Rejoignez-nous

Lausanne

De la dioxine découverte dans des sols de places de jeux

Publié

,

le

L'ancienne usine d'incinération du Vallon pourrait être à l'origine de cette pollution des sols. (Image d'archive - ©KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Des teneurs en dioxines et furanes ont été détectées dans les hauts de Lausanne. Dix-huit sites en ville dépassent la valeur limite dont plusieurs places de jeu et de loisirs. L'accès à neuf d'entre eux considérés comme sensibles a été restreint.

La pollution aux dioxines a été constatée dans le cadre du projet de parc agro-écologique sur les parcelles de la Ville entre Chailly et la Sallaz. "Le dossier est sérieux, mais nous ne sommes pas dans un état de crise alarmante", a déclaré Natacha Litzistorf, directrice lausannoise du logement, de l'environnement et l'architecture, mercredi devant la presse.

Héritage du passé

Suite à cette découverte, la Ville s'est tournée vers le canton qui a mené des analyses complémentaires sur 49 sites à proximité. Les autorités se veulent rassurantes: en respectant les mesures de prévention d'usage, cette ancienne pollution ne présente pas de menace imminente pour la santé. Elle est probablement liée à l'ancienne usine d'incinération du Vallon qui a cessé ses activités en 2005, a ajouté Mme Litzistorf. Des analyses sur le site permettront d'en savoir plus.

Les dioxines sont des substances organiques persistantes en principe générées par un processus de combustion et déposées sur le sol par l'air. Restant en surface, elles étaient générées entre les années 1920 à 1970. Aujourd'hui, ces rejets ont été réduits de plus de 90%, a poursuivi Cornélius Neet, directeur général de l’Environnement du canton.

Les installations actuelles - l'usine d'incinération de Tridel, la STEP de Vidy et le crématoire de Montoie - ne sont pas en cause. L'alimentation en eau potable de la Ville n’est pas non plus menacée par cette pollution.

Des mesures sur neuf sites

Sur les 18 lieux où la valeur-limite de 100 ng/kg (nanogrammes équivalent toxique par kilogramme de sol), édictée par la Confédération, est dépassée, neuf sites dits sensibles nécessitent des mesures d'urgence. Notamment pour protéger les enfants en bas âge susceptibles d'ingérer de la terre, a expliqué M. Neet.

Il s'agit essentiellement des abords de places de jeux et des terrains de sport, par exemple à Sauvabelin, à l'Hermitage ou encore à la Place du Nord, a précisé Mme Litzistorf. A titre préventif, des panneaux informatifs et des barrières seront mis en place d'ici une semaine.

"Il faudrait cependant qu'un enfant absorbe quotidiennement de la terre pour que cela constitue un danger", a expliqué le professeur David Vernez, chef du Département Santé, travail et environnement à Unisanté, chargé d'évaluer les risques de cette contamination.

Risques faibles

La zone où des terrains sont susceptibles de contenir cette dioxine va de l'Usine du Vallon au secteur de Victor-Ruffy et peut concerner des jardins privés. Il est recommandé de laver et éplucher les légumes et de se laver les mains après le jardinage. Les molécules ne se fixent pas sur les légumes, a précisé le professeur. La consommation de cucurbitacées est en revanche déconseillée.

La dioxine s'accumulant dans les graisses animales, il vaut mieux éviter de manger de la viande ou des oeufs de poules produits sur ces terrains. La Ville demande d'ailleurs au public de ne pas consommer les rillettes de cochons laineux de Sauvabelin et de les rapporter dans leurs lieux s'achat.

Si l'ingestion de terre polluée peut s'avérer nocive, voire cancérigène à long terme, il faudrait en absorber une quantité significative, quatre fois par semaine toute l'année pour que cela représente un danger, ont répété les autorités. Le risque est diffus et faible. "Ce n'est pas Seveso", a relevé M. Neet.

