Rejoignez-nous

Vaud

Belle désalpe à Saint-Cergue

Publié

,

le

"Tout s'est bien passé. Les vaches étaient calmes", a déclaré François Briggen, paysan et fromager. (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Toupin ou cloche autour du cou, coiffées d'un sapin orné de fleurs en papier, des centaines de vaches ont quitté samedi leur pâturage pour redescendre en plaine dans la région de Saint-Cergue (VD). Une vraie tradition, que les agriculteurs perpétuent.

Le troupeau de François Briggen et de son neveu Nicolas Berlie a parcouru près de 18 kilomètres. Parties des "Fruitières de Nyon" vers 09h40, un pâturage propriété de la ville de Nyon, ses 104 vaches - pour l'essentiel des Red Holstein - ont rejoint vers 12h30 la ferme familiale de La Rippe.

Sans incident. "Tout s'est bien passé. Il n'y a pas eu d'accrochage. Les vaches étaient calmes", a expliqué François Briggen à Keystone-ATS. Exceptionnellement, en raison de la sécheresse, une partie du troupeau, soit une trentaine de vaches, quittera plus tard l'alpage. "Il reste de l'herbe en haut", a-t-il expliqué.

Depuis mercredi, les agriculteurs s'activaient pour préparer l'événement. Il a fallu sortir les cloches et les toupins, les nettoyer. Placer des fils le long du trajet emprunté par le bétail. Et enfin, préparer les vaches. "On leur lave la queue. On les ripoline un petit peu", a-t-il expliqué.

Huit vaches - avec toupin autour du cou et bouquet sur la tête - ont emmené le cortège. "Ce sont de vieilles vaches, qui ont l'habitude du trajet. Elles dirigent les autres et restent devant jusqu'au bout", a raconté François Briggen.

Samedi, le temps était "magnifique" pour les vaches: "Ni trop froid, ni trop chaud. C'était agréable", a-t-il ajouté.

(ATS / KEYSTONE - VALENTIN FLAURAUD)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Lausanne invite à questionner notre consommation d'écrans

Publié

le

La campagne de sensibilisation vise notamment les jeunes et leur entourage familial. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Les écrans font plus que jamais partie de notre quotidien. La ville de Lausanne lance une campagne de sensibilisation pour "réfléchir à notre utilisation" de smartphones, tablettes et autres ordinateurs.

Après plusieurs mois de pandémie, les écrans ont joué un rôle central dans notre quotidien, avec tous leurs avantages, mais aussi leurs limites.

Dans ce contexte, les autorités lausannoises estiment qu’il est plus important que jamais de se questionner sur l’utilisation des technologies. Leur campagne de sensibilisation «– d'écran, + de ...» s’adresse en priorité aux jeunes, et elle s’est même réalisée en collaboration avec eux.

Une quarantaine de jeunes ont été impliqués dans le développement de la campagne, notamment dans la création des slogans. Coordinatrice de la campagne, Delphine Corthésy s’en explique.

Delphine Corthésy
Coordinatrice de la campagne
Delphine CorthésyCoordinatrice de la campagne

Parmi les actions prévues, une campagne d’affichage va orner les rues, bus et métros lausannois. De jeunes ambassadeurs iront à la rencontre du public tandis que l’association vaudoise des ligues d’improvisation jouera des saynètes.

La Ville de Lausanne a pu bénéficier dans sa réflexion de l’expertise de la Fondation Action Innocence, qui depuis plus de 20 ans agit pour la promotion d’un usage sain et modéré des écrans et une pratique sûre et responsable des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Tiziana Bellucci
Directrice d'Action Innocence
Tiziana BellucciDirectrice d'Action Innocence

La démarche est accompagnée et soutenue par un comité de pilotage, composé notamment d’experts du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), de l’unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire (PSPS), de la Direction psychologie, psychomotricité, logopédie en milieu scolaire (DPPLS), de l’Association CIAO, de l’Association Cybercoachs et du Conseil des jeunes.

Dans le cadre de la campagne «– d'écran, + de ...», le municipal David Payot entend faire réfléchir, et surtout pas donner de leçons.

