Rejoignez-nous

Vaud

Une nouvelle ville sur la Riviera vaudoise

Publié

,

le

Avec la fusion entre Blonay et Saint-Légier, la Riviera vaudoise compte une nouvelle ville (photo d'illustration - KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les communes vaudoises de Blonay et Saint-Légier-La Chiésaz fusionnent. Les citoyens des deux localités ont accepté dimanche leur mariage, qui donnera naissance le 1er janvier 2022 à une ville de 12'000 habitants.

A Blonay, la fusion est passée pour seulement 54 voix: ils ont été 1478 à la soutenir, contre 1424 à la refuser. La situation a été plus claire à Saint-Légier avec 1388 "oui" et 1151 "non".

La nouvelle commune, qui s'appellera Blonay-Saint Légier, deviendra l'une des quinze villes du canton de Vaud et la quatrième de la Riviera derrière Montreux, Vevey et La Tour-de-Peilz.

La fusion permet de concrétiser une proximité qui existe déjà, les deux localités partageant par exemple les mêmes écoles. Pour les partisans de la fusion, la nouvelle ville pèsera aussi davantage à l'échelon régional et cantonal. Ils soutiennent aussi que la péréquation cantonale actuelle, plus favorable aux grandes communes, permettra d'économiser environ 1,7 million de francs par année.

De leur côté, les opposants redoutaient surtout une perte d'identité des deux villages.

Les autorités de la nouvelle commune - une Municipalité de sept membres et un Conseil communal de 80 personnes - seront élues en automne 2021. Le mandat des autorités actuelles est donc prolongé sans élection jusqu'au 1er janvier 2022.

L'idée d'une fusion remonte à une dizaine d'années et envisageait d'abord un mariage entre dix localités de la Riviera. Ce projet a été abandonné, puis repris en 2015 par les deux seules communes de Blonay et Saint-Légier. Leur convention de fusion a été rédigée à partir de l'été 2019 et acceptée en janvier 2020 par les deux Conseils communaux.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Un voleur pincé avec une arme factice

Publié

le

Un voleur a été interpellé avec une arme factice mercredi dans un grand magasin lausannois. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un individu a été interpellé mercredi peu après 15h00 à Lausanne suite à un vol à l’étalage dans un grand magasin. Lors de l'intervention, les agents de sécurité ont remarqué une arme qui dépassait du sac du malfrat. La police a été alertée. L'arme s'est révélée factice.

Rapidement intervenues, les forces de l'ordre ont interpellé l’individu et ont saisi l’arme, un objet factice. A aucun moment, la population n’a été mise en danger. L’homme a été conduit à l’Hôtel de police pour les contrôles d’usage, a communiqué la police de Lausanne mercredi.

Continuer la lecture

Lausanne

Une nouvelle école sur les hauts de Lausanne

Publié

le

Les aménagements extérieurs du collège ne sont pas encore terminés. (©VILLE DE LAUSANNE)

Le collège lausannois de Riant-Pré, dans les hauts de la ville, ouvre ses portes lundi. Il compte douze salles de classe primaire (de 1P à 6P) ainsi que des locaux dédiés aux services de santé.

Ce site flambant neuf, situé à l'entrée du quartier des Fiches Nord, est le premier collège construit à Lausanne depuis 25 ans. Ces dernières années, c'est essentiellement par le biais d'agrandissements de structures existantes que la capacité scolaire a été adaptée, explique mercredi la ville dans un communiqué.

Le site aurait dû ouvrir pour la rentrée, mais sa mise en service a été retardée en raison de la pandémie. La nouvelle école déchargera les établissements de la Sallaz et de Boissonnet. Elle a été construite en accord avec les principes de développement durable. Les aménagements extérieurs ne sont pas encore terminés.

Continuer la lecture

Vaud

Pas de mesures drastiques pour l'heure au CHUV

Publié

le

Le CHUV dispose de plans d’extension qui lui permettraient d’accueillir plus de 300 patients Covid dans l’hôpital et plus de 100 aux soins intensifs. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le CHUV à Lausanne évalue plusieurs scénarios pour un ralentissement contrôlé de ses activités, afin de pouvoir assurer en tout temps une prise en charge optimale, efficace et coordonnée des patients. À l’heure actuelle, la situation n’exige pas la prise de mesures drastiques comme l’arrêt de certaines activités.

Fort de l’expérience acquise ce printemps dans la gestion de la pandémie, le CHUV va mettre en œuvre toute une série de mesures destinées à absorber harmonieusement l’augmentation des cas de COVID-19 qui devront être pris en charge au sein de l’hôpital, écrit-il mercredi. Divers scénarios sont évalués afin de se préparer au mieux et d’éviter de devoir prendre des décisions dans l’urgence.

