Rejoignez-nous

Genève

Les berges de l'Arve sont fermées

Publié

,

le

A Genève, le débit de l'Arve a fortement augmenté dans la nuit de lundi à mardi en raison des fortes précipitations, surtout sur le bassin versant du fleuve. Les berges sont fermées au public. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le débit de l'Arve a fortement augmenté dans la nuit de lundi à mardi en raison des fortes précipitations, surtout sur le bassin versant du fleuve. Il a atteint 410 m3 par seconde mardi à 09h30.

Le plan d'alerte a été activé. Le Service d'incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS), les polices cantonale et municipale, les services sociaux et le Service de l'écologie de l'eau (SECOE) du canton se coordonnent depuis mardi matin, a fait savoir le lieutenant Nicolas Millot, du SIS.

Le SIS a effectué une reconnaissance sur le terrain, notamment pour voir si des personnes sans domicile fixe étaient sur les berges de l'Arve. Celles-ci sont désormais fermées, et il n'est pas recommandé de s'y promener. La rivière charrie de nombreux troncs et branches d'arbres.

Selon Etienne Monbaron, hydrologue au SECOE, le débit semble se stabiliser aux alentours de 400 m3 par seconde, alors que la moyenne pour le mois de juillet se situe à 120 m3 par seconde. "Une décrue est amorcée, mais nous restons vigilants. Beaucoup de pluie a alimenté les affluents en France, et il y a de la neige en altitude", a-t-il relevé.

Le niveau du lac Léman est, lui aussi, inquiétant. Il est légèrement plus élevé que la cote maximale estivale habituelle de 372,30. Un avis de danger limité a été émis concernant des crues. A Genève, le barrage du Seujet, sur le Rhône, est entièrement ouvert depuis plusieurs jours. Une montée des eaux du lac est attendue à partir de jeudi, selon M. Monbaron.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Un cas du variant Omicron confirmé à Genève chez un voyageur

Publié

le

A Genève, une personne revenant de voyage d'Afrique du Sud il y a une dizaine de jours est porteuse du nouveau variant Omicron. Elle fait partie des trois cas d'infection confirmés mercredi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). (© KEYSTONE/AP/Jerome Delay)

A Genève, une personne revenant de voyage d'Afrique du Sud il y a une dizaine de jours est porteuse du nouveau variant Omicron. Il s'agit du premier cas en Suisse romande: il fait partie des trois cas d'infection confirmés mercredi par l'OFSP.

Présentant des symptômes, ce voyageur a effectué un test PCR le 24 novembre, et le résultat positif a été connu le lendemain, a fait savoir mercredi le Conseil d'Etat genevois devant les médias. Ce malade a été placé en isolement, tout comme une personne qui voyageait avec elle et dont le test PCR est, lui aussi, positif.

Le séquençage du premier prélèvement a confirmé dans la nuit de mardi à mercredi la présence d'Omicron. "La présence du nouveau variant du coronavirus est hautement probable chez la deuxième personne, mais son prélèvement était insuffisant pour effectuer un séquençage", a indiqué la médecin cantonale Aglaé Tardin.

Ces deux voyageurs ne sont pas vaccinés. Une enquête d'entourage approfondie a été menée par la direction générale de la santé. Aucun contact étroit nécessitant une mise en quarantaine n'a été identifié.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le Concours hippique de Genève brave le Covid

Publié

le

Les cavaliers suisse Martin Fuchs, à gauche, et Melody Johner posent à côté de l'affiche de la 60e édition du Concours Hippique International de Geneve (CHI). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Concours hippique international (CHI) de Genève passera entre les gouttes cette année. Annulée en 2020 à cause du Covid, la manifestation vivra sa 60e édition du 9 au 12 décembre.

Il se disputera en présence de l’élite mondiale, malgré les inquiétudes.

"Nous travaillons main dans la main avec la Confédération et Swiss Olympic pour que les cavaliers concernés par les restrictions sanitaires obtiennent des dérogations", a déclaré mercredi devant les médias la directrice du CHI genevois Sophie Mottu Morel. Ces dérogations doivent permettre la participation de ceux qui proviennent de destinations touchées par l'obligation de mise en quarantaine.

