Rejoignez-nous

Vaud

Le Canton encadrera les communes dans la distribution contrôlée de cannabis

Publié

,

le

Mardi au Grand Conseil vaudois, les regards étaient surtout tournés vers Lausanne, où l'essai de vente régulée de cannabis "récréatif" entre dans une phase concrète. Un point de vente doit en effet ouvrir d'ici la fin de l'année au centre-ville (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le Canton de Vaud encadrera les communes souhaitant, à l'instar de Lausanne, participer à des tests de vente régulée de cannabis récréatif. Après d'ultimes et vives discussions, c'est toutefois un Grand Conseil divisé qui a approuvé mardi en deuxième débat le projet de décret du gouvernement prévu jusqu'en 2031.

Le Conseil d'Etat répondait à une motion socialiste demandant que le Canton participe à ce type de tests ainsi qu'à la consultation de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur le projet "Cann-L" de la Ville de Lausanne. Son projet a passé la rampe par 69 oui, surtout à gauche de l'hémicycle, mais aussi avec quelques voix très éparses à droite (PLR et Vert'libéraux), contre 52 non, dont le bloc UDC complet.

L'élu Guy Gaudard (PLR) s'est, une nouvelle fois, fait le porte-voix de ceux qui ont refusé le projet. Il s'est dit "fâché et choqué" que le plénum puisse accepter un tel projet d'encadrement. "C'est une mise en danger de notre jeunesse (...) C'est quoi la prochaine étape? La distribution contrôlée de cocaïne?", a-t-il dit.

Cédric WeissertDéputé UDC au Grand Conseil vaudois

La députée vert'libérale Graziella Schaller s'est aussi dite inquiète. Le message ainsi délivré auprès des jeunes est "grave et catastrophique". Elle a plaidé pour plus de prévention et d'information.

L'UDC défend une ligne dure

A gauche, plusieurs parlementaires ont rappelé que la vente régulée de cannabis s'adressait uniquement aux adultes et à ceux qui consommaient déjà du cannabis. D'autres ont souligné qu'"encadrer la distribution contrôlée ne veut pas dire promouvoir" le cannabis.

Rebecca JolyDéputée verte au Grand Conseil vaudois

Du côté de l'UDC, c'est le mot "répression" qui était sur presque toutes les lèvres. "Il faut arrêter les dealers et expulser ceux qui viennent de l'étranger", a notamment dit Romain Belotti. "Le cannabis est une drogue qui fait de gros ravages", a insisté pour sa part Yvan Pahud.

A gauche, on a, au contraire, insisté pour dire que la "pénalisation était un échec" et que "la répression ne fonctionnait pas". "Cela n'empêche ni le marché noir, ni le deal, ni la consommation", a relevé la socialiste Jessica Jaccoud.

"Accumuler des connaissances scientifiques"

Face à des discussions "dérapant" vers le pour ou contre le projet-pilote de Lausanne voire le pour ou contre le cannabis, c'est même la députée et présidente du PLR Vaud Florence Bettschart-Narbel qui a tenu à recadrer le débat. "Le vrai sujet, c'est comment mettre en oeuvre l'encadrement de la distribution contrôlée de cannabis" par le Canton auprès des communes intéressées, a-t-elle rappelé.

La ministre de la santé Rebecca Ruiz a, elle, aussi rebondi. "Avec ces tests de vente régulée, il s'agit d'accumuler des connaissances scientifiques pour mieux comprendre les consommateurs de cannabis. C'est un projet clairement orienté vers la protection de la santé", a-t-elle affirmé.

Pour rappel, l'Etat de Vaud se dit ouvert au principe d'une expérimentation, mais ne compte pas lui-même organiser un essai-pilote. Il souhaite plutôt intervenir en tant qu'autorité de contrôle et de surveillance en collaboration avec les autorités fédérales, dès lors que plusieurs essais pourraient être organisés par des communes dans le canton.

Les regards étaient surtout tournés vers Lausanne, où l'essai de vente régulée de cannabis "récréatif" entre dans une phase concrète. Un point de vente doit en effet ouvrir d'ici la fin de l'année au centre-ville. Quelque 200 personnes se sont déjà inscrites pour participer au projet baptisé Cann-L.

