Rejoignez-nous

Vaud

Pour l'heure, l'ouvrage sur Jacqueline de Quattro reste interdit

Publié

,

le

C'est cette photo qui figure en couverture du livre de Fabien Dunand (archives). (©KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

Aucune conciliation n'a été trouvée au sujet du livre à charge consacré à Jacqueline de Quattro. L'ouvrage reste interdit de diffusion en attendant le jugement du Tribunal de l'Est vaudois sur les mesures provisionnelles requises par la conseillère d'Etat.

Le litige porte sur la photo de couverture du livre écrit par Fabien Dunand, intitulé "Une conseillère d'Etat ne devrait pas dire ça". La ministre vaudoise, absente mercredi au tribunal à Vevey, estime que cette couverture porte à confusion, laissant à penser qu'elle est l'auteure ou qu'elle cautionne ce brûlot.

Mercredi durant l'audience à Vevey, la présidente du tribunal Anne-Catherine Page a tenté de trouver un terrain d'entente entre les deux parties. Sans succès toutefois. Les éditions Attinger ont aussi proposé une nouvelle version de la couverture, toujours avec la photo mais sans le nom de la magistrate. Une proposition écartée par l'avocat de Jacqueline de Quattro, François Roux.

Selon lui, outre le risque de confusion, l'utilisation sans autorisation de cette photo constitue une atteinte au droit à l'image. "On n'agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n'est pas de la censure", a affirmé Me Roux.

Pour Elie Elkaim, avocat de Fabien Dunand, la photo en question, prise dans le bureau de la ministre, est "strictement publique". Il a relevé que ce cliché avait été utilisé à d'autres fins, notamment pour des articles de presse. "Cela fait 21 jours que ce livre est censuré. C'est un cas unique en Suisse", a-t-il insisté, dénonçant une attaque contre la liberté d'expression.

Pas un pamphlet

Interrogé sur ses intentions, Fabien Dunand a assuré que son livre n'était "en aucun cas un pamphlet". Il a dit avoir conçu cet ouvrage "comme un documentaire" en accumulant les faits sur les onze ans passés par Jacqueline de Quattro au Conseil d'Etat. "C'est de l'information commentée", a-t-il jugé, faisant référence à son passé de journaliste, lui qui a été rédacteur en chef de 24 heures.

Me Roux a rétorqué que ce livre ne pouvait pas être assimilé à un article de presse, sachant notamment qu'il vise à être commercialisé. Selon l'avocat, la liberté d'expression n'est aucunement mise en cause. "Il suffit de changer la fourre du livre et il n'y a plus de procès", a-t-il martelé.

Pour Me Elkaim, il y a "une forme d'hypocrisie" à s'attaquer à la couverture alors que, selon lui, c'est le contenu du livre que vise à interdire Jacqueline de Quattro. Il en a profité pour dénoncer le climat actuel "inquiétant" qui règne entre le monde politique et les médias.

Les politiques semblent "soudainement frappés d'hypersensibilité à la critique", a estimé l'avocat, relevant que certains avaient désormais "la gâchette judiciaire facile." Il faisait notamment référence aux autres actions actuellement en cours entre des médias et des conseillers d'Etat comme Pierre Maudet et Pascal Broulis.

Dans l'attente du jugement

A l'issue des plaidoiries, la présidente du tribunal a annoncé que le jugement serait rendu "dans les meilleurs délais." Selon les avocats des deux parties, il devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

Que les mesures provisionnelles soient retenues ou non, la décision pourra faire l'objet d'un recours. Celui-ci devra être déposé dans les 10 jours auprès du Tribunal cantonal.

Environ 400 exemplaires d'"Une conseillère d'Etat ne devrait pas dire ça" ont été commandés par les différents points de vente, pour un premier tirage total de 600 à 700 livres, a précisé Emmanuel Vandelle, directeur des éditions neuchâteloises Attinger, présent à l'audience. Celui-ci a affirmé qu'il n'avait jamais dû solliciter une autorisation pour une photo d'un livre traitant de l'action d'un politicien.

Pour mémoire, la cheffe du Département de l'environnement et du territoire (DTE) et Fabien Dunand sont déjà en conflit dans le cadre du feuilleton opposant le promoteur immobilier Bernard Nicod au groupe Orllati. L'ancien journaliste, qui a accusé la ministre de conflits d'intérêt dans cette affaire, est poursuivi pour diffamation et calomnie.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Positive Life Festival: montrer la vie d'aujourd'hui avec le VIH

Publié

le

Le CHUV et d'autres partenaires lancent durant une année des événements visant à faire évoluer les mentalités quant aux représentations de la vie avec le VIH (photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/VADIM GHIRDA)

Le Service des maladies infectieuses du CHUV, avec d'autres partenaires dont l’Université de Lausanne (UNIL), lance "Positive Life Festival". Ce cycle d’actions et d’événements vise à créer tout au long de 2023 de nouvelles représentations de la vie avec le VIH.

