Rejoignez-nous

Suisse

USS-13e rente AVS beaucoup moins chère que l'extension du 3e pilier

Publié

,

le

Fin mai, l'USS a déposé une initiative populaire pour une 13e rente AVS. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Pour une grande majorité des personnes actives, une 13e rente AVS serait beaucoup plus favorable que si elles devaient épargner le même montant dans un 3e pilier. L'Union syndicale suisse, qui a lancé une initiative pour une 13e rente AVS, publie une étude.

"La raison de notre étude est que la pression sur les retraites a augmenté de manière inquiétante au cours des dix dernières années", a déclaré Daniel Lampart, économiste de l'Union syndicale suisse (USS), mardi devant les médias à Berne.

L'organisation faîtière a comparé les déductions de l'AVS pendant toute une vie professionnelle avec les montants qui devraient être versés dans les plans de retraite privés pour recevoir la même rente. Selon ces chiffres, une femme célibataire avec un salaire moyen paie près de 300'000 francs à l'AVS durant sa carrière professionnelle.

Si elle devait épargner pour la même pension à titre privé, cela lui reviendrait presque deux fois plus cher, a indiqué mardi l'Union syndicale suisse (USS). Grâce à l'AVS, elle économise ainsi plus de 250'000 francs.

Les hommes seuls aussi sont mieux lotis avec l’AVS qu’avec la prévoyance privée. Même s’ils cotisent un an de plus à l’AVS, les coûts d’une prévoyance privée restent nettement plus élevés (67%) pour un homme seul avec un salaire médian que dans l’AVS.

L'AVS est particulièrement avantageuse pour les personnes à faibles revenus. Ces personnes n’ont pas les moyens de s’offrir une prévoyance privée et elles bénéficient de la solidarité du régime collectif de retraite. Mais les personnes ayant un diplôme universitaire et des revenus plus élevés en bénéficient également.

Les avantages pour les familles sont également "impressionnants", selon le rapport. Pour 90% d'entre elles, l'AVS est la solution de prévoyance la plus favorable, a déclaré Gabriela Medici, spécialiste LPP et responsable adjointe du secrétariat de l'USS. Selon les calculs de l'USS, une famille à revenu moyen devrait payer 790 francs de plus par mois sans l'AVS. Sur l'ensemble de la vie professionnelle, cela représenterait 400'000 francs de plus.

Le problème du niveau des prestations

Le plus grand défi de l'AVS, cependant, est son niveau de prestations. Les rentes du deuxième pilier sont en baisse et les rentes AVS ne suffisent pas pour vivre. Ce "problème socio-politique central des salariés" doit être résolu.

Les banques et les compagnies d’assurancesfont beaucoup de publicité pour le 3e pilier, une erreur d’un point de vue de politique sociale et économique, écrit la faîtière. Son coût est inabordable pour beaucoup de personnes et n’offre aucune sécurité de revenu pendant la vieillesse.

13e rente AVS beaucoup moins chère

C'est pourquoi l'USS a lancé l'initiative pour une 13e rente AVS, a déclaré M. Lampart. Même si elle était financée uniquement par les cotisations salariales et non - comme l'exige l'USS - par les bénéfices de la Banque nationale, l'augmentation des prestations de retraite serait bien moins coûteuse que la prévoyance privée.

Par exemple, une personne seule avec un revenu moyen paiera 45 francs par mois pour une 13e rente mensuelle, a expliqué Mme Medici. La même augmentation de la rente du 3e pilier coûterait 176 francs par mois aux femmes et 144 francs aux hommes. Pour une famille ayant un revenu moyen, une pension complémentaire financée par le secteur privé serait plus de 350% plus chère que dans l'AVS, écrit l'USS.

