Rejoignez-nous

Vaud

Le Grand Conseil ferme l'enquête sur l'Hôpital de Rennaz

Publié

,

le

L'Hôpital Riviera-Chablais a été au coeur des discussions lors de la séance hebdomadaire du Grand Conseil vaudois (Archives © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Le Grand Conseil vaudois tourne la page de la gestation difficile de l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) de Rennaz. Malgré des lectures et appréciations divergentes entre la gauche et la droite, les députés ont accepté mardi le rapport de la Commission d'enquête parlementaire (CEP) sur la débâcle financière de l'établissement valdo-valaisan.

Les débats auront duré l'entier de la journée de la séance hebdomadaire du Grand Conseil. La présentation du rapport de la commission d'enquête parlementaire était attendue. Un dispositif rare dans le canton, demandé il y a une année par la droite, pour faire la lumière sur la gestion de l'Hôpital inter-cantonal, notamment sur le volet financier. Les députés ont finalement accepté le document (79 oui, 31 non et 28 abstentions) avant d'enchaîner par le vote de la fin définitive des travaux et de la mission de la commission, à l'unanimité des votants moins trois abstentions.

Après onze mois d'enquête, aucun acte répréhensible, malversation, fraude, ni rien de pénal n'a été constaté. Cependant, de nombreuses défaillances ont été relevées et ont conduit la CEP a émettre 18 recommandations.

Sur les discussions, les lignes n'ont que peu évolué depuis l'an dernier et le vote de création de la CEP, acceptée on le rappelle à une voix près. La droite félicite le rapport et son utilité, la gauche estime toujours le recours à la commission disproportionnée.

Vincent KellerDéputé POP au Grand Conseil

"Tragédie", le mot a été employé dans l'hémicycle par le chef du groupe UDC, Yvan Pahud :

Yvan PahudDéputé UDC au Grand Conseil

La présidente du PS vaudois, Jessica Jaccoud, rappelle que les deniers publics n'ont pas été mal utilisé, et parle de cet hôpital comme d'une fierté :

Jessica JaccoudDéputée PS au Grand Conseil

18 recommandations

Les 18 recommandations de la CEP n'épargnent personne. Département de la santé et de l'action sociale, Conseil d'Etat, Grand Conseil, les responsabilités sont partagées.  Un mot ressort cependant : passivité. Notamment celle du gouvernement, qui a tardé à réagir, mais également du Parlement lui-même. Il lui est reproché un laxisme sur ce dossier.

Pierre ZwahlenDéputé vert au Grand Conseil

La commission d'enquête parlementaire a également soulevé l'interférence de la commission des finances et du Département des finances. Membre de la Commission des finances, le député PLR Alexandre Berthoud se défend :

Alexandre BerthoudDéputé PLR au Grand Conseil

Le rapport de la CEP, décortiqué par les élus, a aussi mis en lumière des problèmes du côté des fondations privées soutenant les cinq sites hospitaliers préexistants. En cours de liquidation, elles n'ont toujours pas versé leurs actifs à la désormais unique Fondation de soutien du HRC. De l'argent capitalisé mais non utilisé, a critiqué la gauche.

Dans l'ensemble, personne n'a contesté le bien-fondé de l'existence de l'Hôpital de Rennaz. Le but de la CEP était d'analyser ce qui avait dysfonctionné par le passé pour mieux affronter l'avenir et faire les corrections nécessaires, ont dit en substance des élus. L'HRC "ressort même renforcé" de l'enquête, a estimé la PLR Catherine Labouchère. "Il est temps de tirer un trait et de tourner la page", a encouragé le Libre Jean-Louis Radice.

Les députés valaisans ont, eux, refusé d'enquêter sur le HRC, dont le Valais est propriétaire pour un quart. De quoi poser problème lors de futures discussions sur le dossier inter-cantonal ? Pas pour Pierre Zwahlen, président de la commission thématique des affaires extérieures :

Pierre ZwahlenDéputé vert au Grand Conseil

La ministre de la santé Rebecca Ruiz a pour sa part réfuté certaines critiques à l'encontre du Conseil d'Etat. Elle a rappelé le statut autonome de droit public de l'établissement, responsable donc de sa propre gestion. Elle a aussi relevé que le canton avait pris des mesures de correction immédiates et ordonné deux audits.

En adoptant le rapport de la CEP, le Parlement a de fait aussi accepté les 18 recommandations qui vont avec, dont neuf pour le gouvernement, quatre pour le Grand Conseil et trois pour l'HRC.

