Rejoignez-nous

Football

Ludovic Magnin: "On sait plus ce qu'on doit faire quand on gagne"

Publié

,

le

C'est Dorat Rrudhani (droite) qui a débloqué le compteur lausannois. ©KEYSTONE/Valentin Flauraud

Le Lausanne Sport retrouve les joies de la victoire. À la Tuilière, ils se sont imposés 3-1 face à Yverdon Sport grâce à une très bonne première mi-temps.

Une fois n'est pas coutume à la Tuilière, le coup d'envoi a été donné dans un nuage de fumée, conséquence des nombreux fumigènes allumés par les supporters de part et d'autre du stade. Puis, très vite, ce sont les Nord-Vaudois qui se sont créé une première occasion. Marley Aké sert un joli centre. Mais le ballon est un peu long et Varol Tasar ne peut rien en faire.

Lausanne répond immédiatement. Donat Rrudhani tente une percée, mais se heurte à la défense yverdonnoise. Une minute plus tard (5e), le LS s'offre sa première belle occasion avec Antoine Bernede dont le ballon est dévié par Paul Bernardoni.

Lausanne Show

L'ouverture du score viendra finalement à la 9e. Simone Pafundi envoie le ballon une première fois au centre, ça ne fonctionne pas. Le cuir revient sur Morgan Poaty qui le tire parfaitement sur Rrudhani.

Donat RrudhaniMilieu de terrain du Lausanne Sport

Le neo-lausannois signe ainsi son deuxième but en deux matchs sous les couleurs de la capitale vaudoise.

Une dizaine de minutes plus tard, c'est une erreur d'YS qui offre le 2-0 à Lausanne. Une perte de balle maladroite fait atterrir ladite balle directement dans les pieds de Kaly Sène. Le Sénégalais s'est ainsi retrouvé seul face au gardien nord-vaudois. Paul Bernardoni a essayé de lire le jeu de son adversaire. Il est parti sur sa gauche, Sène a tiré sur sa droite. Et le LS prend deux longueurs d'avance.

Il en prendra une de plus à la 29e. Pafundi a cherché une nouvelle fois le chemin des filets, mais Paul Bernardoni a dit non. Il dévie le ballon, qui revient sur Rares Ilie. Une course avec Nikls Gunnarsson se soldera par un but, mais aussi un gros tacle du défenseur yverdonnois sur l'attaquant lausannois qui restera cloué au sol. Résultat: 3-0 pour le LS, Gunnarsson qui se fait expulser et Ilie qui devra finalement quitter le terrain 7 minutes plus tard, la douleur due au tacle l'empêchant de continuer.

À partir de là, "c'est devenu très difficile" pour Yverdon comme l'explique Alessandro Magniarratti, entraîneur des verts et blancs. "De là, je peux vraiment féliciter l'équipe parce qu'ils ont gardé l'esprit, ils ont fait un grand effort. On a bien défendu, on arrive à marquer, mais c'était déjà un peu trop tard", se désole-t-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par blue Sport (@bluesport_fr)

Parce que Yverdon s'est effectivement redonné un peu d'espoir en fin de mi-temps. Tout d'abord avec une belle occasion de William LePogam. Mais le tir au premier poteau n'est pas assez puissant et Karlo Letica n'a aucun mal à l'arrêter.

C'est Marley Aké qui viendra donner un peu d'air aux yverdonnois dans le temps additionnel. Son tir, à une vingtaine de mètres du but passe tout droit pour aller se loger au fond des filets.

"Je pense qu'on a un peu raté la mentalité de derby"

La deuxième mi-temps sera moins intéressante. Yverdon a fait le job en défense pour ne pas empirer le score avec quelques beaux sauvetages sur la ligne. Pafundi tentera une énième fois d'aller chercher son premier but en bleu et blanc, mais il se heurtera une énième fois à Paul Bernardoni.

Et puis il y a eu ce penalty en faveur d'YS. Mais dans le duel Tasar-Letica, c'est le gardien lausannois qui l'a emporté. Le tournant définitif du match après le carton rouge de Gunnarsson.

Alessandro MangiarrattiEntraîneur d'Yverdon Sport

Mais, avec ou sans cette action, le mal avait été fait en première période, comme le note Anthony Sauthier.

