retentissants comme dans l'affaire Dieudonné.

Philippe Grumbach a aussi été membre du comité suisse de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) et président de la Communauté israélite de Genève.

"C'était un personnage à part, un citoyen très engagé et un militant acccompli à tous les niveaux. Il a été de tous les combats", salue Johanne Gurfinkiel. "Il a marqué la CICAD et restera dans la postérité", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie

Publié

le

Une manifestation a réuni près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie et la montée de l'extrême-droite. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, près de 600 personnes ont défilé samedi au centre-ville pour protester contre la transphobie et contre la montée de l'extrême droite. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant.

Cette première mobilisation antifasciste et transféministe à Genève était organisée par le Collectif Radical d’Action Queer (CRAQ). Plusieurs orateurs ont dénoncé les discriminations qui frappent les personnes trans, notamment dans l'accès aux soins médicaux, au travail et au logement.

"Nous voulons le droit à l'autodétermination", a poursuivi une autre personne, très applaudie dans le Parc des Cropettes d'où est partie la manifestation. "La transition ne tue pas, la transphobie si", pouvait-on lire sur une pancarte. Le cortège s'est ébranlé au rythme des tambours et d'une grosse sono avec une banderole de tête qui donnait le ton: "La jeunesse trans emmerde l'extrême droite".

Des fumigènes

L'UDC "qui continue à s'attaquer aux droits des personnes LGBTQIA+" a été fustigée et requalifiée pour l'occasion d'"Union des connards", un slogan scandé dans les rues commerçantes. Le cortège dans lequel seules quelques personnes étaient masquées a fait une longue pause sur le Pont du Mont-Blanc où quelques fumigènes ont été tirés.

Les slogans "Mon corps, mon genre et ferme ta gueule!" ou encore "Pas de fierté sans lutte, aucun droit sans combat" ont fait vibrer le cortège jusqu'à la Place des Volontaires. La police, qui encadrait de loin la manifestation, est brièvement intervenue sur la Place du Molard où le ton est monté entre quelques jeunes et des manifestants. Aucun autre incident n'a été signalé.

Aussi à Bâle-Campagne

Samedi matin, une autre manifestation a réuni environ 200 personnes à Sissach (BL) pour dénoncer l'extrémisme de droite. Ce rassemblement organisé par la Jeunesse socialiste de Bâle-Campagne s'inscrivait dans le cadre de la polémique suscitée par les contacts de la politicienne locale et cheffe de la stratégie des Jeunes UDC Sarah Regez avec des groupements d'extrême-droite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre 200 ans de recherches

Publié

le

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans avec plusieurs expositions et une multitude d'activités en lien avec ses riches collections, dont ses herbiers (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans. A cette occasion, plusieurs expositions mettent à l'honneur, dès jeudi, ses collections de réputation internationale et la complexité son activité scientifique. Plus de 80 activités figurent aussi au programme de cet anniversaire.

Le Conservatoire botanique a été créé en 1824, sept ans après le Jardin botanique, par le même homme, le botaniste genevois Angustin-Pyramus de Candolle. Mais l'activité scientifique de l'institut, avec ses archives inédites, livres précieux, spécimens d'herbier uniques, objets d'époques lointaines, graines congelées, tubes d'ADN ou encore bases de données, est moins accessible au public.

Diversité des cryptogames

Pour présenter cette richesse, cinq expositions seront proposées en plein air dans le Jardin botanique. En collaboration avec la Fondation Martin Bodmer, la bibliothèque du Conservatoire présentera une sélection de 30 chefs-d'oeuvre de l'illustration botanique provenant d'éditions rares. Une autre exposition permettra de découvrir 16 scientifiques importants pour l'institut et son rayonnement.

Disséminée dans le Jardin, une exposition portera sur la dénomination scientifique des plantes, tandis qu'un parcours exploratoire présentera une sélection d'espèces pour lesquelles l'institut a mené une action de conservation dans le canton. Et chaque mois, une vitrine du bâtiment de la Console montrera la diversité de formes et de couleurs des cryptogames.

Excursions et visites

Sur l'autre rive du lac, la Fondation Bodmer investira le Centre culturel du Manoir de Cologny, également, dès jeudi avec une exposition de panneaux montrant une sélection de plantes et de fleurs provenant d'ouvrages de botanique exceptionnels. Un cycle de conférences accompagnera cette exposition. Et dès la mi-septembre, le Conservatoire se dévoilera aux Bains des Pâquis.

Intitulé "Collector", le programme du bicentenaire comprend encore des excursions sur le terrain, avec des spécialistes, pour découvrir des projets de conservation dans le bassin lémanique. Visites guidées, présentations des métiers et conférences sont aussi agendées.

www.cjbg.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Contemplations" de Matthieu Ricard au Pont de la machine

Publié

le

"Contemplation", une exposition de 26 photos de Matthieu Ricard est à découvrir au Pont-de-la-Machine dès le 18 avril. (© Romain Bassenne)

Quartier Libre SIG propose "Contemplation", une exposition de 26 photographies réalisées par le moine bouddhiste Matthieu Ricard. Destinée à un large public et présentée pour la première fois à Genève, elle est à découvrir du 18 avril au 25 août au Pont de la Machine.

Né en 1946 à Paris, Matthieu Ricard est moine bouddhiste, humanitaire, écrivain, conférencier et traducteur officiel du dalaï-Lama en français. Mais il est aussi et surtout photographe, écrit Quartier Libre SIG dans un communiqué.

Par ses photographies, Matthieu Ricard partage son émerveillement face à un paysage ou une lumière. Son inspiration réside principalement dans l’harmonie de la nature ou la beauté intérieure de l'être humain.

Voyage spirituel

Les images exposées sont en noir et blanc, imprimées sur un papier japonais Awagami dont la technique de production remonte à 1400 ans. Chaque tirage est accompagné d’une citation spirituelle choisie et écrite à la main par Matthieu Ricard.

La scénographie permet aux visiteurs de s'imprégner de ce voyage spirituel, empreint de bienveillance, au côté du photographe. Ils sont entraînés dans l'immensité inaltérée des paysages du Tibet, du Bhoutan, du Népal et d'ailleurs. Ses photographies lumineuses, empreintes d'harmonie, immergent dans un univers de paix, propice à la spiritualité.

Engagement et compassion

Après avoir terminé son doctorat en génétique cellulaire, Matthieu Ricard est parti s’installer définitivement dans l’Himalaya, où il vit depuis maintenant cinquante ans. Il a consacré sa vie à l’étude et à la pratique du bouddhisme auprès des plus grands maîtres spirituels tibétains de notre époque.

Connu pour son engagement en faveur de l'altruisme et de la compassion en action, Matthieu Ricard est l'auteur de nombreux ouvrages à succès sur la méditation et le bonheur. Il collabore activement à des recherches neuroscientifiques sur les effets de l’entraînement de l’esprit au sein d’universités américaines et européennes. Il est également un fervent défenseur de la préservation de l'environnement et de la cause animale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Si vous êtes seul, il y a de fortes probabilités que vous fassiez une rencontre décisive. Les relations amoureuses établies connaissent un nouvel souffle.

Les Sujets à la Une

X