Elles concernent des renforcements de compétences, des précisions et clarifications de rôles des différentes parties, l'exigence de plans financiers, des améliorations de communication, etc. Les députés sont invités à les mettre en oeuvre par des interpellations, postulats ou motions à l'intention du gouvernement.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

40 bougies pour la liaison Lausanne-Paris par rails

Publié

le

Inaugurée en 1984, la liaison ferroviaire entre Lausanne et Paris célèbre cette année son quarantième anniversaire. (Archives © KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Ouverte en 1984, la liaison ferroviaire entre Lausanne et Paris souffle ses quarante bougies cette année. Une ligne inaugurée seulement trois ans après l'arrivée en France du train à grande vitesse.

Depuis quatre décennies, un train grande vitesse relie deux capitales : Lausanne, l'Olympique, et Paris, la Française, en moins de quatre heures. Une liaison qui faisait suite, trois ans plus tard, à l'arrivée de la ligne Paris-Genève, en. 1981.

Une liaison ferroviaire transfrontalière qui possède de nombreux avantages, souligne la conseillère d'Etat vaudoise en charge des infrastructures, Nuria Gorrite :

Nuria GorriteConseillère d'Etat vaudoise en charge des infrastructures

Depuis quarante ans, ce ne sont pas moins de 200 millions de voyageurs qui ont emprunté les différentes liaisons franco-suisses, indique TGV Lyria.

Noces d'émeraude

40 ans de mariage de cette ligne, célébré ce 14 juin en gare de Lausanne. La ligne Lausanne-Paris fut ouverte en 1984, seulement trois ans après l'arrivée en France du train à grande vitesse. Lausanne a donc été reliée par le TGV avant même d'autres villes dans l'Hexagone. Une preuve de l'importance de cette liaison transfrontalière, souligne le Consul général de France en Suisse :

Clément LeclercConsul général de France en Suisse

Cet anniversaire doit aussi être l'occasion de voir vers le futur, notamment sur l'offre des dessertes au départ de Lausanne :

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

Pour la ministre vaudoise des infrastructures, il faut continuer à se battre pour maintenir cette ligne. Mais aussi voir plus loin en ce qui concerne les destinations :

Nuria GorriteConseillère d'Etat vaudoise en charge des infrastructures
Continuer la lecture

Vaud

Le Canton de Vaud et l’EVAM au chevet des mineurs non-accompagnés

Publié

le

Le canton de Vaud prenait en charge près de 500 mineurs non accompagnés à la fin de l'année 2023 (archives). (© Keystone/VALENTIN FLAURAUD)

Le nombre de mineurs non-accompagnés a explosé dans le canton de Vaud en 5 ans. En 2019, 42 d’entre eux étaient pris en charge, contre 478 à la fin de l’année dernière. Un véritable défi pour le Canton, qui souhaite améliorer la prise en charge.  Les autorités et l’EVAM ont planché sur une feuille de route, présentée ce vendredi.

Le Canton de Vaud veut mieux prendre en charge les mineurs non-accompagnés. Pour ce faire, le gouvernement a établi une feuille de route en collaboration avec l’EVAM. Elle a été dévoilée ce vendredi. L’objectif : faire face à un afflux grandissant dans de bonnes conditions. Car si le Canton ne prenait en charge que 42 mineurs non-accompagnés en 2019, ils étaient presque 500 à la fin de l’année dernière.
Concrètement, le document doit fixer une vision commune de l’EVAM et de l’Etat pour la protection de ces jeunes, afin notamment de répondre à leurs besoins spécifiques. Le document doit aussi renforcer l’organisation de l’EVAM ainsi que la surveillance des structures. Jusqu’ici, la surveillance n’était, en effet, qu’administrative. Isabelle Moret, conseillère d’Etat chargée notamment de l’économie.

Isabelle MoretConseillère d'Etat vaudoise

Cette feuille de route découle d'un audit critique réalisé en 2022. Il avait alors démontré que les besoins spécifiques des mineurs n'étaient pas suffisamment pris en considération.

Nouvelle structure à Lausanne

La feuille de route et ses mesures devraient être mises en oeuvre d'ici début 2025. Et cela se fera dans un contexte toujours tendu, en témoignent les besoins en nouvelles structures. Erich Dürst, directeur de l'EVAM.

Erich DürstDirecteur de l'EVAM

La feuille de route présentée ce vendredi pourrait aussi avoir un impact du côté de Berne. Le gouvernement espère en tout cas qu'elle pourra peser dans de futures discussions avec la Confédération. Explications de Vassilis Venizelos, conseiller d'Etat chargé de la jeunesse.

