Rejoignez-nous

Vaud

Jusqu’à 500 kg de cocaïne consommés par an dans le canton de Vaud

Publié

,

le

La cocaïne représente à elle seule quatre cinquièmes du marché des stimulants illégaux dans le canton de Vaud, avec un chiffre d'affaires de quelque 50 millions de francs. C'est le constat du deuxième volet de l'étude MARSTUP menée par trois instituts de recherche.

Deux méthodes indépendantes, basées sur l’évaluation du nombre d'usagers et sur l'analyse des eaux usées, ont permis de premières estimations de la quantité de cocaïne consommée dans le canton de Vaud, soit respectivement 377 et 461 kg par an.

En ajoutant les saisies de la police, soit environ 39 kg, on obtient des quantités en circulation de l’ordre de 416 et 500 kg par an, ont indiqué jeudi Addiction Suisse, l'Ecole des sciences criminelles de l'Université de Lausanne et l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive du CHUV, partenaires du projet MARSTUP (Structure et produits du marché des stupéfiants).

En extrapolant ces chiffres, le marché suisse pourrait représenter cinq tonnes de cocaïne par an. Pour le canton de Vaud, le chiffre d’affaires est estimé entre 47 et 57 millions de francs, pour un revenu situé entre 28 et 39 millions de francs.

Demande forte mais hétérogène

La taille du marché de la cocaïne reflète la forte demande émanant de différentes catégories d’usagers, selon les auteurs. Les consommateurs occasionnels, qui en prennent par exemple seulement certains week-ends, représentent 80% des usagers mais ne consomment qu’environ 20% du total.

A l’inverse, les usagers réguliers, qui comptent des individus marginalisés mais aussi des personnes dont la consommation de cocaïne a envahi la vie professionnelle et sociale, représentent 20% des usagers, mais consomment 80% du total.

Le marché de la cocaïne est aussi caractérisé par la diversité des trafiquants. Les réseaux les plus importants et visibles sont ceux d’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Guinée, etc.). Leur activité repose sur différents facteurs (absence de perspectives au pays et en Europe, facilité d’entrée dans le marché, solidarité, perspectives de revenus croissants), ainsi qu’une organisation souvent flexible.

La loterie du produit

Ces caractéristiques, ainsi que la pression migratoire dont ils s’alimentent, rendent ces réseaux résistants. Des personnes originaires d’Amérique latine, des Balkans, de pays de l’UE, ainsi que des Suisses sont toutefois aussi actifs dans la cocaïne.

L’analyse des saisies policières et les informations fournies par les consommateurs renvoient à un marché incertain dans lequel les quantités vendues sont généralement inférieures à celles promises.

Le taux de pureté, situé entre 40% et 50%, peut fortement varier et les produits de coupage - dont certains sont toxiques - sont combinés de multiples façons. Dans de nombreux cas, le consommateur ne sait pas vraiment ce qu’il achète, soulignent les chercheurs.

Le rôle prépondérant des usagers

Si le marché de la cocaïne est en grande partie alimenté par des non-consommateurs, ceux des autres stimulants (ecstasy, amphétamine, méthamphétamine) reposent souvent sur des importations faites par des consommateurs locaux. Le plus souvent depuis les Pays-Bas, la Belgique ou la République Tchèque.

L’ecstasy, drogue de fin de semaine par excellence, constitue le marché le plus important avec un volume en circulation estimé de 61 à 82 kg et un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,7 à 5,1 millions de francs par an.

La méthamphétamine reste jusqu’ici encore un marché de niche avec un volume en circulation de 8 à 12 kg et un chiffre d’affaires de 2,3 à 3,7 millions de francs par an. Les estimations pour l’amphétamine sont moins précises, suggérant une position intermédiaire entre ecstasy et méthamphétamine.

Des prix souvent bas

Même si les prix peuvent fortement varier, l'étude constate que, hormis pour la méthamphétamine, le prix des stimulants, comme celui de l’héroïne, est généralement assez bas: de 15 à 20 francs la dose.

Ces prix reflètent les évolutions du marché des stupéfiants au niveau international, mais sans doute aussi l’importante offre de ces substances en Suisse et dans le canton de Vaud, selon les conclusions des scientifiques.

C'est la première fois en Suisse que trois instituts de recherche étudient de manière interdisciplinaire un marché local des stupéfiants. L'étude combine des méthodes comme l'analyse des eaux usées ou des résidus provenant de seringues usagées, avec des interviews de policiers et d'usagers de drogue.

