Rejoignez-nous

Économie

Utiliser "too big to fail" peut causer des dommages "considérables"

Publié

,

le

Karin Keller-Sutter s'oppose à l'idée de séparer l'entité suisse de Credit Suisse du reste de la banque (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La loi suisse "too big to fail" ne se prête pas aisément à la liquidation d'une banque d'importance systémique active au niveau mondial, estime la ministre des finances Karin Keller-Sutter. "Dans la pratique, les dommages économiques [...] seraient considérables".

Même si une liquidation de Credit Suisse eût été possible d'un point de vue juridique selon le principe "too big to fail", ce n'était "clairement pas le moment de faire des expériences", déclare Mme Keller-Sutter dans un entretien diffusé samedi par la Neue Zuercher Zeitung.

La conseillère fédérale affirme en outre qu'aucune pression n'a été exercée sur la Suisse lors des négociations qui ont abouti au rachat de Credit Suisse par UBS. "Personne ne nous a poussés dans une direction".

Critiques rejetées

Quant à la séparation de l'entité suisse de Credit Suisse du reste du groupe et son maintien en tant que banque indépendante, comme le propose son parti, la PLR saint-galloise rejette l'idée. "Mettre en péril la reprise négociée avec de nouvelles conditions et l'altérer à ce stade serait très risqué, avec toutes les conséquences pour l'économie suisse et les marchés financiers internationaux", ajoute-t-elle. "Ce n'est pas beau - le Conseil fédéral a lui aussi dû passer par là - mais c'est la réalité".

Mme Keller-Sutter repousse également les critiques, selon lesquelles les autorités de régulation seraient restées trop longtemps spectatrices dans la débâcle de Credit Suisse. La banque "a toujours respecté les exigences réglementaires en matière de capital et de liquidités", rappelle la ministre. Elle déclare ne pas s'être contentée de se fier aveuglément aux données, mais a informé l'ensemble du Conseil fédéral au début février des scénarios d'urgence.

"Les premières discussions entre les autorités et les banques ont eu lieu mercredi" 15 mars. Il était alors clair qu'une fusion entre Credit Suisse et UBS serait la meilleure solution, poursuit-elle, soulignant que d'autres scénarios n'avaient pas encore été écartés. "Même la décision de principe de nationaliser Credit Suisse avait été préparée sous la forme d'une ordonnance d'urgence".

Meilleure des variantes

La ministre des finances se dit convaincue que la reprise de Credit Suisse par UBS, avec les garanties de la Confédération, est la meilleure des variantes. "Toutes les autres options étaient, à notre avis, plus risquées pour l'État, le contribuable, la place financière suisse et les marchés internationaux". Même si UBS "n'était certainement pas dans une position de faiblesse", elle n'a pas dicté ses conditions, assure Mme Keller-Sutter.

Quant à la colère de la population face à une économie de marché dans laquelle on aide les "grands", la Saint-Galloise affirme la comprendre. "Moi aussi, j'ai du mal à l'accepter", surtout lorsque des erreurs de gestion ont conduit à une telle situation. Mais de telles erreurs ne peuvent pas être éliminées, ajoute-t-elle. "Je crains que le dilemme ne soit pas facile à résoudre".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Économie

Helsana devra se chercher un nouveau président

Publié

le

Thomas Szucs aura passé 15 ans à la présidence de Helsana (archives). (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le président du groupe Helsana, Thomas Szucs, quittera ses fonctions à la tête du conseil d'administration l'an prochain. Les actionnaires ont appris la nouvelle lors de l'assemblée générale qui s'est tenue vendredi.

Cette décision intervient un an avant la fin statutaire de son mandat, précise l'assureur zurichois dans un communiqué. Thomas Szucs, qui aura passé 15 ans à la présidence du groupe, continuera d'assumer ses fonctions jusqu'en mai 2025, date de la prochaine assemblée. Sa succession sera annoncée en temps voulu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Assura: primes en baisse et nouvelles pertes en 2023

Publié

le

Les entrées sont demeurées insuffisantes pour couvrir des charges de prestation (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Assura a encaissé l'an dernier pour 3,6 milliards de francs de primes, dont 3,3 milliards dans l'assurance obligatoire des soins. Les recettes de primes ont ainsi reculé d'une centaine de millions sur un an dans les deux cas.

Les entrées sont demeurées insuffisantes pour couvrir des charges de prestation en progression là aussi d'une centaine de millions, à 2,8 milliards, auxquelles est venu se greffer un débours pour compensation des risques de 737 millions.

