Rejoignez-nous

Vaud

Kevin Grangier présidera l'UDC Vaud

Publié

,

le

Kevin Grangier a été facilement élu à la tête de l'UDC vaudoise. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Kevin Grangier a été élu jeudi soir à la présidence de l'UDC Vaud. Il promet un style plus offensif avec au premier plan la préférence nationale.

Kevin Grangier, 34 ans, a été élu facilement, remportant 111 voix lors d'un congrès à Palézieux (VD). Autre candidat déclaré, le peu connu Gabor Fonyodi est arrivé loin derrière avec 16 voix.

"Je veux faire de l'UDC le parti de la préférence nationale, et ceci dans tous les domaines", a expliqué Kevin Grangier à Keystone-ATS, en marge de l'assemblée. "Je souhaite par exemple que les Suisses soient prioritaires pour bénéficier du filet social. Je veux une AVS forte, mais avec le mot d'ordre: les Suisses d'abord".

Médias et relève

Pour accompagner ce discours fort, il prône une présence médiatique renforcée, marquant ainsi sa différence: "Je vois les médias comme une opportunité et non comme un risque pour valoriser nos membres et nos idées", ajoute-t-il. Il prévoit d'organiser régulièrement des conférences de presse sur les sujets du moment avec, à chaque fois, d'autres personnalités. Une manière aussi de profiler de nouveaux visages et de favoriser la relève.

Cette posture offensive doit permettre à l'UDC Vaud de regagner du terrain. Le parti vient de perdre un siège au Conseil National, passant de quatre à trois élus, et n'a pas réussi à revenir au Conseil d'Etat depuis le décès de Jean-Claude Mermoud en 2011. L'objectif est de redresser la barre d'ici la prochaine grande échéance électorale, les communales de mars 2021.

Jeune en politique

Kevin Grangier, père de trois enfants, fêtera ses 35 ans en janvier prochain. Cet indépendant, actif dans le conseil en relations publiques, a grandi à Noville, où il s'est lancé en politique avec son voisin et ami Dylan Karlen, municipal UDC à Villeneuve.

Dès ses débuts, il s'engage pour l'indépendance de la Suisse - face à l'Union européenne notamment - , et est membre de l'Association pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN). "La souveraineté de la Suisse est au coeur de mon engagement politique", explique-t-il.

Carrière

Militant dès l'âge de 15 ans, il a cofondé, avec notamment le conseiller national Michael Buffat, les jeunes UDC vaudois en 2002. A 22 ans, en 2008, il est devenu porte-parole adjoint de l'UDC Suisse, puis secrétaire général de l'UDC Vaud de 2014 à fin 2017. Il a dirigé plusieurs campagnes aux niveaux cantonal et fédéral.

Il a quitté son poste de secrétaire général du parti vaudois pour divergences de vues avec la direction qu'il ne trouvait pas assez combative. Il nuance: "j'étais d'accord avec la stratégie, mais j'estimais que le parti ne se donnait pas les moyens de ses ambitions", précise-t-il. Kevin Grangier succède au conseiller national Jacques Nicolet, qui a dirigé le parti durant quatre ans.

Complémentaire de février

En début de soirée, l'assemblée s'est également penchée sur l'élection complémentaire du 9 février au Conseil d'Etat vaudois, après la démission de Jacqueline de Quattro. L'UDC a renoncé à une écrasante majorité à présenter un candidat. Le parti a apporté son soutien à la candidature PLR par 97 voix sans opposition et 13 abstentions.

Le PLR doit désigner son candidat le 5 décembre prochain. Pressentie depuis plusieurs années, la députée et syndique de Payerne Christelle Luisier est la seule en lice. Elle pourrait affronter dans les urnes un militant de la grève du climat. Ces derniers ont annoncé qu'ils se lanceront dans la course. Un candidat sera tiré au sort dans leurs rangs.

