Rejoignez-nous

Suisse

Swiss s'accorde avec son personnel de cabine

Publié

,

le

Sinistré pendant la pandémie de coronavirus, le personnel de cabine fait depuis cruellement défaut au transporteur aérien pour retrouver son altitude de croisière. (archive) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La compagnie aérienne Swiss s'est mise d'accord avec le syndicat Kapers sur une nouvelle convention collective de travail (CCT) pour le personnel de cabine. Le transporteur a augmenté les salaires et promet d'améliorer "la planification de la vie privée".

Cette nouvelle CCT, qui s'applique pour les employés de Zurich et Genève, doit être approuvée par les membres de Kapers.

Swiss a indiqué avoir trouvé un accord "sur les points essentiels" de la future CCT, qui aura une validité d'au moins cinq ans, après les ententes conclues avec les autres catégories d'employés dont le personnel au sol et navigant technique.

Le salaire de départ du personnel de cabine a été fixé à 4000 francs. Les autres rémunérations seront augmentées d'au moins 4% à partir du 1er janvier 2023, a précisé Swiss jeudi dans un communiqué. Les membres d'équipages doivent également bénéficier de "mesures permettant de mieux planifier leur vie privée" et de nouveaux modèles de travail à temps partiel. Ces ajustements représentent un investissement de 100 millions de francs pour Swiss sur les cinq prochaines années.

La possibilité de travailler au-delà de l'âge de 62 ans a également été inscrite dans la nouvelle CCT, a précisé le syndicat.

Selon le directeur général de Swiss, Dieter Vranckx, cet accord illustre "la nécessité de perspectives attrayantes et d'un maximum de stabilité pour un avenir prospère en 2023 et au-delà".

Pour le syndicat Kapers, cette nouvelle CCT "représente une très nette amélioration" en comparaison avec la convention collective de travail actuellement en vigueur. Les membres du syndicat devront d'abord l'approuver lors d'un vote en janvier ou février 2023. Si elle est acceptée, la CCT entrera en force le 1er mars prochain.

Pilotes et personnel au sol aussi

"Après de très longues années de disette et les affres de la pandémie, il était plus que temps que le personnel de cabine retrouve sa dignité", a estimé la présidente de Kapers, Sandrine Nikolic-Fuss, citée dans un communiqué distinct.

Swiss, qui avait été lourdement touchée par la pandémie de coronavirus, avait auparavant mené un bras de fer avec les représentants des pilotes. Fin octobre, leur syndicat Aeropers et la filiale du géant allemand Lufthansa étaient parvenus à un accord en matière de nouvelle CCT.

Selon ce texte, les pilotes ont obtenu une augmentation de salaire de 2,3% et une compensation du renchérissement de 2%. La publication du plan de travail a été avancée d'une semaine et il n'y aura plus de changement de plan de travail après une maladie.

Les pilotes de Swiss avaient auparavant menacé de faire grève, après s'être battus pendant plusieurs mois pour de meilleures conditions de travail.

Quelques jours plus tôt, le personnel au sol avait obtenu une augmentation salariale à partir du 1er janvier. Un accord a été trouvé entre le syndicat Sev-Gata et la direction de Swiss. La masse salariale a été relevée de 3,3% pour les augmentations générales.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Nouvelle offre à la place de la Carte journalière Commune dès 2024

Publié

le

La carte journalière Commune actuelle sera remplacée par une nouvelle offre dès l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La carte journalière Commune papier actuelle disparaîtra à la fin de l'année et sera remplacée dès l'année prochaine par une "carte journalière dégriffée Commune". Celle-ci sera disponible pour la 1e et la 2e classe, avec ou sans abonnement demi-tarif.

Vendue uniquement aux guichets des communes, la nouvelle carte sera émise comme billet mobile ou papier, annoncent jeudi l'Alliance SwissPass, l'Association des communes suisses et l'Union des villes suisses dans un communiqué.

