Rejoignez-nous

Genève

Pas de contrepartie dans l'affaire Maudet

Publié

,

le

Pierre Maudet a été lâché par le PLR Suisse et le comité directeur de la section genevoise du parti, qui l'appellent à démissionner (archives). (©Keystone/PETER SCHNEIDER)

L'un des deux acteurs du milieu de l'immobilier genevois, mis en prévention pour octroi d'un avantage dans l'affaire Maudet, assure n'avoir jamais sollicité ou reçu une faveur du conseiller d'Etat genevois. Il se dit surpris d'être prévenu.

"Je ne comprends pas quel avantage j'aurais octroyé ou quelle faveur j'aurais reçue en échange", déclare Magid Khoury dans un entretien diffusé mercredi par La Tribune de Genève. Il explique avoir appelé son oncle qui vit à Abou Dhabi pour faire inscrire Pierre Maudet sur la liste des invités au Grand Prix de formule 1 lors du voyage controversé en 2015.

"Quelque temps plus tard, j'ai pu confirmer à Pierre Maudet (...) qu'il serait invité", ajoute-t-il, soulignant qu'il ne s'agissait que d'un "acte citoyen" pour remercier le canton de Genève de l'accueil dont il a bénéficié à son arrivée.

Mensonge pas compris

M. Khoury ne comprend pas pourquoi le magistrat PLR n'a pas dit la vérité sur le financement du voyage. "Je leur ai dit que si j'étais amené à m'exprimer, je dirais la stricte vérité", poursuit-il.

Il confirme par ailleurs dans l'interview avoir participé au financement d'un sondage, estimé à 30'000 francs. "J'ai accepté, car je porte les idées de Pierre Maudet. Je n'ai jamais vu ni demandé à voir ce sondage".

Le conseiller d'Etat genevois est mis en prévention par le ministère public pour acceptation d'un avantage en lien avec son séjour à Abou Dhabi. L'ancien secrétaire du département de Pierre Maudet est aussi dans le collimateur de la justice dans le cadre du même voyage, de même qu'un haut fonctionnaire encore en activité.

Au début décembre, le comité directeur de la section genevoise du PLR a appelé le conseiller d'Etat à démissionner. Une semaine auparavant, c'était le PLR Suisse qui avait donné un mois à Pierre Maudet pour partir.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Les restrictions de baignade dans l'Arve sont levées

Publié

le

A Genève, la situation dans l'Arve et le Rhône après la Jonction est revenue à la normale après le déversement accidentel d'eaux usées dans l'Arve dans la nuit de mercredi à jeudi (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, la situation dans l'Arve et le Rhône après la Jonction est revenue à la normale. Le canton a levé mardi la recommandation, émise jeudi soir, de ne pas se baigner dans ces cours d'eau ni d'y pratiquer des activités nautiques en raison du déversement accidentel d'eaux usées.

Une obstruction majeure est survenue dans la nuit de mercredi à jeudi sur le réseau d'assainissement français d'Annemasse Agglomération, qui avait procédé en urgence à des travaux de réparation du collecteur bouché. Une quantité importante d'eaux usées a été déversée dans l'Arve à la hauteur du pont d'Etrembières et a contaminé l'eau.

Selon le nouveau prélèvement effectué lundi et dont le résultat est tombé mardi, la concentration de la bactérie fécale Escherichia coli (E. coli) est revenue à un niveau habituel. Aucun impact notable n'a été relevé sur le plan sanitaire ou sur les valeurs naturelles, ont indiqué mardi le Département du territoire et celui de la santé et des mobilités.

Une pollution similaire avait eu lieu en juillet. Un incident technique à la station d'épuration d'Ocybèle, à Gaillard (F), avait entraîné un arrêt total des capacités d'épuration, entraînant le déversement des eaux usées dans l'Arve.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Ville de Meyrin va moderniser sa gestion des ressources humaines

Publié

le

La Cour des comptes relève d'importantes faiblesses dans la gestion des ressources humaines de la Ville de Meyrin. Pour Isabelle Terrier, magistrate à la Cour des comptes, le rythme prévu pour la mise en oeuvre des onze recommandations destinées à moderniser ce service est trop lent (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Cour des comptes genevoise relève d'importantes faiblesses dans la gestion des ressources humaines de la Ville de Meyrin. L'exécutif municipal accepte les onze recommandations destinées à moderniser ce service, mais la Cour des comptes estime que le rythme prévu est trop lent.

L'audit a été réalisé à la demande du Conseil municipal de Meyrin après une rupture de collégialité au sein de l'exécutif fin 2022, en lien avec un licenciement. "Le climat était assez tendu", a rappelé mardi devant les médias Isabelle Terrier, magistrate titulaire à la Cour des comptes. Absents pour raison de santé, deux des trois magistrats ont été remplacés pendant près de cinq mois par des administrateurs provisoires.

Avec 26'624 habitants à fin 2022, Meyrin était la quatrième commune du canton. Elle employait 457 collaborateurs et avait eu recours à 345 auxiliaires au cours de l'année. Malgré la taille de son administration, la Ville n'a pas mis en place de stratégie cohérente des ressources humaines et les responsabilités en la matière sont diluées au sein de l'administration.

