Rejoignez-nous

Vaud

Marché du travail : pas de sous-enchère salariale généralisée

Publié

,

le

En 2020, plusieurs centaines d'entreprises soumises à des conventions collectives dans le secteur de la construction ont fait l'objet d'un contrôle. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

En 2020, 1540 entreprises ont été contrôlées sur le territoire vaudois dans le cadre de mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes. La commission tripartite cantonale n'a pas constaté de sous-enchère salariale ou sociale généralisée.

En raison de la pandémie de coronavirus, la majorité des efforts des inspecteurs du marché du travail était concentrée sur les contrôles liés à la prévention de la maladie. Résultat: beaucoup moins de contrôles dans le cadre des mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes ont été effectués, indique l'Etat de Vaud mercredi dans un communiqué.

Sur les 1540 entreprises contrôlées, 638 interventions ont été réalisées dans des entreprises non soumises à une convention collective de travail (CCT). Parmi les sociétés soumises à des CCT dans le domaine de la construction, 750 ont été contrôlées, ainsi que 152 soumises à des CCT dans les métiers de bouche.

La commission tripartite cantonale n'a constaté aucun cas de "dumping" ou de sous-enchère salariale abusive et répétée au sens du Code des obligations. Cependant, les cas relatifs à 246 entreprises ont été examinés par le Bureau de la Commission (3014 personnes).

Entreprises étrangères

Sur ces 246 cas, 31 négociations ont échoué (132 personnes), 88 négociations ont débouché sur des adaptations de salaire (282 personnes), 37 ont été classés sans constat de sous-enchère à la suite d'informations complémentaires (93 personnes) et 90 étaient encore en cours (478 personnes).

Enfin, 131 sanctions ont touché des entreprises ou des indépendants étrangers proposant leurs services sur territoire vaudois sans respecter les règles légales ou conventionnelles.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

7000 Vaudois invités à détecter chez eux les anticorps Covid-19

Publié

le

Il sera possible de prélever soi-même une goutte de sang à domicile. (Image prétexte - ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Unisanté à Lausanne invite 7000 Vaudois à se prélever à domicile une goutte de sang au bout du doigt pour détecter la présence d'anticorps contre le Covid-19. Le prélèvement sera ensuite analysé à l'EPFL, dans le cadre de l'étude SérocoViD.

Les 7000 Vaudois tirés au sort ont reçu le 17 septembre dernier un courrier postal les invitant à participer à ce nouveau volet de l'étude. Menée depuis mai 2020, SérocoViD fait partie du programme national de recherche Corona Immunitas. L'objectif est d'estimer la proportion de la population qui a développé des défenses immunitaires, que ce soit par vaccination ou par infection.

L'étude a permis de déterminer qu'en juin 2020, environ 7% de la population vaudoise avait été infectée par le coronavirus. Ce chiffre est passé à 17% en novembre, puis 25% en février 2021.

Aussi les enfants

La nouvelle évaluation doit permettre de connaître la proportion de la population vaudoise qui a des défenses contre le virus, et ceci dans chaque groupe d'âge, y compris les enfants de plus de six mois, explique mercredi Unisanté dans un communiqué. Les résultats préliminaires seront publiés fin novembre.

La méthode de prélèvement est inédite: les participants recevront par la poste un kit d'autoprélèvement. Il ne sera plus nécessaire de se déplacer à Unisanté, sauf pour ceux qui le souhaitent.

Le Groupement des pédiatres vaudois apporte son soutien à l'opération. Les parents qui ont reçu une invitation pour leur enfant pourront se rendre avec leur kit chez leur pédiatre, où une assistante médicale procèdera gratuitement au prélèvement.

Pas de volontaires

S'il est pratiqué à l'étranger, le prélèvement d'une goutte de sang à domicile est inédit en Suisse pour l'étude Corona Immunitas, explique un communiqué. Le Département vaudois de la santé (DSAS) espère ainsi favoriser la participation à l'étude. Les personnes testées seront informées du résultat de manière individuelle. Pour des raisons de méthodologie scientifique, il n'est pas possible d'ouvrir l'étude à des participants volontaires.

Continuer la lecture

Vaud

Protection de l'enfant renforcée dans les justices de paix

Publié

le

L'Ordre judiciaire vaudois veut mieux protéger les enfants des maltraitances (Image prétexte - ©KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

Le Conseil d'Etat vaudois a alloué des moyens supplémentaires pour renforcer la protection de l'enfant. Une chambre de protection de l'enfant va voir le jour dans chaque justice de paix. Les magistrats seront mieux formés à ce domaine sensible et des assesseurs spécialisés seront recrutés.

