Rejoignez-nous

Suisse Romande

Les hôteliers romands tapent du point sur la table

Publié

,

le

Les hôteliers romands veulent que les personnes qui louent des biens sur des plateformes comme airbnb soient soumises au même règlement qu'eux. (Photo: DR)

Les hôteliers romands sont en colère. Au travers de leur association, ils demandent aux autorités des cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura que les hébergeurs commerciaux clandestins, qui passent par des plateformes de type Airbnb, soient soumis aux mêmes réglementations qu’eux.

Les membres de l'Association romande des hôteliers en ont marre de ce qu'ils considèrent comme de la concurrence déloyale. Ils demandent aux autorités des cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura que les hébergeurs commerciaux clandestins, qui passent par des plateformes comme Airbnb, soient soumis aux mêmes réglementations qu’eux. Ils assurent ne pas être contre la concurrence de ces plateformes, pour autant qu'elle soit loyale. Philippe Thuner, président de l’Association romande des hôteliers :

Philippe Thuner
Président de l’Association romande des hôteliers
Philippe ThunerPrésident de l’Association romande des hôteliers

Selon un calcul de l’association, la concurrence est de taille dans le canton de Vaud. Plus de 8'000 lits étaient en 2017 sur Airbnb, ce qui représente 40% de la capacité hôtelière du canton. Dans le viseur de l’Association romande des hôteliers, on trouve plus particulièrement les loueurs qui ont plusieurs appartements sur les plateformes Internet. Philippe Thuner :

Philippe Thuner
Président de l’Association romande des hôteliers
Philippe ThunerPrésident de l’Association romande des hôteliers

Pour l'Association romande des hôteliers, la solution est simple: les loueurs de chambres ou d’appartements via les plateformes Internet doivent avoir l’obligation de se déclarer, sous peine d’une forte amende. Philippe Thuner :

Philippe Thuner
Président de l’Association romande des hôteliers
Philippe ThunerPrésident de l’Association romande des hôteliers

L'Association romande des hôteliers saluent plusieurs motions et postulats qui ont été déposés dans les différents parlements cantonaux, mais ils regrettent l'absence de réponses concrète. Dans le canton de Vaud, les députés avaient accepté en 2017 deux postulats - l'un de Marc-Olivier Buffat, l'autre de Jessica Jaccoud - sur ce sujet. La réponse du Conseil d'Etat n'est pour l'heure pas encore connue.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève-Servette privé de Rod 3 à 4 semaines

Publié

le

Noah Rod (à droite) sera absent de trois à quatre semaines. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève-Servette sera privé de son capitaine Noah Rod pour une période de trois à quatre semaines.

L'attaquant n'a pas terminé la partie vendredi contre Lausanne HC (1-2 ap). Il a subi un choc à la jambe dans un contact avec le défenseur lausannois Aurélien Marti. Le club annonce qu'il a subi des examens et qu'il est blessé au bas du corps sans donner plus de précisions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Jason Fuchs, premier héros du LHC cette saison

Publié

le

Jason Fuchs, buteur décisif pour le LHC (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Buteur décisif en prolongation, Jason Fuchs a réussi ses débuts en championnat à Malley. Avec cette première victoire (2-1 ap) contre Genève, le LHC doit maintenant lancer sa saison.

"C'est incroyable comme sensation, note le héros du jour à l'interview. On avait besoin de cette victoire, surtout dans un derby. On méritait peut-être un peu mieux, comme contre Zoug, mais maintenant on peut construire sur ce succès."

Pendant que l'ancien Biennois répond à la presse, les deux kops n'ont pas quitté leur place. Les chants s'enchaînent, comme pour célébrer ce retour à une soirée de National League traditionnelle, à une époque où le mot covid n'avait pas fait son entrée dans le Robert et dans la vie de tout le monde.

"Les gens en avaient marre de ne plus pouvoir venir à la patinoire et de ne pas gagner de derby, appuie-t-il. Il y avait cette euphorie à quoi s'ajoute l'année difficile qu'on a vécue. Il y avait besoin de sortir toutes les émotions. De voir les fans encore là de nombreuses minutes après le match, c'est ce dont on a besoin en tant que joueur."

