Rejoignez-nous

Vaud

Pour un double contrôle indépendant du dossier fiscal Broulis

Publié

,

le

Un coin de voile sera levé sur la situation fiscale de Pascal Broulis. Après trois semaines de révélations, les députés vaudois ont consacré toute la matinée de mardi à débattre de la situation fiscale du conseiller d'Etat en charge des finances.

Par 105 voix contre 22 et 15 abstentions, le Grand Conseil a adopté une détermination déposée par Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche), mais amendée par Grégory Devaud (PLR). Le texte prévoit que les déclarations d'impôt de Pascal Broulis de "ces dernières années" soient examinées par l'Inspectorat fiscal. Elles devront ensuite être validées par une expertise indépendante et externe, avant que le public soit informé.

Un peu plus tôt, le gouvernement a indiqué vouloir s’assurer que le dossier fiscal de Pascal Broulis est traité conformément à la loi. La présidente du Conseil d’Etat, Nuria Gorrite :

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat VD
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat VD

Le contrôle fiscal externe devrait être réalisé par le professeur de droit fiscal Xavier Oberson qui enseigne à l'Université de Genève.

Concernant la domiciliation fiscale de Pascal Broulis, Nuria Gorrite a relevé que ni Lausanne, ni Sainte-Croix n'avait remis en cause la répartition des impôts de Pascal Broulis, respectivement un tiers et deux tiers. Quant aux 15'000 francs de déduction pour frais de transport, le calcul a été jugé "cohérent" à l'Administration cantonale des impôts.

Des réponses jugées intéressantes mais incomplètes par le député d’Ensemble à Gauche Hadrien Buclin, au micro de Margaux Habert :

Hadrien Buclin
Député, Ensemble à Gauche, VD
Hadrien Buclin Député, Ensemble à Gauche, VD

Pour le principal intéressé, le débat du jour a surtout permis de remettre de l'ordre dans la discussion. Pascal Broulis est au micro de Charles Super :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat, DFIRE, VD
Pascal Broulis Conseiller d'Etat, DFIRE, VD

Les différents partis se sont aussi exprimés ce mardi au Grand Conseil. Pour le groupe des Verts, la déduction des frais de transport de Pascal Broulis pose problème. Même si le chef de groupe, Vassilis Venizelos, salue la volonté du Conseil d’Etat de faire toute la lumière :

Vassilis Venizelos
Député, Verts, VD
Vassilis Venizelos Député, Verts, VD

Du côté du groupe socialiste, les réponses du gouvernement sont également saluées. Même si le Président du Parti socialiste vaudois, Stéphane Montangero, regrette que le chef des finances cantonales ait tardé à répondre aux interrogations :

Stéphane Montangero
Président, PSV
Stéphane Montangero Président, PSV

Sous les applaudissements, la Vert'libérale Claire Richard a dénoncé "un lynchage médiatique. Le PLR Marc-Olivier Buffat demandait de "l'empathie" pour une famille mise sous les feux des projecteurs.

Durant la séance, Jean-Michel Dolivo, d’Ensemble à Gauche, a expliqué « l’affaire Broulis » à l’aide d’une métaphore : si une caissière vole 20 francs dans la caisse, il y a rupture de confiance, et la femme est renvoyée. Alors, faut-il comprendre que l’extrême gauche souhaite la démission du conseiller d’Etat ? Les explications d’Hadrien Buclin, membre du groupe Ensemble à Gauche au Grand Conseil :

Hadrien Buclin
Député, Ensemble à Gauche, VD
Hadrien Buclin Député, Ensemble à Gauche, VD

Mais au-delà de la situation fiscale du grand argentier, « l’Affaire Broulis » a soulevé d’autres questions. La loi datant de 1956, qui permet de s’acquitter de ses impôts dans deux communes, entre celle du domicile et celle de la résidence secondaire, est mise en cause. Pour le socialiste Stéphane Montangero, auteur d’une interpellation à ce sujet, elle n’est plus vraiment d’actualité. Le Conseil d’Etat traitera cette demande. Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat :

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat VD
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat VD

Le Conseil d’Etat a trois mois pour répondre à cette interpellation. En revanche, le calendrier des expertises sur le dossier fiscal de Pascal Broulis doit encore être précisé par le gouvernement vaudois.

Continuer la lecture
2 Commentaires

2 Comments

  1. Jacques

    17 avril 2018 à 09:31

    La Broulismania sous enquête …
    Personne vaudra se réjouir du résultat de l‘enquête fiscale sur P. Broulis. Même pas les contribuables lésés par le Fisc.VD pour des surtaxations erronées et non remboursées (art. … ). D’autres non plus et qui ont reçu du même Fisc.VD des mandats de payement avec menace de poursuite pour des montants libérées dans les délais, depuis 18 mois ! Dès lors, les contribuables lésé ne s’étonnent plus du comportement de ce milieu privilégié et intouchable.. Scandaleux !