Vassilis VenizelosConseiller d'Etat vaudois
Continuer la lecture

Vaud

La Police Nyon Région instaure deux mesures concrètes

Publié

le

La Police Nyon Région souhaite renforcer la sécurité publique et lutter activement contre le fléau qu'est le harcèlement de rue (archives). (© Keystone/NOEMI CINELLI)

La Police Nyon Région (PNR) met en place deux mesures afin de combattre le harcèlement de rue. Dès samedi, une plateforme de signalement en ligne ainsi qu'un réseau de lieux sûrs, appelé dispositif "Angela", sont introduits pour renforcer la sécurité publique, indique-t-elle vendredi dans un communiqué.

"La sécurité dans l'espace public est une préoccupation croissante, notamment pour les femmes, les membres de la communauté LGBTIQ+, et d'autres personnes vulnérables, souvent confrontées à des comportements inappropriés et menaçants. Suivant l'exemple de villes romandes comme Lausanne, Yverdon et Vevey, la PNR prend des mesures concrètes pour répondre à cette problématique sur son territoire", écrit-elle.

La première initiative consiste en la création d'une page internet dédiée sur le site de la PNR, accompagnée d'un formulaire de signalement. Ce formulaire permettra, tant aux victimes qu'aux témoins de harcèlement de rue, de rapporter les incidents, soit de manière anonyme, soit en choisissant d'être recontactés par l'Unité prévention de la PNR, explique la police régionale.

La seconde mesure concerne la mise en place du réseau appelé "Angela". Il s'agit d'un dispositif de lieux sûrs où les personnes menacées peuvent trouver refuge et assistance en demandant "Angela". Environ 60 établissements publics à Nyon, Crans et Prangins s'inscrivent déjà dans ce dispositif, selon la PNR.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

La limite olympique reste un objectif pour Mumenthaler

Publié

le

Timothé Mumenthaler a Paris 2024 en tête (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Tout frais champion d'Europe du 200 m, Timothé Mumenthaler a déjà son prochain objectif en tête.

Quasiment assuré de décrocher un ticket pour les JO par le biais du classement mondial, il espère valider sa qualification en réussissant la limite, fixée à 20''16.

"Ce chrono reste un objectif. Il semblait lointain, mais il me paraît atteignable après mes 20''28 des Européens". Pour y parvenir, "je devrai réussir une très bonne course, dans de très bonnes conditions", a-t-il expliqué vendredi lors d'une conférence de presse organisée par Athletissima.

Mais "j'ai fait mes calculs. Je suis 32e dans la Road to Paris", alors que 48 athlètes participeront aux JO 2024. "Je ne veux pas vendre peau de l'ours avant de l'avoir tué. Mais statistiquement, ma place aux Jeux est garantie", a lâché Timothé Mumenthaler, qui accompagnera le Grison Williams Reais sur cette distance.

Le Genevois de 21 ans espère néanmoins pouvoir profiter des championnats de Suisse de Winterthour (28/29 juin), où il bénéficiera aussi de la concurrence de William Reais (3e aux Européens) et de Felix Svensson, pour réussir cette limite. "Mais je ne courrai pas le 200 m à AtleticaGenève" le 22 juin.

Objectif 4x100 m

Timothé Mumenthaler aura un autre objectif dans le Stade du Bout-du-Monde: la qualification olympique en relais, que la Suisse doit aller chercher en faisant mieux que 38''30. Soit le chrono réalisé cette saison par Trinité & Tobago, qui détient pour l'heure le 16e et dernier ticket disponible sur 4x100 m.

"On fera une tentative à Genève. Mais, et tout le monde en est conscient, on doit remanier l'équipe" par rapport à la finale des Européens, que le quatuor Mancini/Reais/Lestrade/Mumenthaler avait conclue au 5e rang en 38''68.

"De mon point de vue, on a assez de jeunes talents en Suisse. William (Reais) et Felix (Svensson) sont en forme, Bradley (Lestrade) a réussi un bon virage à Rome. On a quatre coureurs en forme, avec une composition idéale pour Genève", précise Timothé Mumenthaler.

"On n'a pas forcément de meilleur partant que Pascal (Mancini)", concède-t-il. "On perdrait sur les 30 premiers mètres, mais on serait plus rapide sur la suite", assure le Genevois qui, à 21 ans, n'a pas sa langue dans sa poche.

Des examens à repousser

Timothé Mumenthaler a par ailleurs un autre objectif en tête: convaincre la direction de l'EPFL de repousser ses examens. "J'ai eu beaucoup de stress, et n'ai pas pu suivre les cours comme j'aurais dû. Ca me libérerait d'un poids mental si je n'avais pas à préparer mes examens maintenant", a-t-il glissé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Les amoureux renforcent leur relation en créant une connexion profonde et sincère. Chacun ose exprimer à l’autre ses attentes et ses envies…

Les Sujets à la Une

X