La nouvelle offre s'inspire de la carte journalière dégriffée, déjà connue dans les transports publics, c'est-à-dire que plus la carte sera achetée tôt, plus le prix sera intéressant. La clientèle "non numérique" aura ainsi aussi accès aux billets dégriffés.

Le contingentement par commune et la restriction de la vente aux habitants de la commune en question n'existeront plus. Un seul contingent vaudra par jour pour toute la Suisse. Un nombre illimité de cartes pourra être acheté par personne mais chacune sera nominative.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Fribourg: près de 18 millions pour rénover le Domaine des Faverges

Publié

le

Grâce au feu vert donné par les députés, l'Etat de Fribourg pourra investir dans la restauration et la transformation du Domaine des Faverges, à St-Saphorin (VD) (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les députés fribourgeois ont voté jeudi un décret octroyant un crédit de 17,6 millions de francs pour la restauration et la transformation du Domaine des Faverges. Juché au-dessus du village de Saint-Saphorin (VD), ce dernier appartient à l'Etat de Fribourg.

Le décret a passé la rampe par 99 voix sans opposition et 1 abstention. La particularité, un domaine hors de territoire cantonal, n'est pas forcément connue du public, hormis du cercle des amateurs de vins. "C'est un fleuron du patrimoine fribourgeois", a insisté le président du Conseil d'Etat Didier Castella.

"Un des plus beaux balcons avec vue sur un des plus beaux paysages de Suisse", a précisé le ministre de l'agriculture. La députée PS Chantal Müller, présidente de la commission ad hoc, n'a pas manqué de déplorer, en lien avec le sujet, le renvoi de la loi sur le climat voté mardi par la droite. L'inauguration est prévue en 2026.

Le coût total approche des 20 millions de francs. Le montant du crédit d'engagement intègre un montant payé à fin 2022 et une ponction de 1,5 million prise sur le fonds des vignes. S'étendant sur 15,4 hectares, le domaine a été créé en 1138 par le fondateur de l’Abbaye d’Hauterive, le Seigneur Guillaume de Glâne.

Nouvelle stratégie

Le projet comprend la restauration de la Grande Maison et de la Maison du Vigneron ainsi que la transformation du bâtiment "Bouteiller". Le Domaine des Faverges est non seulement un domaine viticole, mais il est également, avec la Grande Maison, un lieu emblématique et officiel pour les réceptions du Conseil d'Etat.

La Grande Maison a été reconstruite en 1760. Sa dernière rénovation importante remonte à 1952. "Depuis, des travaux d'entretien très modestes ont été entrepris, mais le bâtiment ne répond plus aux standards", précise le message de l'exécutif cantonal. "Par ailleurs, les besoins viti-vinicoles ont aussi évolué."

La cave initialement conçue pour vinifier trois types de vin, soit deux blancs et un rouge, ne répond plus à la stratégie de vente. Afin de répondre à l'évolution du marché, les cépages cultivés sont plus variés et la vinification demande de plus petits volumes de cuves ou barriques, constate le gouvernement fribourgeois.

Davantage de travaux

Un premier projet avait déjà été présenté il y a cinq ans, avec alors l'articulation d'un montant de 4,2 millions de francs. Depuis, toutefois, l'ampleur des travaux à entreprendre a évolué. Le 19 janvier 2019, le Conseil d'Etat a décidé d'élargir le périmètre du projet et d'y intégrer l'assainissement de la Maison du vigneron.

La décision fait suite au départ à la retraite du vigneron qui y habitait jusqu'à la fin 2020. L'exécutif a pris acte par ailleurs que sur la base des premières offres d'entreprises pour le projet validé en décembre 2017, le crédit initial se révélait nettement insuffisant. Le début des travaux est agendé pour l'été prochain.