David Payot
Municipal en charge de la Direction de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers de Lausanne
David PayotMunicipal en charge de la Direction de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers de Lausanne

La campagne se déclinera dans l’espace public et au sein des écoles. Parmi les actions prévues, on compte notamment de jeunes «ambassadeur·drice·s écrans» (15 à 20 ans) qui iront à la rencontre du public pour promouvoir la campagne et distribuer du matériel de prévention. Des saynètes d'improvisation ponctueront leurs interventions, avec la complicité de l’Association vaudoises des ligues d’improvisation. Des actions seront aussi proposées dans les centres et les maisons de quartier par l’Association Cybercoachs, et des activités seront tenus pour les élèves de la 7P à la 11S, dont une journée connexion / déconnexion et un concours de slogans.

Continuer la lecture

Coronavirus - Vaccination

Vaud lance une action de vaccination sans rendez-vous

Publié

le

Des centres de vaccination de proximité ont déjà été mis sur pied ailleurs dans le canton de Vaud, comme ici au Flon à Lausanne. (Images d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Vaud poursuit ses efforts pour faciliter la vaccination contre le Covid-19. Trois centres d'injection sans rendez-vous sont mis sur pied temporairement à Aigle, Aubonne et Orbe.

Toutes les personnes âgées de 16 ans ou plus et n'ayant pas été testées positives au coronavirus dans les quatre semaines précédentes peuvent se présenter spontanément dans ces sites de proximité, a communiqué lundi l'Etat de Vaud. Elles pourront y recevoir une première dose et s'inscrire sur place pour la deuxième.

A Aigle, la structure est ouverte depuis ce lundi à côté de la gare, de 12h00 à 20h00, jusqu'au 1er octobre. A Orbe, c'est la salle du Casino qui sera réquisitionnée, du 4 au 8 octobre, de 09h00 à 18h00. A Aubonne, les piqûres seront effectuées dans l'entrée principale du magasin de meubles Ikea, du 11 au 13 octobre de 10h00 à 19h00 et les 14 et 15 octobre de 13h00 à 21h00.

Cette opération fait suite à d'autres actions de proximité menées dans le canton, par exemple au Flon, à Lausanne. La vaccination sans rendez-vous est aussi possible dans des structures fixes, comme au vaccinodrome de Beaulieu à Lausanne ou au Centre Covid-19 de l'Ensemble hospitalier de la Côte, à Morges.

Continuer la lecture

Lausanne

Des nocturnes lausannoises plus courtes, mais plus nombreuses

Publié

le

Lausanne aura désormais six "nocturnes" jusqu'à 20h00 en décembre. (Image prétexte - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Lausanne va organiser différemment ses nocturnes de décembre. Les représentants des commerçants et le syndicat Unia sont parvenus à un accord. Le Conseil communal est appelé à modifier son règlement sur les heures d'ouverture et de fermeture des magasins.

Le régime actuel des vespérales de décembre prévoit trois soirées d'ouverture jusqu'à 22h00. Il est désormais proposé d'autoriser jusqu'à six soirs consécutifs d'ouverture jusqu'à 20h00 sur les jours ouvrables, y compris le samedi, durant les jours précédant le 24 décembre. Le 24 décembre, tous les magasins fermeront à 17h00.

Le changement vise un double objectif: rendre les nocturnes plus en phase avec les modes de consommation de la clientèle d'aujourd'hui et diminuer les heures de travail du personnel en soirée, explique lundi la ville dans un communiqué.

Les partenaires se sont rencontrés en juin sous l'égide d'une délégation de la ville de Lausanne, emmenée par le syndic Grégoire Junod et le municipal Pierre-Antoine Hildbrand. Les milieux commerçants étaient représentés par le Trade Club vaudois et la Société coopérative des commerçants lausannois (SCCL). Après cette réunion, des discussions ont suivi durant l'été.

Bon compromis

La solution trouvée est "un bon compromis", relève Alain Chapuis, secrétaire général de la SCCL. "Dès 21h00, on a constaté qu'il y avait beaucoup moins de monde dans les magasins. L'heure entre 19h00 et 20h00 est beaucoup plus intéressante", a-t-il dit à Keystone-ATS. Le fait d'étaler ces ouvertures sur plusieurs jours devrait en outre permettre de limiter les problèmes de cohue dans les commerces.

Des mesures sont prévues pour préserver le personnel. Les employés ne devront pas travailler plus de quatre soirs, sur les six. La limite est fixée à trois pour celles et ceux qui ont "charge de famille", à savoir des enfants de moins de dix ans. Une indemnisation de 15 francs est prévue pour les repas.

Aussi les ventes privées

Les partenaires sociaux se sont entendus pour signer un protocole d'accord et demander une extension de la CCT lui donnant force obligatoire sur toute la commune de Lausanne. Des discussions sont "ouvertes" pour établir une CCT applicable à l'ensemble du canton. Ce qui reste pour l'heure de la musique d'avenir.

