Rejoignez-nous

Vaud

En reprise, le basket vaudois a du pain sur la planche

Publié

,

le

Joueuses et joueurs d’élite reprennent la compétition ce week-end. L’occasion de faire le bilan sur l’état de santé d'une discipline qui a passablement souffert de la pandémie.

De nombreux clubs ont vacillé sur leurs bases avec des ressources financières mises à mal. Mais ce sport reste très populaire dans notre région, hommes et femmes confondus. Ce ne sont pas moins de 12 équipes vaudoises qui peuplent les deux divisions nationales suisses.

Cette forte représentation est particulièrement éloquente en Ligue nationale B masculine, où cinq des onze formations proviennent du canton. Six, si l’on inclut le centre de formation nationale, tout juste créé à Lausanne.

Oui, cette deuxième division suisse fleure bon le papet. Mais cela n’est pas sans créer quelques tensions au sein du microcosme vaudois.

Le Covid a fragilisé un sport aux finances déjà trop souvent limitées. Ce manque de ressources invite les clubs à davantage se tourner vers la formation des jeunes. Mais entre les associations vaudoises règne une certaine proximité. On est même tenté de parler de promiscuité au vu d’un récent épisode de transferts avortés entre équipes évoluant toutes trois en LNB.

Arrivés à l’Union Lavaux Riviera l’année dernière, trois joueurs font part de leur volonté de partir au comité cet été.  Deux veulent rejoindre Vevey et le troisième se voit jouer pour Morges-Saint-Prex. Mais la direction refuse et voilà ces trois jeunes de moins de 21 ans coincés dans leur club.

Cette situation attriste évidemment Nathan Zana. Le président du Vevey Riviera Basket comptait accueillir deux recrues.

Nathan ZanaPrésident du Vevey Riviera Basket

Mais la situation est tout ce qu’il y a de plus légale, rappelle son homologue Oliver Ghorayeb, le président de l’Union Lavaux Riviera Basket. Il déplore ce qu’il apparente à de la surenchère malsaine.

Oliver GhorayebPrésident de l'Union Lavaux Riviera Basket

Inadmissible d’un côté, inacceptable de l’autre, le malaise est perceptible au choix des mots. La fédération Swissbasket a même dû intervenir pour trancher dans cette affaire sensible. Contacté, son président Giancarlo Sergi se livre avec prudence.

Giancarlo SergiPrésident de la fédération SwissBasket

SwissBasket a tout de même décidé de réduire le terme du contrat des trois jeunes. Initialement prévu à l’été 2023, la fédération a réduit d’un an le contrat.

Ce mercato agité symbolise bien le dynamisme de la région en matière de basket. Mais la multitude de clubs vaudois n’empêche-t-elle pas une collaboration saine et unie ? Giancarlo Sergi donne sa réponse.

Giancarlo SergiPrésident de la fédération SwissBasket

Des propos validés par les dirigeants interviewés, tant de l’Union Lavaux que de Vevey Basket. Ce n’est pas le nombre de clubs qui pose problème.

Le président du Vevey Riviera Basket Nathan Zana y voit même un levier pour professionnaliser le sport.

Nathan ZanaPrésident du Vevey Riviera Basket

Il faut donc réussir à contenter tout le monde. Un équilibre d’autant plus complexe à trouver que les revenus se font rares et que les rôles d’encadrement suscitent de moins en moins de vocations dans le basket régional. C’est ce qu’observe le boss de l’Union Lavaux Riviera Oliver Ghorayeb.

Oliver GhorayebPrésident de l'Union Lavaux Riviera Basket

Mais la principale limite au développement du basket est d’ordre politique : il manque cruellement de salles pour pouvoir le pratiquer avec un tant soit peu d’ambitions.

Nathan ZanaPrésident du Vevey Riviera Basket

Dans le canton de Fribourg justement, le club d’Olympic exerce une hégémonie absolue en termes sportifs. Ce rôle de locomotive n’existe pas dans nos frontières.

Mais en LNB masculine, Vevey Riviera Basket ne cache pas son désir de promotion. Le club est pour beaucoup le grand favori de l’exercice à venir.

Nous avons demandé à son président Nathan Zana si son club souhaite hériter d’un statut de leader dans la hiérarchie régionale.

Nathan ZanaPrésident du Vevey Riviera Basket

Ramené aux oreilles du président de l’Union Lavaux Riviera, le message fait tiquer. À la tête du club veveysan créé il y a moins de cinq ans, Oliver Ghorayeb le clame: dans le sport, c’est la réalité du terrain qui fait foi. En d’autres mots, la couronne se jouera sur le parquet.

