Rejoignez-nous

Vaud

Les jeunes LGBT sont davantage la cible de violences que les autres

Publié

,

le

Quinze pour cent des jeunes LGBT disent avoir été victimes d'agressions sexuelles au cours des trente derniers mois, contre 3% pour les personnes hétérosexuelles. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les jeunes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) sont davantage la cible de violences sexuelles et de harcèlement que les autres, montre une étude vaudoise. Ils consomment aussi plus de substances psychoactives et se considèrent en moins bonne santé.

Un jeune sur six (16,5%) indique avoir une orientation non exclusivement hétérosexuelle, selon l'étude réalisée par Unisanté à Lausanne et publiée mardi. Parmi ces personnes, 15% disent avoir été victimes d'agressions sexuelles au cours des trente derniers mois, contre 3% pour les hétérosexuels. Et 16% rapportent avoir subi du harcèlement (y compris en ligne) de manière hebdomadaire sur les douze derniers mois (contre 8%).

S'agissant de la prise de substances psychoactives, les jeunes non exclusivement hétérosexuels sont 49% à déclarer boire de l'alcool chaque semaine (contre 43%). Ils consomment aussi plus de tabac (42% contre 27%), de cannabis (15% contre 11%) ainsi que d'autres stupéfiants (10% contre 5%, sur douze mois) et pratiquent davantage le "binge drinking", soit le fait de boire beaucoup d'alcool en peu de temps (57% contre 52%, sur trente jours).

Des chiffres qui confirment les tendances internationales. Mais posséder des données vaudoises est précieux, selon Raphaël Bize, médecin cadre à Unisanté et coauteur de l'étude.

Raphaël BizeMédecin cadre à Unisanté et coauteur de l'étude

Troubles psy et dépressivité

Autre donnée révélée par l'étude: un cinquième (20%) des jeunes non exclusivement hétérosexuels s'estiment en mauvaise santé générale (contre 11%). Quatre sur cinq (79%) décrivent des troubles somatiques et psychoaffectifs récurrents (contre 56%) et 58% font état de dépressivité (contre 36%). Encore une fois pas de surprise, autant pour les chercheurs que les acteurs de terrain. Le Canton de Vaud, lui, se dit conforté dans la stratégie mise en place. Il rappelle notamment le plan d'action lancé il y a une année sur ce thème. Un des buts visés: prévenir l'homophobie et la transphobie en milieu scolaire. L'étude sonne ainsi comme une piqûre de rappel, comme le note Caroline Dayer, déléguée aux questions d'homophobie et de transphobie au sein du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

Caroline DayerDéléguée aux questions d'homophobie et de transphobie au sein du DFJC

Notons encore que le Canton de Vaud a récemment nommé Catherine Fussinger au poste, fraîchement créé, de déléguée cantonale pour les questions LGBTIQ.

Mettre un visage sur des chiffres

Les acteurs de terrain ont, quant à eux, salué la publication de l'étude. Etude que l’association Vogay s'est attachée à illustrer au travers de vidéos. On y voit six jeunes queer, lesbienne ou trans témoigner de leur vécu. Les précisions de Sara Blaser, responsable sensibilisation au sein de Vogay.

Sara BlaserResponsable sensibilisation au sein de Vogay

Les capsules vidéo sont à retrouver sur le site de Vogay. Le Canton, de son côté, rappelle le lancement d’un plan d’action l’an dernier dans le cadre scolaire. Il renforce notamment la prévention pour lutter contre l’homophobie et la transphobie.

Précisons que l'enquête a été menée en 2017 auprès de 1817 jeunes en deuxième année de formation post-obligatoire du canton de Vaud. Elle a été effectuée au moyen d'un questionnaire auto-administré anonyme soumis à un échantillon représentatif de classes d'écoles publiques. Le taux de participation a été d'environ 90%. Médecin cadre à Unisanté et coauteur de l'étude, Raphaël Bize a parlé de "données robustes", lors de la présentation des résultats mardi à Lausanne.

