Rejoignez-nous

Vaud

Jérôme Christen et Michel Agnant pourraient être suspendus

Publié

,

le

La Municipalité de Vevey (de gauche à droite) Etienne Rivier, PLR, Elina Leimgruber, Les Verts, Michel Agnant, Vevey Libre et Jerome Christen, Vevey Libre, ont pu entendre les conseillers communaux débattre de la suspension des deux municipaux de Ve (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Municipalité de Vevey va devoir étudier la suspension de ses membres Jérôme Christen et Michel Agnant. Un postulat en ce sens déposé par l'UDC, le PLR et le PS a passé la rampe à une petite majorité du Conseil communal jeudi.

L'exécutif communal devra envisager cette piste et s'il se prononce en sa faveur, demander au Conseil d'Etat d'intervenir. Pour beaucoup, il s'agissait d'être cohérent. "C'est une question d'égalité de traitement", a ainsi défendu l'UDC Bastien Schobinger. "Il faut appliquer le même principe qui a prévalu pour Lionel Girardin".

Ce dernier a été suspendu de ses fonctions de municipal au printemps après l'ouverture d'une enquête pénale pour gestion déloyale et abus de confiance. La semaine dernière, 24 heures révélait que des perquisitions avaient été menées chez les municipaux de Vevey Libre sous le coup d'une instruction pénale pour violation du secret de fonction.

A gauche, le texte a également trouvé du soutien. Sans son adoption il sera "impossible de travailler de manière sérieuse, quel que soit le bord politique", a argumenté d'Isabel Jerbia. Toujours au sein du groupe, le postulat a par ailleurs été jugé "pondéré et juste".

Trou de souris

Que nenni a rétorqué Nicolas Bonjour de Vevey Libre. Et de s'interroger: les deux municipaux ne sont-ils pas des lanceurs d'alerte? Et peut-on mettre les soupçons de gestion déloyale et de conflit d'intérêts à l'égard de Lionel Girardin au même niveau que ceux de violation du secret de fonction qui visent Jérôme Christen et Michel Agnant? "Nous sommes face à un trou de souris dans lequel on essaie de faire passer un éléphant", a-t-il conclu.

Au final, le postulat a été accepté et renvoyé à la Municipalité par 43 oui contre 35 non et 5 abstentions. A noter que le texte attend également de celle-ci qu'elle étudie l’opportunité de demander au Conseil d’Etat de repourvoir les sièges vacants. Lionel Girardin, élu sous la bannière socialiste, a lui été remplacé par Michel Renaud.

Plainte contre Girardin

S'agissant toujours de Lionel Girardin, la syndique Elina Leimgruber a par ailleurs indiqué que la Municipalité avait pris connaissance de nouveaux éléments et décidé le jour même de déposer formellement plainte à son encontre. Elle n'a pas fourni davantage de détails à ce propos.

Un peu plus tôt, devant le Conseil communal, une quinzaine de personnes se sont réunies pour exprimer leur ras-le-bol face à cette crise interne. Elles y ont fait circuler une pétition qu'elles ont remise au président de l'organe délibérant.

Au travail

Le texte demande à l'exécutif "in corpore de se remettre au travail avec toute l'attention voulue ou de démissionner à la fin de l'année, ouvrant ainsi la voie à des élections et à un nouveau départ".

Si la syndique n'a pas caché qu'à titre personnel, elle comprenait la demande de démission en bloc, elle n'y voit toutefois pas une solution. Qu'est-ce que cela réglerait d'ouvrir une vacance générale à la veille de la Fête des Vignerons, a-t-elle ainsi lâché. Et d'ajouter que malgré les problèmes, l'administration communale fonctionne.

Crise qui dure

A Vevey, la crise couve depuis l'an dernier. En décembre 2017, un processus de médiation suite à des tensions internes à la Municipalité avait été interrompu.

La situation s'est encore envenimée au printemps 2018 après la révélation des soupçons à l'encontre de Lionel Girardin. Alors qu'il était président de la fondation Apollo, active dans le logement social, l'homme affilié au PS aurait confié des mandats rémunérés à des proches. Il est aussi soupçonné d'avoir exercé au sein de la structure un travail rémunéré via sa propre société, ce qui est interdit pour les fondations d'utilité publique exonérées d'impôts.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

L'Hôpital de Rennaz craint une deuxième vague

Publié

le

Les Hôpitaux craignent l'arrivée d'une deuxième vague de malades. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les hôpitaux restent sur le qui-vive face au Covid-19. Ils craignent l'arrivée d'une deuxième vague de malades, comme à l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) à Rennaz (VD).