L’an dernier, l’annulation du Concours avait coûté cher. Mais l’appui des partenaires, des collectivités publiques et des donateurs avait permis à la manifestation de garder la tête hors de l’eau.

Magnétique

Le CHI de Genève est un rendez-vous phare du sport suisse. Son budget se monte à 7,5 millions de francs, il attire bon an mal an plus de 40'000 spectateurs et quelque 700 bénévoles qui se bousculent au portillon. Les meilleurs cavaliers mondiaux, séduits par l’enthousiasme du public qui tranche avec l’atmosphère souvent feutrée du monde hippique, sont toujours fidèles, à l’image – cette année encore - des vedettes suisses Martin Fuchs et Steve Guerdat.

Covid-19 oblige, le port du masque s’imposera pour le public pour cette compétition indoor. L’accès aux épreuves sera réservé aux personnes guéries, vaccinées ou testées. Sauf séisme, l’événement devrait se dérouler normalement hormis ces contraintes.

"Mais nous ne serons vraiment fixés que la semaine prochaine", a précisé Sophie Mottu Morel. "Le canton a toujours la possibilité de durcir les exigences fédérales. Mais pas de les assouplir."

La crainte est, par exemple, que la jauge pour le public soit limitée. Mais en l’état, les organisateurs tablent sur l’occupation pleine des capacités et la présence, à nouveau, de 40'000 spectateurs sur l’ensemble des quatre jours de compétition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La ministérielle de l'OMC pourrait avoir lieu en mars prochain

Publié

le

Quelques personnes ont manifesté sur la Place des Nations et devant les bureaux de la faîtière internationale des entreprises pharmaceutiques (IFPMA) à Genève, avant une marche en fin de journée qui a rassemblé environ 150 personnes. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La ministérielle de l'OMC, qui devait démarrer ce mardi à Genève, mais a été reportée en raison du variant Omicron, pourrait avoir lieu en mars prochain. Les ONG ont elles lancé un Appel de Genève pour une levée des brevets sur les technologies contre le coronavirus.

Selon un courrier envoyé lundi soir à toutes les missions, la présidence kazakhe de la ministérielle et les vice-présidents proposent de prévoir celle-ci durant la première semaine de mars "si les conditions le permettent". Cette réunion est importante pour l'Organisation mondiale du commerce (OMC), notamment pour tenter d'arracher des accords sur la réponse à la pandémie et sur les subventions à la pêche.

De son côté, la Suisse est sous pression. Depuis plus d'un an, elle s'oppose avec l'UE, la Grande-Bretagne et la Norvège à une suspension des brevets sur les technologies contre le coronavirus. De quoi attirer la colère de centaines de syndicats qui en avaient appelé il y a quelques mois au président de la Confédération Guy Parmelin. Selon des estimations, l'inégalité vaccinale pourrait coûter 5300 milliards de dollars (environ 5000 milliards de francs) à l'économie mondiale dans les prochaines années.

MSF, Amnesty et acteurs politiques

Dès lundi, Médecins Sans Frontières (MSF), qui a été la première ONG à lutter activement pour une suspension, a dit l'urgence d'aboutir à une solution avec le nouveau variant Omicron. Le même jour, des dizaines d'experts indépendants de l'ONU, dont le Zurichois Nils Melzer, et le Conseil mondial des syndicats, représentant plus de 200 millions de travailleurs dans le monde, ont aussi lancé à nouveau un appel similaire.

Mardi, une coalition de dizaines d'ONG, de syndicats et de nombreux responsables politiques ont dévoilé un Appel de Genève mondial pour cet objectif. Parmi ces participants figurent notamment Amnesty International, plusieurs syndicats ou encore de nombreux conseillers nationaux dont Cédric Wermuth (PS/AG), Pierre-Yves Maillard (PS/VD) ou Stéfanie Prezioso (EàG/GE). Ainsi que certains de leurs homologues d'autres pays.

Un accès équitable aux vaccins et aux tests "est plus indispensable que jamais", a affirmé à la presse Mme Prezioso. Selon elle, la Suisse et les autres opposants à une levée des brevets sont responsables de "milliers de victimes de chaque jour".

