Rejoignez-nous

Lausanne

Lausanne: le "corbeau" a agi "par volonté de nuire"

Publié

,

le

Selon le tribunal, Fabien Dunand a "agi par volonté de nuire". (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Tribunal de police de Lausanne a condamné jeudi Fabien Dunand à des jours-amende fermes. Il l'a reconnu coupable de menaces alarmant la population et de calomnie, à l'égard notamment de l'ancienne conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro.

L'ancien rédacteur en chef de 24 heures, reconverti dans la communication, écope de 150 jours-amende à 60 francs. Soit la peine requise par le procureur général, mais sans le sursis. Il est sanctionné pour avoir accusé le groupe de construction Orllati d'avoir pollué la nappe phréatique à Bioley-Orjulaz (VD) et pour avoir prétendu que les autorités cantonales avaient fermé les yeux.

Sanction aggravée

En supprimant le sursis, le tribunal a aggravé la sanction infligée par voie d'ordonnance et contre laquelle le prévenu avait fait opposition. "Ce n'est pas le jugement que j'étais en droit d'attendre. C'est à désespérer de la justice, en tout cas de cette justice-là", a réagi Fabien Dunand, qui n'a pas encore décidé s'il fera recours.

Pour la Cour, les conditions à l'octroi du sursis n'étaient pas réunies. Fabien Dunand est resté "irréductible à toute compréhension du caractère illicite de ses actes", y compris à l'audience. Il a fait preuve d'un "comportement répété, revendiqué, assumé", a estimé le président du tribunal, Pierre Bruttin.

Le magistrat reproche en substance à l'ancien journaliste d'avoir basé ses accusations sur des analyses partielles, effectuées dans un puits éloigné des habitations et sans faire de vérification. Fin 2016 et début 2017, Fabien Dunand a envoyé des courriers anonymes aux médias et à des élus avec "un ton véhément et catégorique", propre à alarmer la population.

Volonté de nuire

En tant qu'ancien journaliste d'investigation, il était pourtant "parfaitement à même d'agir différemment", a relevé Pierre Bruttin. "Il a agi par volonté de nuire uniquement".

La calomnie est également retenue. Critiquer le comportement d'une personnalité politique est une chose. Dire qu'elle passe son temps à mentir en est une autre, a ajouté le président, en référence aux "accusations répétées" contre le groupe Orllati et Jacqueline de Quattro, qu'il a voulu faire passer pour "une politicienne véreuse".

Son comportement est "déplorable, indigne de la part d'un ancien journaliste de haut niveau, un homme intelligent", a ajouté le président, en précisant toutefois que les faits les plus anciens étaient prescrits.

Harcèlement et insulte

Lundi, en ouverture d'audience, l'ancienne conseillère d'Etat, qui était à l'époque à la tête de la Direction générale de l'environnement, avait expliqué qu'elle s'était sentie harcelée, insultée. Elle demandait que le prévenu cesse de lui "empoisonner l'existence".

Mme de Quattro n'a pas assisté à la lecture du jugement. Son avocat, Me François Roux, a expliqué qu'elle était "satisfaite du résultat, après ce qu'elle a enduré durant quatre ans et demi".

Journée noire

Fabien Dunand, pour sa part, soutient qu'il a agi comme un lanceur d'alerte. "C'est une journée noire pour la justice vaudoise qui donne un message inquiétant adressé à nos responsables politiques dont on attend des exigences de transparence", a relevé son avocat, Me Elie Elkaim, qui avait plaidé l'acquittement. Un recours est possible dans les dix jours.

Fabien Dunand est aussi condamné à supporter les frais de la cause. Il devra s'acquitter de plus de 15'000 de frais d'honoraires à Mme de Quattro et de plus de 12'000 francs pour le groupe Orllati.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Lausanne

Mort de Mike: manifestation à Lausanne à quelques jours du procès

Publié

le

Les manifestants ont exigé que justice soit faite pour Mike, mort lors de son arrestation par la police en 2018. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Entre 400 et 500 personnes se sont rassemblées samedi après-midi à Lausanne, à quelques jours du procès des six policiers impliqués dans l'intervention qui a coûté la vie à Mike Ben Peter en février 2018. Les manifestants ont réclamé la "justice pour Mike."

C'est le collectif lausannois Kiboko, créé après la mort du Nigérian, qui a initié ce nouveau rassemblement aux côtés de plusieurs autres organisations. "Notre rôle est de continuer de dénoncer les violences policières et raciales, ainsi que le silence voire le soutien des autorités", a déclaré Sasha, l'une des membres du collectif, interrogée par Keystone-ATS. La manifestation se voulait aussi "commémorative" afin de "garder en mémoire qui était Mike", a-t-elle ajouté.

Parti sous le soleil de la Riponne, le cortège a dû ensuite affronter une pluie battante lors de son circuit au centre-ville. Si plusieurs personnes ont préféré renoncer et se mettre à l'abri, la majeure partie a tenu jusqu'au bout. Plusieurs discours ont été prononcés au fil du parcours, principalement pour conspuer la police et "son racisme meurtrier".

Les manifestants se sont notamment arrêtés plusieurs minutes devant l'hôtel de police, rue St-Martin, pour siffler et crier des slogans hostiles aux forces de l'ordre. Aucun débordement n'a toutefois été constaté.

Trois jours d'audience

Très attendu, le procès des six policiers est programmé du 12 au 14 juin à la salle d'audience cantonale de Renens. Tandis que leurs avocats plaideront l'acquittement, le Ministère public a retenu l'homicide par négligence.