Oliver GhorayebPrésident de l'Union Lavaux Riviera Basket

Il n’y a pas de doutes : la saison est lancée, et aucun club ne se fera de cadeaux. Dans cette LNB très vaudoise, on retrouve également Morges-Saint-Prex, Pully-Lausanne et Villars. Enfin, le Centre National de Basket suisse y fera ses grands débuts.

Du côté de la SwissBasketLeague (ndlr: Ligue A), Nyon reprend ce week-end, tant du côté masculin que féminin. Chez les femmes justement, l’Espérance Sportive Pully rejoint l’élite, tandis que Blonay, Lausanne-Prilly et Villars bataillent en LNB.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques

Léonie Pointet: "On m'a toujours dit que je courais vite"

Publié

le

Léonie Pointet réalisera son rêve dans quelques jours. ©KEYSTONE/ATHLETIX.CH/Ulf Schiller

La nouvelle génération de sprinters suisses sera à Paris dans quelques jours. Léonie Pointet sera alignée sur le 200m. Rencontre après une matinée d'entraînement.

Sous un soleil de plomb, c’est sans surprise que je retrouve Léonie Pointet au stade de la Pontaise. Le terrain est en train d’être préparé pour un match de foot, mais pas de quoi nous faire oublier que c’est aussi une sorte de temple de l’athlétisme à Lausanne. Un lieu rempli de souvenirs pour la sprinteuse de 23 ans.

Léonie PointetSprinteuse

Cette séance de dédicace date un peu, difficile de se souvenir de qui était présent exactement. “Peut-être Fraser-Pryce?”, s’amuse la Vaudoise. Les noms lui échappent peut-être, mais on sent que ça lui rappelle de bons moments. Mais si la Vaudoise a commencé l’athlétisme, ce n’est pas à cause des stars du sprint de l’époque.

Léonie PointetSprinteuse

De quoi lui donner l’énergie pour se dépasser. “C’est une grande sœur, donc j’avais toujours envie d’être un peu meilleure qu’elle”, sourit Léonie Pointet. Lorsque je lui demande si elle se souvient de ses premiers tours de piste, c’est plutôt l’équipement qui a marqué la Vaudoise.

Léonie PointetSprinteuse

Une particularité de la famille Pointet, c’est que quasi tout le monde est engagé en politique. Un papa conseiller national, une maman municipale et une grande sœur députée au Grand Conseil. Alors, la sprinteuse compte-t-elle là aussi marcher dans les pas de sa sœur? “Ça ne m’intéresse pas trop, donc je ne pense pas que je vais me diriger là-dedans. Après, on ne sait jamais, peut-être que dans 10 ans ça m’intéressera”, rigole la sprinteuse sans grande conviction.

 

Dans la cour des grands

Sa passion pour l’athlétisme, elle, ne s’est pas fait prier. Léonie Pointet excelle donc dans le sprint, notamment sur 200m et sur le relais 4x100m. Et le choix de se diriger vers la course n’a pas été compliqué.

Léonie PointetSprinteuse

L’envie de devenir pro s’est aussi construite dans la foulée.

Léonie PointetSprinteuse

Depuis l’époque des “pointes de Bolt”, Léonie Pointet a décroché deux titres de championne de Suisse indoor, un autre en outdoor et une médaille de bronze aux championnats européens U23. Son plus beau souvenir? “Les Championnats du monde à Budapest l’année passée sur 200m, répond sans hésiter la Vaudoise. J’ai été appelée au dernier moment pour courir, donc c’était une grande surprise. Et j’ai réussi à battre mon record personnel, c’était une course incroyable.” Alors maintenant, elle court avec les athlètes qu’elle regardait à la télévision.

Léonie PointetSprinteuse

Les premières fois qu’elle a eu l’occasion de se retrouver à leurs côtés, dans la même compétition, quelles étaient les émotions? Un accomplissement, de la fierté?

Léonie PointetSprinteuse

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Léonie Pointet (@leonie.tet)

Pour arriver à ce niveau dans l’athlétisme, il faut du travail et de la persévérance. Le milieu est très compétitif et il faut se faire sa place. Un point que Léonie Pointet a appris à gérer avec le temps.

Léonie PointetSprinteuse

Autre point important à gérer: la vie professionnelle à côté de l’athlétisme. En ce moment, Léonie Pointet fait des études à l’école de physiothérapie à Lausanne. Heureusement, l’établissement permet un aménagement des cours assez flexible, ce qui a permis à la sprinteuse de libérer le temps nécessaire pour la qualification pour les JO cette année. Et cette autre voie, Léonie Pointet ne l’a pas choisie par hasard.