La ville entend en outre renforcer le contrôle sur les ventes privées, notamment celles dites du Black Friday. Le règlement communal devrait désormais prévoir la possibilité de sanctions administratives, allant d'un avertissement à un refus d'octroi de nouvelle autorisation pour des ventes privées.

Continuer la lecture

Lausanne

Un mort et un blessé grave suite à une altercation au Flon

Publié

le

Malgré l'intervention des secours, un homme est décédé des suites de ses blessures. (Image d'illustration - ©Keystone).

Dans la nuit de samedi à dimanche, une altercation entre deux groupes au Flon est responsable de la mort d'un homme. Un second homme est gravement blessé. Une enquête est en cours.

Peu après 4 heures du matin dimanche, la police était interpellée dans le secteur du Flon pour signaler une altercation entre deux groupes. Sur place, les agents de Police-Secours ont constaté que deux individus impliqués dans la bagarre étaient blessés et saignaient abondamment. Dans son communiqué, la Police de Lausanne explique que les agents ont prodigué les premiers soins pour un homme blessé au thorax et un second à la cuisse. Avant d'être rapidement rejoints par deux ambulances et le SMUR.

Domiciliés dans le canton de Neuchâtel, les deux blessés ont été pris en charge et conduits en milieu hospitalier. Le premier, un homme âgé de 20, originaire de la République démocratique du Congo, est décédé des suites de ses blessures. Le second, un homme âgé de 21 ans, originaire du Portugal, est quant à lui grièvement blessé.

La Police judiciaire Municipale de Lausanne mène actuellement une enquête, sous la conduite d’un procureur du Ministère public du Canton de Vaud.

Continuer la lecture

Lausanne

Rassemblement à Lausanne pour défendre le droit à manifester

Publié

le

Entre 200 et 300 personnes ont défilé à Lausanne pour défendre "leur droit à manifester". (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Entre 200 et 300 personnes ont défilé samedi après-midi à Lausanne pour défendre leur "droit à manifester". Elles ont sillonné la capitale vaudoise en dénonçant les répressions, principalement policières, dont elles s'estiment victimes.

Le collectif "Prenons la Rue!", à l'origine du rassemblement, critique les autorités qui refusent "systématiquement" les parcours demandés par les organisateurs de manifestations, mais surtout les pratiques "abusives et intimidantes" de la police.

"La répression est de plus en plus dure. Ils cherchent à nous démotiver", a dit l'un des militants. Il faut "en finir avec la terreur de l'Etat", a jugé une autre participante.

Les manifestants sont partis vers 14h00 de la place de la Gare, la plupart avec le visage dissimulé par des masques Covid, des foulards ou des déguisements. Ils étaient aussi nombreux à s'abriter des regards de la police sous des parapluies.

Slogans et discours hostiles aux forces de l'ordre, mais aussi à la justice, aux autorités politiques ou aux médias, ont été prononcés tout au long du parcours, avec notamment plusieurs références au récent drame de Morges, où un homme noir a été tué par un policier.

Policiers anti-émeutes

D'abord discrète, la présence policière s'est subitement renforcée à l'approche de la place St-François, et notamment des banques UBS et BCV. Une trentaine de policiers en tenue anti-émeute ont alors encadré les manifestants pour la suite du parcours, qui s'est achevé peu avant 19h00 devant l'Espace autogéré à la rue César-Roux.

Malgré certaines situations tendues, il n'y a pas eu d'affrontements physiques avec la police. Des manifestants ont causé quelques déprédations en tagguant et brisant des vitrines publicitaires. Personne n'a toutefois été interpellé, a indiqué une porte-parole de la police lausannoise.

Manifestations "entravées"

Dans son manifeste, le collectif "Prenons la Rue!" cite plusieurs manifestations récentes pour lesquelles "des entraves policières" auraient été, à ses yeux, constatées. Pour Lausanne, il mentionne la manifestation contre la loi fédérale contre le terrorisme en mai dernier et, un mois plus tard, la Grève féministe et un rassemblement de soutien à la Palestine.

Pour Genève, il évoque notamment diverses "Critical Mass" (rassemblement de vélos pour accaparer la chaussée) ou encore le rassemblement en juillet contre le président camerounais Paul Biya.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Aujourd’hui, l’entente sera parfaite entre les époux que la tendresse rapprochera. Journée de rencontre pour les célibataires…

Les Sujets à la Une

X