Rejoignez-nous

Lausanne

L'EPFL s'émancipe des énergies fossiles

Publié

,

le

La nouvelle centrale thermique de l'EPFL fonctionne grâce à l'eau du Léman, qui produit désormais 54% des besoins énergétiques de l'école. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'EPFL se chauffe et se refroidit désormais intégralement avec l'eau du lac Léman. La haute école y parvient grâce à sa nouvelle centrale thermique, inaugurée jeudi.

Mise en service après trois ans de travaux, la centrale fonctionne grâce à un pompage dans le Léman: l'eau, puisée à 7 degrés, peut ensuite être amenée à 67 degrés via des pompes à chaleur. Panneaux solaires et "valorisation" de la chaleur dégagée par les serveurs du centre de données complètent le système.

Résultat: 54% de l'énergie nécessaire à l'EPFL est fournie par la nouvelle centrale, soit par l'eau du Léman. Le reste provient de l'électricité (40%) et du gaz (6%). Le mazout, avec lequel fonctionnait notamment l'ancienne centrale, a totalement disparu du campus.

"Laboratoire à ciel ouvert"

"Un pas essentiel a été franchi pour réduire notre empreinte carbone et notre dépendance aux énergies fossiles", s'est réjoui Martin Vetterli, président de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Cette centrale doit aussi servir de "démonstrateur", de "laboratoire à ciel ouvert" pour montrer comment sortir des énergies fossiles, "cette héroïne de l'économie moderne", a-t-il ajouté.

Inaugurée alors que les prix de l'énergie flambent, la nouvelle centrale "tombe à pic", a estimé Martin Vetterli. Cela n'empêchera toutefois pas la haute école de subir "de plein fouet" la hausse des coûts, a-t-il reconnu, sans pouvoir encore chiffrer l'augmentation de la facture pour le deuxième plus gros consommateur énergétique du canton de Vaud.

Alors que des ruptures d'approvisionnement d'énergies sont d’actualité, cette nouvelle centrale thermique tombe à pic, même si le projet a été anticipé:

Martin VetterliPrésident de l’EPFL

Innovation et sobriété

Présent parmi les quelque 50 invités de cette inauguration, le conseiller d'Etat Vassilis Venizelos a salué "le caractère précurseur" de la démarche de l'EPFL. Le ministre en charge de l'environnement a dit espérer que de telles réalisations "foisonnent partout ailleurs dans le canton et en Suisse".

Tout en louant la prouesse technologique, Vassilis Venizelos a prévenu que cette "foi en l'innovation ne devait pas devenir un nouvel oreiller de paresse, comme l'a été jusqu'ici le pétrole."

L'élu des Verts a souligné que la crise climatique et énergétique devait aussi être abordée en consommant moins et mieux. "Innovation technologique et sobriété énergétique sont les deux faces d'une même pièce", a-t-il dit.

Pour le chef de l’environnement, cette centrale thermique est un exemple à suivre:

Vassilis VenizelosConseiller d’État vaudois

L'EPFL ne va pas s'arrêter à cette nouvelle centrale thermique. "C'est une étape cruciale pour aller plus loin", a déclaré Gisou van der Goot, vice-présidente pour la transformation responsable. Elle a relevé que plusieurs autres projets étaient en cours: alimentation plus locale et durable pour les quelque 18'000 étudiants et collaborateurs, diminution des voyages à l'étranger ou encore végétalisation et piétonisation du campus.

A l'avenir, la centrale thermique pourrait aussi un jour exploiter la compostière située juste à côté, où sont déversés les déchets végétaux des parcs et jardins du campus. Un digesteur pour les restes alimentaires des cafétérias constituerait une étape de plus vers une petite production locale de biogaz. L'EPFL doit présenter en 2023 son Plan climat, qui réunira tous ces éléments.

Jérôme Genet avec Keystone-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Positive Life Festival: montrer la vie d'aujourd'hui avec le VIH

Publié

le

Le CHUV et d'autres partenaires lancent durant une année des événements visant à faire évoluer les mentalités quant aux représentations de la vie avec le VIH (photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/VADIM GHIRDA)

Le Service des maladies infectieuses du CHUV, avec d'autres partenaires dont l’Université de Lausanne (UNIL), lance "Positive Life Festival". Ce cycle d’actions et d’événements vise à créer tout au long de 2023 de nouvelles représentations de la vie avec le VIH.

Les représentations culturelles et médiatiques du VIH datant des années 1980-90 dominent encore largement les imaginaires. "Or, la situation des personnes vivant avec le virus et les traitements disponibles ont grandement évolué", insiste David Jackson-Perry, chargé de mission au sein du Service des maladies infectieuses du CHUV, à l’origine de ce projet novateur et cité lundi dans un communiqué.