"Nous sommes très inquiets à l'idée que les mesures de confinement soient levées trop précocement", relève Damien Tagan, le chef du Service des soins critiques à l'HRC. Il explique que les soignants sont fatigués et que les ressources deviennent "rares", à l'image des sédatifs nécessaires pour endormir les malades.

"Nous avons bien réussi à encaisser la première vague. Mais si une deuxième devait arriver, cela serait plus problématique. Il pourrait y avoir une dégradation de la prise en charge des patients", reconnaît-il, interrogé par Keystone-ATS.

Le nouvel hôpital de Rennaz, qui a ouvert ses portes fin 2019, abritait mercredi 17 patients atteints du Covid-19 aux soins intensifs, dont 12 étaient intubés. "La pression est constante. Il ne faudrait pas que ça augmente", prévient le Dr Tagan.

Il explique qu'une coordination existe dans le canton de Vaud pour transférer des patients vers des hôpitaux moins surchargés. Des malades de l'HRC sont ainsi transférés, notamment par la Rega, vers le CHUV à Lausanne.

Des soignants épuisés

Infirmière aux soins intensifs à Rennaz, Andreia Da Silva Marques reconnaît aussi que la fatigue commence à peser sur les troupes. La prise en charge de patients intubés est "très complexe" et exige "beaucoup de temps et d'attention", relève-t-elle.

A cela s'ajoutent "le stress" dû aux nouvelles procédures mises en place depuis le début de la crise et "l'angoisse" d'être contaminé: "C'est dur physiquement et psychologiquement. On est épuisé", admet-elle.

Urgences délaissées

Ailleurs dans l'établissement, et comme dans plusieurs autres hôpitaux du pays, la charge de travail a diminué. C'est le cas notamment aux urgences, où la population ne se rend plus par peur de déranger ou d'être infectée par le Covid-19.

"Notre activité a diminué d'au moins 50%", note Magali-Noëlle Pfeil, médecin cheffe aux urgences à Rennaz. Pour éviter une contamination, "les urgences ne sont pas plus dangereuses qu'un supermarché. Les gens ne doivent pas hésiter à venir consulter", remarque-t-elle.

Continuer la lecture

Vaud

Les hospitalisations en baisse sur sol vaudois

Publié

le

Les hospitalisations diminuent dans les hôpitaux vaudois. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les hospitalisations liées au Covid-19 ont reculé dans le canton de Vaud. Après quelques jours de stagnation, elles sont passées de 382 à 356, montre mercredi le dernier pointage des autorités sanitaires.

Le nombre de patients aux soins intensifs a, lui, augmenté à 83 (+3 en un jour). Le nombre de décès attribués au virus continue également sa progression: 172 personnes en sont mortes dans le canton de Vaud, contre 160 la veille. Plus de la moité des décès (87) ont eu lieu en dehors de l'hôpital, essentiellement en EMS.

Le total des cas confirmés se monte désormais à 4235 pour le canton (+80).

Continuer la lecture

Vaud

Treize nouveaux décès mais les hospitalisations se stabilisent

Publié

le

Le nombre de décès liés au coronavirus dans le canton de Vaud a franchi mardi la barre des 150. (Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Le canton de Vaud déplore désormais 160 décès qui peuvent être attribués au Covid-19, soit treize de plus que la veille, selon les derniers chiffres publiés mardi par les autorités sanitaires. Le nombre d'hospitalisations reste à un haut niveau (378) mais tend à se stabiliser depuis plusieurs jours.

Le nombre de cas testés positifs au coronavirus reste, lui, toujours sur une pente ascendante. Il s'élève désormais à 4155 personnes, contre 4115 un jour plus tôt. Sur les 378 hospitalisations (+1), 81 le sont aux soins intensifs (+3).

Continuer la lecture

Vaud

Les Brandons de Payerne sont sauvés

Publié

le

Les Brandons de Payerne reviendront l'année prochaine (photo d'illustration). (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Il y aura bien une édition 2021 des Brandons de Payerne. Le carnaval, l'un des plus anciens de Suisse, avait été annulé fin février en raison du coronavirus.