L'initiative populaire "Pour une meilleure vie pendant la vieillesse (Initiative pour une 13e rente AVS)" a été formellement lancée fin juin. Elle demande l'introduction d'un versement supplémentaire de la rente à laquelle on a droit, par analogie avec le 13e salaire. Selon les initiants, cela correspondrait à une augmentation des rentes AVS de 8,33%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les mafias sont bien implantées en Suisse, dit la cheffe de fedpol

Publié

le

Les mafias sont bien implantées en Suisse, estime Nicoletta della Valle (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Une soixantaine d'enquêtes ont été ouvertes en Suisse grâce au déchiffrement en 2021 de l'application cryptée Sky ECC, indique la directrice de l'Office fédéral de la police (fedpol). Elles portent sur la cocaïne, le cannabis, les drogues de synthèse et les armes.

Quinze d'entre elles sont rattachées à fedpol, précise Nicoletta della Valle dans un entretien diffusé mercredi par la Neue Zürcher Zeitung. "Nous n'avons toutefois analysé que 20% de la grande quantité de données. Nous manquons de ressources et de temps: plus ces données sont anciennes, moins elles sont précieuses".

Ce qu'elles montrent, c'est que les mafias sont bien implantées en Suisse, poursuit Mme della Valle. "Il s'agit de membres de la mafia des Balkans, de la mafia italienne et d'autres organisations. Elles se répartissent leurs activités criminelles", en collaborant de plus en plus.

Des drogues sont également produites en Suisse, relève la cheffe de fedpol.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Sentiment mitigé après l'Acte I pour Lausanne

Publié

le

Le but de Derek Grant (centre) a laissé Connor Hughes (droite) quelque peu pantois. ©KEYSTONE/Michael Buholzer

Zurich remporte l’Acte I de la finale de National League. Le LHC s’est incliné 2-1 à la Swiss Life Arena. Un match duquel les Lausannois n’ont cependant pas à rougir.

Que d’émotions dans ce premier match. Comme des lions en cage avant un duel, les deux équipes se sont sondées quelques instants, tout en mettant directement de l’intensité dans le jeu. Le premier tir lausannois est survenu à la 4e minute par Lukas Frick.

La riposte a été quasi immédiate. Juho Lammikko et ses coéquipiers de ligne ont mis la pression pendant de nombreuses secondes sur le but lausannois. Ils ont tenté à plusieurs reprises de tirer, mais Connor Hughes a fait le travail. Les occasions se sont ensuite enchaînées de part et d’autre. Jesper Frödén a intercepté une passe et est parti shooter. Le tir a été dévié par le portier lausannois.

Commencer de la meilleure des manières

Deux minutes plus tard, Lawrence Pilut a servi un très bon centre à Théo Rochette qui a tenté sa chance, mais le tir a été dévié. Le puck a fini par revenir devant la cage et le jeune attaquant aurait pu avoir une seconde opportunité si on ne lui avait pas retenu sa canne. Une action qui a été sanctionnée et qui a donné un premier avantage à Lausanne. Et les hommes de Geoff Ward en ont pleinement profité.

En fin de powerplay, les Vaudois ont ouvert le score sur une très belle action. Hughes était sorti de sa cage pour une relance. Et lorsque l’on dit "sorti", ce n’est pas à quelques centimètres de la cage, mais presque à la ligne bleue. Le tout alors que Derek Grant était dans les parages. Les supporters ont retenu leur souffle un instant. Puis Jason Fuchs a envoyé le puck dans la zone offensive. Damien Riat a surgi au milieu des trois zurichois qui tentaient de stopper la rondelle et a shooté, trompant Simon Hrubec (15e, assists: Jason Fuchs et Connor Hughes).

Les Lausannois ont dû enchaîner avec un boxplay après une faute d’Henrik Haapala qui faisait son retour au jeu depuis plus de deux mois. Heureusement pour eux, Rudolfs Balcers a aussi fauté après seulement quelques secondes et les deux équipes se sont retrouvées à 4 contre 4. Malgré quelques échauffourées et des tirs bien déviés par Connor Hughes, les Lions ont bien tenu jusqu’à la fin du tiers.