Après le marché des opioïdes, dont les résultats ont été publiés l'an dernier, et celui des stimulants, ce sera au tour du marché du cannabis d’être étudié.

(ATS / KEYSTONE - POLICE LAUSANNE)

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: SUISSE: jusqu’à 500 kg de cocaïne consommés par an dans le canton de Vaud | Aviseur International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Les arènes d'Avenches vont fermer 5 ans

Publié

le

Les arènes d'Avenches vont devoir fermer entre 2022 et 2027 pour des travaux de restauration. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un nouveau Musée romain pour 2028 et des arènes fermées durant 5 ans pour cause de restauration: le canton de Vaud a présenté vendredi ses projets pour Avenches, d'un montant global estimé à quelque 75 millions de francs.

L'amphithéâtre de la capitale de l'Helvétie romaine sera fermé à partir de l'automne 2022 pour une réouverture partielle en 2027. Le site souffre d'une usure avancée qui nécessite "des interventions lourdes", a annoncé le conseiller d'Etat Pascal Broulis devant la presse à Avenches.

Après des chutes de pierres en 2017, plusieurs autres altérations sont apparues ces dernières années, a relevé le ministre en charge du patrimoine bâti et archéologique. Devenus indispensables, les travaux visent principalement à restaurer le portail, les voûtes sous la tour, les gradins et le mur du podium.

Jusqu'à 30 millions

Le chantier devrait coûter entre 23 et 30 millions de francs. Une fourchette relativement large car "nous ne savons pas encore réellement ce que nous allons découvrir", a reconnu Pascal Broulis, en référence notamment au travail en sous-sol qui devra être entrepris.

Dans un premier temps, une demande de crédit d'étude de 1,33 million de francs sera soumise prochainement au Grand Conseil.

Deux festivals touchés

Conséquence de cette fermeture, les deux festivals à se dérouler dans l'amphithéâtre, Rock Oz'Arènes et Avenches Tattoo, devront se trouver un autre site après leur édition 2022. Un soutien leur sera apporté, en vue par exemple d'un éventuel déménagement en attendant la réouverture des arènes, a indiqué la ministre de la culture Cesla Amarelle.

"Ces travaux ne constituent pas une surprise et nous espérons qu'ils puissent se faire le plus vite possible", a commenté Olivier Magnin, président du conseil de fondation de Rock Oz'Arènes, contacté par Keystone-ATS.

Il a dit "saluer" la décision du Conseil d'Etat de permettre encore l'édition 2022 des festivals et de les intégrer à un groupe de travail. "J'espère que nous trouverons ensemble des solutions. Pour l'instant, tout est ouvert", a-t-il relevé.

Du côté d'Avenches Tattoo, le directeur Ludovic Frochaux a aussi estimé qu'il était trop tôt pour dessiner l'après 2022. "Nous allons prendre le temps d'analyser la situation", a-t-il indiqué.

Musée en 2028

Outre des arènes restaurées, Avenches devrait bénéficier en 2028 d'un nouveau Musée romain, attendu de longue date. "Le musée actuel est à l'étroit dans sa tour médiévale de 1838. Il ne peut pas rendre compte de l'ampleur des collections", a rappelé Cesla Amarelle.

Plusieurs crédits d'études ont déjà été adoptés et les terrains qui doivent accueillir le nouveau musée, situés légèrement en dehors du bourg, ont été pré-réservés. Prochaines étapes: le concours de projet en 2022, l'établissement du Plan d'affectation cantonal (PAC) en 2023 et la mise à l'enquête publique en 2024.

Le crédit d'ouvrage, estimé à 51 millions de francs, devrait être validé en 2025. Après les fouilles archéologiques, les travaux pourraient débuter en 2026 pour une ouverture du musée en 2028.

Le projet prévoit de regrouper sur un seul site le Musée romain, mais aussi un laboratoire de conservation-restauration, un dépôt archéologique, une bibliothèque ainsi que des espaces publics et culturels.

Mise en réseau

"Cet outil moderne permettra de valoriser notre patrimoine auprès de tous les publics", a relevé Cesla Amarelle. La conseillère d'Etat, également en charge de l'éducation, a aussi rappelé l'importance d'un tel musée pour les sorties scolaires.

A noter encore que le canton de Vaud va mettre en réseau ses différents sites et musées romains qui, outre Avenches, se trouvent à Lausanne-Vidy, Nyon, Orbe, Yverdon et Pully. Dès cet été, un dépliant et une plateforme en ligne seront dédiés notamment à des parcours de visite.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud: retour du public dans les législatifs communaux

Publié

le

Le public pourra à nouveau assister aux séances des conseils communaux. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).