Léonie PointetSprinteuse

 

Un müesli au cas où

Au cours de la dernière année, la place était aux qualifications olympiques. Des courses que la sprinteuse a d’abord abordées sans pression.

Léonie PointetSprinteuse

Une fois la qualification en poche, fallait-il encore attendre la sélection officielle des athlètes. Comment a-t-elle appris qu’elle serait du voyage à Paris?

Léonie PointetSprinteuse

À Paris, elle sera alignée sur le 200m où elle vise d’atteindre la finale. Elle fait aussi partie des 6 filles présélectionnées pour le 4x100m. Un rêve qui se réalise.

Léonie PointetSprinteuse

La Vaudoise aborde cependant la compétition avec un certain calme. Et elle est prête à faire face aux petits tracas.

Léonie PointetSprinteuse
Continuer la lecture

Vaud

L'ArchéoLab de Pully invite à remonter le temps

Publié

le

Depuis le mois d’avril, l’ArchéoBus propose aux écoliers de Pully-Paudex-Belmont un voyage dans la période romaine. Il s’agit d’un camion aménagé pour le transport et la mise en œuvre d’activités pédagogiques.

Se plonger dans l’époque romaine grâce à un jeu de rôle. C’est ce que propose l’ArchéoBus, le nouveau projet de l’ArchéoLab de Pully. Il présente au public les grandes périodes de l’histoire régionale et invite les curieux à découvrir le quotidien de la population de l’époque romaine. Un outil de médiation ludique, présenté par le conservateur en charge de l’ArchéoLab de Pully, Aurèle Cellérier

Aurèle Cellérierconservateur en charge de l’ArchéoLab de Pully

Ce bus permet de présenter l'histoire sous un nouveau jour.

Aurèle Cellérierconservateur en charge de l’ArchéoLab de Pully

Donner l'envie d'en savoir plus

Qu'est-ce que le jeu permet d'apporter ? On retrouve Aurèle Cellérier.

Aurèle Cellérierconservateur en charge de l’ArchéoLab de Pully

L’équipe de l’ArchéoLab souhaite faire voyager le bus dans les différentes écoles du canton de Vaud dès la rentrée prochaine. Il sera aussi présent lors de différents évènements : l’Archéobus sera ouvert au public ce week-end dans le cadre des Garden-Parties de Lausanne. 

Continuer la lecture

Vaud

Un jeune automobiliste perd la vie au Sepey (VD)

Publié

le

Un conducteur a perdu la vie mardi soir sur la route du Pillon (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un automobiliste de 25 ans a perdu la vie mardi en fin de soirée peu après le village du Sépey (VD), sur la route du Pillon. Le conducteur, qui était seul à bord, a dévié de sa trajectoire sur le pont d'Aigremont et a heurté un mur de soutènement.

Le jeune homme, domicilié dans la région, est décédé sur les lieux, indique mercredi la police vaudoise dans un communiqué. Une enquête a été ouverte et un appel à témoins est lancé pour déterminer les causes exactes de l'accident.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques

Zoé Claessens: "Je me réjouis tellement d'aller aux Jeux Olympiques"

Publié

le

La Vaudoise a tout mis en place pour se préparer aux mieux pour ses deuxièmes JO. ©KEYSTONE/Laurent Gillieron

Zoé Claessens et le BMX, c’est plus qu’une passion. C’est une affaire de famille. Elle qui, petite, ne s’imaginait pas forcément devenir pro vivra à Paris ses seconds Jeux Olympiques. Rencontre.

Chez les Claessens, le BMX, c’est dans les veines. Presque toute la famille est adepte de ce petit vélo sur lequel on dévale les pistes à toute vitesse. Seules la maman et une des sœurs ne pédalent pas. “Mon père a commencé le BMX quand il était jeune et il a créé la piste d’Echichens, raconte la Vaudoise. Après, mes deux grands frères s’y sont mis et moi je les voyais au bord de la piste et j’ai naturellement commencé aussi. Et mes petites sœurs ont suivi.” Zoé était si jeune la première fois qu’elle s’y est essayée que sa mémoire seule ne suffit pas pour s’en souvenir.

Zoé ClaessensPilote BMX

On l’a dit, la maman ne fait pas de BMX. Mais comment vit-elle le fait de voir son mari et ses enfants rouler à toute vitesse sur ces pistes bosselées? “Elle aime bien regarder les courses, mais elle a toujours un peu peur j’ai l’impression”, s’amuse Zoé Claessens.