Anthony Sauthier Défenseur d'Yverdon Sport

Quelque jours avant la rencontre, Alessandro Magniarratti expliquait que la position au classement du LS ne reflétait pas le niveau de l'équipe. Et c'est face à ce LS "de qualité" que s'est heurté Yverdon.

Alessandro MangiarrattiEntraîneur d'Yverdon Sport

À l'heure du bilan de la partie, Anthony Sauthier veut tout de même retenir du positif. "En deuxième mi-temps, on est revenu avec des meilleures choses en tête. On gagnait les duels, on était mieux offensivement, on gardait les ballons, énumère-t-il. Et on a vu, on est tout de suite plus dangereux."

Mais comment expliquer ce changement de visage? Lausanne qui en voulait plus? "Oui, Lausanne qui en voulait plus et nous qui en voulions pas assez", répond Anthony Sauthier. Avant ce derby, Yverdon Sport avait enchaîné deux victoires. Et pas des moindres puisque les Nord-Vaudois avaient battu Zurich puis Servette. Et-ce que l'équipe s'est trop reposée là-dessus?

Anthony SauthierDéfenseur d'Yverdon Sport

Son de cloche un peu différent du côté du coach qui a assuré en conférence de presse d'après-match que "ça fait toute la semaine que je dis qu'il faut revenir sur terre." Il s'est également montré critique sur l'attitude de certains de ses joueurs. "Ils doivent être un peu plus méchants, lâche-t-il. Il y en a qui doivent performer un peu plus au niveau de l'énergie mentale et de la compréhension de la situation dans laquelle on est."

Lausanne réapprend à gagner

26 novembre. C'était la date de la dernière victoire du Lausanne Sport. Il y avait ensuite eu huit matchs et seulement 3 points empochés par le club. Alors, cette victoire face à Yverdon, il est clair que le LS en avait besoin, que ce soit pour une question de classement ou de moral. Dorat Rrudhani nous raconte comment il a vécu ce match, lui qui est arrivé dans l'équipe en plein dans cette mauvaise passe.

Dorat RrudhaniAttaquant du Lausanne Sport

Ludovic Magnin, qui avait été mis sous pression des supporters lausannois le weekend précédent, est plus que satisfait de ce résultat. Mais il faut retrouver un peu ses marques.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne Sport

En début de saison, on a beaucoup accusé le LS de bien jouer, mais de ne pas gagner et de ne pas marquer assez de buts. Samedi soir, le technicien lausannois s'est réjouit d'être resté fidèle à l'ADN de l'équipe, qui, certes, n'a pas été très concluant les premiers mois de championnat. Et avec le match de ce weekend, force est de constater que le LS peut aussi jouer bien et gagner. Mais qu'est-ce qui fait que ça a marché cette fois?

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne Sport

Les cartes sont dans les mains des Lausannois pour se servir de cette énergie positive pour enchaîner les victoires et s'éloigner du bas du classement. Le weekend prochain, les deux clubs vaudois affronteront des concurrents directs. Le LS (11e) recevra Winterthur (7e) et Yverdon (8e) accueillera le FC Bâle (10e).

Une scène pas belle

Si la soirée a été belle sur le plan du football et du spectacle, il nous faut tout de même mentionner et questionner une scène, en fin de match. C'est la 86e minute et Ludovic Magnin décide d'effectuer quelques changements. Il fait ainsi entrer sur le terrain Haïthem Loucif. Le latéral algérien est arrivé à Lausanne début février, prêté par Yverdon.

Ce samedi, il jouait donc ses première minutes avec le maillot de la capitale vaudoise. Et à peine avait-il foulé le terrain de la Tuilière que les supporters yverdonnois se sont lancé dans un chant insultant, le visant spécifiquement. Ces chants, on sait qu'ils font partie du sport. C'est une chose lorsqu'ils citent une ville ou un club, une entité finalement un peu floue. Mais lorsqu'ils citent une personne particulière, ils prennent une toute autre dimension.