Congé paternité

La section vaudoise de l'UDC a également donné ses mots d'ordre pour les votations du 9 février prochain. Elle s'oppose à l'initiative pour des logements abordables et laisse la liberté de vote au sujet de l’extension de la norme contre le racisme aux discriminations et incitations à la haine en raison de l’orientation sexuelle, indique le parti dans un communiqué. L'UDC vaudoise s'écarte ainsi du parti suisse qui a rejeté ce texte à l'unanimité.

Le Comité central a en outre décidé de ne pas soutenir le référendum contre les deux semaines de congé paternité, fait encore savoir le parti. Cela renforce le Röstigraben qui se dessine au sein de l'UDC sur le sujet. Alors que le parti suisse appuie le référendum, les sections cantonales valaisanne et genevoise ont déjà annoncé qu'elles soutiendraient le congé paternité de deux semaines.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Une sculpture musicale de 45 mètres de haut à l'EPFL

Publié

le

Le "Rohrwerk", une sculpture musicale de 45 mètres de haut, a été présenté à l'EPFL. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un tuyau de 45 mètres de haut comme pavillon sonore: un projet mêlant musique et architecture a pris place sur le campus de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). En plus de l'installation, le site accueillera divers événements et concerts publics jusqu'à jeudi.

À la fois instrument de musique, expérience scientifique, sculpture et espace de performance, le "Rohrwerk" est le fruit d'un travail d'équipe. L'idée du concept revient au compositeur bâlois Beat Gysin. Mais au total, ce sont six compositeurs, quatre musiciens, deux architectes et un scénographe qui ont créé ce projet. Le Rohrwerk ressemble à un "crayon à l'envers" et prend la forme d'un "orgue futuriste", fait remarquer l'EPFL dans un communiqué.

L'objet lui-même est complexe: il est composé de sept "tuyaux de rétroaction", un "multitrombone" et d'autres instruments faits sur mesure. Les tuyaux sont liés entre eux et suspendus en l'air par une grue. "Rohre" signifie "tubes" en allemand.

Des compositions originales à découvrir

Si les tuyaux peuvent directement être utilisés comme instruments de musique, le Rohrwerk permet aussi de diffuser des productions enregistrées.

En parallèle à l'installation, le public pourra profiter d'une série d'oeuvres musicales originales réalisées spécialement dans le cadre du projet. Celles-ci seront jouées jusqu'à jeudi. Les jusqu'à jeudi. Les événements (concerts, mais aussi discussions) sont ouverts à tout public et gratuits.

Le projet est à découvrir dans le patio extérieur du Rolex Learning Center, situé sur le campus de l'EPFL. Le Rohrwerk avait déjà été installé une première fois au Kunstmuseum de Bâle, en septembre 2019.

 

Continuer la lecture

Culture

Une sculpture musicale de 45 mètres de haut à l'EPFL

Publié

le

Le "Rohrwerk", une sculpture musicale de 45 mètres de haut, a été présenté à l'EPFL. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un tuyau de 45 mètres de haut comme pavillon sonore: un projet mêlant musique et architecture a pris place sur le campus de l'EPFL. En plus de l'installation, le site accueillera divers événements et concerts publics jusqu'à jeudi.

À la fois instrument de musique, expérience scientifique, sculpture et espace de performance, le "Rohrwerk" est le fruit d'un travail d'équipe. L'idée du concept revient au compositeur bâlois Beat Gysin. Mais au total, ce sont six compositeurs, quatre musiciens, deux architectes et un scénographe qui ont créé ce projet. Le Rohrwerk ressemble à un "crayon à l'envers" et prend la forme d'un "orgue futuriste", note l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

L'objet lui-même est complexe: il est composé de sept "tuyaux de rétroaction", un "multitrombone" et d'autres instruments faits sur mesure. Les tuyaux sont liés entre eux et suspendus en l'air par une grue. "Rohre" signifie "tubes" en allemand.

Des compositions originales à découvrir

Si les tuyaux peuvent directement être utilisés comme instruments de musique, le Rohrwerk permet aussi de diffuser des productions enregistrées.

En parallèle à l'installation, le public pourra profiter d'une série d'oeuvres musicales originales réalisées spécialement dans le cadre du projet. Celles-ci seront jouées jusqu'à jeudi. Les jusqu'à jeudi. Les événements (concerts, mais aussi discussions) sont ouverts à tout public et gratuits.