Investigations poursuivies

La Ville a tout de suite mis en veilleuse son projet de parc agro-écologique où se trouvait l'ancienne ferme Aeby et son marché. Des investigations vont être menées pour examiner d'autres sites sensibles d'ici fin juillet. Ensuite, le canton décidera de mesures d'assainissement. Une ligne d'information destinée à la population est ouverte au 021 315 96 96 jusqu'au 28 mai.

Les autorités ont encore relevé que si des valeurs préoccupantes ont été découvertes (entre 100 et 300 ng/kg), le seuil de danger a été établi à 1000 en France et Allemagne. Par ailleurs, la Suisse ne compte quasi pas de cas concrets de pollution à la dioxine qui auraient été analysés et qui auraient permis la comparaison, a noté la municipale.

Interviews

Natacha Litzistorf Municipale en charge de l’environnement, Lausanne
David VernezChef du Département Santé, travail et environnement d’Unisanté
Cornelis NeetDirecteur général de l’Environnement de l’Etat de Vaud

(Texte KEYSTONE-ATS/Sons DOR)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Vaud: une pétition pour réguler les corbeaux et corneilles

Publié

le

Des agriculteurs vaudois demandent, via une pétition qui sera adressée au Grand Conseil, de réguler les corvidés (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Des agriculteurs et viticulteurs vaudois, soutenus par des élus politiques, lancent une pétition destinée au Grand Conseil. Ils demandent des actions pour lutter contre la surpopulation de corvidés, principalement les corbeaux freux et les corneilles, qui causent de gros dégâts aux cultures.

"L'agriculture vaudoise est régulièrement victime de dégâts majeurs causés par les corvidés aux cultures vivrières en raison d'une population d'individus en forte augmentation et de mesures de régulation inadaptées ou inefficaces", écrivent vendredi les instigateurs de l'initiative dans un communiqué.

Contacté par Keystone-ATS, leur porte-parole Sylvain Faillétaz explique que le lancement de cette pétition vient de l'inaction politique face à cette problématique. L'agriculteur de Commugny estime que le canton de Vaud ne fait rien, ou très peu, pour les aider.

"Cela fait 6-7 ans que j'essaie de faire bouger les choses, mais rien ne se passe. J'ai eu des contacts avec les autorités cantonales, mais on se contente de compatir à nos problèmes et on minimise la situation", regrette-t-il.

En ce qui le concerne, il chiffre les dégâts occasionnés par les corvidés à "plusieurs dizaines de milliers de francs" par année. Sans compter l'argent et le temps investis pour mettre en place des systèmes d'effarouchement (pétards, épouvantails, répulsifs sur les semences, etc.) qui "ne fonctionnent pas".

"Agriculteurs, pas chasseurs"

Selon lui, il y a un besoin "urgent" de réguler une population de corvidés qui prolifère, faute de prédateurs. Il ajoute que si les agriculteurs avaient autrefois le droit de tirer eux-mêmes ces oiseaux, ce n'est plus le cas depuis une dizaine d'années.

"Nous sommes agriculteurs, pas chasseurs. Ce n'est pas à nous d'assumer la régulation. Tout ce qu'on demande, c'est que les autorités prennent des mesures efficaces pour réguler cette population et qu'elles nous indemnisent pour les dégâts causés", poursuit Sylvain Faillétaz.

Même s'il reconnaît que la situation due aux corvidés est "moins émotionnelle" que celle liée aux loups, l'agriculteur trouve certains "parallèles" avec ce qui vivent ses collègues éleveurs. A commencer par l'impression d'être "livrés à nous-mêmes".

Relais politiques

L'agriculteur de Commugny souligne que cette problématique ne s'arrête pas aux frontières vaudoises, mais que plusieurs autres cantons sont touchés. Il ajoute que tous les types de cultures sont touchés, des champs de blé, maïs ou tournesol en passant par les vignes et les cultures maraîchères ou fruitières.

Pour lancer leur pétition, les agriculteurs et viticulteurs se sont appuyés sur des relais politiques, notamment la députée au Grand Conseil Marion Wahlen et le conseiller national Olivier Feller (tous deux PLR). Le délai pour signer leur pétition court jusqu'au 28 septembre prochain.

