Rejoignez-nous

Suisse Romande

Les nouvelles autorités vaudoises ont prêté serment

Publié

,

le

Les nouvelles autorités politiques vaudoises ont été assermentées mardi matin à Lausanne pour la législature 2017-2022. Les députés élus le 30 avril dernier et le nouveau Conseil d’Etat se sont d’abord rassemblés sur les escaliers de l’esplanade du Château pour la photo de famille. Fanfare, milices vaudoises et huissiers se sont ensuite mêlés aux élus pour un cortège à travers la Cité jusqu’à la Cathédrale. C’est là que la plupart des parlementaires et les membres du gouvernement ont prêté serment. La nouvelle présidente du Conseil d’Etat, Nuria Gorrite, a souligné à travers un long discours « l’esprit constructif » de l’équipe gouvernementale. Elle devient la première femme à occuper ce poste depuis la nouvelle Constitution de 2003 :

Nuria GorritePrésidente du Conseil d'Etat VD

 

Nouvelle élue au sein du Conseil d’Etat, la socialiste Cesla Amarelle a elle aussi prêté serment pour les 5 ans à venir. Désormais cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, l’Yverdonnoise est apparue émue ce mardi. Cesla Amarelle.

Cesla AmarelleConseillère d'Etat, DFJC, VD

 

Du côté du Grand Conseil, sur les 150 députés assermentés ce matin, environ un tiers siègeront pour la première fois au Parlement. Le doyen des députés, le socialiste Claude Schwab, les appelle à respecter l’équilibre des pouvoirs.

Claude SchwabDéputé, PS, VD

 

Passée cette journée symbolique, le Conseil d’Etat va se remettre au travail. Il doit présenter son programme de législature cet automne. Son action s’inscrira dans une certaine continuité. La nouvelle présidente du Conseil d’Etat, Nuria Gorrite :

Nuria GorritePrésidente du Conseil d'Etat VD

 

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Le PS Vaud désigne son candidat pour le Conseil des Etats

Publié

le

Roger Nordmann et Pierre-Yves Maillard, en discussions ici avec le président du PS suisse Cédric Wermuth, pourraient ne pas devoir à s'affronter samedi à Payerne (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les socialistes vaudois désignent samedi à Payerne (VD) leur candidat pour la course au Conseil des Etats en 2023. Le duel attendu entre Pierre-Yves Maillard et Roger Nordmann pourrait toutefois tomber à l'eau.

La présidente du PS Vaud, Jessica Jaccoud, a indiqué vendredi à Keystone-ATS qu'une modification de l'ordre du jour sera dévoilée en début de congrès. "Une proposition largement soutenue par le comité directeur et relative aux élections fédérales sera faite", a-t-elle relevé, sans vouloir faire d'autres commentaires.

La présidente n'a pas souhaité confirmer ni n'infirmer une information du Temps, à savoir qu'un arrangement aurait été trouvé entre Pierre-Yves Maillard, Roger Nordmann et les instances dirigeantes du parti.

Selon le quotidien, Roger Nordmann serait prêt à retirer sa candidature, pour autant qu'il obtienne une deuxième dérogation pour pouvoir se représenter au Conseil national en octobre 2023. Le chef de groupe du PS au Parlement a en effet atteint la limite du nombre de mandats fixé par son parti pour la Chambre du peuple, où il siège depuis 2004.

Un siège à récupérer

Cet arrangement, s'il se confirme et est accepté par les délégués, permettrait au PS Vaud de s'éviter un duel fratricide. Il aurait aussi l'avantage pour les socialistes vaudois, et suisses en général, de conserver deux ténors du parti sous la Coupole.

Le PS vaudois n'est, en revanche, plus représenté au Conseil des Etats. Il avait perdu en 2019 un siège qu'il détenait depuis 20 ans, lorsqu'Ada Marra avait été devancée par le PLR Olivier Français et la Verte Adèle Thorens.

Nouveau président à désigner

Le congrès du PS s'ouvre samedi à 10h30 à Payerne, où entre 300 et 500 personnes sont attendues. Ce sont les délégués des différentes sections régionales qui votent, ainsi que les membre du comité directeur du parti, les députés au Grand Conseil, les élus aux Chambres fédérales ou encore les représentants de la Jeunesse socialiste vaudoise.

