Rejoignez-nous

Lausanne

Les Vert'libéraux souhaitent un labo d'innovation à Lausanne

Publié

,

le

Selon le parti Vert'libéral lausannois, la capitale vaudoise aurait le potentiel d'être une des villes leader en matière d'innovation (Photo d'illustration © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Selon les Vert'libéraux lausannois, la capitale vaudoise a le potentiel d'être parmi les villes leaders en matière d'innovation. Ils souhaitent la création d'un laboratoire.

Lausanne est une ville réputée pour ses hautes écoles, son école polytechnique ainsi que ses nombreuses start-ups. Mais leurs avancées n'aident que trop peu la ville, selon le parti Vert'libéral lausannois. Il dépose un postulat qui souhaite étudier l'idée de la création d'un "laboratoire d'innovations" à Lausanne. Un projet qui permettra, justement, de mieux intégrer les start-ups et stimuler l'innovation urbaine. Pour le conseiller communal Vert’libéral Mathias Paquier, il y aurait tout à gagner de miser davantage sur les nouvelles technologies :

Mathias PaquierConseiller communal Vert'libéral - Lausanne

L'idée de la "Smart City" n’est pas nouvelle : elle est notamment déjà intégrée à Barcelone. Un exemple qui parle à Mathias Paquier, conseiller communal Vert’libéral lausannois qui dépose ce postulat :

Mathias PaquierConseiller communal Vert'libéral - Lausanne

Le projet d'un laboratoire d'innovation pourrait, par exemple, permettre de meilleures interactions entre les collectivités publiques et les start-ups. Cela permettrait notamment, selon Mathias Paquier, de stimuler l'innovation urbaine, qui pourrait déboucher sur des solutions concrètes, comme l'éclairage public par exemple :

Mathias PaquierConseiller communal Vert'libéral - Lausanne

Le postulat a donc été déposé auprès de la Municipalité de Lausanne et l'invite à se pencher sur ce dossier.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Lausanne: 5000 visiteurs pour le retour de la Nuit des images

Publié

le

Plateforme 10 a accueilli samedi la dixième édition de la Nuit des Images. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Nuit des images a attiré samedi quelque 5000 visiteurs sur le site de Plateforme 10 à Lausanne. La manifestation signait son grand retour après cinq ans d'absence.

Le public a bravé une météo froide et pluvieuse pour découvrir le programme concocté par Photo Elysée. Plus de 65 artistes nationaux et internationaux y ont présenté des projets inédits ou revisités, à l'image d'une animation monumentale de Damjanski.

Après des années dans les jardins de l'ex-Musée de l'Elysée, le Quartier des arts de Plateforme 10 servait pour la première fois de décor à cette fête de la photographie. Pour l'occasion, les trois musées du site - MCBA (Beaux-arts), mudac (design) et Photo Elysée - étaient exceptionnellement ouverts jusqu'à 01h00, avec entrée libre.

Tirages décalés

Plusieurs activités ludiques et créatives étaient proposées. Plus de 400 personnes sont ainsi reparties avec un tirage conçu dans le cadre de l'installation "Exquisite Corpse" de Jaap Scheeren et Luke Stephenson. Et une voiturette transformée en petite discothèque a accueilli environ 150 curieux, détaille lundi un communiqué.

La Nuit des images a également permis au public de rencontrer des artistes de renom. Le photographe Antoine d'Agata, membre de Magnum Photos, est revenu sur son travail avec un diaporama dévoilant 30 ans de carrière. Debi Cornwall, lauréate du Prix Elysée 2023, est venue présenter "Citoyens modèles", qui examine la mise en scène de la réalité et la citoyenneté aux Etats-Unis.

En 2019, la dernière édition de la Nuit des images, avant le déménagement de Photo Elysée sur le site proche de la gare, avait attiré quelque 7500 personnes. La manifestation avait atteint une fréquentation record en 2015, avec 11'000 personnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Métiers de l'informatique: l'EPSIC testera des cours à distance

Publié

le

L'EPSIC va tester les cours à distance avec certains apprentis dans les métiers de l'informatique (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’Ecole professionnelle de Lausanne (EPSIC) lancera à la rentrée prochaine un projet-pilote pour les apprenties et apprentis dans les métiers de l’informatique. Les cours professionnels seront donnés en alternance à distance et en présentiel pour les élèves de dernière année. Sept classes sont concernées.

Le projet doit permettre de former davantage de collaborateurs dans un domaine où les besoins de personnel qualifié sont très importants, écrit le canton lundi dans un communiqué. Son concept: les cours seront donnés alternativement à distance et en présentiel, une semaine sur deux, selon le principe de l’apprentissage mixte ou "blended learning", déjà utilisé dans des établissements en Suisse alémanique.