Lena Vulliamy avec Keystone ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Les comptes de la Ville de Lausanne favorables aux investissements

Publié

le

Florence Germond, municipale des Finances et Grégoire Junod, syndic, ont présenté mercredi des comptes lausannois proches de l'équilibre. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les comptes 2023 de la Ville de Lausanne présentent un déficit de 3,5 millions, en amélioration de 80,9 millions par rapport au budget. Ce "bon résultat" permet de diminuer la dette nette de 9,2 millions et de dégager un autofinancement positif de 167,9 millions.

Dans un contexte incertain marqué notamment par les effets du renchérissement, la Municipalité signe un bilan quasiment à l’équilibre, s'est réjoui le syndic de Lausanne mercredi devant la presse. "Contrairement à ce que l'on entend parfois dans la rue, les finances lausannoises sont tenues. Ce résultat s'affiche d'ailleurs dans la lignée des dix dernières années".

Mais comment expliquer ces bons résultats?

Florence GermondMunicipale chargée des finances et de la mobilité

Parmi les chiffres-clés, la municipale des Finances Florence Germond a évoqué des charges qui atteignent 2,053 milliards, en "légère hausse" de 3,6% par rapport aux comptes 2022. Cette croissance est assez proche de celle de l'inflation, a-t-elle commenté.

Les revenus de fonctionnement progressent eux de 4% pour atteindre 2,049 milliards, notamment en raison de revenus fiscaux supérieurs aux comptes 2022 (+21,6 millions).

La Ville a également dégagé un autofinancement de près de 168 millions, ce qui a permis de couvrir un niveau record d'investissement. Un point essentiel.

Florence GermondMunicipale chargée des finances et de la mobilité

Le positif, c'est qu'il n'y a pas eu besoin de recourir à des prêts pour financer ces investissements. Mais, même si ceux-ci devaient peser lourdement dans les comptes à court terme, il faut garder à l'esprit qu'ils peuvent rapporter sur le long terme.

Florence GermondMunicipale chargée des finances et de la mobilité

D'ici 2028, les investissements planifiés se montent à 1'348 millions de francs.

Alessia Merulla, avec ATS

Continuer la lecture

Hockey

Lawrence Pilut joue beaucoup et il adore ça

Publié

le

Lawrence Pilut a passé près de la moitié du premier acte de la finale sur la glace. (© KEYSTONE/JUERGEN STAIGER)

Face à Zurich lors du premier acte de la finale de National League, Lawrence Pilut a passé près de 29 minutes sur la glace. Malgré la défaite, le Suédois en aurait même accepté un peu plus.

S'il fallait illustrer la passion pour le hockey sur glace, mettre une photo de Lawrence Pilut ne serait pas une mauvaise idée. Au moment de l'interview d'après-match et en dépit d'une défaite 2-1 au sortir de la première rencontre de la finale de National League, l'arrière suédois arborait le sourire de quelqu'un qui a pris un immense plaisir sur la glace.

"Parce que c'est excitant, lance le numéro 20 du LHC avec ses yeux bleus grands ouverts. Ce n'est pas souvent que tu peux jouer une finale. Ce fut une rude bataille des deux côtés et maintenant on est concentré sur le deuxième match chez nous jeudi soir devant notre public."

Près de la moitié du match

En regardant le match, on avait le sentiment de voir Lawrence Pilut une présence sur deux. Un sentiment confirmé par le temps de jeu du Suédois qui a griffé la glace durant 28'50, soit près de la moitié des 60 minutes de la partie. Privé de Christian Djoos, malade, le coach lausannois Geoff Ward a dû revoir son plan de match et répartir les minutes de son défenseur numéro un. Et logiquement, Pilut était un candidat tout désigné pour assumer une plus grosse charge de travail.

