Rejoignez-nous

Vaud

Le CHUV restera au service de l'Etat

Publié

,

le

Un compromis "constructif" a été accepté mardi par les députés vaudois pour garantir l'avenir public du CHUV (Archives © Keystone/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE)

Le CHUV à Lausanne restera au service de l'Etat de Vaud. Les parlementaires ont accepté mardi un contre-projet du gouvernement à une initiative PLR visant à autonomiser l'établissement hospitalier. Il renforce le rôle du Parlement et crée un Conseil stratégique.

L'initiative "Pour une gouvernance moderne du CHUV" de la députée PLR Florence Bettschart-Narbel avait été acceptée par 73 voix contre 65 non en juin 2019, à la suite d'un débat-fleuve tendu. Son texte prévoyait que le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) ne soit plus un service de l'Etat, mais un établissement public de droit autonome et qu'il soit doté d'un conseil d'administration.

La conseillère d'Etat en charge de la santé et du CHUV, Rebecca Ruiz, avait alors averti que le gouvernement élaborerait un contre-projet à cette initiative. Elle avait insisté, entre autres, sur le fait que le lien entre le Conseil d'Etat et le CHUV ne signifiait pas un manque d'autonomie de gestion du CHUV.

Dans l'hémicycle, les Verts, les socialistes et Vaud libre avaient dit tout le mal qu'ils pensaient d'une autonomisation, selon eux tout sauf nécessaire et qui ouvre la voie à une privatisation, du moins de certaines activités de l'hôpital. Un alinéa permettant au CHUV de déléguer des activités de soins, y compris aux établissements privés qui sont reconnus d'intérêt public ou non, avait fâché des députés.

"Compromis constructif"

Mardi, tant la commission chargée d'étudier le contre-projet que plusieurs députés ont salué un "compromis constructif", "satisfaisant", une "solution adéquate" et même une "paix des braves" après le débat houleux de l'époque. Le contre-projet a été établi en concertation avec les initiants libéraux-radicaux, qui ont donc retiré leur initiative.

"Nous avons pris très au sérieux les changements proposés par l'initiative et avons fait un pas vers une gouvernance plus partagée. Je suis contente de cette solution au service de l'intérêt général plutôt qu'au service d'une logique privée", a dit Mme Ruiz devant le plénum.

Tous les groupes parlementaires ont accepté d'entrer en matière sur ce préavis et l'ont ensuite largement accepté, par 128 voix pour, aucune voix contre et cinq abstentions.

Intermédiaire entre CHUV et DSAS

Le CHUV est directement sous la houlette du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS). Avec le contre-projet adopté, les services de Mme Ruiz garderont donc la main mais l'Etat lâche clairement du lest.

Concrètement, il donne le pouvoir à la Commission des finances (COFIN) du Grand Conseil de se prononcer une fois par législature sur le programme pluriannuel des investissements de 1 à 8 millions de francs et, une fois par année, sur tous les investissements concernés. Jusqu'ici, les investissements de 1 à 8 millions étaient de la compétence seule du gouvernement.

Le contre-projet prévoit aussi l'instauration d'un Conseil stratégique du CHUV. Cet organe de réflexion et de prospective nommé pour cinq ans sera un intermédiaire entre le CHUV et le DSAS. Il sera chargé de préaviser le plan stratégique de l'hôpital auprès de l'exécutif et du législatif.

Il comptera un maximum de neuf personnalités issues des domaines de la médecine et des soins, des nouvelles technologies, de l'organisation hospitalière, des humanités et de l'éthique, de la défense des patients et de la durabilité. Sa composition sera de la compétence du Conseil d'Etat et devra être ratifiée par le Parlement.

Il remplace ainsi, avec un mandat plus clairement défini, le Conseil du CHUV actuellement prévu dans la législation, mais qui ne se réunit plus depuis plusieurs années. Ce nouvel "ancrage légal" du Conseil stratégique a notamment plu au groupe PLR du plénum.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

La ligne Trélex-Nyon interrompue pour une durée indéterminée

Publié

le

Des bus continueront à remplacer les trains entre Nyon et Trélex (Image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En raison des violents orages survenus dimanche, la ligne entre Nyon et Trélex (VD) sur la ligne de chemin de fer Nyon-St-Cergue-Morex (NStCM) reste interrompue pour une durée indéterminée, a indiqué la compagnie mercredi. Elle ne pourra ouvrir vendredi comme espéré. Des bus de remplacement sont toujours en place pour les voyageurs.

Les intempéries qui ont frappé la Suisse romande dimanche ont amené de fortes pluies, de la grêle et près de 18'000 éclairs. Elles ont particulièrement touché la région de Genève où des tronçons de route ont été inondés. En 30 minutes, c'est l'équivalent de 16 jours de pluie qui est tombé, explique le NStCM dans un communiqué.

