Rejoignez-nous

Économie

Gland: le sort de la tour Swissquote scellé le 15 mai

Publié

,

le

Pour les partisans du oui, le projet limite son emprise au sol et permet de dégager de l'espace pour la création d'un parc public de 3900 m2, d'une crèche, ainsi qu'un auditorium de 400 places. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le sort de la tour Swissquote se jouera dimanche prochain dans les urnes à Gland (VD), où les citoyens se prononceront sur le Plan d'affectation communal "La Crétaux". Les opposants déplorent une construction démesurée. Les partisans évoquent un projet porteur d'avenir et d'innovation pour la commune.

La modification du plan d'affectation doit permettre le développement du siège de la banque en ligne Swissquote, principale entreprise de la Ville, sur le site qui l'a vu naître. Le futur campus permettra de répondre à l'essor de ses activités, de créer des emplois et de garantir son ancrage à Gland.

Le projet prévoit la construction d'une tour d'une hauteur d'environ 60 mètres et de quinze étages au sud des deux bâtiments actuels de Swissquote situés près des voies ferrées. La banque en ligne a en effet pour objectif d'accueillir près de 1000 employés supplémentaires d'ici quelques années pour atteindre un effectif de 1700 collaborateurs.

Tour démesurée

Le projet représente un "bouleversement radical de l'urbanisme", regrette le comité référendaire Avenir Gland. Un tel changement aura des conséquences désastreuses sur la qualité de vie des habitants, transformant une petite ville à taille humaine en banlieue étouffée par une circulation infernale.

"Nous ne sommes pas des activistes. Nous n'avons rien contre le développement des entreprises en ville, Swissquote inclus, bien au contraire", explique Pascal Riesen, président du comité référendaire, à Keystone-ATS. Avenir Gland s'oppose en revanche à une tour qu'il estime démesurée.

Trop d'ombres

Autre pierre d'achoppement, les référendaires pointent les ombres portées de la tour sur les habitations annexes. Selon des simulations, l'incidence d'une tour de 60 mètres devrait impacter un tiers des foyers de la ville, rapportent-ils.

Pascal Riesen regrette plus généralement le manque de clarté du projet et un Conseil communal mal renseigné par rapport une "transformation aussi importante. Il déplore notamment qu'aucun gabarit n'ait été posé, contrairement à Lausanne qui l'avait fait pour la tour Taoua.

Le comité craint également le trafic qui sera généré par ces afflux d'emplois et évalué à 2% supplémentaires sur une route déjà saturée. Un pourcentage que les référendaires pensent largement sous-estimé.

Conseil communal favorable

Du côté des partisans, deux comités sont en faveur du projet: le comité interpartis de la ville de Gland et un comité de soutien présidé par la députée PLR Catherine Labouchère. "La modification du plan d'affectation fait l'objet d'un très large consensus politique, de la droite à la gauche", explique-t-elle, rappelant que le Conseil communal l'a adopté très clairement, par 46 oui, six non et 9 abstentions.

"Certes, il s'agit d'une tour et les tours sont toujours controversées. Mais ce projet est basé sur une votation, celle sur la Loi sur l'aménagement du territoire acceptée par le peuple, et qui dit qu'il faut densifier".

Poumon vert

Prévue dans une zone industrielle, la tour dégage de l'emprise au sol. Le plan d'affectation permet aussi de dégager de l'espace pour la création d'un "poumon vert, un parc public de 3900 m2, une crèche ainsi qu'un auditorium de 400 places. Il enracine sur le territoire "l'une des plus belles réussites collectives qui a mis Gland sur la carte du monde", selon les termes des partisans.

"Pendant des années, on s'est plaint que Gland soit une cité-dortoir. Là nous avons une entreprise née dans la Ville et non une multinationale, qui souhaite y rester, s'y développer y amener les emplois du futur, souligne-t-elle.

Si elle ne peut se développer à Gland, la société, qui dispose déjà de bureaux ailleurs, pourrait déplacer son siège. C'est logique, même si son directeur et cofondateur Marc Bürki est attaché à la ville de ses débuts, note Mme Labouchère.

Des voix qui ont compté

De son côté, Swissquote a d'ores et déjà lancé l'idée d'une tranchée couverte sur l'avenue fréquentée du Mont-Blanc en cas d'acceptation du projet. Mais ce n'est pas l'objet de la votation de dimanche, souligne la présidente.

Pour mémoire, la votation fait suite à un cafouillage dans le décomptage des voix. En août dernier, les autorités de Gland avaient annoncé qu'il manquait quatre paraphes pour valider le référendum (1299 au lieu des 1303 requises). Le comité référendaire a toutefois fait recours, obtenant un recomptage par le canton. Celui-ci est arrivé à la conclusion que les 1303 signatures avaient bel et bien été obtenues.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

L'Euroairport de Bâle-Mulhouse à nouveau opérationnel

Publié

le

En mars déjà, l'aéroport de Bâle-Mulhouse avait dû être évacué à plusieurs reprises, en raison de fausses alertes à la bombe (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le terminal des passagers de l'Euroairport de Bâle-Mulhouse a de nouveau été temporairement évacué mercredi soir. Les exploitants ont, comme dans les cas précédents, fait valoir des raisons de sécurité. Il s'agit de la cinquième évacuation de ce type cette année.