Le projet est à découvrir dans le patio extérieur du Rolex Learning Center, situé sur le campus de l'EPFL. Le Rohrwerk avait déjà été installé une première fois au Kunstmuseum de Bâle, en septembre 2019.

https://memento.epfl.ch/event/rohrwerk-pavillon-sonore/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Rentrée avec certificat sanitaire à l'EPFL et l'UNIL

Publié

le

Depuis mardi matin, des contrôles aléatoires sont organisés à l'entrée des salles de cours à l'UNIL. (© KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON)

L'heure de la rentrée a sonné à l'Université de Lausanne et l'EPFL. Les étudiants présents mardi matin sur le campus semblaient bien accepter l'obligation de présenter un pass Covid, tandis que les contestataires manifesteront en soirée sur la place de la Riponne.

"Le feed-back des étudiants est pour l'instant positif. La plupart sont équipés d'un certificat Covid. Ils préfèrent devoir le montrer plutôt que de rester à la maison", a indiqué Benoît Frund, vice-recteur de l'Université de Lausanne (UNIL), interrogé par Keystone-ATS.

Il a dit avoir constaté "beaucoup d'impatience" sur le campus, où les étudiants ont pu retrouver "des relations normales" après plusieurs mois d'enseignement à distance.

S'il faut impérativement montrer patte blanche pour entrer dans une cafétaria, une bibliothèque ou un centre sportif, cela n'est pas forcément le cas pour accéder aux auditoires. Des contrôles y sont organisés de manière aléatoire tout au long de la journée.

L'UNIL a dû engager 40 personnes, issues d'entreprises actives dans la sécurité, pour mener ces différents contrôles. Coût de l'opération: 750'000 francs par mois, a précisé Benoît Frund.

A noter que les masques restent obligatoires pour assister aux cours, sachant que les contrôles ne sont pas systématiques à l'entrée des salles.

Vaccination et dépistage sur place

Comme à l'UNIL, la rentrée avec pass sanitaire s'est déroulée sans accroc mardi matin à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). "Les étudiants se tiennent prêts avec leur certificat et leur carte d'identité. Tout se déroule très bien, dans une bonne ambiance", a constaté Eric Du Pasquier, directeur du domaine de la sécurité et de l'exploitation.

Les mêmes règles qu'à l'UNIL sont en vigueur. L'EPFL, qui accueille de nombreux étudiants étrangers, offre également la possibilité de présenter un carnet de vaccination. "C'est le cas typiquement pour les étudiants américains qui, souvent, n'ont pas de certificat. Ils peuvent montrer leur carnet pour accéder aux salles. Leur vaccin doit toutefois être reconnu en Suisse", a expliqué Eric Du Pasquier.

L'EPFL et l'UNIL ont rappelé qu'une campagne de vaccination était en cours jusqu'à la fin du mois sur leur campus, assurée par Unisanté. Un centre de dépistage est également disponible sur place.

Manifestation en soirée

Cette rentrée universitaire avec certificat suscite toutefois des oppositions. Nouvellement créé, le collectif Education sans certificat (ESC) a appelé à une manifestation mardi à 18h00 sur la place de la Riponne. "La Suisse ne garantit pas actuellement des conditions égales et égalitaires d'accès à l’enseignement supérieur", a-t-il écrit dans un communiqué.

Lundi pour la rentrée universitaire dans les autres cantons - la journée était fériée sur Vaud -, les protestations ont été peu nombreuses. Le rassemblement le plus important a vu environ 150 étudiants à Zurich défiler en direction de l'université et de l'EPFZ.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Un budget vaudois dans le rouge, mais pas besoin de plan de relance

Publié

le

Le canton de Vaud, ici avec son ministre des finances Pascal Broulis, a présenté mardi un budget 2022 dans les chiffres rouges (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le budget de l'Etat de Vaud table sur un déficit de 188 millions de francs pour 2022. Mais le canton reste financièrement solide: il n'a pas besoin de plan de relance, il propose des baisses fiscales ciblées et fait un geste envers les communes.