La Maison du vigneron deviendra le lieu de vente, tandis que le Bouteiller rassemblera les activités liées à la production du vin. "On ne peut pas laisser à l'abandon un tel domaine", a indiqué le député PS Pierre Mauron, en ajoutant le vin "qu'on y produit se devait d'être meilleur que celui du voisin vaudois".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Fonction publique: quatrième journée de grande mobilisation

Publié

le

Les employés de l'Etat de Vaud avaient été entre 5000, selon la police, et 10'000, selon les syndicats, à manifester mardi 31 janvier. Seront-ils aussi nombreux voire plus nombreux ce jeudi? (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Une nouvelle journée de grève et de manifestation est prévue jeudi dans la fonction publique vaudoise. La demande reste la même, une indexation entière des salaires. Les syndicats exigent toujours l'ouverture de négociations avec le gouvernement.

C'est le quatrième jour de grève depuis bientôt deux mois, ponctué en fin de journée par un défilé qui partira vers 18h00 depuis la place St-François, au centre-ville de Lausanne, en direction de la place du Château à la Cité, en passant par la place de la Riponne.

Mardi 31 janvier, entre 5000 (selon la police) et 10'000 (selon les syndicats) personnes avaient défilé dans les rues de la capitale vaudoise.

Dans la journée, environ 40 établissements scolaires s'étaient mobilisés de diverses manières: vote d'une résolution en faveur des revendications, grève partielle ou complète, débrayage de quelques minutes, etc. Au total, quelque 2100 enseignants de l'école obligatoire et du post-obligatoire s'étaient mis en grève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La BCV voit son bénéfice progresser en 2022

Publié

le

L'exercice 2023 s'annonce dans la continuité de ces dernières années pour la BCV. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La BCV a vu ses recettes d'exploitation progresser en 2022. La rentabilité a également été au rendez-vous, ce qui permet à l'établissement de dégager le meilleur bénéfice net de ces quinze dernières années. L'exercice 2023 s'annonce dans la continuité.

Les recettes d'exploitation ont progressé de 3% à 1,04 milliard de francs, indique la Banque cantonale vaudoise (BCV) jeudi dans un communiqué. Le résultat opérationnel s'est quant à lui accru de 4% à 448 millions, soit davantage que les charges d'exploitation qui se sont inscrites en hausse de 2% à 516,7 millions.

Dans le détail, le résultat net des opérations d'intérêt, principal pilier du modèle d'affaires de la BCV, est resté stable à 464,5 millions de francs grâce à des correctifs de valeur, alors que le résultat brut s'est contracté de 2%. Le résultat des commissions a souffert de la faiblesse des marchés boursiers et s'est replié de 4% à 343 millions. Enfin, les revenus du négoce ont bondi de 32% à 189 millions grâce à la gestion active du bilan et au nombre élevé de transactions de la clientèle dans le contexte de volatilité des devises.

Au final, la banque dégage un bénéfice net en progression de 3% à 388,3 millions de francs.

Le conseil d'administration proposera de verser aux actionnaires un dividende de 3,80 francs par action, contre 3,70 francs au titre de 2021. Sur les 327 millions qui seront distribués, le canton de Vaud touchera 219 millions, auxquels s'ajoutent 28 millions d'impôts cantonaux et communaux.

L'établissement reconduit sa politique de distribution de ces quinze dernières années pour une nouvelle période de cinq ans. A partir de l'exercice 2023, il prévoit de verser un dividende compris entre 3,80 et 4,20 francs, sauf changement brutal de l'environnement économique.

Nouvel administrateur

La masse sous gestion s'est contractée de 4% à 108,9 milliards de francs, sous l'effet du recul de 7,0 milliards de francs des valorisations dû à la baisse des marchés. Les apports de fonds net ont progressé de 3% à 3,0 milliards.

Les fonds propres se sont accrus de 2% à 3,7 milliards, pour un ratio de fonds propres CET1 de 17,6%.

Un changement se prépare par ailleurs au conseil d'administration, avec la nomination de Stefan Fuchs à partir du 1er juillet 2023. Il succédera à Peter Ochsner, qui se retirera après sept ans d'activité.

Au chapitre des perspectives, l'exercice 2023 s'annonce dans la continuité de ces dernières années, pour autant que la situation économique et les marchés financiers ne connaissent pas de modifications significatives, écrit la BCV.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X