"Il a un bon moteur, image l'entraîneur des Lions de Malley. Il peut même jouer davantage si l'on a besoin de lui." De son côté, l'ancien défenseur des Rochester Americans ne se plaint pas du tout de cette charge de travail supplémentaire. "Jamais fatigué! Jamais fatigué, martèle-t-il. J'aime jouer. C'est assez évident pour moi, cela fait partie de mon jeu. J'adore jouer beaucoup de minutes et plus je joue, mieux je me sens dans le match. Evidemment qu'il y a parfois un ou deux shifts plus compliqués, mais on doit faire en sorte de minimiser les creux." Christian Djoos devrait être de retour jeudi et Lawrence Pilut retrouver ses 22-23 minutes de glace.

Energie et passion

Et le Scandinave de réitérer son amour pour son sport: "Tu as envie de jouer, c'est ce feu qui brûle au fond de toi. Plus tu joues, plus tu as envie de jouer. Et quand en plus tu as l'opportunité de jouer une finale, c'est incroyable."

Lawrence Pilut se réjouit forcément de sauter sur la glace jeudi soir à l'occasion du deuxième match de cette finale: "On a eu nos chances mardi, c'était vraiment très serré pour être honnête. Connor (réd: Hughes, le gardien) a de nouveau fait un super match. On doit de toute façon jouer notre jeu et conserver notre structure. On peut le faire pendant soixante minutes et espérer une issue positive. Je suis très excité de revivre tout ça jeudi devant nos fans, parce que l'énergie et la passion qu'ils amènent à la patinoire sont véritablement incroyables."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Opéra de Lausanne: le nouveau directeur entre en scène

Publié

le

Claude Cortese a présenté mercredi sa première saison à la tête de l'Opéra de Lausanne. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Opéra de Lausanne entre dans une nouvelle ère. Son nouveau directeur Claude Cortese, qui succède au règne de 20 ans d'Eric Vigié, a dévoilé mercredi les contours de sa première saison.

Il a présenté une programmation "éclectique" qui traversera "près de 400 ans de répertoire lyrique", entre Francesca Caccini (1587-1641) - la première compositrice femme de l'histoire - et Benjamin Britten (1913-1976).

Les oeuvres de l'Italienne ("La Liberazione di ruggiero dall'isola d'Alcina") et du Britannique ("Le Songe d'une nuit d'été") font partie des cinq ouvrages qui n'ont encore jamais été présentés à Lausanne.

C'est aussi le cas du "Guillaume Tell" de Rossini, qui ouvrira la saison en octobre. Deux autres oeuvres inédites figurent au programme: "Fortunio" de Messager et "Le Docteur Miracle" de Bizet.

Trois opéras feront leur retour après plusieurs années d'absence à Lausanne: "Don Pasquale" de Donizetti, "Mitridate" de Mozart et "Carmen" de Bizet en fin de saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Rejet d'une demande de révision d'Erwin Sperisen

Publié

le

Erwin Sperisen (à gauche) lors de sa sortie du pénitencier de Witzwil (BE) le 20 octobre 2023, après la décision de la Cour européenne des droits de l'homme (archives) (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Tribunal fédéral rejette une demande de révision d'Erwin Sperisen. L'ancien chef de la Police nationale du Guatemala réclamait l'annulation des ordonnances classant les plaintes qu'il a déposées contre deux personnes qui l'ont accusé devant la justice genevoise.

Le recourant estime que ces deux hommes, un Français détenu au Guatemala et un enquêteur espagnol, l'ont accusé faussement lors de son procès qui a abouti en 2018 à sa condamnation pour complicité d'assassinat. Verdict qui a été annulé en 2023 à la suite de la décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CourEDH).

Erwin Sperisen a donc déposé plainte contre ces deux témoins, pour faux témoignage et dénonciation calomnieuse. Ces dénonciations ont été classées en 2021 par la justice genevoise.

Pour le Tribunal fédéral, l'arrêt de la CourEDH qui constatait l'apparence de partialité de la présidente de la Chambre pénale d'appel genevoise ne concerne pas les deux ordonnances litigieuses. En effet, cette magistrate n'est pas intervenue dans ces procédures.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Votre emploi du temps est bien rempli mais vous gardez le cap sur vos buts, relevant les défis avec habileté et comprenant les leçons que donne la vie !

Les Sujets à la Une

X