C'est un budget "de cohésion", qui "fait face aux défis" et prévoit des investissements "massifs" et des soutiens à différents secteurs, a déclaré mardi le conseiller d'Etat Pascal Broulis. Et un des seuls en Suisse "à proposer des baisses fiscales ciblées", a-t-il glissé. Un déficit de 188 millions qui ne semble donc pas inquiéter plus que cela le Grand Argentier vaudois :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Le Conseil d'Etat "a longuement discuté" de l'éventualité d'un plan de relance. Il a finalement décidé qu'il n'en avait pas besoin "car avec son budget 2021, puis 2022, il était déjà dans une logique de soutien fort à l'économie", a ajouté le chef des finances, qui présentait à la presse son dernier projet de budget :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Déficit limité

Avec un montant de 188 millions, le déficit reste dans la limite dite du petit équilibre, et n'entraîne pas de mesure financière spécifique. Le budget affiche des charges brutes de 10,673 milliards, en hausse de 2,81%. Des dépenses qui sont "maîtrisées", selon le grand argentier, eu égard notamment à la croissance attendue du PIB vaudois de 3,2% en 2022.

L'augmentation des charges doit permettre au canton de remplir ses missions de base. Tous les départements sont concernés, pas seulement la santé et le social. Le nombre de postes augmente de 493,8 ETP (Equivalent temps plein) à plus de 18'700 employés. Plus de 200 concernent de nouveaux enseignants ou formateurs spécialisés. Tous les secteurs de l'administration seront donc impactés par l'augmentation des charges :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Le canton jouit d'une croissance démographique supérieure à la moyenne suisse - ce qui implique l'ouverture de classes - ainsi que d'une forte diversification économique, rappelle le conseiller d'Etat. "Nous avons 10'000 entreprises de plus depuis le début de la législature. C'est très positif". Pascal Broulis :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Recettes fiscales en hausse

Côté revenus, la hausse attendue (+2,6%) est "nettement supérieure" à celle du précédent budget (+0,9%). Le canton table sur une hausse des recettes fiscales de 212 millions de francs (+3,6%), "ce qui traduit un contexte de sortie de pandémie et de croissance économique retrouvée", souligne le communiqué.

"En 2021, on n'a pas assisté à une paupérisation post-pandémie. Il n'y a pas d'augmentation du chômage, ni du nombre des gens au RI", a souligné Pascal Broulis. Vu les perspectives économiques favorables, les impôts sur le bénéfice des entreprises devraient augmenter.

Baisses fiscales

Des baisses fiscales seront mises en oeuvre en 2022, dont l'augmentation des déductions pour frais de garde et contribuable modeste, une baisse de la fiscalité des entrepreneurs et une réduction de l'imposition des prestations en capital provenant de la prévoyance (de 1/3 à 1/5). Ces mesures font suite à une baisse d'impôt de 1 point en 2020 et de 1 point en 2021.

Quant aux investissements, des dépenses totales de 849 millions sont planifiées, soit 32 millions de plus qu'au budget 2021. Si les conditions financières le permettent, un niveau d'investissement élevé devrait se poursuivre jusqu'en 2025 au moins. Le canton prévoit une dette stable à 975 millions pour 2022, et espère maintenir son triple AAA, la meilleure notation de Standard & Poor's.

Un geste pacificateur

Enfin, le Conseil d'Etat fait un geste envers les communes qui réclamaient une accélération de l'Accord conclu en août 2020. Le rééquilibrage progressif de 150 millions sera effectif un an plus tôt, dès 2027, grâce à un préfinancement du canton de 25 millions. Le PLR a salué cette "pacification" des relations canton-communes.

Ce budget n'inclut pas les coûts Covid, financés hors procédure budgétaire et pour lesquels des préfinancements ont été prévus.

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Les engagements cantonaux s'élèvent à 521 millions aux comptes 2020 et 302 millions ont pour l'heure été engagés en 2021.