"Nous nous battrons jusqu'au bout", conclut Sylvain Faillétaz, qui prévient que ses collègues et lui-même ne s'arrêteront pas à cette seule pétition pour se faire entendre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Les réseaux sociaux, source no 1 d'informations des jeunes Vaudois

Publié

le

Les auteurs de l'étude conseillent aux médias de se servir des réseaux sociaux pour toucher les 17-24 ans, notamment Instagram, la plateforme préférée de cette tranche d'âge. (© Keystone/DPA/CHRISTOPH DERNBACH)

La grande majorité des jeunes Vaudois (71%) s'informent via les réseaux sociaux. Leur consommation des nouvelles liées à l'actualité y est toutefois passive et aléatoire, sachant qu'ils vont d'abord sur les réseaux pour se divertir.

C'est principalement avec le "scrolling" (le fait de faire défiler une page), des suggestions générées par des algorithmes ou l'enchaînement automatiques de vidéos que ces jeunes ont accès à l'actualité. Ce constat ressort d'une étude de l'agence Qualinsight, menée dans le cadre de l'aide aux médias voulue par l'Etat de Vaud.

Derrière les réseaux sociaux, les applications ou sites de médias figurent en deuxième position (53%) parmi les plateformes utilisées pour suivre l'actualité, à égalité avec YouTube et juste devant les recherches par mots-clefs sur Google (48%). Les personnes interrogées (514 jeunes de 17 à 24 ans) n'utilisent pas, ou très peu, les canaux traditionnels que sont la télévision, la radio ou le journal papier.

Pas question de payer

La RTS est le média le plus consulté par les jeunes Vaudois (54% disent s'y informer au moins une fois par semaine), suivie par 20 Minutes (43%) et Tataki, le média en ligne créé par la RTS (32%). 24 Heures (20%), Le Matin (13%) ou encore Le Temps (11%) sont moins utilisés.

L'étude montre aussi que les jeunes s'intéressent plutôt aux enjeux globaux, mais pas vraiment à l'actualité locale: 46% n'y voient même aucun intérêt.

Pour eux, l'information doit également être gratuite. A la question de savoir s'ils seraient prêts à payer pour du contenu média "de qualité dédié aux jeunes", ils sont 58% à répondre par la négative et 33% à dire "peut-être".

Jeunesse des journalistes

Parmi leurs recommandations, les auteurs de l'étude conseillent aux médias de se servir des réseaux sociaux pour toucher les 17-24 ans. La priorité devrait être mise sur Instagram, la plateforme préférée de cette tranche d'âge. Ils prônent aussi des contenus "courts, concis, clairs et drôles", surtout via des vidéos.

L'étude de Qualinsight souligne encore l'importance d'avoir de jeunes journalistes qui incarnent un média. De quoi créer davantage de proximité et "une ambiance plus décontractée", avec par exemple des formats "live" ou "story".

Pour les médias locaux, les auteurs de l'étude estiment qu'il faut chercher à "se démarquer". Ils recommandent, par exemple, de couvrir les sujets locaux avec un axe "plus sociétal" ou en traitant davantage la vie des jeunes (portraits, reportages, etc).

Aide cantonale aux médias

L'enquête de Qualinsight a été réalisée début 2022 par un sondage sur un échantillon représentatif de 514 Vaudois, âgés de 17 à 24 ans. Des discussions plus approfondies ont ensuite été menées en petits groupes.

L'étude a été lancée dans le cadre de l'aide à la diversité des médias, un paquet concocté par le Conseil d'Etat vaudois et validé par le Grand Conseil en mars 2021. Cette enveloppe de 6,2 millions de francs sur cinq ans comprend, entre autres, la publication d'annonces, l'éducation des jeunes aux médias et la création d'un kiosque numérique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Carmelo Laganà sera le collaborateur personnel d'Isabelle Moret

Publié

le

Carmelo Laganà sera le collaborateur personnel de la conseillère d’Etat Isabelle Moret. (© Etat de Vaud)

La nouvelle conseillère d'Etat vaudoise Isabelle Moret a choisi Carmelo Laganà comme collaborateur personnel. Agé de 44 ans, il a officié ces dix dernières années pour economiesuisse en qualité de suppléant romand et responsable de projets.