Ce qui questionne ce samedi à la Tuilière, c'est qu'on a vu des matchs être interrompus à cause des fumigènes utilisés dans les tribunes. Et ce, même s'ils n'obstruaient pas vraiment la vue, comme à la Pontaise le weekend dernier. En revanche, quand un joueur se fait directement insulter, personne ne bronche. On espère, à défaut, que ça ne se reproduira pas.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Euro 2024: l'Italie bat l'Albanie 2-1

Publié

le

Nedim Bajrami ouvre le score après 23 secondes! (© KEYSTONE/EPA/GEORGI LICOVSKI)

Tenante du trophée, l'Italie a bien entamé son Euro en battant l'Albanie 2-1 à Dortmund dans le groupe B. Menée après 23 secondes de jeu seulement, la Squadra azzurra a eu le mérite de savoir réagir.

La partie a en effet commencé par un coup de tonnerre: une mauvaise touche de Dimarco a profité à Bajrami, qui ouvrait le score au milieu d'une défense médusée. L'ancien joueur de Grasshopper, né à Zurich, a ainsi inscrit le but le plus rapide de l'histoire de l'Euro.

Ce choc initial n'a pourtant pas perturbé les Italiens. Il ne leur a fallu qu'un quart d'heure pour renverser la situation. Bastoni a d'abord égalisé de la tête sur un excellent centre de Pellegrini (11e), puis Barella leur a donné l'avantage grâce à une magnifique volée (16e).

Les émotions se sont ensuite raréfiées, même si le gardien Strakosha a empêché plusieurs fois les champions d'Europe de prendre le large, notamment en déviant sur son poteau après un essai de Frattesi (33e). Les Albanais ont beaucoup subi et se sont montrés trop timides sur le plan offensif. Donnarumma n'a ainsi eu aucun arrêt digne de ce nom à effectuer avant la 90e et une occasion de Manaj.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: large succès de l'Espagne contre la Croatie

Publié

le

Carvajal inscrit son premier but en sélection (© KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH)

L'Espagne a parfaitement entamé son Euro. A Berlin, une impressionnante Roja a largement battu la Croatie 3-0 dans un premier choc du groupe B qui s'est avéré bien plus déséquilibré que prévu.

Il a toutefois fallu digérer un lancinant round d'observation avant que la partie ne se débloque enfin. Mais dès que les Espagnols ont ouvert le score par Morata (29e), servi dans l'axe de superbe manière par Fabian Ruiz, les Croates se sont écroulés. Le même Ruiz a ajouté le numéro deux peu après (32e) après une passe de Pedri.

Le défenseur Dani Carvajal (32 ans) a creusé l'écart dans les arrêts de jeu, signant son premier but en sélection. L'assist sur ce 3-0 est venu de Lamine Yamal, devenu à 16 ans et 338 jours le plus jeune joueur à disputer un match de phase finale d'un Euro.

Le joueur du FC Barcelone, où il a véritablement éclaté cette saison (sept buts et huit passes décisives) a failli inscrire le 4-0 à la 51e, mais Livakovic a mis son veto. Yamal n'a ainsi pas battu le record détenu par le Suisse Johan Vonlanthen. Celui-ci avait 18 ans et 141 jours quand il a marqué contre la France lors de l'Euro 2004.

Le poids des ans

Les Croates, pour qui Luka Modric (38 ans) n'a pas pu s'illustrer lors de sa 176e sélection et a été remplacé peu après l'heure de jeu, ont semblé ressentir le poids des ans, se trouvant souvent en difficulté face à la vitesse de leurs adversaires. Ils ont aussi manqué de réalisme en attaque, ratant plusieurs occasions nettes. Les hommes de Zlatko Dalic devront être plus efficaces lors de leur prochain match, mercredi à Hambourg contre l'Albanie.

Avec un savant mélange entre éléments d'expérience (Rodri, Carvajal, Nacho, Morata) et des jeunes talents déjà très forts (Pedri, Yamal, Williams), le sélectionneur Luis de la Fuente dispose d'un effectif à même de pouvoir viser haut dans ce tournoi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Granit Xhaka, un capitaine heureux mais prudent

Publié

le

Xhaka se félicite de l'état d'esprit affiché par la Suisse (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

"La concurrence a du bon. On l'a vu avec l'apport de Kwadwo Duah et de Michel Aebischer": Granit Xhaka insiste sur la "richesse" de son équipe après la victoire face à la Hongrie à l'Euro.