Pas de réflexion à long terme

De fait, aucune réflexion à long terme n'a été menée sur les besoins en matière d'emplois et de compétences ou concernant la formation des collaborateurs, pourtant prévue par le statut du personnel. La cour constate aussi que le dispositif de prévention des risques psychosociaux n'est pas conforme aux bonnes pratiques et qu'aucun collaborateur n'est formé pour la protection des lanceurs d'alerte.

Le service RH, qui est doté de 12,3 postes équivalents temps plein, a connu cinq mouvements ces trois dernières années. Le processus de recrutement d'un responsable est en cours. Satisfaits des prestations administratives des RH, les autres services de l'administration attendent aussi de ce service un support juridique et la gestion des situations conflictuelles.

La Cour des comptes a émis onze recommandations visant à moderniser la gestion RH. "C'est un gros chantier. Nous sommes un peu inquiets au vu des délais fixés par le Conseil administratif", a souligné Isabelle Terrier. L'exécutif prévoit qu'il faudra deux ans pour se doter d'un système informatique performant et trois ans pour mettre en place une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Passerelle piétonne du Mont-Blanc: les alternatives d'actif-trafiC

Publié

le

L'association actif-trafiC tire à boulets rouges sur le projet de passerelle piétonne prévue par la Ville de Genève en amont du Pont du Mont-Blanc (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

actif-trafiC critique la passerelle piétonne en amont du pont du Mont-Blanc prévue par la Ville de Genève: "un projet dépassé, inabouti et coûteux", selon l'association. Elle propose des alternatives qui suppriment des voies destinées au transport individuel motorisé.

La Ville de Genève a annoncé il y a un mois avoir déposé une demande de crédit pour réaliser l'ouvrage. Les travaux pour construire cette passerelle métallique sont estimés à 54,6 millions de francs, dont 26,2 millions de francs à la charge de la municipalité.

Mais pour actif-trafiC, l'infrastructure, telle qu'elle est prévue, vise à préserver le statu quo automobile et ses cinq voies pour le trafic motorisé. Or, le trafic au centre-ville doit fortement diminuer, indique lundi l'association dans un communiqué. De plus, le projet de la Ville ne boucle pas complètement le U lacustre cyclable, ajoute-elle.

actif-Trafic a mandaté le Collectif Affluent "pour ébaucher un projet mieux adapté aux enjeux actuels". La solution alternative présentée lundi se décline en trois variantes. La variante minimale supprime une voie pour le transport individuel motorisé en direction de Chantepoulet et permet la création d'une piste cyclable bidirectionnelle côté amont et une piste monodirectionnelle en aval.

La variante intermédiaire supprime une deuxième voie pour le transport individuel motorisé. Elle permet d'ajouter une voie de bus, partagée avec les cycles, en direction des Eaux-Vives. Enfin, la variante optimale maintient une voie pour les voitures dans chaque sens, des sites propres pour les TPG dans chaque sens et des pistes cyclables de chaque côté.

Selon actif-trafiC, la variante minimale est tout à fait réalisable. Elle demande aux autorités municipales d'évaluer son projet et de procéder au moins à une mise à l'essai de cette variante.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une sous-commission devra faire la lumière sur l'affaire Fischer

Publié

le

La députée socialiste Jennifer Conti présidera la sous-commission chargée d'enquêter sur l'utilisation des ressources publiques lors des campagnes électorales (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, la commission de contrôle de gestion du Grand Conseil a institué une sous-commission pour faire la lumière sur l'utilisation potentielle de fonctionnaires par l'ex-conseillère d'Etat Fabienne Fischer dans le cadre de sa campagne électorale. Trois députés vont investiguer.

La socialiste Jennifer Conti présidera la sous-commission composée du député MCG Thierry Cerutti et de l'UDC Yves Nidegger, indique lundi la commission de contrôle de gestion dans un communiqué. La sous-commission se penchera sur les faits relayés par la presse concernant le département de l'économie et de l'emploi, qui était alors dirigé par Mme Fischer.

L'ex-magistrate écologiste, qui briguait un nouveau mandat, est soupçonnée d'avoir réquisitionné des fonctionnaires, sur leur temps de travail, pour sa campagne électorale du printemps dernier. Une procédure est aussi en cours auprès du Ministère public genevois. Si les faits sont avérés, la sous-commission étendra ses investigations à d'autres départements.

La commission de contrôle de gestion a également institué lundi une autre sous-commission qui se penchera sur le dispositif de protection des mineurs et de soutien à la parentalité. Cette décision a été prise suite aux nombreuses pétitions déposées au Grand Conseil concernant des parents en souffrance. Cette sous-commission est composée de Francisco Taboada (LJS), d'Alexis Barbey (PLR) et de Pierre Eckert (Vert-e-s).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Les Astres, joueurs et un peu coquins, attisent vos envies de plaisirs en tous domaines…   Il va être diablement difficile de résister à votre séduction !!!

Les Sujets à la Une

X