Isabelle Bertolini avec Keystone-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Mariage: désormais tous égaux devant le "pétabosson"

Publié

le

Une cinquantaine de couples de même sexe ont lancé une procédure de mariage complète. (Image prétexte - ©KEYSTONE/Gaetan Bally)

Le mariage pour tous est entré en vigueur ce vendredi. Les couples de même sexe peuvent désormais se passer la bague au doigt. Dans le canton de Vaud, les premiers mariages seront célébrés la semaine prochaine.

Les couples de même sexe peuvent désormais se passer la bague au doigt en Suisse. Ce vendredi entre en vigueur le mariage pour tous, plébiscité par la population en septembre dernier. Dans le canton de Vaud, les premiers mariages seront célébrés la semaine prochaine. En tout, ce sont une 50aine de couples qui ont déjà entamé les démarches pour lancer une procédure de mariage complète. Les partenaires déjà enregistrés, eux, peuvent aussi opter pour une autre option. Les explications de Catherine Fussinger, déléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ.

Catherine FussingerDéléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ


Et Catherine Fussinger, elle aussi, devrait d'ailleurs bientôt convertir son partenariat enregistré.

Catherine FussingerDéléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ

Adoption et PMA

Et l'entrée en vigueur de la loi rime aussi avec la possibilité de former officiellement une famille. Les couples de même sexe peuvent recourir à l’adoption extrafamiliale conjointe. Les couples de femmes peuvent aussi se rendre dans une clinique de fertilité pour une procréation médicalement assistée. Une nouveauté qui implique de nouvelles responsabilités pour les cliniques. Catherine Fussinger, déléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ.

Catherine FussingerDéléguée vaudoise pour les questions LGBTIQ

Dans les autres cas, le parent de même sexe devra adopter l’enfant de son partenaire.

Toutes les informations concernant les démarches à effectuer pour convertir un partenariat enregistré ou sur le mariage pour tous sont à retrouver sur le site de l'état civil vaudois.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: palmiers, sable et transats au quartier du Tunnel

Publié

le

La place du Tunnel au centre-ville de Lausanne prendra des airs balnéaires du 5 juillet au 20 août (archives). (© Keystone/LEANDRE DUGGAN)

Au coeur de la ville de Lausanne, les habitants du Tunnel et de la Borde pourront rêver de mer cet été. Du 5 juillet au 20 août, entre sable, palmiers et transats, la place du Tunnel offrira un air de vacances balnéaires avec un grand espace récréatif proposé par les autorités de la capitale vaudoise.

La population y trouvera notamment une piste de pétanque, une table de ping-pong et de nombreux espaces de jeux. Mise en place par la Délégation Jeunesse de la Ville, cette action permettra l'engagement de jeunes qui proposeront, sous forme de prêt, des chaises longues et jeux d'extérieur ainsi que, ponctuellement, des animations ludiques, indique jeudi la Ville dans un communiqué.

Toutes ces activités estivales sont proposées du mardi au samedi (excepté les jours de pluie), de 14h00 à 19h00. L'espace détente, lui, sera ouvert au public en tout temps et gratuit.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Plus de 40 millions pour l'entretien de bâtiments d'Etat

Publié

le

Le palais de justice de Montbenon, Tribunal d'arrondissement de Lausanne, va subir des travaux d'entretien (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil d'Etat vaudois sollicite le Grand Conseil pour un crédit-cadre de 42,82 millions de francs afin de financer les travaux d'entretien de bâtiments appartenant au Canton. Cinq sites différents sont concernés, a indiqué jeudi le gouvernement dans un communiqué.

Il s'agit du Tribunal d'arrondissement à Lausanne, de l'Ecole supérieure de la santé à Lausanne, du Centre d'enseignement professionnel de Vevey, du Centre de compétence de la protection de la population à Gollion et de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) à Bex.