Grâce à la prise de traitements antirétroviraux efficaces, une personne vivant avec le VIH ne peut pas transmettre le virus et peut avoir une vie intime, sociale et professionnelle comme n’importe qui d’autre. "Le problème n’est pas le VIH, mais les vieilles représentations qui restent ancrées dans notre conscience collective", souligne le professeur Matthias Cavassini, médecin chef de la consultation ambulatoire des maladies infectieuses du CHUV.

"Positive Life Festival est un projet très important car il fait converger l’art et la science pour sensibiliser et informer la population générale. Il est indispensable de produire et de diffuser des nouvelles représentations de la vie avec le VIH aujourd’hui en Suisse", a-t-il ajouté.

Médiation en milieu scientifique

Dès fin novembre 2022, des actions de médiation scientifique sont organisées par une équipe pluridisciplinaire issue du Positive Life Festival et de l'Eprouvette, le Laboratoire Sciences et Société de l’UNIL. Elles sont destinées au grand public et aux milieux scolaires.

Tout au long de l’année, le programme comprendra des ateliers d’écriture créative et de réflexion, des "apéros-sciences" permettant de dialoguer avec des spécialistes autour de thématiques essentielles et peu discutées: le VIH et les femmes, le VIH et les sexualités, ou encore le VIH et la santé mentale. Enfin, un atelier pédagogique autour du VIH au cinéma verra le jour pour les gymnasiens du canton à partir de la rentrée d’août 2023.

VU.CH, l'art à l'hôpital, s’associe également à Positive Life Festival avec, dès juillet 2023, un parcours d’expositions d’art contemporain sur trois lieux.

Appel à projets

La première édition du Positive Life Festival, aboutissement de toutes ces manifestations, aura lieu les 1er et 2 décembre 2023 à Lausanne. Il proposera performances artistiques, lectures, discussions et rencontres. Pour cette occasion, un concours de courts métrages et d’une performance traitant du VIH aujourd’hui est lancé.

Cet appel à projets est ouvert à toute personne intéressée à thématiser un aspect de la vie avec le VIH, que ce soit sous forme documentaire, fiction, animation. Le délai de dépôt des candidatures est fixé au 1er février 2023 sur le site du festival. Les cinq meilleurs films et une performance recevront 10'000 francs chacun.

www.positive-life-festival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Loups: le Canton de Vaud conseille les promeneurs

Publié

le

L'Etat de Vaud dresse la liste des bonnes pratiques lors d'une rencontre avec un loup (photo d'illustration). (© KEYSTONE/PHOTPRESS/WWF/GIANCARLO MANCORI)

Avec l'essor du loup sur le territoire cantonal, l'Etat de Vaud rappelle lundi les bonnes pratiques à adopter en cas de rencontre avec le canidé. Il précise toutefois que, selon ce qui a été observé par le passé, "la très grande majorité des interactions se déroule sans agressivité", mais aussi que ces rencontres sont souvent liées à la présence d'un chien "qui attise l'intérêt du loup".

Garder une distance adéquate, ne pas essayer d'approcher ou de photographier le loup, tenir son chien en laisse ou se retirer lentement font partie des conseils prodigués par l'Etat de Vaud. Si le loup s'approche tout de même, il faut "s'arrêter, crier, se faire le plus grand possible, essayer de l'intimider, lui jeter éventuellement un objet, tout en lui laissant de la place pour qu'il puisse battre en retraite", poursuit le communiqué.

Les rencontres avec un loup doivent être signalées au surveillant de la faune de la circonscription concernée. Ceci s'est produit une fois à la fin septembre dans la région du Mollendruz, lorsqu'un promeneur et son chien ont été suivis par un loup, sans que celui-ci ne se montre agressif. A la suite de cet événement, la surveillance a été renforcée dans ce secteur, affirme l'Etat de Vaud. Et depuis, aucune nouvelle rencontre n'a été signalée.

Le Canton note néanmoins que la probabilité d'en croiser un augmente avec l'arrivée de l'hiver, sachant que les loups suivent les cerfs jusqu'en plaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne ne veut pas qu'économie d'énergie rime avec déprime

Publié

le

La tour Bel-Air restera illuminée cette année, dans le cadre de Lausanne Lumières. La Ville ne veut pas priver la population des illuminations de Noël (archive). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne ne veut pas sacrifier les illuminations de Noël au nom des économies d'énergie, afin de préserver "l'ambiance festive" de la fin de l'année. Leur étendue, durée et horaire ont toutefois été réduits. Le spectacle son et lumière sur la façade de l'Hôtel de Ville revient par ailleurs à la place de la Palud.

Les habituels flocons, étoiles et autres volutes scintilleront cette année du 1er décembre au 2 janvier (au lieu du 24 novembre au 8 janvier) de 16h à 20h (au lieu de minuit) dans les rues de Bourg et Cheneau-de-Bourg, place et rue Saint-François, rue du Pont, rue de la Louve, rue de la Mercerie, rue du Petit-Chêne, place Pépinet, place du 14 juin et place René-Auberjonois, a communiqué lundi la Municipalité.