Ce violent orage a provoqué l'inondation du sous-sol du nouveau dépôt-atelier de la compagnie à Trélex, dont le chantier était en cours d'achèvement. Après une première évaluation des dégâts mardi, la direction a décidé de repousser jusqu'à nouvel avis la mise en service du bâtiment initialement fixée au 24 juin. Les installations techniques et informatiques ont été particulièrement touchées

Pas fixer de date

Comme les installations de sécurité nécessaires à l'exploitation de la portion de ligne entre Nyon et Trélex ont également été impactées, une date pour la reprise normale de la circulation du train ne peut pas être avancée à l'heure actuelle, précise le communiqué.

Environ 2000 m3 d'eau et de boue ont pénétré dans le sous-sol du bâtiment. Le travail de pompage est toujours en cours, et se poursuivra jusqu'à la fin de la semaine.

Déjà l'an dernier

En juin 2023, le dépôt-atelier avait déjà subi une inondation et 15 à 20 centimètres d'eau s'étaient déversés dans le bâtiment. Des mesures de protection avaient été mises en place. "Elles n'ont pas suffi contre l'infiltration de plus de 180 cm de dimanche dernier", ajoute le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: un jeu pour sensibiliser les jeunes à la désinformation

Publié

le

Le jeu participatif et collaboratif a été imaginé dans le contexte des réseaux sociaux qui jouent de plus en plus un rôle important dans l'information et la formation de l'opinion chez les jeunes (photo symbolique). (© Keystone/AP/KIICHIRO SATO)

La Ville de Lausanne veut sensibiliser les jeunes à la désinformation. Elle a lancé mercredi un jeu interactif et éducatif pour lutter contre les théories complotistes et les risques de radicalisation extrémistes. Créé en collaboration avec des jeunes, il vise à développer en groupe l'esprit critique chez les adolescents.

Débusquer un discours trompeur d'une vidéo TikTok ou vérifier si la CIA a bien produit une drogue ultra-puissante à base de sang d’enfants? Telles sont les bases de scénarios du jeu imaginé par la Ville de Lausanne avec des jeunes lausannois ainsi qu'avec le ColLaboratoire de l'Université de Lausanne (UNIL).

"Grâce à ce jeu, nous souhaitons donner aux jeunes les outils pour traquer les fausses informations ou les théories complotistes qui circulent sur le web, sur les réseaux sociaux ou dans leur entourage", a expliqué devant la presse Emilie Moeschler, municipale en charge des sports et de la cohésion sociale.

"Dans un contexte qui peut engendrer le repli sur soi, il s'agit de favoriser la discussion autour de ces thématiques, de développer l'esprit critique et de renforcer la cohésion sociale", a-t-elle affirmé.

"Embrouille-moi si tu peux"

Intitulé "Embrouille-moi si tu peux", ce jeu de plateau, qui possède une déclinaison numérique, se destine aux jeunes entre 12 et 20 ans. Participatif et collaboratif, il se joue en groupe autour d'un animateur.

Il propose trois scénarios différents favorisant les échanges durant et après la partie. Au choix, les joueurs doivent traquer les fausses informations ou camper le rôle d'un PDG sur le point de lancer une nouvelle ligne de vêtements potentiellement vue comme de l'appropriation culturelle. Les scénarios ont été testés avec des jeunes fréquentant la Permanence Jeunes Borde, la maison de quartier des Faverges et le Conseil des Jeunes de Lausanne.

Le jeu fait désormais partie des outils disponibles au sein des maisons de quartier pour travailler sur la prévention de la radicalisation et le développement de l'esprit critique. Il sera également disponible, dans sa version digitale, pour toute institution publique ou privée ½uvrant auprès de jeunes, souligne la Ville.

Pas d'aggravation

"Si nous ne constatons pas d'aggravation des phénomènes de radicalisation extrémiste, la prévention est essentielle dans ce domaine pour accompagner les jeunes face aux discours de haine", note, pour sa part, Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la sécurité et de l'économie.

Initialement, le projet a été lancé par la Coordination radicalisation interne de la Ville de Lausanne et coordonné par le Bureau lausannois pour les immigrés (BLI). Il a été soutenu par la Police fédérale (fedpol) et "a reçu un très bon accueil au sein de la plateforme cantonale pour les questions liées à la radicalisation et à l'extrémisme violent", relève encore la Ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Kevin Grangier va quitter la présidence de l'UDC Vaud

Publié

le

Kevin Grangier aura piloté l'UDC vaudoise durant cinq ans (Archives © KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Kevin Grangier va quitter la présidence de l'UDC vaudoise, après avoir passé cinq ans à ce poste. Sa succession sera décidée lors du congrès du 3 octobre prochain.

"C'est le bon moment, en particulier pour mon parti", a-t-il expliqué mercredi à Keystone-ATS. Son mandat courrait en principe jusqu'en 2027, alors que trois échéances électorales (communales, cantonales et fédérales) se succéderont entre 2026 et 2027.

Kevin GrangierPrésident de l'UDC Vaud

Aucune lassitude ni tensions n'ont dicté son choix. "Au contraire, le parti va bien, et a regagné des parts électorales", a-t-il dit. "Et je ne pars pas de gaieté de coeur, j'aimais bien ce travail".