Cette alternance comporte potentiellement plusieurs avantages: elle permet de libérer ponctuellement des places pour pouvoir former plus de personnes dans des métiers qui connaissent une pénurie de main-d'oeuvre, mais aussi de diminuer les déplacements, en particulier pour celles et ceux qui viennent de loin. Un lien fort entre les élèves mais aussi avec le corps enseignant reste toutefois garanti grâce à la présence régulière en classe.

Cette méthode participe également à la promotion de l’éducation numérique, en positionnant l’EPSIC comme une école pionnière en Suisse romande. Un lien fort entre les élèves mais aussi avec le corps enseignant reste garanti grâce à la présence régulière en classe.

Bilan après un an

Pour mener à bien ce projet-pilote, l’école peut compter sur son expertise et sur son équipement, déjà utilisé durant la période Covid. Plusieurs facteurs sont réunis pour que cet essai se déroule dans les meilleures conditions. Le corps enseignant et les élèves ont notamment été associés en amont à l’élaboration du projet.

De plus, en raison de leur domaine d’activité, les élèves et le corps enseignant maîtrisent les outils. Ce mode de travail, très répandu dans les métiers de l’informatique, fournit aussi aux apprenties et apprentis une expérience utile dans leur pratique professionnelle.

Des pointages réguliers seront effectués. Un bilan est prévu à l’issue de cette année de test pour évaluer l'avenir de ce projet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Lucens Classique revient du 28 au 30 juin pour une 4e édition

Publié

le

La Philharmonie de Berlin planera sur la 4e édition du festival Lucens Classique, avec la présence du flûtiste suisse Sébastian Jacot (archives). (© Keystone/DPA/JÖRG CARSTENSEN)

Le festival Lucens Classique revient la semaine prochaine pour une quatrième édition. De vendredi à dimanche, la manifestation broyarde propose trois concerts avec la pianiste italienne Vanessa Benelli-Mosell, le flûtiste suisse du Berliner Philharmoniker Sébastian Jacot et un spectacle musico-gourmand, "La Comédie Musicale Improvisée".

Ce dernier, d'une durée de 80 minutes, accompagnera en effet un brunch préparé par le chef Xavier Bats, précisent les organisateurs dans un communiqué. Le festival - qui aime répéter qu'il souhaite mettre en lumière "l'écrin enchanteur" du Château de Lucens - mêle toujours aussi volontiers musique, gastronomie, dégustation de vins, poésie, exposition et visites pour un "récital des sens".

S'agissant du volet gastronomique, des mets élaborés sont servis avant et après les concerts. A cela s'ajoute une exposition de Thierry Raboud, poète, musicien et journaliste littéraire, Prix Leenaards 2023. A noter que le public peut aussi passer une ou deux nuits sur place, au sein de la ferme du Château.

Lucens classique festival 2024

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

La vasque des JOJ installée au bord du lac

Publié

le

Au moment d'allumer la vasque, des militants propalestiniens ont déployé une banderole demandant au CIO de bannir Israël des JO de Paris. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La vasque des Jeux olympiques de la jeunesse Lausanne 2020 (JOJ) trône désormais au bord du lac Léman. Cet héritage des JOJ a été installé à l'Espace Fair-Play de Vidy-Lausanne, un espace multisport dédié aux sports urbains proche du siège du CIO.

L'installation blanche comprend un mini tremplin, une rampe et une vasque en hauteur. Imaginée par un élève de l'ECAL et fabriquée par des apprentis, elle s'inspire de l'univers des skateparks et snowparks.

Trouver un emplacement pour cet héritage emblématique des JOJ n’a pas été si simple, selon le syndic de Lausanne Grégoire Junod.

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

La vasque a été inaugurée vendredi - et rallumée pour l'occasion - en présence du président du CIO Thomas Bach et du syndic de Lausanne Grégoire Junod. Des militants propalestiniens ont profité de l'occasion pour déployer une banderole qui demande au CIO de bannir l'Etat d'Israël des prochains Jeux olympiques de Paris.

La vasque restera de manière pérenne sur cet emplacement au bord du Léman. En janvier 2020, elle avait illuminé la place de l'Europe pour le début des JOJ. La flamme olympique avait alors brillé durant treize jours.

Pour le syndic de Lausanne, il y a eu un avant et un après Jeux olympiques de la jeunesse.

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

L'inauguration de la vasque des JOJ au bord du lac intervient dans le cadre des festivités liées aux 30 ans de Lausanne Capitale olympique.

Lena Vulliamy avec Keystone ATS

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X