Rejoignez-nous

Lausanne

Un marché de Noël solidaire au Flon

Publié

,

le

Du 15 au 17 décembre au centre Pôle Sud à Lausanne, des cadeaux éthiques et durables seront vendus à l'occasion du Marché de Noël solidaire. © Marché de Noël solidaire

Le Marché de Noël solidaire se déroule dès ce jeudi soir et jusqu'à samedi à Lausanne. L'occasion de faire ses cadeaux de Noël en toute bonne conscience.

Trouver une alternative à la surconsommation engendrée par Noël, telle est l’idée derrière le Marché de Noël solidaire qui fête sa 16e édition. Depuis 2007, l'événement est mis sur pied par la Fedevaco, une faîtière d'organisations actives dans le développement durable et le centre socioculturel Pôle Sud. 

Julie WannazChargée de promotion du Marché de Noël solidaire

Quarante organisations actives dans la coopération au développement et le développement durable y tiendront des stands. Julie Wannaz, chargée de promotion du Marché de Noël solidaire, explique pourquoi un tel événement est organisé.

Julie WannazChargée de promotion du Marché de Noël solidaire

Le centre socioculturel Pôle Sud accueille le marché dans ses locaux. Dès ce jeudi au Flon à Lausanne, il sera ainsi possible d'aller faire ses achats de Noël de manière éthique. Ces cadeaux solidaires proviennent de Suisse et des quatre coins du monde.

Julie WannazChargée de promotion du Marché de Noël solidaire

Le marché de Noël solidaire sera ouvert de 17h à 22h jeudi et vendredi et de 11h à 20h samedi. Une buvette reste ouverte 1h après la fermeture des stands.

marchedenoelsolidaire



Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Vaud: subventions en hausse pour la rénovation des bâtiments

Publié

le

Vaud renforce son soutien à la rénovation énergétique des bâtiments, comme ici à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une enveloppe de 58 millions de francs est mise à disposition cette année des propriétaires vaudois. Elle doit leur permettre de solliciter des subventions afin d'améliorer l'efficacité énergétique de leur bâtiment.

Ce montant est financé par la Confédération, à hauteur de 32,5 millions issus de la taxe fédérale sur le CO2. Après 15 millions l'an dernier, l'Etat de Vaud contribue désormais pour 25,5 millions, un montant qui provient de la taxe cantonale sur l'électricité.

"Depuis leur mise en place en 2010, les mesures d'aide à l'assainissement énergétique des bâtiments rencontrent un vif succès", affirme jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué. L'an dernier, l'enveloppe de 50 millions a été épuisée dès l'automne et permis de soutenir quelque 2500 projets de rénovation.

Différentes aides

Plusieurs types d'aides sont envisageables. Par exemple, une subvention - jusqu'à hauteur de 1500 francs - peut permettre la réalisation d'un audit énergétique. Celui-ci vise à donner aux propriétaires diverses recommandations chiffrées pour des travaux d'isolation ou d'installations techniques.

Une autre subvention peut être octroyée pour le recours à un assistant au maître d'ouvrage (AMO) dans le cadre de rénovations importantes. Accrédités par l'Etat de Vaud, ces AMO "peuvent aider les propriétaires à mieux définir leur projet de rénovation, choisir et coordonner les intervenants, planifier les travaux et remplir les démarches administratives liées aux mesures énergétiques", poursuit le communiqué.

La subvention permet de couvrir leurs honoraires jusqu'à hauteur de 6000 francs pour les projets d'habitations collectives et 3000 francs pour les habitations individuelles.

Impact sur l'économie

Les fonds sont alloués dans le cadre du Programme Bâtiment 2023. En plus d'apporter une aide aux propriétaires, ils ont un impact bénéfique sur l'économie vaudoise. Selon les estimations, pour chaque franc versé par l'Etat, les propriétaires vont investir cinq à six autres francs. Les 58 millions prévus pour 2023 pourraient ainsi générer plus de 300 millions de retombées dans les secteurs de la construction, des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.

"Représentant près de 45% de la consommation énergétique totale du pays, le bâtiment est sans conteste un domaine dans lequel d'importantes économies peuvent être réalisées", poursuit le communiqué. Et de rappeler que ce secteur est d'autant plus stratégique qu'il pèse pour environ un tiers des émissions de CO2 du pays.