Attention aux petites erreurs

En deuxième période, Lausanne a montré qu’il en voulait encore en s’offrant directement une opportunité. Mais les Vaudois ont ensuite eu comme un passage à vide. Laissant notamment Vinzenz Rohrer partir en échappée pour un face à face avec Hughes. Puis avec Jiri Sekac qui a accroché un adversaire, alors que Lausanne avait encore quelques secondes à jouer en powerplay.

Les Zurichois sont revenus au score quelques secondes après le retour du Tchèque sur la glace. Un tir de la ligne bleue (encore) signé Yannick Weber (29e, assist: Juho Lammikko). Avec Fabian Heldner et Chris Baltisberger devant la cage, Hughes n’a probablement pas eu la meilleure vue sur le puck.

Comment expliquer ce "moment sans" ?

Damien RiatAttaquant du LHC

Le match a été tué trois minutes plus tard. Après avoir récupéré le puck dans la zone offensive lausannoise, dans l’arrondi, Derek Grant a traversé toute la glace. Il s’est défait d’Igor Jelovac, a shooté et a pris Connor Hughes de court. Le dernier rempart lausannois avait pourtant amorcé le bon mouvement mais le puck a passé juste à côté de sa mitaine.

Lausanne a tout donné dans le dernier tiers, jusqu’à la dernière seconde. Le score ne bougera cependant pas. Malgré la défaite, Damien Riat avait un discret sourire aux lèvres au moment de l’interview. Il faut dire que le score est loin d’être ridicule et la performance n’est pas à jeter.

Damien RiatAttaquant du LHC

Avant le début de la série, les Lausannois prédisaient qu’ils allaient amener un peu d’adversité à cette équipe zurichoise qui a survolé le championnat. Ce mardi, ils ont montré qu’ils peuvent se frotter à cet autre clan de Lions.

Igor JelovacDéfenseur du LHC

En l’absence de Christian Djoos, annoncé malade, Igor Jelovac l’a remplacé sur la première ligne défensive. Une place quelque peu inattendue pour le Vaudois. Comment a-t-il vécu cette situation?

Igor JelovacDéfenseur du LHC

La série s’annonce physique, mais le rythme des premiers shifts a plutôt convenu au défenseur.

Igor JelovacDéfenseur du LHC

Dans tous les cas, pas question de paniquer dans les rangs Lausannois. "Ce n’est qu’un match 1, c’est que le début de la série", rappelle Damien Riat. L’Acte II aura lieu jeudi à la Vaudoise Aréna. Coup d’envoi à 20h.

Continuer la lecture

Football

Paris et Dortmund renversent la table

Publié

le

Kylian Mbappé transforme le penalty du 3-1. (© KEYSTONE/EPA/Alberto Estevez)

Paris l’a fait ! Sept ans après le cauchemar de la remontada, le PSG a découvert que l’ivresse du bonheur était aussi possible à Barcelone.

Sans doute aidés par l’intransigeance de l’arbitre roumain Istvan Kovacs, les Parisiens se sont qualifiés pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Battus 3-2 au Parc des Princes mercredi dernier, ils se sont imposés 4-1 à Montjuic grâce à des réussites d’Ousmane Dembélé, de Vitinha et à un doublé de l’incontournable Kylian Mbappé. Ils avaient pourtant concédé l’ouverture du score à la 12e minute lorsque Raphina avait surgi sur un centre de Lamine Yamal. A cet instant, la soirée s'annonçait bien longue pour le PSG...

Mais ce match a basculé peu avant la demi-heure avec l’expulsion de Ronald Araujo. L’Uruguayen a vu rouge pour une faute de dernier recours sur Bradley Barcola, cet ailier qui avait failli filer à St. Gall il y a 15 mois mais qui fut bien l’homme de la révolte à Montjuic. A onze contre dix, le PSG a vraiment fait ce qu’il fallait pour renverser le cours de ce quart de finale.