  2. Deriaz

    17 avril 2018 à 09:39

    Ceux qui jouent aux Pirates, ont-ils encore la place dans la vie publique ?
    Que Diable! Il semble bien que oui, c’est démocratique…nom d’un Ulysse !

Laisser un commentaire

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Crissier : une partie du toit de Léman Centre s'effondre

Publié

le

Une partie du toit au Léman Centre de Crissier s'est effondré.
D'importants dégâts ont touché le Léman Centre à Crissier (©Google Maps)
Une partie du toi du centre commercial Léman Centre à Crissier (VD) s'est effondré jeudi vers 22h00. L'incident n'a fait aucune victime, mais d'importants dégâts matériel.

Le toit s'est effondré dans le magasin Coop et l'entier du centre commercial ainsi que plusieurs galeries marchandes ont subi d'importants dégâts d'eau, indique vendredi la police cantonale vaudoise. Une enquête a été ouverte pour identifier les causes de cet effondrement.

Dans son propre communiqué, le groupe Coop affirme que les fortes pluies ont "probablement" joué un rôle dans l'effondrement du toit. Il précise que l'écroulement a aussi entraîné une rupture des sprinklers - les gicleurs qui protègent un site en cas d'incendie -, ce qui a provoqué l'inondation du centre.

Les dommages sont en cours de réparation. Le centre est temporairement fermé.

Cet événement a mobilisé 18 hommes et 5 véhicules du SDIS Sorge, une patrouille de gendarmerie, trois patrouilles de la police ouest lausannois ainsi qu'un expert de l'Etablissement cantonal d'assurance contre l'incendie et les éléments naturels (ECA).

Continuer la lecture

Vaud

Incendie dans un chalet à St-Légier-la-Chiésaz

Publié

le

L'incendie s'est déclaré jeudi matin dans ce chalet situé à St-Légier-La-Chiésaz. (©Police vaudoise)
Le toit d'un chalet a été la proie des flammes jeudi matin à St-Légier-la-Chiésaz, sur les hauts de Vevey. Réveillés par l'incendie, les deux occupants, un couple d'octogénaires, ont pu sortir par eux-mêmes. Ils ne sont pas blessés.

Le sinistre s'est déclaré dans ce chalet situé au lieu-dit "Pré de la Chèvre", précise la police cantonale vaudoise dans un communiqué. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'incendie.

Celui-ci a nécessité l’engagement de plusieurs patrouilles de la police de l'Association sécurité Riviera, d'une patrouille de gendarmerie, des pompiers du SDIS Riviera, du SDIS Châtel-Saint-Denis et du Détachement du poste médical avancé de Lausanne.

Continuer la lecture

Vaud

Des étudiants de l'EPFL positifs au Covid-19 pendant les examens

Publié

le

Deux étudiants de l'EPFL ont été mis en quarantaine après un test positif au Covid-19. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Deux étudiants de l'EPFL ont été testés positifs au Covid-19 en pleine session d'examens. Tous deux ont été placés en quarantaine, mais pas leurs camarades qui prenaient part aux mêmes examens.

Confirmant jeudi soir à Keystone-ATS une information d'Heidi.news, le porte-parole de l'EPFL Emmanuel Barraud rappelle que les étudiants doivent arriver masqués à leurs examens et qu'ils sont assis à deux mètres de distance. Ce dispositif a justement été mis en place pour éviter plusieurs mises en quarantaine à la suite d'un cas positif, souligne le porte-parole.

Cité par Heidi.news, l'un des deux étudiants raconte qu'il a passé son examen le lundi matin 3 août et qu'il a appris l'après-midi que son test au Covid-19 était positif. Il a alors averti l'EPFL et les services du médecin cantonal vaudois. Celui-ci a toutefois jugé qu'il n'était pas nécessaire de mettre les autres étudiants en quarantaine au vu des mesures sanitaires imposées par la haute école lausannoise.

Continuer la lecture

Lausanne

Le quartier de la Cité devient zone piétonne

Publié

le

Le quartier de la Cité à Lausanne va devenir entièrement piéton.
Le quartier de la Cité à Lausanne va devenir entièrement piéton(Image d'archive - ©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)
La Ville de Lausanne continue de réduire la place dévolue aux voitures. Dernière mesure en date, la municipalité a décidé de transformer une partie du quartier de la Cité en zone piétonne.