L'Etat de Vaud précise encore que toutes les informations sur le Programme Bâtiments sont disponibles une page internet dédiée, www.vd.ch/subventions-energie-batiments.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Fonction publique: quatrième journée de grande mobilisation

Publié

le

Les employés de l'Etat de Vaud avaient été entre 5000, selon la police, et 10'000, selon les syndicats, à manifester mardi 31 janvier. Seront-ils aussi nombreux voire plus nombreux ce jeudi? (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Une nouvelle journée de grève et de manifestation est prévue jeudi dans la fonction publique vaudoise. La demande reste la même, une indexation entière des salaires. Les syndicats exigent toujours l'ouverture de négociations avec le gouvernement.

C'est le quatrième jour de grève depuis bientôt deux mois, ponctué en fin de journée par un défilé qui partira vers 18h00 depuis la place St-François, au centre-ville de Lausanne, en direction de la place du Château à la Cité, en passant par la place de la Riponne.

Mardi 31 janvier, entre 5000, selon la police, et 10'000 personnes, selon les syndicats, avaient défilé dans les rues de la capitale vaudoise. Ils étaient entre 3000 à 4000 le 23 janvier. Aux secteurs de l'enseignement et du social s'était aussi ajouté celui de la police.

Il y a neuf jours, environ 40 établissements scolaires s'étaient mobilisés de diverses manières, contre 50 le 23 janvier: vote d'une résolution en faveur des revendications, grève partielle ou complète, débrayage de quelques minutes, etc. Au total, quelque 2100 enseignants de l'école obligatoire et du post-obligatoire s'étaient mis en grève, contre environ 1500 le 23 janvier.

Lettre ouverte du personnel du CHUV

Le personnel du CHUV à Lausanne se mobilise à nouveau, avec des débrayages prévus dans plusieurs services et un rassemblement devant les bâtiments de l'hôpital universitaire à 12h30. Dans une lettre ouverte à la population vaudoise, publiée jeudi, les employés dénoncent "des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader et des effectifs insuffisants".

"Nous ne demandons pas des récompenses, ni des privilèges, mais simplement de la reconnaissance et du respect. Or, en échange de cet engagement quotidien au service de toute la population, nous apprenons maintenant que notre employeur veut baisser nos salaires. Car oui, ne pas compenser l'inflation revient bien à baisser la valeur de notre salaire", écrivent-ils. "Nous ne méritons pas ça".

"Une gifle, du mépris"

La revendication est toujours identique: une indexation entière des salaires de la fonction publique et du secteur parapublic vaudois au renchérissement du coût de la vie. "Le refus du Conseil d'Etat d'ouvrir des négociations salariales est ressenti comme une gifle, du mépris", affirme jeudi dans un entretien au Temps le président du Syndicat des services publics (SSP Vaud) et député socialiste Julien Eggenberger.

"Dans ce pays où le partenariat social est une valeur cardinale, quand on n'est pas d'accord, on négocie. Les discussions peuvent être difficiles, longues, exigeantes (...) Mais on se parle, on avance pas à pas", dit-il.

"Là, depuis la séance du 8 décembre - où on nous a annoncé la décision du Conseil d'Etat -, il n'y a eu aucune rencontre entre le gouvernement et les organisations syndicales. Pour parler de nos grèves, la droite utilise le vocable horrible de 'prise d'otage". En réalité, nous sommes contraints de durcir le mouvement par la position inflexible du Conseil d'Etat", explique M. Eggenberger.

Apprentis indexés

Les trois organisations jugent que le taux d'indexation des salaires de 1,4% dès le 1er janvier 2023 pour la fonction publique et le secteur parapublic est insuffisant au regard de l'inflation. Une indexation correspondant au moins à la hausse de l'indice suisse des prix à la consommation entre octobre 2021 et octobre 2022 (+3%) est réclamée. La prime unique de 0,8% du salaire octroyée par l'Etat aux salariés de classes 1 à 10 en janvier 2023 ne satisfait pas non plus.