Un montant minimum de 120'000 à 150'000 francs était nécessaire pour payer les factures et pérenniser les Brandons. "Grâce à l'énorme élan de solidarité et à votre générosité, ces moyens ont été réunis", écrivent mardi les organisateurs dans un communiqué.

Des dons, des abandons de créance, des rabais ou des billets dont le remboursement n'a pas été exigé ont permis de sauver la manifestation. La prochaine édition aura lieu au plus tard du 19 au 22 février 2021.

Les Brandons de Payerne devaient fêter cette année leur 125e édition. Les organisateurs espéraient accueillir 17'000 spectateurs pour le traditionnel cortège du dimanche, et 10'000 pour le cortège des enfants du samedi.

Continuer la lecture

Vaud

Visite au CHUV: Simonetta Sommaruga dit sa gratitude

Publié

le

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, est accueillie a l'extérieur du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, CHUV, par, de gauche a droite, Oliver Peters, Directeur général adjoint du CHUV, Philippe Eckert, directeur général du CHUV, Nuria Gorrite, Présidente du gouvernement vaudois et Rebecca Ruiz, Conseillère d'Etat vaudoise. (KEYSTONE/Pool ARC/Jean-Bernard Sieber)
Simonetta Sommaruga s'est déplacée mardi dans le canton de Vaud, l'un des plus touchés par le coronavirus. La présidente de la Confédération a notamment visité les urgences et les soins intensifs du CHUV à Lausanne.

A l'issue de cette visite, la conseillère fédérale s'est dite "profondément émue et pleine de gratitude" pour le personnel soignant et tous ceux qui oeuvrent à ses côtés. "Notre système de santé fonctionne bien, il tient bon", a-t-elle relevé devant la presse.

Mme Sommaruga a salué "l'anticipation" dont ont fait preuve les hôpitaux pour affronter la crise, mais aussi le comportement "d'une grande majorité" de la population pour le respect des directives. "Ce n'est pas le moment de baisser la garde", a-t-elle toutefois prévenu.

Comme la veille, lorsqu'elle s'était rendue dans des entreprises du Jura bernois et à Bâle-Ville, Mme Sommaruga a expliqué que le Conseil fédéral préparait l'après-pandémie. "Nous sommes conscients que la population et les entreprises ont besoin de savoir dans quelle direction on va", a-t-elle dit.

La présidente de la Confédération n'a toutefois pas dévoilé les scénarios de déconfinement envisagés:

Simonetta Sommaruga
Présidente de la Confédération
Simonetta Sommaruga Présidente de la Confédération

La conseillère fédérale a aussi rappelé les règles de distance sociale, d'hygiène et appelé la population à rester à la maison malgré les beaux jours. Alors que les partis et les milieux économiques posent la question d'un assouplissement des mesures, ces règles sanitaires prévaudront:

Simonetta Sommaruga
Présidente de la Confédération
Simonetta Sommaruga Présidente de la Confédération

Trains et sport

Outre sa visite au CHUV, Mme Sommaruga s'est entretenue avec des membres du Conseil d'Etat vaudois. Elle a notamment évoqué la situation des transports publics avec Nuria Gorrite, que cela soit le retard dans les chantiers ou la façon de relancer l'attrait du train à l'issue de la crise.

Elle a aussi parlé économie avec Philippe Leuba. Celui-ci en a profité pour lui évoquer certaines spécificités vaudoises, comme celles touchant aux fédérations sportives. Plusieurs de ces organisations - il y en a plus de 60 dans le canton de Vaud - vont souffrir ces prochains mois en raison du report des Jeux olympiques de Tokyo, qui constituent leur principale source de revenus.

Sur le front du chômage partiel, le nombre de demandes atteint des niveaux jamais vus selon Philippe Leuba:

Philippe Leuba
Conseiller d'Etat en charge de l'économie
Philippe Leuba Conseiller d'Etat en charge de l'économie

Le nombre de demandes de crédits cautionnés par la Confédération explose également:

Philippe Leuba
Conseiller d'Etat en charge de l'économie
Philippe Leuba Conseiller d'Etat en charge de l'économie

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Vous voilà sur un petit nuage grâce aux marques d’affection qu’on vous prodigue. Ne vous étonnez pas d'être ainsi apprécié !

Publicité

Les Sujets à la Une

X