Cette décision, qui entre en vigueur lundi, répond "à une demande citoyenne après concertation des acteurs locaux", explique jeudi la capitale vaudoise dans un communiqué. En offrant davantage d'espace aux piétons, la Ville de Lausanne dit vouloir rendre plus convivial et attractif son coeur historique.

La municipalité a déjà pris plusieurs mesures semblables ces dernières semaines à différents endroits de la ville: quais d'Ouchy et de Belgique sans voiture durant le week-end, rue Centrale réservée au marché le samedi, aménagements de bandes cyclables ou extensions de terrasses.

"Ces mesures s'inscrivent dans la politique municipale de valorisation de l'espace public «Rues vivantes» ainsi que celle visant l'accompagnement à la sortie de la crise sanitaire", poursuit le communiqué.

Concernant le quartier de la Cité, qui constitue aussi le siège des autorités cantonales, la Ville a prévu en parallèle des aménagements estivaux éphémères. Des "salons d'été" constitués de tables, chaises et bancs seront notamment installés à plusieurs endroits.

Continuer la lecture

Lausanne

Un écrin de verdure pour le stade de la Tuilière

Publié

le

Un biotope avec un bassin de rétention est visible devant le stade de la Tuilière lors d'une conférence de presse de Natacha Litzistorf, municipale de la ville de Lausanne, sur les impératifs écologiques lors de la construction du stade de la Tuilière, montrant un ensemble de mesures propices à la faune et à la flore le mercredi 12 août 2020 à Lausanne. (©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Le nouveau stade de la Tuilière à Lausanne se met au vert. La Ville a présenté les divers aménagements extérieurs - nichoirs, mares, prairies - qui bordent l'antre du Lausanne-Sport et doivent lui permettre de minimiser son impact écologique.

Alors que les travaux du stade sont presque terminés, "la nature doit pouvoir reprendre ses droits", a indiqué mercredi devant la presse Natacha Litzistorf, la municipale lausannoise en charge du logement, de l'environnement et de l'architecture.

L'élue verte a rappelé que la Ville, en tant que maître d'ouvrage, avait pris des engagements écologiques au moment d'entamer le chantier. "Ces promesses ont été tenues: le cadre naturel a été respecté et même sublimé. C'est un petit paradis pour la faune et la flore", a-t-elle affirmé.

Parmi ces différents aménagements, cinquante nichoirs ont été fixés sur les parois extérieures du stade. Ils sont destinés à abriter des martinets noirs, qui figurent sur la liste des espèces potentiellement menacées.

"Nous espérons pouvoir créer une nouvelle colonie", a relevé Joanna Fowler, architecte et cheffe de projet. Elle a précisé que le bruit et la présence humaine ne perturbaient pas le martinet, sachant que le futur stade du LS pourra accueillir jusqu'à 12'000 personnes.

Cet oiseau est, en revanche, beaucoup plus sensible au chant de ses congénères. Raison pour laquelle un enregistrement du chant du martinet noir tourne déjà en boucle sous les gradins du stade pour l'inciter à venir s'y installer.

Cohabitation

Outre le stade principal, l'ensemble du centre sportif de la Tuilière a bénéficié d'aménagements. Plusieurs petits biotopes ont été répartis autour des neuf terrains du complexe, à l'image des onze mares construites pour accueillir des batraciens. S'y ajoutent des tas de pierres pour les reptiles, des amas de branches pour les insectes et 2,7 hectares de prairies, où 400 arbres et 11'000 arbustes ont été plantés.

L'utilisation de ces espaces crée "une plus-value écologique immense" et permet à la nature de "respirer", a souligné Emmanuel Graz, architecte-paysagiste et coordinateur du projet. Il a ajouté que la Ville de Lausanne procédait déjà de la sorte depuis plusieurs années pour ses parcs. "Le maître-mot, c'est cohabitation", a-t-dit.

Zone tampon

Cet impératif a été particulièrement respecté pour le stade de la Tuilière, situé sur les hauts de la ville, à proximité de la campagne et de la zone protégée du Petit-Flon, a expliqué M. Graz.

Pour Natacha Litzistorf, ce projet constitue la preuve qu'il est possible de créer de grandes infrastructures "tout en respectant la nature." La municipale a aussi rappelé que le stade lui-même a été construit dans un souci écologique, notamment avec la pose de panneaux solaires, l'installation d'une toiture végétalisée et d'un bassin de rétention.

Après avoir pris du retard en raison du coronavirus, la construction du stade est entrée dans sa dernière phase. Le gazon synthétique a été posé et le premier match du Lausanne-Sport pourrait avoir lieu en novembre prochain.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X