Le gouvernement sollicite également un crédit additionnel de 3,3 millions pour effectuer des travaux d'amélioration de l'efficience énergétique des sites de Marcelin à Morges et de l'ETML à Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: un vélo pour cartographier les déchets en ville

Publié

le

En 2018, Genève avait utilisé une technologie similaire pour mesurer la quantité de mégots jetés au sol (archives). (© KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN)

Dès lundi et pour quatre mois, un vélo électrique va parcourir les rues de Lausanne pour y cartographier les déchets présents sur le domaine communal. Ce scannage du sol permettra d'optimiser les prestations de la ville en matière de propreté urbaine.

Chaque jour, une centaine d'employés communaux livrent "un travail conséquent" pour rendre l'espace public propre et accueillant. Mais pour mesurer l'état de propreté de l'ensemble de son territoire, la ville a décidé de mener une analyse, annonce-t-elle jeudi.

Un vélo électrique équipé d'une technologie capable de détecter la nature (mégots, papiers...) et la quantité de déchets au sol se déplacera sur le domaine public. La caméra sera orientée vers le sol et un procédé informatique permettra de ne conserver que les informations concernant les déchets, tout autre contenu étant exclu.

Les images retenues serviront à noter l'état de propreté des rues, et seront ensuite effacées. Le procédé répond aux exigences en matière de protection des données, assure la municipalité.

L'expérience est menée avec l'aide d'une entreprise spécialisée, qui a mis en place le même procédé dans plusieurs villes. En 2018, Genève avait utilisé une technologie similaire pour mesurer la quantité de mégots jetés au sol.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le Canton renouvelle son soutien à l'innovation technologique

Publié

le

La FIT est un outil crucial pour le développement des start-ups vaudoises, selon le conseiller d'Etat Philippe Leuba (Archives © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le Canton de Vaud va continuer de financer la Fondation pour l'innovation technologique (FIT), qui soutient les jeunes entreprises vaudoises et romandes. Il versera 16 millions de francs jusqu'en 2030, soit deux millions par an.

Le Canton de Vaud poursuit son soutien à l’innovation. Membre fondateur de la Fondation pour l’innovation Technologique, la FIT, le canton renouvelle sa contribution à hauteur de 16 millions de francs jusqu’en 2030. La FIT pourra ainsi pérenniser son action de soutien aux jeunes entreprises vaudoises, notamment via des prêts. Depuis 2012, la FIT a déployé 44 millions de francs, a contribué à créer un peu moins de 200 start-ups tout en créant 1295 emplois dans le canton. Des résultats qui dépassent les prévisions.

Philippe LeubaConseiller d'Etat en charge de l'économie

Et surtout, ces start-ups restent sur le territoire cantonal et ne partent pas à l’étranger, ce qui réjouit Philippe Leuba, qui vivait son dernier jour comme ministre de l’économie

Philippe LeubaConseiller d'Etat en charge de l'économie

Du côté de la Fondation, on se réjouit évidemment de la reconduction de ce soutien fiancier. Il est complété par 4 millions provenant de la BCV, sur la même période de huit ans. Au final, ce sont donc 20 millions qui iront soutenir le tissu d'innovations vaudoises.

Ursula OesterlePrésidente de la Fondation pour l'innovation technologique

La start-up SUN Bioscience a notamment pu profiter du soutien financier de la Fondation pour lancer ses activités et ensuite pouvoir chercher d’autres sources de financement. Sa co-directrice, Nathalie Brandenberg :

Nathalie BrandenbergCo-directrice de SUN Bioscience

La co-directrice de SUN bioscience  sait que ce soutien a été un accélérateur pour son entreprise. Elle se félicite de ces soutiens locaux.

Nathalie BrandenbergCo-directrice de SUN Biosciences

Globalement, depuis ses débuts en 1994, la fondation a déployé près de 58 millions de francs d'aides financières et soutenu la création de 4550 emplois, dont 2930 en Suisse. Certaines des starts-ups qu'elle a aidées ont fait du chemin, en témoigne l'entrée en bourse de Sophia Genetics, Astrocast ou encore Onward.

D'autres projets sont en cours pour accroître et diversifier ses aides. La Fondation projette notamment de créer avec des entreprises privées de nouveaux programmes spécifiques à certains secteurs d'activité, à l'image de ce qui a été fait pour la nutrition et l'accueil.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X