Au-delà des deux points glanés, d'une première victoire cette saison et contre Genève dans leur nouvelle enceinte après tant de revers, les Lausannois ont présenté une prestation solide. Dans la lignée de la partie à Zoug, avec un soutien constant des défenseurs, les Lions ont en outre offert un bel effort défensif. "Il faudra qu'on arrive à marquer plus, analyse Jason Fuchs. Il faudra qu'on arrive aussi à faire fonctionner ce power-play. C'est une condition essentielle si l'on veut remporter d'autres matches dans le futur. Je pense qu'on a une équipe capable de créer quelque chose cette année, il va juste falloir trouver les automatismes."

Peut-être pour la partie de samedi soir face à Rapperswil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Fuchs donne la victoire à Lausanne contre Genève-Servette

Publié

le

L'attaquant lausannois Cory Emmerton à la lutte pour le puck avec le gardien genevois Gauthier Descloux. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Particulièrement plaisant à suivre, le premier derby lémanique de la saison a vu Lausanne s'imposer 2-1 ap. Un but de Fuchs a offert un succès d'estime aux Vaudois.

Il a fallu attendre deux ans pour voir Lausanne battre Genève dans sa nouvelle enceinte. Enfin, diront les statisticiens et les fans lausannois, vexés de ne pas parvenir à prendre le meilleur sur les Aigles à domicile.

Il y avait comme un air de fête pour cette première rencontre de la saison à Malley. Alors bien sûr, l'affiche assurait une belle chambrée, mais au temps du covid, on ne jure plus de rien. Mais à Lausanne ce vendredi, il y avait des airs d'avant. Comme si le public - 7007 spectateurs - était plus qu'heureux de retrouver le chemin de la patinoire.

Le LHC a directement appuyé sur l'accélérateur en mettant beaucoup de rythme. Dans l'esprit de ce que les Vaudois avaient montré mardi à Zoug. Emmerton a bien pensé ouvrir le score à la 4e sur un beau débordement de Glauser, mais le Canadien a trouvé Gauthier Descloux sur son chemin pour un arrêt miraculeux.

Les Lions ont trouvé l'ouverture à la 18e à la suite d'un dégagement de Stephan. Douay a pu servir Gernat qui a allumé la lucarne genevoise. Un but mérité pour des Lausannois bien dans leurs patins.

Alors que la période initiale n'avait connu qu'un ou deux arrêts de jeu, le tiers médian fut plus haché et un rien moins fertile en occasions. Enfin, Emmerton a eu le puck du 2-0 sur sa palette à la 38e, mais Descloux s'est une fois encore montré décisif.

Très heureux d'arriver à ce score au terme des quarante premières minutes, les Genevois ont attendu leur heure. Celle-ci est arrivée à la 42e dans un 3 contre 3 magnifiquement négocié par Winnik. Les Grenat pensaient bien pouvoir ajouter un ou deux points supplémentaires lorsqu'ils ont bénéficié d'une supériorité en toute fin de troisième tiers et pour débuter la prolongation. Mais ce sont finalement les Vaudois qui ont eu ce surplus de chance.

Hormis la défaite, la poisse colle aux lames genevoises en ce début d'exercice. Privés de Richard et Pouliot, les Aigles ont dû composer sans leur capitaine Noah Rod, victime d'une charge de Marti et touché à un genou au cours du troisième tiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Loups dans le canton de Vaud: un feu de solidarité pour soutenir les éleveurs à Mollens

Publié

le

Mollens se voulait le rendez-vous principal en Suisse romande cette année pour les "feux d'alerte et de solidarité" avec les agriculteurs touchés par des attaques de loups. (© Keystone/MAGALI GIRARDIN)

Inquiets pour leurs troupeaux, des éleveurs et bergers du Jura vaudois tirent la sonnette d'alarme face à l'expansion du loup. Un "feu d'alerte et de solidarité" avec les agriculteurs touchés par des attaques a été allumé vendredi soir à Mollens (VD).

Comme pour faire peur au carnassier, les flammes ont crépité dès 20h30 devant la halle des fêtes du petit village du pied du Mont-Tendre. Environ 250 personnes étaient présentes. D'autres feux rougeoyaient simultanément ailleurs en Suisse, ainsi que dans différents pays d'Europe confrontés à la même problématique.

Mollens se voulait le rendez-vous principal en Suisse romande. "Il y a deux ans, nous avions choisi Vionnaz, en Valais, mais cette année nous avons opté pour le Jura vaudois à la suite du carnage provoqué par le loup dans les élevages de bovins de la région", a expliqué à Keystone-ATS Eric Erb, président de l'Association romande pour la régulation des grands prédateurs, qui initie ces actions venues d'Allemagne depuis désormais cinq ans.