Appel à une réunion d'urgence

Plusieurs ONG demandent une réunion d'urgence du Conseil général de l'OMC, l'organe suprême de l'organisation. Quelques personnes ont manifesté sur la Place des Nations et devant les bureaux de la faîtière internationale des entreprises pharmaceutiques (IFPMA) à Genève, avant une marche en fin de journée qui a rassemblé environ 150 personnes.

L'Appel dit que l'inégalité vaccinale a abouti au nouveau variant. Il mentionne une étude selon laquelle des centres régionaux pourraient fabriquer 8 milliards de doses de vaccin d’ici mai prochain. De quoi vacciner 80% de la population pour 9,4 milliards de dollars, budget annuel de l'Etat de Genève.

La Suisse propose elle avec d'autres une alternative avec des licences obligatoires, qui n'a pas convaincu jusqu'à présent. Elle souhaite un accord sur la réponse de l'OMC à la pandémie, notamment pour limiter les restrictions aux exportations et faciliter le commerce de produits intermédiaires. Mais elle affirme qu'une levée des brevets ne permettrait pas de fabriquer une dose de vaccin supplémentaire tant que les capacités de production des pays en développement ne sont pas étendues.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une ONG genevoise honore un journaliste indien

Publié

le

De nombreux journalistes ont été tués en Inde pour avoir dénoncé des abus ou des activités criminelles. (© KEYSTONE/EPA/HARISH TYAGI)

Des centaines de journalistes indiens sont décédés du coronavirus. L'ONG genevoise Presse Emblème Campagne (PEC) a annoncé mardi qu'elle a décidé d'honorer de son prix annuel un de leurs collègues, Nava Thakuria.

Etabli à Guwahati, dans le nord-est du pays, cet homme est récompensé pour ses efforts pour sauvegarder les droits des travailleurs des médias et les libertés dans son pays et dans la région. Son prix lui a été remis à distance en raison de la pandémie.

Plus de 20 journalistes indiens ont été tués depuis l'année dernière. Les travailleurs des médias sont victimes de violences parce qu'ils dénoncent "les abus, la corruption, les activités criminelles", a affirmé le secrétaire général de la PEC Blaise Lempen.

Le prix veut encore rendre hommage aux quelque 300 journalistes décédés en Inde avec des complications du coronavirus. De son côté, M. Thakuria, qui travaille pour plusieurs médias dans différents pays, a mentionné un "grand honneur".

Outre la situation dans son pays, il a également dénoncé la répression des médias en Birmanie. Après le coup d'Etat militaire de février dernier, il a rassemblé des indications sur plus de 120 journalistes au total en détention.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La Suisse et le Kazakhstan signent des accords commerciaux à Genève

Publié

le

Les accords ont été signés par la secrétaire d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch et le ministre kazakh du commerce et de l'intégration Bakhyt Sultanov. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Suisse et le Kazakhtan ont signé deux accords commerciaux à Genève. Le président de la Confédération Guy Parmelin a rencontré lundi soir son homologue Kassym-Jomart Tokaïev dont le pays aurait dû présider la ministérielle de l'OMC reportée en raison de la pandémie.

Les accords ont été signés par la secrétaire d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch et le ministre kazakh du commerce et de l'intégration Bakhyt Sultanov, a indiqué le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Le premier porte sur la réglementation intérieure relative au commerce des services.

Cette question aurait dû donner lieu à un arrangement entre plus de 60 pays, dont la Suisse, en marge de la ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais celui-ci devra attendre, après le report, en raison des restrictions liées au variant Omicron, de la réunion qui était prévue dès mardi à Genève.

L'accord avec le Kazakhstan garantira un meilleur accès des prestataires suisses dans ce pays grâce à des procédures d'autorisations facilitées. Il est considéré notamment comme important pour les PME.

Articles en métaux précieux

Avec le second accord, l'accès au Kazakhstan sera facilité pour les articles en métaux précieux de l'industrie horlogère et joaillière suisse. Les importations pourront avoir lieu sans autre contrôle que ceux menés par l'autorité du pays de fabrication.

Dans leur discussion, les deux présidents ont eux salué l'extension des liens entre leurs pays, malgré la pandémie. Outre les relations économiques, ils ont également abordé des questions comme la pandémie, les armes à sous-munitions, l'Afghanistan ou la ministérielle de l'OMC.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X