Outre un candidat pour le Conseil des Etats, le parti doit désigner samedi un nouveau président. Romain Pilloud et Robert Tye sont en lice pour remplacer la sortante Jessica Jaccoud.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Un 200 m masculin déjà très relevé

Publié

le

Armand Duplantis sera de retour à Lausanne pour un concours à la perche sous chapiteau à Ouchy (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Athletissima a présenté les principaux contours de son édition à venir le 26 août. Pour l'heure, le 200 m masculin et la perche à Ouchy s'annoncent très prometteurs.

Il va de soi qu'avec les Mondiaux de Eugene en juillet et les Championnats d'Europe de Munich en août, le plateau de la 47e édition sera finalisé au plus près de l'événement. Mais la réunion de la Pontaise promet déjà beaucoup.

Sur le demi-tour de piste masculin, le champion olympique bahaméen du 400 m Steven Gardiner se mesurera à l’Américain Noah Lyles, champion du monde en titre et médaillé de bronze olympique sur la distance. Les deux hommes devraient aussi affronter le vice-champion olympique Kenny Bednarek (USA). C’est à Lausanne que Noah Lyles avait signé en 2019 le chrono canon de 19''50 qui fait de lui le 5e meilleur performer de l’histoire.

Star des stars, le champion olympique et recordman du monde Armand Duplantis emmènera un plateau de haut vol au concours de la perche qui aura lieu la veille du meeting, le jeudi 25 août, dans le décor idyllique d’Ouchy au bord du Léman. Nouveauté, l’épreuve se déroulera sous un chapiteau, de quoi permettre de grandes performances peu importe la météo.

En attendant de voir si les meilleures Jamaïcaines seront là, le 100 m féminin pourra compter sur la présence des deux flèches Ajla del Ponte et Mujinga Kambundji. On peut encore citer la présence de Femke Bol sur 400 m haies, de Pedro Pichardo au triple saut, de Ryan Crouser au lancer du poids et de Loïc Gasch au saut en hauteur pour un concours qui sera disputé avec les deux champions olympiques Barshim et Tamberi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le bureau de médiation administrative sous le feu des critiques

Publié

le

Le Grand Conseil genevois a critiqué le fonctionnement du Bureau de médiation administrative (BMA) (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le bureau de médiation administrative (BMA) est sous le feu des critiques. Le Grand Conseil émet des doutes sur le bon fonctionnement de cette entité indépendante au sein de l'Etat qui vise à gérer de façon simple et extrajudiciaire les conflits entre l'administration et les administrés.

Un rapport de la commission de gestion chargé d'étudier le rapport l'activité du BMA a été discuté vendredi au Grand Conseil. Ses conclusions sont sévères. Les commissaires émettent "des doutes sur le fait que l'intention du législateur soit reflétée dans l'activité du BMA et que les compétences du médiateur soient à la hauteur des enjeux".

Le Grand Conseil a refusé par 58 voix contre 22 de prendre acte du rapport d'activité en plénière, manifestant ainsi ses doutes. Le BMA a été sollicité 340 fois en 2020, ce qui est relativement peu, estime le député PLR Alexis Barbey. De plus, le BMA ne fait pas vraiment de la médiation, mais plutôt de la facilitation, a relevé le député.

Bertrand Buchs (Le Centre), a évoqué le conflit ouvert qui existe entre le médiateur et sa suppléante. "Il faut tout reprendre depuis le début", a ajouté le député. "C'est devenu un bureau d'aide sociale", a déploré le député PLR Edouard Cuendet.

Nicole Valiquer Grecuccio (PS) estime qu'il faut absolument recentrer l'activité du BMA sur la médiation. La classe salariale (31) du médiateur administratif cantonal a aussi été considérée comme trop élevée.

Certification

Un projet de loi devrait être déposé pour modifier le fonctionnement du BMA. Selon ce projet, le médiateur devrait notamment disposer d'une formation certifiée en médiation généraliste, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Les prestations du BMA sont gratuites. Cette entité couvre l'ensemble des administrations cantonales et communales genevoises, ainsi que les établissements publics autonomes et tous les autres organismes chargés de missions de droit public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

René Prêtre continuera d'opérer au CHUV

Publié

le

René Prêtre continuera à opérer au CHUV durant les cinq prochaines années (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le CHUV pourra toujours compter sur René Prêtre. Le célèbre chirurgien cardiaque, qui avait annoncé son départ à la retraite en mai, continuera d'opérer à Lausanne au cours des cinq prochaines années, à un taux d'activité de 40%.