L'assureur pulliéran a ainsi accusé une nouvelle perte nette, de 110,7 millions, après un déficit de 143,6 millions en 2022, indique un compte-rendu diffusé vendredi.

La firme vaudoise insiste sur l'amélioration observée dans le domaine des assurances complémentaires, dont le bénéfice a été multiplié par cinq à 62 millions. Les placements ont en outre redressé la barre, avec une performance de +2,6% à comparer avec un rendement négatif de 2,1% en 2022.

La proportion des charges administratives sur le volume de primes est demeurée stable à 5,4%.

L'assemblée générale qui se tenait jeudi a par ailleurs élu Bruno Pfister à la présidence du conseil d'administration, en remplacement de Jean-Luc Chenaux qui ne se représentait pas. Jusqu'ici vice-président, Eric Bernheim, ne briguait pas non plus de nouveau mandat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

"Il faut peu d'inflation pour en voir les effets" (Thomas Jordan)

Publié

le

Le président de la BNS Thomas Jordan se montre prudent sur le projet d'introduire une version numérique du franc. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Même une hausse modérée de l'inflation peut rapidement impacter le niveau de vie de la population, en particulier les bas salaires. Cela montre l'importance du mandat de la BNS qui est d'assurer la stabilité des prix, selon son président Thomas Jordan.

"Il faut peu d'inflation pour en voir rapidement les effets négatifs, surtout pour les petits salaires", a déclaré le président du directoire de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan, interrogé vendredi lors du Swiss Media Forum à Lucerne.

Il est donc "énormément important" que la BNS remplisse son mandat, qui est "juste", a ajouté le responsable. Il réagissait à des propos du président de l'Union syndicale suisse (USS) Pierre-Yves Maillard, qui avait affirmé le 1er mai que les chiffres de l'inflation étaient "complètement faux en Suisse", les primes maladies en étant exclues.

Quant à l'absence de versements de bénéfices aux cantons au titre de l'exercice 2022, Thomas Jordan a rappelé que la BNS s'est toujours opposée à l'utilisation de ses réserves. La contribution principale de l'institut au bien-être du pays est la stabilité. "Les versements (aux cantons) ne sont qu'un sous-produit", a souligné Thomas Jordan, ajoutant que cela avait été bien expliqué aux cantons.

Prudence sur le franc numérique

Interrogé sur le projet d'introduire une version numérique du franc, Thomas Jordan a jugé qu'une telle solution pouvait avoir du sens pour le système financier. La BNS se montre en revanche réservée sur une introduction pour l'ensemble du public. Cela changerait le système actuel de manière fondamentale. La BNS n'en voit pas la nécessité, les possibilités numériques actuelles étant suffisantes (Twint, cartes).

Le Biennois n'a enfin pas dévoilé ses projets après son départ de la BNS à fin septembre. "Je ne sais pas ce que je ferai après. Je resterai pleinement engagé jusqu'au bout et déciderai après".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Moins de postes vacants annoncés en 2023 avec le recul du chômage

Publié

le

Outre l'industrie et la construction, la branche de la restauration a fait l'objet du plus grand nombre d'annonces de postes vacants en 2023 (illustration). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le nombre de postes vacants annoncés en 2023 a nettement baissé par rapport à l'année précédente. En cause: le recul du chômage en 2022 a entraîné une réduction des genres de professions soumis à l'obligation d'annonce en 2023.

Alors qu'en 2022, 476'597 postes vacants ont été annoncés, ce chiffre était de 287'671 l'an dernier, indique le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son cinquième rapport de monitorage publié vendredi.

Comme les années précédentes, les trois branches qui ont fait l'objet du plus grand nombre d'annonces étaient l'industrie, la construction et la restauration. Les offices régionaux de placement ont procédé à des propositions de placement pour environ la moitié des annonces.

La part de postes soumis à l'obligation d'annonce parmi l'ensemble des postes à pourvoir s'élevait à 8,2% en 2023, contre 19,8% un an auparavant. Ce taux chute à 3,2% en 2024. Le Seco s'attend donc à ce que le nombre d'annonces de postes vacants baisse encore pour cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Concentré sur vos objectifs avec un niveau d'efficacité élevé, vous transformez chaque défi en une occasion de briller. Donc, laissez parler ceux qui critiquent !

Les Sujets à la Une

X