Robin Jaunin avec Keystone - ATS

Continuer la lecture

Lausanne

La forme des capsules Nespresso n'est pas protégée

Publié

le

La forme caractéristique des capsules Nespresso ne peut pas être protégée par le droit des marques (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La forme des capsules Nespresso ne peut pas être protégée par le droit des marques. Le Tribunal fédéral rejette un recours de Nestlé contre une décision de la justice vaudoise.

La capsule a été protégée jusqu'en décembre 1996 par un brevet accordé à la Société des produits Nestlé SA. En juin 2000, la société veveysanne a déposé une demande d'enregistrement de la forme de la capsule auprès de l'Institut fédéral de la propriété intellectuelle (IPI). Contrairement au droit des brevets qui protège une invention pour 20 ans au maximum, le droit des marques octroie une protection pour 10 ans, renouvelable indéfiniment.

L'IPI a d'abord refusé, arguant que la forme était banale, qu'elle n'était pas gravée dans la mémoire des consommateurs et qu'elle appartenait dès lors au domaine public. Dans ces conditions, elle devait rester à la disposition des concurrents.

Capsules concurrentes

Suite aux remarques de Nestlé, l'IPI a finalement enregistré la forme. La protection a été renouvelée pour la dernière fois en mai 2020. Dans l'intervalle, Nestlé est entré en conflit avec la société Ethical Coffee qui a mis au point une capsule de forme similaire, compatible avec les machines Nespresso, mais constituée non pas d'aluminium mais de fibres végétales et d'amidon biodégradables. Ces capsules ont été vendues en France et en Suisse dès le début des années 2010.

En septembre 2011, Nestlé et Nespresso ont saisi la justice vaudoise afin d'interdire la vente de ces capsules. Après une longue procédure marquée par plusieurs expertises, la Cour civile a rejeté cette demande d'interdiction et constaté la nullité de la marque distinctive accordée par l'IPI à la capsule Nespresso.

Saisi par la société veveysanne, le Tribunal fédéral aboutit au même résultat, mais pour des motifs différents. La Cour civile vaudoise avait conclu à la nullité de la protection dans la mesure où la forme de la capsule appartenait au domaine public. Elle s'était fondée sur une étude de notoriété montrant que seuls 33% des sondés avaient identifié la marque d'après la photo de la capsule qui leur était soumise.

Forme nécessaire

Pour le Tribunal fédéral, il convient de faire prévaloir le motif d'exclusion résultant de la nécessité technique de la forme. En effet, une forme ne peut pas être enregistrée comme marque si elle doit être forcément reprise par un concurrent qui souhaite commercialiser un produit similaire.

L'existence de formes alternatives doit faire l'objet d'un examen strict, rappelle la 1ère Cour de droit civil du Tribunal fédéral. Celles-ci doivent être équivalentes et ne pas entraîner d'inconvénients pour les concurrents.

Or les expertises techniques produites devant l'instance précédente montrent que certaines capsules vendues par les concurrents de Nespresso ne sont pas sans reproche: résistance moindre à l'écrasement lors de la fermeture de la machine, difficulté d'extraction, fabrication plus complexe, coût plus élevé, notamment.

"Techniquement nécessaire"

Même si Nestlé s'accommode de ces formes différentes et n'a attaqué que les capsules semblables d'Ethical Coffee, l'expert a estimé que la forme originale était "techniquement nécessaire" sans forcément s'imposer comme une nécessité technique absolue. Ainsi, les dimensions extérieures, les angles des parties coniques, la collerette à la base et la capacité en café ont été développés afin de garantir un fonctionnement optimal dans le compartiment à capsule Nespresso.

Dans la mesure où les concurrents doivent composer avec ces paramètres, ils ne disposent pas d'une grande marge de manoeuvre. Les capsules alternatives présentent d'ailleurs une forme très similaire à celles de Nespresso, dont elles se distinguent par des créneaux ou des rayures, par exemple. L'étude de notoriété a d'ailleurs montré qu'elles ne se différenciaient pas dans l'esprit des consommateurs, conclut la 1ère Cour de droit civil. (arrêt 4A_61/2021 du 7 septembre 2021)

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X