Même si le FC Barcelone aurait pu revenir dans la course à la qualification en fin de match malgré son infériorité numérique, le succès du PSG n’a rien d’usurpé. L’équipe a témoigné de cette force de caractère qui lui avait cruellement manqué six jours plus tôt.

Trois minutes pour un K.O.

En demi-finale, le PSG retrouvera le Borussia Dortmund de Gregor Kobel qu’il avait affronté l’automne dernier en phase de poules. Les Allemands ont éliminé l’Atlético Madrid au terme d’une double confrontation qui restera dans les mémoires. Après leur défaite 2-1 à Madrid, ils ont gagné 4-2 un match retour un peu fou devant un public en délire. Le Borussia a forcé la décision en l’espace de trois minutes avec le 3-2 de la tête de Niclas Füllkrug (71e) et le 4-2 sur la frappe de Marcel Sabitzer (74e) .

Impuissant sur les deux réussites madrilènes, Gregor Kobel s’invitera pour la première fois dans le dernier carré de la Ligue des Champions. Le no 2 de l’équipe de Suisse aura sans doute à c½ur de marquer les esprits juste avant l’Euro. Histoire de se rappeler au bon souvenir de Murat Yakin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Des regrets légitimes pour le Lausanne HC

Publié

le

Toute la déception lausannoise sur le visage de Miikka Salomaeki. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Lausanne s'est incliné lors du premier match de la finale des play-off de National League. A Zurich, les Vaudois ont été battus 2-1 dans le duel des Lions.

Si proche et pourtant si loin. S'il fallait résumer ce premier acte de la finale, c'est ce que l'on pourrait retenir côté lausannois. Le LHC n'a pas à rougir de sa performance pour son premier match d'une finale de National League, mais c'est bien la force tranquille zurichoise qui a fini par s'imposer. Les Vaudois auraient mérité mieux, mais ils n'ont pas su marquer lorsqu'ils avaient les meilleures chances. Au cours du troisième tiers, les pensionnaires de Malley ont eu de vraies occasions, mais Simon Hrubec a su fermer la porte.

Avant cela, Lausanne a réalisé un premier tiers proche de la perfection. Les Zurichois ont eu de maigres occasions et surtout Damien Riat a eu la bonne idée d'ouvrir le score à la 15e. Sur une relance de Connor Hughes et un mauvais contrôle de Christian Marti à la ligne bleue alémanique, Riat a pu expédier le puck dans la lucarne de Hrubec.

Les Vaudois ont eu l'opportunité de prendre deux longueurs d'avance dans les premières minutes de la période médiane, mais Jason Fuchs puis Riat - tir sur l'angle du but - ont manqué la cible. Incapables de doubler la mise en power-play, les Vaudois se sont logiquement retrouvés à la merci du "Z" qui a égalisé par Yannick Weber (déviation de Chris Baltisberger ?) à la 29e. Un but tombé un peu de "nulle part", mais qui est finalement là pour rappeler pourquoi ces Lions zurichois sont si forts.

Les joueurs de Marc Crawford ont ensuite pris l'avantage à la 32e. Une récupération en zone défensive pour Derek Grant qui a pu remonter toute la patinoire avant d'aller ajuster Hughes pour son 9e but des play-off en autant de matches.

En l'absence de Christian Djoos, malade, Geoff Ward a dû modifier sa défense. Sans l'arrière suédois, c'est son compatriote Lawrence Pilut qui a vu son temps de jeu prendre l'ascenseur. Et comme il y avait une place pour un importé, c'est le Finlandais Henrik Haapala qui a disputé son premier match depuis le 3 février. Avec moins de cinq minutes de glace, le Scandinave n'a pas eu le temps de se mettre franchement en évidence.

La série se poursuit à Lausanne jeudi soir pour le deuxième acte avec des Lausannois qui espèrent bien faire comme lors de la demi-finale face à Fribourg: à savoir perdre le premier match en étant dominateur pour enchaîner quatre succès de rang. Mais Zurich est d'un autre calibre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X