Pour l'avocat de la famille de la victime, c'est l'homicide par dol éventuel qui doit s'appliquer. Autrement dit: le comportement des policiers rendait possible une issue fatale pour la victime, et ils s'en seraient accommodés.

L'acte d'accusation fait le récit d'une arrestation musclée le 28 février 2018, à proximité de la gare de Lausanne, lors d'un contrôle antidrogue. Mike Ben Peter, qui avait caché des boulettes de cocaïne dans sa bouche, s'était débattu face aux forces de l'ordre. Pour le contenir, les policiers l'avaient frappé et usé d'un spray au poivre, avant de l'immobiliser sur le ventre et de le menotter. Il était décédé d'un arrêt cardiaque.

"Restituer" le procès

Pour le collectif Kiboko, il est "stupéfiant" de parler d'homicide par négligence, ce qui revient à "nier la brutalité intentionnellement infligée à Mike". Samedi encore lors de la manifestation, les différents discours ont dénoncé "un passage à tabac", "une expédition raciste" ou encore "une authentique ratonnade".

Le collectif et ses soutiens ont prévu de se rendre au tribunal lors du procès, "avant tout pour soutenir la famille", a indiqué sa militante Sasha. Une "permanence" sera aussi installée au centre-ville de Lausanne, où chaque journée d'audience fera l'objet d'une "restitution" afin d'assurer "une transparence maximale" à ce procès, a-t-elle ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La place de la Gare de Lausanne attend les boulistes

Publié

le

Cet hiver, la place de la gare de Lausanne s'était transformée en patinoire. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En attendant la reprise des travaux à la gare de Lausanne, la Municipalité s'applique à rouvrir les espaces du chantier au public, dans le cadre d'un programme baptisé Entracte. Après avoir hébergé une patinoire cet hiver et le festival BDFIL au mois de mai, la place de la Gare accueillera cet été un "terrain de gravier" ainsi que des spectacles ponctuels, a fait savoir la Ville de Lausanne vendredi dans un communiqué.

Ce terrain sera "idéal pour des parties de pétanque entre amies et amis ou en famille", a pointé dans le communiqué Natacha Litzistorf, conseillère municipale à la tête de la Direction du logement, de l’environnement et de l’architecture. Par ailleurs un "pavillon climatique" offrira un "îlot de fraîcheur" aux promeneurs sur la place dite des Saugettes, au sud de la gare.

Quatre manifestations, parmi lesquelles la Fête de la Musique, ainsi que des spectacles d'humour et d'improvisation, sont prévues cet été sur la place de la Gare. La liste pourrait s'allonger puisque, comme le précise la Municipalité, "ces derniers mois, l’unité Pôle Gare de la Ville a reçu plusieurs demandes de projets (plus de 30 !), actuellement à l’étude, qui laissent présager une rentrée sous les meilleurs auspices!"

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: 14 nouvelles zones de recharge électrique d'ici 2024

Publié

le

Il sera bientôt plus facile pour les Lausannois de trouver une borne où recharger sa voiture électrique. (Image prétexte) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ville de Lausanne va équiper 14 quartiers de bornes de recharge pour véhicules électriques d'ici 2024. Le quartier du Maupas sera le premier à en bénéficier, avec une mise en service prévue le 19 juin.

Chaque station comprendra trois bornes de recharge standard et une borne de recharge rapide. "La priorité étant d’offrir une possibilité de recharge aux Lausannoises et Lausannois, ces places seront réservées aux porteurs de macaron A à O (sans restriction de zone) et aux véhicules 100% électriques", précise vendredi la Municipalité dans son communiqué.

Les quartiers de Valency, Sous-Gare, Ouchy, Borde, Bellevaux, Sébeillon, Malley et Montchoisi doivent être équipés entre la mi-août et la fin de l'année. Les quartiers de Montriond-Cour, Florimont-Chissiez, Vallon, Béthusy et Vinet-Pontaise disposeront de leurs bornes de recharge en 2024.

P+R et parkings d'immeubles

Les Services industriels de Lausanne proposent par ailleurs une prestation "clé-en-main" pour équiper de telles bornes les parkings d'immeubles. Ces dispositifs apparaîtront également ces prochaines années sur les parkings P+R et au sein de l'administration, indique la Municipalité.

La Ville de Lausanne entend bannir les véhicules thermiques de son territoire d'ici 2030. L'encouragement de la mobilité électrique fait partie de sa stratégie pour y arriver.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne déclenche son plan canicule 2023

Publié

le

Lausanne déclenche son plan canicule (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne réactive son plan canicule à partir de jeudi et jusqu'au 31 août. L'opération, menée par la Ville depuis 2010 sur mandat cantonal, prévoit des visites auprès des plus de 70 ans.

Le dispositif s'adresse plus particulièrement aux personnes vivant seules et non suivies par un centre médico-social (CMS), ainsi que celles souffrant d'une affection chronique.

Les personnes concernées, ou un membre de leur famille, peuvent contacter le numéro gratuit 0800 808 808, en service durant les jours de semaine. Lors de leur appel, leur demande sera enregistrée et elles pourront bénéficier d'une visite à domicile en cas de vague de chaleur, rappelle jeudi la Municipalité lausannoise. Elle précise que le numéro est réservé aux habitants de la ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Un amour tout neuf vous occupe tout entier mais comporte des obstacles. Montrez que vous ne vous laisserez pas décourager et que les difficultés ne font que renforcer vos sentiments.

Les Sujets à la Une

X