Les représentations culturelles et médiatiques du VIH datant des années 1980-90 dominent encore largement les imaginaires. "Or, la situation des personnes vivant avec le virus et les traitements disponibles ont grandement évolué", insiste David Jackson-Perry, chargé de mission au sein du Service des maladies infectieuses du CHUV, à l’origine de ce projet novateur et cité lundi dans un communiqué.

Grâce à la prise de traitements antirétroviraux efficaces, une personne vivant avec le VIH ne peut pas transmettre le virus et peut avoir une vie intime, sociale et professionnelle comme n’importe qui d’autre. "Le problème n’est pas le VIH, mais les vieilles représentations qui restent ancrées dans notre conscience collective", souligne le professeur Matthias Cavassini, médecin chef de la consultation ambulatoire des maladies infectieuses du CHUV.

"Positive Life Festival est un projet très important car il fait converger l’art et la science pour sensibiliser et informer la population générale. Il est indispensable de produire et de diffuser des nouvelles représentations de la vie avec le VIH aujourd’hui en Suisse", a-t-il ajouté.

Médiation en milieu scientifique

Dès fin novembre 2022, des actions de médiation scientifique sont organisées par une équipe pluridisciplinaire issue du Positive Life Festival et de l'Eprouvette, le Laboratoire Sciences et Société de l’UNIL. Elles sont destinées au grand public et aux milieux scolaires.

Tout au long de l’année, le programme comprendra des ateliers d’écriture créative et de réflexion, des "apéros-sciences" permettant de dialoguer avec des spécialistes autour de thématiques essentielles et peu discutées: le VIH et les femmes, le VIH et les sexualités, ou encore le VIH et la santé mentale. Enfin, un atelier pédagogique autour du VIH au cinéma verra le jour pour les gymnasiens du canton à partir de la rentrée d’août 2023.

VU.CH, l'art à l'hôpital, s’associe également à Positive Life Festival avec, dès juillet 2023, un parcours d’expositions d’art contemporain sur trois lieux.

Appel à projets

La première édition du Positive Life Festival, aboutissement de toutes ces manifestations, aura lieu les 1er et 2 décembre 2023 à Lausanne. Il proposera performances artistiques, lectures, discussions et rencontres. Pour cette occasion, un concours de courts métrages et d’une performance traitant du VIH aujourd’hui est lancé.

Cet appel à projets est ouvert à toute personne intéressée à thématiser un aspect de la vie avec le VIH, que ce soit sous forme documentaire, fiction, animation. Le délai de dépôt des candidatures est fixé au 1er février 2023 sur le site du festival. Les cinq meilleurs films et une performance recevront 10'000 francs chacun.

Dépistage gratuit au CHUV

Par ailleurs, comme dans d'autres cantons, le CHUV organise jeudi une journée d'information et de dépistage gratuit du VIH, anonyme et sans rendez-vous. L’ensemble de la population est invité à se présenter sans rendez-vous à la Consultation des maladies infectieuses. Deux stands permettront d'informer et de répondre aux questions du grand public ainsi que des professionnels de la santé.

www.positive-life-festival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Loups: le Canton de Vaud conseille les promeneurs

Publié

le

L'Etat de Vaud dresse la liste des bonnes pratiques lors d'une rencontre avec un loup (photo d'illustration). (© KEYSTONE/PHOTPRESS/WWF/GIANCARLO MANCORI)

Avec l'essor du loup sur le territoire cantonal, l'Etat de Vaud rappelle lundi les bonnes pratiques à adopter en cas de rencontre avec le canidé. Il précise toutefois que, selon ce qui a été observé par le passé, "la très grande majorité des interactions se déroule sans agressivité", mais aussi que ces rencontres sont souvent liées à la présence d'un chien "qui attise l'intérêt du loup".

Garder une distance adéquate, ne pas essayer d'approcher ou de photographier le loup, tenir son chien en laisse ou se retirer lentement font partie des conseils prodigués par l'Etat de Vaud. Si le loup s'approche tout de même, il faut "s'arrêter, crier, se faire le plus grand possible, essayer de l'intimider, lui jeter éventuellement un objet, tout en lui laissant de la place pour qu'il puisse battre en retraite", poursuit le communiqué.

Les rencontres avec un loup doivent être signalées au surveillant de la faune de la circonscription concernée. Ceci s'est produit une fois à la fin septembre dans la région du Mollendruz, lorsqu'un promeneur et son chien ont été suivis par un loup, sans que celui-ci ne se montre agressif. A la suite de cet événement, la surveillance a été renforcée dans ce secteur, affirme l'Etat de Vaud. Et depuis, aucune nouvelle rencontre n'a été signalée.

Le Canton note néanmoins que la probabilité d'en croiser un augmente avec l'arrivée de l'hiver, sachant que les loups suivent les cerfs jusqu'en plaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne ne veut pas qu'économie d'énergie rime avec déprime

Publié

le

La tour Bel-Air restera illuminée cette année, dans le cadre de Lausanne Lumières. La Ville ne veut pas priver la population des illuminations de Noël (archive). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne ne veut pas sacrifier les illuminations de Noël au nom des économies d'énergie, afin de préserver "l'ambiance festive" de la fin de l'année. Leur étendue, durée et horaire ont toutefois été réduits. Le spectacle son et lumière sur la façade de l'Hôtel de Ville revient par ailleurs à la place de la Palud.