Avant cela, M. Laganà a travaillé pour l'Etat de Genève, l'Association des communes genevoises et la Haute école de gestion de Genève. Sa carrière lui a permis "d'acquérir une culture de la vie publique et politique comme une connaissance du tissu économique", relève jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Il prendra ses nouvelles fonctions le 1er septembre pour épauler Isabelle Moret, la nouvelle cheffe du Département de l'économie, de l'innovation, de l'emploi et du patrimoine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Auteurs et maisons d'édition lausannois à la fête du 23 au 27 août

Publié

le

Lire à Lausanne fête ses maisons d’édition et ses auteurs du 23 au 27 août (photo symbolique). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Librairie éphémère à l'Hôtel de Ville, journée de dédicaces, soirées littéraires au Théâtre de Boulimie, un livre offert à l'achat d'un ouvrage: à l'occasion de la rentrée littéraire, la manifestation Lire à Lausanne donne un coup de projecteur sur les maisons d'édition et les auteurs lausannois. Cette fête du livre et de la lecture se tient du 23 au 27 août dans la capitale vaudoise.

Plus de 30 labels d'édition lausannois et revues actifs dans la fiction, les sciences humaines, la jeunesse, la BD, les guides ou le mieux-vivre participent à la manifestation. A cette occasion, la ville renouvelle l'action "un livre acheté = un livre offert", qui est valable uniquement sur place - au Forum de l'Hôtel de Ville - pendant l'événement, indique mercredi la Ville dans un communiqué.

La soirée d'ouverture sera dédiée aux éditeurs qui évoqueront leur métier et expériences. Une autre soirée sera consacrée au polar à Lausanne. Samedi 27 août, plus de 30 auteurs seront présents pour des séances de dédicaces, dont Anne-Frédérique Rochat, Eugène, Julien Burri, Etienne Barilier, Jérôme Meizoz, David Bosc, Marie-Jeanne Urech ou Cléa Favre.

Enfants et familles peuvent aussi se réjouir puisqu'ils pourront rencontrer une vingtaine d'auteurs et illustrateurs de jeunesse. Parmi eux, Christine Pompeï, Hélène Becquelin, Denis Kormann, Catherine Louis ou Dominique Torti.

www.lausanne.ch/lirealausanne

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

A Lausanne, les cours de français au bord du lac font carton plein

Publié

le

Plus de 70 nationalités se sont côtoyées à Vidy-Plage pour apprendre le français (photo symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La fréquentation des cours de français gratuits organisés durant l'été par la Ville de Lausanne à Vidy-Plage a atteint un nouveau record. Entre le 11 juillet et le 12 août, 437 personnes se sont rendues au bord du lac pour suivre un ou plusieurs des 24 cours dispensés dans une ambiance décontractée.

La fin des restrictions sanitaires, une météo très ensoleillée, mais aussi le contexte international avec la guerre en Ukraine et la situation en Afghanistan, ont exercé une influence notable sur la fréquentation, a communiqué lundi la Ville. Ainsi, parmi les personnes présentes, on compte une majorité de femmes ukrainiennes et d'hommes afghans.

La communauté hispanophone (Colombie, Equateur, Espagne et Pérou) était également bien représentée. Au total, ce sont plus de 70 nationalités qui se sont côtoyées. La plupart des personnes résident à Lausanne depuis moins de six mois.

Enfants pris en charge

Nouveauté de cette édition, la halte-jeux pour les enfants a été très sollicitée. Chaque soir, en moyenne une quinzaine d'enfants ont été accueillis. Les parents ont pu ainsi se concentrer sur leur apprentissage. Au vu du succès rencontré, la Ville souhaite reconduire cette offre lors de la prochaine édition.

Proposés gratuitement chaque été depuis 13 ans par la Ville de Lausanne et son Bureau lausannois pour les immigrés (BLI), les cours de Vidy-Plage offrent une première initiation à la langue française.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X