Le public est à nouveau autorisé à assister aux débats des législatifs communaux dans le canton de Vaud. Les conditions fixées par le droit fédéral s'appliquent: soit une limite au tiers des capacités, le port du masque et la distanciation physique.

Le Conseil d'Etat vaudois a décidé de rouvrir l'accès du public aux séances de conseils communaux et généraux. Cette mesure permettra aux citoyens qui s'y intéressent de pouvoir à nouveau suivre ces séances, notamment les cérémonies d'installation des nouvelles autorités, a annoncé jeudi le gouvernement.

La mesure sera effective dès sa publication officielle, soit dès mardi prochain, a précisé à Keystone-ATS Jean-Luc Schwaar directeur des affaires institutionnelles et des communes. Cette décision ne concerne pas le Grand Conseil, qui s'organise librement.

Continuer la lecture

Vaud

Réutiliser son masque de protection, mode d'emploi

Publié

le

Parmi les différents masques analysés, le chirurgical à usage unique est de loin le plus préjudiciable pour l'environnement. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Réutiliser son masque, c’est possible! Une même personne pourrait utiliser son masque jusqu'à dix fois, selon une étude d'Unisanté à Lausanne et de la société de conseil Environmental Action. Mais il faut suivre une procédure bien précise. Mode d'emploi.

Une réutilisation est donc possible, oui, mais seulement si le masque chirurgical est mis à “sécher” durant quelques jours. Ce qui permet de diminuer considérablement la viabilité du virus.

L'avantage de cette pratique est d’abord économique. Cette approche est aussi efficace du point de vue sanitaire et, surtout, elle permet de limiter l'impact sur l'environnement. Un gros problème.

Le Professeur David Vernez, Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne. Il a participé à cette étude sur la réutilisation des masques :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Alors qu’au printemps dernier les consignes de l’OFSP appelaient à n’utiliser son masque que durant 4 heures, puis de le jeter, cette étude apporte un autre éclairage.

Mais pour réutiliser son masque de protection, notamment le chirurgical, il faut le laisser “respirer” durant 7 jours.

Explications du Professeur David Vernez :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Notez par ailleurs que les masques en coton faits maison ont un impact environnemental moindre selon cette étude d’Unisanté, avec un bilan carbone divisé par 35. Les masques en coton du commerce ne présentent en revanche pas de réel avantage environnemental, car ils nécessitent la production et le transport de coton vierge.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud lance une campagne pour encourager la vaccination

Publié

le

Plus de 180'000 Vaudois ont reçu au moins une dose de vaccin (Image prétexte © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le canton de Vaud invite les personnes de 18 ans et plus à se faire vacciner. Une campagne de communication baptisée "#jemevaccine" a démarré jeudi. Elle vise à persuader le plus grand nombre à faire le pas.

La vaccination se fait sur une base volontaire, mais elle est fortement recommandée. Plus tôt la majorité de la population sera immunisée contre le Covid-19, plus tôt les mesures de restrictions pourront être levées, explique l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Depuis le 26 avril, Vaud a ouvert la vaccination aux 18 ans et plus. Désormais, plus de 180'000 Vaudois ont reçu une dose au moins du vaccin et plus de 140'000 autres ont pris rendez-vous, sur environ 625'000 personnes qui remplissent les conditions d'éligibilité.

Le canton précise que des rendez-vous sont actuellement disponibles. Et que de nouvelles plages sont régulièrement ouvertes pour les prochaines semaines.

Continuer la lecture

Vaud

Plusieurs mois de travaux en gare de Clarens

Publié

le

La gare de Clarens (VD) sera en travaux jusqu'en décembre 2022 (Photo d'illustration © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La gare de Clarens entre en travaux le 10 mai. Prévus jusqu'en décembre 2022 et budgétisés à 6,7 millions de francs, ils doivent notamment permettre de relever les quais et d'adapter les rampes d'accès.

"Le quai 1 sera rehaussé à la hauteur standard de 55 centimètres sur toute sa longueur, tout comme le quai 2, qui sera équipé d’une nouvelle marquise", précisent mercredi les CFF dans un communiqué. Des travaux d'entretien des installations électriques et des voies ferrées auront également lieu dans le périmètre de la gare. La plus grande partie des travaux aura lieu de jour.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

C’est avec facilité que vous gérerez les attentes de votre hiérarchie. Votre diplomatie fera encore merveille aujourd’hui.

Publicité

Les Sujets à la Une

X