Trois dangers

Les participants à la manifestation demandent une meilleure régulation du loup et davantage de soutien des autorités. "Nous voulons sensibiliser le grand public et les décideurs au fait que la récente explosion de la population de loups met en péril non seulement le pastoralisme, mais aussi la bonne gestion du gibier ou la sécurité des randonneurs", indique pour sa part Claude-Alain Gebhard, éleveur bio de vaches allaitantes à Vaux-sur-Morges, impliqué dans la promotion de l'événement.

Lui-même a perdu cinq petits veaux ces dernières années et il suspecte le loup d'être derrière ces disparitions. A ses yeux, les réponses proposées par le canton sont difficilement applicables. "Les chiens de garde coûtent cher et ne font pas bon ménage avec les bovins", relève le député vert'libéral au Grand Conseil. Quant aux clôtures, elles sont peu adaptées aux alpages, selon lui.

Les indemnisations qui sont versées aux éleveurs dont des animaux ont été victimes de prédation ne constituent pas une solution en elles-mêmes, souligne encore M. Gebhard. D'autant que si le canton de Vaud est prompt à payer, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a tendance à se montrer bien plus restrictif, déplore-t-il. Les indemnisations sont versées à 80% par la Confédération et à 20% par le canton (indépendamment des mesures de protection mises en place).

Des ânes plutôt que des chiens

Pour l'agriculteur, des "solutions efficaces et bon marché" existent. En premier lieu, le loup doit être davantage régulé, que ce soit par des tirs, des captures ou autres. Il propose aussi de "remettre des humains dans le système" pour surveiller les alpages.

Plus inattendu, il suggère l'utilisation d'ânes au lieu de chiens de garde, comme il l'expérimente lui-même. "L'équidé est un bon protecteur de troupeau, mais comme il reste auprès de celui-ci, il ne peut rien pour les veaux tout juste nés qui aiment se tenir à l'écart après leur venue au monde et sont donc vulnérables".

Les attaques de loups sur des bovins se sont multipliées ces derniers mois dans le Jura vaudois. Une douzaine d'individus seraient présents dans la région, selon le canton et la fondation spécialisée Kora. Début août, les autorités ont sollicité le tir de régulation de deux jeunes de la meute du Marchairuz, une première.

En mars dernier, le Département de l'environnement et de la sécurité (DES) avait décidé de renforcer le dispositif d'accompagnement et de soutien aux éleveurs. Analyse de la vulnérabilité des alpages du Jura vaudois, renforcement du conseil aux agriculteurs ou encore engagement d'aides-bergers sont venus s'ajouter à d'autres démarches déjà engagées par le DES, comme la mise en place d'un service d'alerte informatique. L'utilisation de chiens de garde et de clôtures est aussi étudiée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le projet de budget 2022 fâche les communes genevoises

Publié

le

Le projet de budget 2022 du canton de Genève, présenté jeudi par la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet, fait grincer des dents les communes genevoises. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le projet de budget 2022 du canton de Genève hérisse les communes genevoises. Le Bureau de l'Association des communes genevoises (ACG) a dit vendredi s'opposer fermement à la ponction fiscale sur les communes à laquelle souhaite procéder le gouvernement cantonal.

Selon l'ACG, les communes regrettent "amèrement" que le Conseil d'Etat, plutôt que de s'investir dans le dossier de la répartition des charges et des compétences entre les communes et le canton, préfère capter une partie des recettes fiscales des communes les plus aisées, dans un projet de loi appelé "écrêtage".

Ce projet devrait rapporter à l'Etat 41,7 millions de francs. Pour l'ACG, "il porterait un coup fatal" à la péréquation financière intercommunale en diminuant drastiquement les contributions des communes les plus riches en faveur des communes les plus pauvres. Ce projet ne respecterait pas non plus la Constitution cantonale.

Les communes sont prêtes, souligne l'ACG, à reprendre des charges cantonales "à la condition que celles-ci soient accompagnées de compétences". En revanche, elles s'opposeront "par tous les moyens au projet de loi "écrêtage", car ce projet, à leurs yeux, représente une ponction fiscale "aux conséquences désastreuses".

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Grandes interrogations intérieures avec le sentiment que rien ne va. Que d'angoisses pour peu de choses ! Laissez couler…

Les Sujets à la Une

X