Les créations de l'atelier Schlaepfer-Capt, "Givre" à la rue Jenny-Enning et "Carré qui roule" à la place du Grand-Saint-Jean pourront également être admirées. En revanche, l'axe Terreaux-Bel-Air-Grand-Pont, le Petit-Chêne et la rue Centrale resteront vides de décorations.

A la Palud, les "Rêveries lausannoises" sont de retour dans une nouvelle version après deux ans d'absence liée à la pandémie de Covid-19. La projection de 15 minutes se déroulera chaque soir du 15 au 24 décembre, à 17h30, 18h30, 19h30 et 20h30. Le traditionnel sapin de la place piétonne échappe également aux efforts de sobriété. Il sera allumé le 1er décembre. Comme la projection, il consomme peu d'énergie, ses guirlandes étant en LED.

Concernant le festival Lausanne Lumières, la Ville avait déjà annoncé qu'il se déroulera dans un plus petit format, du 1er au 24 décembre. Il consommera 50% d'énergie en moins que l'an dernier.

Faible consommation

"Il était important de maintenir l'ambiance festive de fin de l'année en ville, d'autant plus après deux années où elle était fortement affectée par la pandémie", écrit lundi la Municipalité. "Nous avons voulu éviter de prendre des mesures qui avaient très peu d'effets supplémentaires sur la consommation d'énergie et qui auraient affecté le moral de chacune et chacun dans cette période", ajoute le municipal Xavier Company, cité dans le communiqué.

La Ville souligne que les décorations de Noël sont régulièrement remplacées par des modèles plus efficients. Grâce aux aménagements spécifiques de cette année, elles consommeront environ 60% de moins que l'hiver dernier, soit 5900 kWh, ce qui équivaut à la consommation annuelle de 2,5 ménages. Cela correspond à 0,001% de la consommation globale d'électricité lausannoise par an.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

L'Etat de Vaud récompense les meilleurs jeux vidéo

Publié

le

L'Etat de Vaud récompense trois studios de jeux vidéo pour un total de 50'000 francs (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Etat de Vaud a retenu trois projets dans son palmarès 2022 des meilleurs jeux vidéo développés dans le canton. Les studios Naraven Games, Sunnyside et Digital Kingdom sont récompensés, avec des prix de respectivement 20'000, 18'000 et 12'000 francs.

Sous la présidence de Nicolas Gyger, chef adjoint au Service des affaires culturelles (SERAC), le jury a examiné un total de neuf dossiers "dont l'ensemble était recevable et éligible", indique lundi l'Etat de Vaud.

Le grand vainqueur est Naraven Games, qui avait déjà été primé en 2019. Le studio lausannois se trouve en phase de préproduction du jeu "Don't be Estranger" qui traite du passage entre enfance et adolescence. "Le jeu propose une atmosphère et une symbolique intime fortes s'alliant à un environnement basé sur les codes du cinéma d'horreur et fantastique", poursuit le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L'émergence artistique du 2 au 4 décembre aux Urbaines de Lausanne

Publié

le

L'Espace Arlaud à Lausanne sera le point de départ du festival de l'émergence artistique Les Urbaines avec une exposition (archives). (© Keystone/DOMINIC FAVRE)

La 26e édition du festival de l'émergence artistique Les Urbaines se tient le week-end prochain, les 2, 3 et 4 décembre. La manifestation, entièrement gratuite, investira différents espaces à Lausanne, Renens et Chavannes.

Un total de 42 propositions "téméraires" issues des scènes locales, nationales et internationales seront à découvrir lors de cette édition 2022, indiquent les organisateurs dans un communiqué. Parmi elles, cinq premières, deux premières européennes et douze premières suisses, précisent-ils.

"Laboratoire plein de possibilités esthétiques, la programmation ne se rallie que par l'attention portée aux propositions qui sortent du lot, chacune à sa manière, et se distinguent précisément parce qu'elles amorcent, peut-être, de nouveaux apparentements, de nouveaux courants", écrivent-ils. Porteuse d'esthétiques singulières et de langages disruptifs, l'émergence invite autant à la surprise et à l'émerveillement qu'à l'inconfort ou la provocation, selon eux.

Huit lieux institutionnels, associatifs ou alternatifs seront investis par des performances, des concerts, des ateliers, des DJ sets et des ½uvres plastiques. Invitant au déplacement d'est en ouest, le parcours proposé débutera avec une exposition à l'Espace Arlaud, continuera au Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA), puis passera par l'Arsenic et le Théâtre Sévelin 36, à Lausanne.

Le parcours se poursuivra ensuite à L'Eveil - Halles Nord Beaulieu et l'Espace Amaretto, puis en direction de Chavannes et Renens avec la Chapelle de Chavannes et l'Atelier tl Perrelet. Le festival propose aussi des actions de médiation, telles que des ateliers, des visites guidées et des ateliers scolaires.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X