Les habituels flocons, étoiles et autres volutes scintilleront cette année du 1er décembre au 2 janvier (au lieu du 24 novembre au 8 janvier) de 16h à 20h (au lieu de minuit) dans les rues de Bourg et Cheneau-de-Bourg, place et rue Saint-François, rue du Pont, rue de la Louve, rue de la Mercerie, rue du Petit-Chêne, place Pépinet, place du 14 juin et place René-Auberjonois, a communiqué lundi la Municipalité.

Les créations de l'atelier Schlaepfer-Capt, "Givre" à la rue Jenny-Enning et "Carré qui roule" à la place du Grand-Saint-Jean pourront également être admirées. En revanche, l'axe Terreaux-Bel-Air-Grand-Pont, le Petit-Chêne et la rue Centrale resteront vides de décorations.

A la Palud, les "Rêveries lausannoises" sont de retour dans une nouvelle version après deux ans d'absence liée à la pandémie de Covid-19. La projection de 15 minutes se déroulera chaque soir du 15 au 24 décembre, à 17h30, 18h30, 19h30 et 20h30. Le traditionnel sapin de la place piétonne échappe également aux efforts de sobriété. Il sera allumé le 1er décembre. Comme la projection, il consomme peu d'énergie, ses guirlandes étant en LED.

Concernant le festival Lausanne Lumières, la Ville avait déjà annoncé qu'il se déroulera dans un plus petit format, du 1er au 24 décembre. Il consommera 50% d'énergie en moins que l'an dernier.

Faible consommation

"Il était important de maintenir l'ambiance festive de fin de l'année en ville, d'autant plus après deux années où elle était fortement affectée par la pandémie", écrit lundi la Municipalité. "Nous avons voulu éviter de prendre des mesures qui avaient très peu d'effets supplémentaires sur la consommation d'énergie et qui auraient affecté le moral de chacune et chacun dans cette période", ajoute le municipal Xavier Company, cité dans le communiqué.

La Ville souligne que les décorations de Noël sont régulièrement remplacées par des modèles plus efficients. Grâce aux aménagements spécifiques de cette année, elles consommeront environ 60% de moins que l'hiver dernier, soit 5900 kWh, ce qui équivaut à la consommation annuelle de 2,5 ménages. Cela correspond à 0,001% de la consommation globale d'électricité lausannoise par an.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

L'Etat de Vaud récompense les meilleurs jeux vidéo

Publié

le

L'Etat de Vaud récompense trois studios de jeux vidéo pour un total de 50'000 francs (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Etat de Vaud a retenu trois projets dans son palmarès 2022 des meilleurs jeux vidéo développés dans le canton. Les studios Naraven Games, Sunnyside et Digital Kingdom sont récompensés, avec des prix de respectivement 20'000, 18'000 et 12'000 francs.

Sous la présidence de Nicolas Gyger, chef adjoint au Service des affaires culturelles (SERAC), le jury a examiné un total de neuf dossiers "dont l'ensemble était recevable et éligible", indique lundi l'Etat de Vaud.

Le grand vainqueur est Naraven Games, qui avait déjà été primé en 2019. Le studio lausannois se trouve en phase de préproduction du jeu "Don't be Estranger" qui traite du passage entre enfance et adolescence. "Le jeu propose une atmosphère et une symbolique intime fortes s'alliant à un environnement basé sur les codes du cinéma d'horreur et fantastique", poursuit le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

L'Etat de Vaud révise sa planification hospitalière

Publié

le

La planification hospitalière est un processus complexe qui définit les missions pour lesquelles les établissements hospitaliers (ici le CHUV) sont autorisés à facturer à l'assurance de base. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le Canton de Vaud lance un appel d'offres pour réviser sa liste des établissements hospitaliers de soins aigus admis à facturer à charge de l'assurance obligatoire des soins. Tous les hôpitaux et cliniques autorisés à exploiter en Suisse peuvent participer. Les dossiers peuvent être déposés jusqu'au 19 février 2023.

La sélection se fera sur la base de critères prédéfinis, conformes à la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LaMal), précise un communiqué de l'Etat de Vaud diffusé lundi. Après une consultation des établissements concernés, l'entrée en vigueur de la nouvelle liste est prévue pour le 1er juillet 2023.

La planification hospitalière est une mission confiée aux cantons par la LAMal. Elle doit être revue périodiquement. Ce processus "complexe", qui définit les missions pour lesquelles les établissements hospitaliers sont autorisés à facturer à la LAMal, doit être réalisé en tenant compte des besoins futurs de la population. Il s'agit d'assurer à la fois "la qualité etl'économicité des prestations", souligne le Canton.

La planification des soins hospitaliers psychiatriques ainsi que des soins hospitaliers de réadaptation interviendra dans un second temps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X