Alors, lorsque 6 membres de la famille sur 8 sont pris de la même passion, à quoi ressemblaient les weekends chez les Claessens?

Zoé ClaessensPilote BMX

Une passion commune qui a de quoi souder les liens familiaux. “Surtout avec mes sœurs. On parle souvent de ça et maintenant j’en entraîne une. On adore et on s’entend super bien.” Est-ce que cela a aussi permis de développer leur compétitivité?

Zoé ClaessensPilote BMX

Cet amour du BMX ne sort pas de nulle part. Vincent, le papa, est un véritable pilier du sport en Suisse. “Il a créé le club d’Echichens avec des amis et là il s’occupe toujours beaucoup de la piste. Quand il pleut et qu’elle est en mauvais état, il va passer des heures sur le rouleau compresseur pour la remettre en état”, sourit la pilote.

Zoé a suivi et perpétue ce que son père a entamé. Elle est ainsi devenue la première Suissesse à gagner une Coupe du Monde et elle compte déjà une participation aux Jeux de Tokyo. Mais, même si elle est maintenant pleinement pro, son papa a toujours une place dans sa carrière.

Zoé ClaessensPilote BMX

Les courses, c’est maintenant son quotidien. Mais quel est le moment le plus jouissif lorsque l’on s’élance sur la piste?

Zoé ClaessensPilote BMX

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par bmx-videos.com (@bmxvideoscom)

 

Les appels qui changent tout

C’est au Centre Mondial du Cyclisme à Aigle que Zoé Claessens m’a donné rendez-vous. C’est là qu’elle vit une bonne partie de la semaine. “C’est un peu l’endroit culte du vélo. Ça fait depuis 2019 que je m'entraîne ici donc c’est un peu ma deuxième maison. J’adore travailler ici parce que la piste, c’est ma favorite, mon entraîneur est là et aussi des super bons coéquipiers d’entraînement.”

Son arrivée dans cette structure a aussi rimé avec déménagement. Mais un déménagement qui en valait clairement la peine.

Zoé ClaessensPilote BMX

La pilote de 21 ans a accumulé une ribambelle de trophées. Sa voie semblait toute tracée pour parvenir à cela. Mais lorsque je lui demande à quel moment elle a décidé de devenir pro, la réponse est quelque peu surprenante.

Zoé ClaessensPilote BMX

Cette première qualification pour les JO, elle ne s’y attendait donc, dans un premier temps, pas vraiment. “Je n’ai pas vraiment réalisé que j’étais qualifiée. Et c’est au moment où je suis arrivée au village olympique que je me suis dit ‘wow c’est incroyable’, se souvient la Vaudoise. J’avais 18-19 ans donc c’était une super expérience pour moi.”

La compétition avait cependant été marquée par le Covid. “Il n’y avait pas de public. Je trouvais que c’était un peu triste parce que quand il y a du monde, ça motive et t’as envie d’aller encore plus vite”, se rappelle Zoé Claessens. Mais elle a tout de même pu en tirer des enseignements pour ses prochaines participations.

Zoé ClaessensPilote BMX

Pour Paris, c’est aisément que la Vaudoise a décroché son ticket olympique. Durant l’année, elle a signé deux victoires en Coupe du Monde, et obtenu les titres de vice-championne du monde et de championne d’Europe.

Pour sa préparation, elle était partie dans le sud de la France l’année dernière. Le plan de base était d’y rester jusqu’aux Jeux, mais elle a finalement décidé de revenir en Suisse. “C’était un peu dur pour moi d’être loin de ma famille, de mes amis. Je connaissais pas grand monde là-bas et au final, je faisais mes entraînements et je me retrouvais un peu toute seule dans mon appartement, confie la pilote. Pour moi c’est important d’être bien mentalement et être contente à côté de mon sport.” De retour à Aigle, elle est à nouveau proche de sa famille et dans un environnement qui lui convient pleinement.

La préparation s’est donc bien passée. Lors de la phase de qualification, la Suisse a décroché deux places. Et puis la Vaudoise a reçu l’appel lui annonçant qu’elle était sélectionnée pour représenter le pays à Paris. Comment a-t-elle vécu ce moment?

Zoé ClaessensPilote BMX

Et à quelques jours de la compétition, dans quel état d’esprit se trouve Zoé Claessens ?

Zoé ClaessensPilote BMX

Les épreuves de BMX Racing auront lieu les 1er et 2 août dans la soirée.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Une nouvelle confiance vous conduit à une solidité plus forte. Tout ça vous fait prendre des décisions éclairées avec une satisfaction globale à la clé !

Les Sujets à la Une

X