Le budget vaudois pour 2022 inclut une série de montants destinés à renforcer la protection de l'enfance. L'objectif est notamment de mieux répondre aux exigences du droit fédéral ainsi qu'à certaines lacunes révélées en 2018 par le rapport Rouiller après une grave affaire de père abuseur.

Dans un rapport détaillé, l'Ordre judiciaire vaudois (OJV) a arrêté un programme à plusieurs facettes. Il reçoit désormais des moyens supplémentaires pour mettre en oeuvre ses orientations stratégiques, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

Le Conseil d'Etat a accepté de renforcer les effectifs de l'OJV par la création de 12,3 ETP (Equivalent temps plein) de magistrats professionnels et de 28,2 ETP de personnel administratif. Ces collaborateurs entreront en fonction entre 2022 et 2024, sous réserve de l'acceptation du budget 2022 par le Grand Conseil.

Mieux entendre les enfants

Cette démarche permettra de mieux répondre aux exigences du droit fédéral en matière de participation de l'enfant à la procédure. Les justices de paix et les tribunaux d'arrondissement disposeront de nouvelles ressources pour systématiser l'audition des enfants.

Une chambre de protection de l'enfant verra le jour dans chaque justice de paix. Les magistrats professionnels appelés à siéger dans ces chambres disposeront d'une formation continue renforcée.

Assesseurs spécialisés

Pour répondre à l'exigence fédérale d'interdisciplinarité dans la composition de l'autorité de protection, les assesseurs rattachés à ces chambres seront issus des milieux professionnels de la santé, du social ou de l'éducation. Leurs connaissances professionnelles spécifiques seront ainsi un atout, explique l'OJV.

Le Conseil d'Etat a adhéré à la proposition de l'OJV d'entamer des discussions avec les associations professionnelles des métiers concernés. Il s'agit désormais de définir les missions et la rémunération des personnes concernées. Ces démarches seront menées par le Tribunal cantonal, en concertation avec l'Office du médecin cantonal et le Service du personnel de l'Etat de Vaud.

Continuer la lecture

Vaud

Evacuation des eaux: communes et canton pourraient mieux faire

Publié

le

La Cour des comptes a adressé une série de recommandations pour améliorer la gestion des eaux usées dans le canton de Vaud (Photo d'illustration © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La gestion de l'évacuation des eaux pourrait être améliorée dans le canton de Vaud. Un audit de la Cour des comptes recommande notamment une inspection plus régulière des canalisations et une accélération des projets régionaux de STEP.

La Cour des comptes s'est penchée sur un échantillon représentatif de Plans généraux d'évacuation des eaux (PGEE), issus de huit communes (Avenches, Bex, Lausanne, Morges, Premier, Puidoux, Vevey, Villars-le-Terroir) et trois associations intercommunales en Lavaux (ACPRS), dans le Vallon du Nozon (AIVN) et sur la Côte (APEC). Le rôle du canton a aussi été examiné. Et surprise, Vaud ne possède pas de vision globale, comme nous le confirme Guy-Philippe Bolay :

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Il ressort de l'audit que "le rythme d'inspection des canalisations est trop bas" dans la plupart des communes, principalement pour des questions de coûts, relève le président de la Cour des comptes, Guy-Philippe Bolay, interrogé par Keystone-ATS.

Selon les recommandations de la branche, les canalisations publiques devraient être contrôlées tous les 10 à 15 ans. Or, sur les entités auditées, seules Morges et l'APEC respectent cette fréquence.

Le suivi des rejets dans les lacs et ruisseaux devrait également être renforcé. Il s'agirait de davantage contrôler, par exemple en cas de fortes pluies, d'éventuelles sources de pollution. Les plus petites communes sont aussi invitées à améliorer l'infiltration ou la rétention d'eau de pluie pour éviter que celle-ci n'inonde les canalisations, poursuit M. Bolay.

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Régionalisation

Le magistrat souligne également que la vision en matière de STEP doit être désormais "plus régionale que communale". Des regroupements entre communes sont impératifs, notamment pour réunir des compétences techniques en matière de traitement des micropolluants. L'audit a montré que les communes étaient globalement conscientes de cette nécessité, en témoignent les nombreux projets en cours.