L'ordre d'évacuation du terminal a été donné vers 19h15, a déclaré une porte-parole de l'aéroport, interrogée par Keystone-ATS, sans donner d'informations sur les circonstances de l'évacuation.

Des centaines de passagers se sont ensuite précipités à l'extérieur, comme le montrent des photos publiées par différents médias. Les passagers auraient été informés d'une alerte à la bombe.

Vers 22 heures, la fermeture du terminal a été levée et le trafic aérien a repris progressivement, indique l'aéroport. Plusieurs avions ont décollé avec du retard dans la soirée.

Plusieurs fausses alertes à la bombe

C'est déjà la cinquième fois depuis le début de l'année que l'aéroport a été fermé pour des raisons de sécurité, à chaque fois pour de fausses alertes à la bombe.

En octobre 2023, quatre fausses menaces avaient été émises contre l'Euroairport en l'espace de sept jours. En France, pays dans lequel se trouve l'aéroport, des centaines de menaces de ce type ont été proférées l'an dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Le dossier des Celliers de Sion traité "correctement"

Publié

le

Pour la Cogest, ce n'est pas tant la construction que l'exploitation de l'oenoparc Les Cellisers de Sion qui a posé problème. Et cet aspect a été mis en conformité depuis (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La procédure administrative ayant permis la construction de l'oenoparc Les Celliers de Sion a été "suivie de manière correcte", selon un rapport de la Cogest qui ne se prononce pas sur les aspects juridiques. Celle-ci s'était saisie du dossier, sévèrement critiqué.

Après l'audition de tous les acteurs impliqués et l'analyse de la procédure d'autorisation de construire, la commission de gestion (Cogest) du parlement valaisan estime "qu'aucun élément ne relève du pénal", indique mercredi à Keystone-ATS son président Christophe Claivaz. "L'affaire est classée avec la publication de ce rapport" qui sera discuté par le Grand Conseil en mai, ajoute-t-il.

Pour la Cogest, ce n'est pas tant la construction que l'exploitation de l'oenoparc qui a posé problème. Et cet aspect a été mis en conformité depuis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Les eurodéputés imposent un "devoir de vigilance" aux entreprises

Publié

le

L'effondrement de l'usine textile Rana Plaza au Bangladesh a mis en lumière l'absence de contrôle sur les conditions de travail dans les pays tiers (archives). (© KEYSTONE/EPA/ABIR ABDULLAH)

Le Parlement européen a adopté mercredi une loi imposant un "devoir de vigilance" aux entreprises. Celles-ci devront veiller au respect de l'environnement et des droits humains dans leurs chaînes de production partout dans le monde.

Les eurodéputés ont approuvé ce texte par 374 voix contre 235,exactement onze ans après l'effondrement de l'usine textile Rana Plaza au Bangladesh. Ce drame avait mis en lumière l'absence de contrôle sur les conditions de travail dans les pays tiers.

Les entreprises concernées par cette loi seront tenues de prévenir, d'identifier et de remédier aux violations de droits humains et sociaux (travail des enfants, travail forcé, sécurité...) et dommages environnementaux (déforestation, pollution...) dans leurs chaînes de valeur partout dans le monde, y compris chez leurs fournisseurs, sous-traitants et filiales.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Contrôleurs aériens en France: un syndicat lève le préavis de grève

Publié

le

Le syndicat majoritaire des contrôleurs aériens a levé son préavis de grève prévue jeudi en France (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ARMANDO FRANCA)

Le syndicat majoritaire chez les contrôleurs aériens français a annoncé mercredi la levée de son préavis de grève pour jeudi, un mouvement qui s'annonçait massivement suivi.

"Un accord a été trouvé, le SNCTA lève son préavis", a expliqué l'organisation dans un court message sur son site internet, à l'issue d'une conciliation de "dernière minute" dans la nuit de mardi à mercredi avec la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Contactée par l'AFP, l'administration n'a pas confirmé cette information dans l'immédiat.

Deux autres syndicats, l'Unsa Icna et l'Usac-CGT, avaient également appelé à la grève. Le SNCTA n'a pas communiqué de détails sur le protocole de sortie de crise. Il protestait contre les mesures d'accompagnement, notamment salariales, d'une refonte du contrôle aérien français.

La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) avait demandé aux compagnies de renoncer à une majorité de leurs vols jeudi.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

La communication entre collègues, laisse à désirer… Ne vous entêtez pas à vouloir faire passer vos messages. Attendez de jours meilleurs !

Les Sujets à la Une

X