De son côté, le gouvernement vaudois reste ferme. Il n'entend pas revenir sur le dispositif global octroyant 182 millions de francs pour l'indexation des salaires, la lutte contre la vie chère et l'amélioration des régimes sociaux. En revanche, il a annoncé jeudi dernier l'indexation des salaires des apprentis de l'administration cantonale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Andreas Sutter succède à Gérald Cretegny

Publié

le

Dans le canton de Vaud, Andreas Sutter remplacera Gérald Cretegny à la tête de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants (image prétexte). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Changement à la tête de la Fondation d'accueil de jour des enfants (FAJE): Andreas Sutter, syndic de Tolochenaz (VD), succède à Gérald Cretegny qui a souhaité remettre son mandat à fin mars, après huit années de présidence.

Président du Conseil de fondation de la FAJE depuis le 1er janvier 2015, l'ancien syndic de Gland et ex-député Gérald Cretegny a compté parmi les pionniers du dispositif d’accueil de jour des enfants adopté en 2006, salue le Conseil d'Etat mercredi dans un communiqué. Durant son mandat, il n'a cessé de renforcer le rôle de la FAJE, notamment en accompagnant la révision de la Loi sur l'accueil de jour des enfants entrée en vigueur en 2018.

Pour remplacer Gérald Cretegny, le Conseil d'Etat a nommé Andreas Sutter qui prendra ses fonctions dès le mois d’avril 2023. Impliqué dans plusieurs organes intercommunaux et fin connaisseur du dispositif d'accueil de jour, il dispose de toutes les compétences pour assurer le bon développement de la Fondation, relève le communiqué.

Pour mémoire, la FAJE est financée par des contributions des communes, des employeurs ainsi que de l'Etat. Elle a pour mission, outre le subventionnement des réseaux d'accueil de jour existant dans le canton, d'évaluer les besoins, de coordonner l'organisation de l'accueil de jour et de favoriser la création de places.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Levée des dernières oppositions contre le tramway lausannois

Publié

le

La Ville de Lausanne a signé un accord avec les commerçants de la Ville permettant de lever le dernier obstacle au grand chantier du tram lausannois. Une grande étape, comme expliqué par la municipale Florence Germond (Archives © KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

La Municipalité de Lausanne et les tl ont trouvé un accord avec les milieux commerçants de la ville. Il a permis de lever les oppositions qui bloquaient les travaux du dernier tronçon du futur tramway Renens-Lausanne entre la rue de la Vigie et la place de l’Europe. Le calendrier devrait ainsi être respecté.

Plus rien n'empêche la finalisation du chantier du tramway lausannois. Alors que la première étape des travaux avait été lancée en août 2021, des oppositions étaient encore en suspens concernant le dernier tronçon, prévu au centre-ville. Contestations des commerçants, qui s'opposaient notamment aux solutions proposées comme alternative à la rampe Vigie Gonin ou la préservation de la forêt du Flon.

Avec le retrait de ces dernières oppositions, le projet est désormais "complètement" lancé. Il ne devrait surtout ne pas subir de retard. A l'horizon 2026, ce nouveau tramway lausannois permettra le transport de 13 millions de personnes par an, entre Renens et Lausanne.

Florence GermondMunicipale lausannoise en charge de la mobilité

Compromis sur le Grand-Pont

Autre point abordé durant cette discussion : le Grand-Pont. Suite à sa rénovation, la Ville souhaitait définitivement le fermer aux voitures, une décision largement contestée par les commerçants lausannois. Un compromis a finalement été trouvé.

Anne-Lise Noz,  présidente de la Société coopérative des commerçants lausannois se dit satisfaite par cet accord :

Anne-Lise NozPrésidente de la Société coopérative des commerçants lausannois

La municipale Florence Germond détaille ce compromis concernant le Grand-Pont :

Florence GermondMunicipale lausannoise en charge de la mobilité

La Municipalité s’est par ailleurs engagée à effectuer un monitoring avant et après la fermeture du Grand-Pont au transport individuel motorisé. Il permettra d’évaluer si des mesures complémentaires d’accompagnement s’avèrent pertinentes.

Au delà de cet accord trouvé pour l'édifice, le dialogue établi entre les deux parties ravit la présidente de la Société coopérative des commerçants lausannois

Anne-Lise NozPrésidente de la Société coopérative des commerçants lausannois

Rappelons que la mise en service de ce nouveau tramway lausannois est prévu pour 2026. Il devrait ainsi transporter 13 millions de passagers par an entre Renens et Lausanne, avec une cadence de six minutes.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Si vous pensez que certaines de vos actions sont mal ajustées, changez votre fusil d’épaule et tentez une autre stratégie !

Les Sujets à la Une

X