"L'entraîneur a fait les bons choix pour son onze de départ. Les joueurs sortis du banc ont également tenu un rôle important dans cette victoire, poursuit le Bâlois. Nous avons fait un premier pas. Il faut maintenant bien récupérer avant le match contre l'Ecosse mercredi. J'espère que les Ecossais ne vont pas trop réagir après la claque reçue vendredi contre l'Allemagne. Même si nous avons gagné notre premier match, la pression mercredi sera encore sur nos épaules. Il faudra donc l'assumer."

Le capitaine se félicite du nouvel état d'esprit de l'équipe. "J'ai vécu l'automne dernier mes moments les plus pénibles en sélection, affirme-t-il. Tout est allé de travers. Nous étions trop dans le confort. Mais cette année, j'ai le sentiment de jouer dans une autre équipe. A l'entraînement et en match. Et aujourd'hui, la récompense était bien là."

Kwadwo Duah "en plein rêve"

"Je nage encore en plein rêve", avoue quant à lui Kwadwo Duah, le premier buteur de la Suisse dans cet Euro 2024. "Deuxième sélection, premier but ! Il me faudra quelques jours pour réaliser. Je dédie ce but à tous ceux qui ont cru en moi, à Murat Yakin en particulier. Ce n'est pas vraiment évident de sélectionner un jouer qui évolue dans le championnat de Bulgarie. Je m'étais préparé à cette titularisation. Jeudi, Giorgio Contini m'avait dit que j'avais de bonnes chances de jouer." Le secret avait été bien gardé.

"Nous avons été à la hauteur de l'événement", se félicite pour sa part Breel Embolo qui a remporté sa course contre-la-montre. "Nous avons été trop passifs entre la 65e et la 75e. Je suis heureux d'avoir marqué. Ma saison a été très dure à vivre en raison de mes blessures. Mais j'ai toujours eu cet Euro dans un coin de ma tête. Je voulais tout faire pour aider l'équipe." Il y est parvenu samedi avec un 14e but en sélection. Sans doute pas le plus beau, mais peut-être celui qui compte le plus pour un joueur revenu de si loin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Murat Yakin: "Je ne suis pas un joueur de poker"

Publié

le

Murat Yakin n'a guère apprécié la 2e mi-temps livrée par son équipe (© KEYSTONE/AP/Themba Hadebe)

"Je ne suis pas un joueur de poker. Je préfère les échecs. Au poker, on ne voit pas le jeu de l’adversaire": Pour Murat Yakin, la réflexion passe avant la folie que l’on peut lui prêter.

Le Bâlois sait toutefois qu’il a réussi un grand coup samedi à Cologne. Cette victoire 3-1 contre la Hongrie pour son entrée dans l'Euro est aussi "sa" victoire. Le pari de titulariser Kwadwo Duah et Michel Aebischer, les buteurs de la première mi-temps, a payé merveilleusement.

"Duah a gagné sa place durant la préparation. Il est un joueur de surface, rapide aussi, explique Yakin. Avec les doutes autour de la condition de Breel Embolo, il avait vraiment une carte à jouer. Quant à Aebischer, je l’ai aligné pour bénéficier d’une supériorité numérique dans l’axe. Je n’oublie pas qu’il sort d’une très grande saison à Bologne."

"Le travail n’est pas fini", remarque toutefois le sélectionneur, qui n’a pas vraiment goûté au spectacle de la seconde période: "Nous aurions dû en faire davantage." La perspective du match entre les supporters de l’équipe de Suisse et la "Tartan Army" des fans écossais le fait déjà saliver: "Cela va être grandiose. Aujourd’hui, nos fans ont été merveilleux. Je leur adresse un grand bravo."

Le sélectionneur est, enfin, revenu sur le statut de Xherdan Shaqiri, relégué sur le banc durant toute cette rencontre. "Ce n’est pas le début de la fin pour Xherdan, lâche-t-il. Nous avons encore besoin de lui. Aujourd’hui, je ne voyais pas l’utilité de le faire entrer en seconde période. Mais Xherdan demeure indispensable. Comme Granit Xhaka, il est une source d’inspiration pour tous ses coéquipiers avec l’exemple qu’il donne à l’entraînement." La question toutefois est de savoir si son égo s’en contentera.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Accordez-vous repos et régénération par des activités totalement relaxantes. La semaine prochaine va être chargée, soyez prêt à affronter !

Les Sujets à la Une

X