Kevin GrangierPrésident de l'UDC Vaud

A disposition du parti

"Cinq ans, c'est le plus long bail d'un président de l'UDC vaudoise depuis plus de 30 ans", a-t-il ajouté. Il quittera aussi la direction de l'UDC Suisse, un poste lié à sa présidence vaudoise. Mais il reste à la disposition du parti, s'il peut "jouer un rôle, d'une manière ou d'une autre, plutôt derrière la caméra que devant".

A 39 ans, ce départ de la présidence de l'UDC Vaud signifie-t-il la fin de la carrière politique de Kevin Grangier ?

Kevin GrangierPrésident de l'UDC Vaud

Sera-t-il candidat aux prochaines échéances électorales? "Ce n'est pas une ambition", répond-il même s'il ne l'exclut pas.

Dans un communiqué, la secrétaire générale du parti Floriane Gonet salue "l'excellent travail fourni durant ces cinq dernières années", notamment à l'occasion des élections fédérales 2023. Elle parle d'une "décision mûrement réfléchie et justifiée".

Concernant sa succession, le délai pour les candidatures devrait être fixé à la fin du mois d'août. Le congrès tranchera le 3 octobre.

Julie Marti avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Lausanne

Elevés par Aquatis, seize crocodiles sacrés en route pour le Maroc

Publié

le

Seize crocodiles sacrés d'Aquatis ont pris la route pour le Maroc mercredi en vue de leur réintroduction dans ce pays. (© KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Elevés par Aquatis à Lausanne, seize jeunes crocodiles sacrés ont pris mercredi la route pour le Maroc. Soixante ans après leur disparition du territoire, ils seront réintroduits progressivement dans leur milieu naturel, une première sur le continent africain.

Equipés de microchips en vue de leur passage à la douane, les reptiles ont été placés dans des compartiments individuels bien stables, a raconté mercredi à Keystone-ATS Michel Ansermet, directeur de l'aquarium Aquatis. "Tout s'est très bien passé, dans un calme total", s'est-il réjoui.

Confortablement installés, les crocodiles ont ensuite été pris en charge par un transporteur spécial dans une camionnette jusqu'à Genève, puis en avion. "L'arrivée à Agadir est prévue de nuit, ce qui permet d'éviter que les spécimens ne soient exposés à de fortes chaleurs", a relevé M. Ansermet qui les accompagne.

Et de préciser que les voyageurs du jour mesurent entre 42 centimètres et 1,06 mètre pour les plus grands. Deux sont issus d'une portée de 2019, quatorze de celle de 2022.

Acclimatation à Crocoparc

Le Crocoparc d'Agadir, un "grand centre très bien conçu" accueillera dans un premier temps les seize nouveaux pensionnaires dans un bassin spécialement aménagé. "Les deux ados et quatorze préados finiront leur croissance dans ce lieu, jusqu'à atteindre 1,30 m ou 1,40 m. Ils s'y adapteront aux températures du pays et devront apprendre à se débrouiller", explique le zoologue.

Si quelques spécimens seront conservés au Crocoparc afin de former un noyau reproducteur de l’espèce, "dans un an, en mai 2025, nous relâcherons les autres dans la nature. Ce sera au sud du Maroc dans des gueltas, à savoir des trous d'eau dans le Sahara", décrit l'expert.

Le site a été aménagé pour leurs besoins. Il a été choisi en tenant compte des intérêts des populations locales et dans un contexte de développement socio-économique durable de la zone, en accord avec le nouveau protocole de l'Union internationale pour la conservation de la nature, a précisé M. Ansermet.

Dix ans de travaux

"La réintroduction de cette espèce est une première en Afrique, une deuxième au niveau mondial. Le zoo de Cologne (D) a en effet réintroduit en 2023 des crocodiles des Philippines dans cet archipel", relève le spécialiste.

C'est aussi le fruit de dix ans de travaux, "un grand moment, un truc de fou", s'est réjoui M. Ansermet. Rien que pour les papiers du voyage, il a fallu six mois de travail, note-t-il.

"Bon caractère"

Le crocodile sacré - une espèce "qui a bon caractère et qui est moins agressive que ses congénères du Nil" - a disparu du Maroc depuis une soixantaine d'années. En grave danger d’extinction, il en resterait entre 3500 et 5000 dans le monde.

"Le Maroc s'est d'ores et déjà déclaré preneur pour la prochaine ponte. Nous sommes également en contact avec la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, qui s'intéressent à la réintroduction de ces reptiles sur leur territoire, ainsi qu'à des échanges génétiques", a souligné le directeur.

Aussi en Europe

"Ici à Aquatis, nous conservons le couple de parents Cléo, 44 ans, et Farouche, 45 ans. Ils se reproduisent environ tous les deux ans. Deux petits partiront par ailleurs prochainement pour un zoo en Angleterre afin de "remonter" la population de crocodiles sacrés en Europe.

Pour mémoire, l'aquarium-vivarium Aquatis est l’institution en charge du programme de conservation des crocodiles sacrés au niveau européen. L'institution participe à plusieurs programmes de conservation d’espèces de l’EAZA (Association européenne des zoos et aquariums).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

La routine quotidienne vous pèse et un désir croissant de liberté se met à vous tirailler, cependant, ne réagissez pas sans mûre réflexion !

Les Sujets à la Une

X