Pour ce faire, le CHUV dispose de plans d’extension qui lui permettraient d’accueillir plus de 300 patients Covid dans l’hôpital et plus de 100 aux soins intensifs. Il est également en train d'engager 90 infirmiers. En début de semaine, l'établissement accueillait 50 patients Covid, dont dix aux soins intensifs.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

Vevey Libre présente trois candidats

Publié

le

Le municipal Jérôme Christen du parti Vevey Libre se représente. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Vevey Libre présente trois candidats "très ancrés dans le terreau local" aux prochaines élections communales: Jérôme Christen, municipal sortant, Pascal Molliat, ingénieur spécialisé en énergies et Anne-Francine Simonin, enseignante à Vevey, brigueront un siège à l'exécutif de la ville en mars 2021.

L’objectif des trois candidats, dotés d’expériences professionnelles "variées et précieuses", est de redonner une cohérence et une assise à une Municipalité qui a vécu des moments tourmentés. Ils s’engagent à travailler "en équipe" en privilégiant toujours le bien commun aux intérêts partisans ou dogmatiques, écrit Vevey Libre mercredi dans un communiqué.

Le credo des trois candidats s’articulera principalement autour du climat et de l’environnement. Une thématique que le mouvement défend depuis sa création en 2003 et de manière encore plus marquée durant la législature en cours, souligne Vevey Libre.

Le trio promet également de s'engager en faveur d’un encadrement plus poussé des jeunes et d’un réseau local, économique et social, jugé d’autant plus indispensable face aux difficultés que traversent les habitants de la ville. Il sera soutenu par une liste d’une trentaine de candidats au Conseil communal.

Continuer la lecture

Lausanne

Terrasses: polémique sur les tentes en plastique dans l'espace public

Publié

le

La Ville de Lausanne ne veut pas de tentes en plastique sur ses terrasses. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne ne veut pas de tentes en plastique sur ses terrasses. Seuls les chalets en bois et télécabines sont autorisés pour protéger les clients du froid pendant la période hivernale. Une situation qui suscite l'incompréhension de certains cafetiers-restaurateurs.

C'est le cas de la propriétaire du P'tit Bar, Muriel Testuz, qui a dû réduire le nombre de places assises à l'intérieur de 18 à 7. Comptant sur sa tente en plastique extérieure pour pouvoir accueillir des clients en hiver, elle déplore une décision "non réaliste" et "qui l'empêche de travailler".

"La solution de la Ville consiste à mettre en place des espaces clos, onéreux et inadaptés à la plupart des établissements au temps du Covid", a-t-elle déclaré mardi à Keystone-ATS, revenant sur une information du Temps.

"C'est surréaliste", relève la tenancière qui s'interroge notamment sur l'aspect sanitaire de la mesure, alors que le coronavirus force à réduire le nombre de places dans les lieux fermés. La Municipalité devrait faire preuve de davantage d'intelligence en ces temps difficiles pour le secteur", a-t-elle estimé.

Pas une surprise

Les restaurateurs peuvent demander une extension pérenne gratuite de leur terrasse, y mettre ou non des chaufferettes à pellets, des braseros, des petits chalets, voire des télécabines, mais ils ne peuvent pas installer des tentes en plastique, répond le municipal en charge du dossier Pierre-Antoine Hildbrand. Ce n'est pas une surprise, cela leur a été précisé dans une directive qui date de 2019, ajoute-t-il.

La tente est symbolique d'une manifestation, d'un événement particulier, comme le marché de Noël. Ce sont deux concepts, deux objectifs différents, relève l'élu. Il s’agit d’éviter la présence prolongée de bâches sur l'espace public pour le bien de ce secteur et pour l'attractivité de la Ville.

Deux lettres

Cela fait longtemps que la Suisse alémanique applique ce principe, relève le directeur de la sécurité et de l'économie qui avait déjà interdit l'an dernier les parasols publicitaires et les chaises en plastique sur les terrasses lausannoises.

GastroLausanne a été informée lors de son assemblée générale, souligne M. Hildbrand. Il précise n'avoir reçu que deux lettres de protestation, alors que la Ville compte plus de 500 établissements avec terrasses.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Votre esprit d'entreprise est sollicité par votre hiérarchie… Vous pourrez donner votre pleine mesure et transmettre votre savoir...

Publicité

Les Sujets à la Une

X