L'annonce a été faite vendredi par la ministre de la santé vaudoise Rebecca Ruiz, à l'occasion de la leçon d'adieu de René Prêtre. Le Jurassien de 65 ans, qui laisse la direction du Service de chirurgie cardiaque à Matthias Kirsch, se consacrera désormais aux interventions de chirurgie cardiaque adulte chez ses patients, indique le CHUV dans un communiqué.

Il poursuivra aussi une collaboration avec le CHUV dans le domaine de la chirurgie cardiaque pédiatrique humanitaire, dans le cadre de missions à l'étranger et pour renforcer les liens avec les filières qui prennent en charge des jeunes patients au CHUV.

"Cette poursuite de collaboration avec le Pr René Prêtre, dans le contexte du développement du Service de chirurgie cardiaque, nous permettra ainsi de bénéficier, quelques années encore, de son expérience reconnue et de son important réseau de partenaires", a indiqué Matthias Kirsch, cité dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Anne Emery-Torracinta en appelle à la responsabilité des députés

Publié

le

Des maltraitances envers de jeunes autistes ont été dénoncées au foyer de Mancy à Collonge-Bellerive (GE). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, Anne Emery-Torracinta ne décolère pas depuis le refus mercredi de la Commission des finances d'octroyer 55 postes supplémentaires pour l'Office médico-pédagogique (OMP). La cheffe du Département de l'instruction publique en a appelé au sens des responsabilités des députés lors d'un débat au Grand Conseil.

Le parlement traitait vendredi lors de sa séance des extraits d'une pétition qui relayait les inquiétudes du personnel de l'OMP. Ce texte muni de 1377 signatures évoquait la "dégradation des prestations", des "réformes menées sans concertation", "des méthodes RH douteuses" et de "la maltraitance institutionnelle".

Le personnel de l'OMP demandait notamment plus de transparence, un état des lieux et des moyens supplémentaires pour faire face à une hausse des besoins. La pétition a été déposée en septembre dernier, soit avant que n'éclate le scandale du foyer de Mancy. Le personnel, soutenu par les syndicats, avait déjà tiré la sonnette d'alarme.

Ces moyens supplémentaires ont précisément été demandés par la cheffe du DIP mercredi devant la commission des finances du Grand Conseil. Mais la majorité de droite a refusé d'octroyer le crédit de 2,2 millions de francs qui visait à ouvrir 55 postes. A droite, ce refus a notamment été justifié par le fait que les postes prévus étaient destinés à renforcer la hiérarchie plutôt que le terrain.

C'est faux, a relevé vendredi Mme Emery-Torracinta. Trente postes sur 55 étaient directement prévus pour le terrain. Les autres servaient à la "gouvernance de proximité" au sein de l'OMP, à engager des "référents métiers" pour former le personnel ainsi qu'à renforcer les ressources humaines qui n'arrivent plus à engager, faute de temps.

Sécurité

"J'en appelle à votre sens des responsabilités", a lancé la conseillère d'Etat à l'adresse des députés. "Nous avons besoin de ces postes. Sinon il faudra prendre des mesures urgentes pour garantir la sécurité des enfants et des jeunes", a-t-elle ajouté. Elle pourrait revenir dès la semaine prochaine devant la commission des finances pour solliciter un nouveau crédit. En attendant, la pétition a été renvoyée à l'unanimité au Conseil d'Etat.

Lundi, Mme Emery-Torracinta avait présenté un plan de mesures pour l'OMP. La magistrate de tutelle a reconnu que l'office, sous les feux des projecteurs après la révélation de cas de maltraitance au foyer pour jeunes autistes de Mancy, connaît des difficultés depuis sa création en 2010.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Que vous batifoliez sans vous engager ou que le grand amour vous tombe dessus, la journée sera tout sauf terne !

Les Sujets à la Une

X