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Le canton devrait toutefois accélérer ce processus de régionalisation avec des mesures incitatives, estime la Cour des comptes. "Cela pourrait être des subventions pour financer des études. Une fois que l'on sait combien cela va coûter, il est plus facile de démarrer un projet", remarque M. Bolay.

Les quelque 400 PGEE établis dans le canton entre 1997 et 2019 sont très différents les uns des autres. Pour la prochaine génération de PGEE, le canton devra veiller à une meilleure harmonisation des pratiques, poursuit l'audit.

A l'instar des Plans directeurs communaux (aménagement du territoire), les Plans généraux pour l'évacuation des eaux devraient aussi devenir contraignants. "Dès qu'un PGEE est validé, les autorités devraient suivre ce qu'elles ont prévu de faire" explique M. Bolay.

Trois refus sur 70

La Cour des comptes aurait aussi aimé qu'un processus d'arbitrage par le Conseil d'Etat soit instauré en cas de divergences entre différents services, par exemple entre la Protection des eaux et la Direction générale du territoire. Cette recommandation a toutefois été refusée par le canton, qui estime la coordination actuelle suffit.

Deux autres recommandations sur les 70 émises par la Cour des comptes ont été refusées. Les communes de Vevey et Premier ont estimé qu'une inspection plus régulière des canalisations privées n'était pas possible, pour des raisons de coûts.

Environ 7 milliards de francs ont été investis depuis 1960 dans le canton pour la protection des eaux. Pour ces 20 prochaines années, la remise à niveau des infrastructures et le traitement des micropolluants est estimée à 1,2 milliard.

Guy-Philippe Bolay
Président - Cour des Comptes (VD)
Guy-Philippe BolayPrésident - Cour des Comptes (VD)

Rappelant une étude de 2017, qui avait montré un déficit de financement des communes, M. Bolay prévient que les taxes devront être augmentées pour payer les nouveaux PGEE.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Lausanne

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

140 millions de francs seront en jeu vendredi à l'Euro Millions (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait jouer les numéros 20, 25, 26, 30 et 38, ainsi que les étoiles 2 et 8.

Lors du prochain tirage vendredi, 140 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Rentrée sous l'ère du certificat covid à l'EPFL et l'UNIL

Publié

le

Depuis mardi matin, des contrôles aléatoires sont organisés à l'entrée des salles de cours à l'UNIL. (© KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON).

Dans le canton de Vaud, ce mardi était synonyme de rentrée académique pour les étudiantes et étudiants de l’Université de Lausanne et de l’EPFL. Un retour en cours bien sûr particulier, puisque pour assister aux enseignements, il faut désormais présenter son certificat covid.

C’est une nouvelle habitude que devront prendre les universitaires au moins jusqu’à la fin de l’année. Il faudra désormais présenter son certificat covid pour accéder aux différents enseignements. À l’école polytechnique de Lausanne, cette rentrée s’est plutôt bien déroulée.

Eric Du Pasquier, directeur du domaine de la sécurité et de l’exploitation à l'EPFL:

Eric Du Pasquier
Directeur du domaine de la sécurité et de l'exploitation à l'EPFL
Eric Du PasquierDirecteur du domaine de la sécurité et de l'exploitation à l'EPFL

En plus du pass sanitaire, d'autres mesures existent dans les auditoires comme le port du masque obligatoire.

Les précisions d'Eric Du Pasquier:

Eric Du Pasquier
Directeur du domaine de la sécurité et de l'exploitation à l'EPFL
Eric Du PasquierDirecteur du domaine de la sécurité et de l'exploitation à l'EPFL

Même si dans l'ensemble ces mesures sont bien acceptées par les étudiantes et étudiants, quelques manifestations se sont déroulées dans les universités de Suisse alémaniques pour protester contre l’application du certificat covid lundi. À Lausanne, une manifestation doit se tenir lundi soir à 18h place de la Riponne.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas vaccinés ou qui n’auraient pas été malades du coronavirus, il reste la possibilité de se faire tester sur le campus pour se rendre en cours. Cette solution sera gratuite au moins jusqu’au 31 octobre, avant d’être réévaluée.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Voilà que vos nerfs vont être mis à rude épreuve par un ciel, par ailleurs, agaçant… Ne vous laissez pas absorber, recul indispensable !

Les Sujets à la Une

X