Rejoignez-nous

Vaud

Le canton participera à la restauration du château d'Hauteville

Publié

,

le

Fin décembre 2018, l'université américaine sise à Malibu en Californie avait annoncé avoir acquis le monument pour près de 50 millions de francs (archives). Keystone/CHRISTIAN BRUN
Le canton de Vaud va participer à la restauration du château d'Hauteville à Saint-Légier, sur les hauts de Vevey. Pour ce faire, le Conseil d'Etat demande au Grand Conseil un crédit d'investissement de 4,24 millions de francs. Cette subvention sera octroyée à Pepperdine University, nouveau propriétaire du domaine, qui espère ouvrir son université en septembre 2022.

La participation cantonale "contribuera au financement des travaux de conservation et de restauration engagés par le propriétaire", a indiqué jeudi le gouvernement vaudois dans un communiqué. "Elle fait suite à la décision de classer ce domaine en 2019 comme monument historique et traduit la volonté de l'Etat de protéger définitivement ce patrimoine exceptionnel".

Préfinancée dans le cadre du bouclement des comptes 2019 de l'Etat de Vaud, cette subvention couvrira environ 10% du coût total des aménagements prévus par le propriétaire sur l'ensemble du domaine. Ce soutien cantonal permettra en outre la demande d'octroi d’une subvention auprès de la Confédération, précise le canton.

Plus important campus hors USA

Fin décembre 2018, l'université américaine avait annoncé avoir acquis le monument pour près de 50 millions de francs. Elle a promis d'investir plusieurs dizaines de millions de francs pour restaurer la bâtisse. "Attachée aux principes éthiques et aux questions environnementales, l'institution a lancé un projet ambitieux et exigeant de conservation-restauration du château et de son orangerie jusqu'en 2023", souligne pour sa part le canton.

Pepperdine University veut faire de Saint-Légier "son plus important campus hors des Etats-Unis", avec de 75 à 150 étudiants en HEC et droit, expliquait-elle alors. Son but est aussi d'organiser des activités culturelles ouvertes au public, avec une volonté d'intégration dans la communauté locale.

L'université, qui a son siège à Malibu en Californie, figure au 46e rang du classement des meilleures universités des Etats-Unis. Institution privée sans but lucratif, elle se dit d'obédience chrétienne, mais "sans vouloir convertir personne". Elle a des campus à Londres, Shanghaï, Buenos Aires, Florence et Heidelberg.

Un "château à la française"

Bâti entre 1763 et 1768, ce "château à la française" s’assimile au plan architectural à ceux de L'Isle, Vuillerens, Vincy, Coppet, Prangins ou Crans-près-Céligny. Il est reconnu particulièrement pour ses décors peints: le grand salon en double hauteur est orné de fresques baroques d’une richesse unique en Suisse, tandis que les façades extérieures se distinguent par leur décor presque entièrement feint, exécuté à fresque avec virtuosité.

Le château et le temple grec ont obtenu la note "1" lors du recensement architectural de la commune de Saint-Légier-La Chiésaz en 1985. L'orangerie ayant accédé au même rang lors d'une révision en 2005, ces monuments sont reconnus "d'intérêt national".

L'ancien manège et son bûcher, le rural, la maison paysanne ou encore celle du jardinier sont recensés en note "2" dite "d'intérêt régional". Depuis 2009, le château d'Hauteville figure par ailleurs dans la liste fédérale des monuments, ensembles et sites archéologiques d'importance nationale.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Renaud Capuçon et l'OCL jouent Mozart en prison à Orbe

Publié

le

L'Orchestre de chambre de Lausanne a joué mercredi après-midi à la prison de la Croisée à Orbe. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La musique de Mozart a résonné mercredi entre les murs de la prison de la Croisée à Orbe (VD). L'Orchestre de chambre de Lausanne (OCL) y a entamé une série de concerts destinée à "déconfiner" la musique classique.

A l'origine du projet, Renaud Capuçon, le nouveau chef de l'OCL, raconte avoir voulu offrir aux détenus "quelques minutes hors de leur quotidien, un peu de légèreté dans ce lourd univers carcéral."

Interrogé par Keystone-ATS, le célèbre violoniste évoque une "évasion par la musique". Une évasion perpétrée avec la complicité de Mozart, dont la symphonie concertante pour violon et alto a été jouée à deux reprises mercredi après-midi dans la salle de gym de la prison.

Deux volées d'une quarantaine de personnes, qui s'étaient préalablement inscrites, ont assisté aux concerts. Séparé des détenus par un ruban rouge, Renaud Capuçon a brièvement salué l'audience et présenté l'oeuvre, avant de laisser parler la musique devant un public attentif.

Au violon, la star française du classique a dialogué avec l'alto de son ami Gérard Caussé. Tous deux étaient entourés par l'OCL en grande formation avec une trentaine de musiciens. Renaud Capuçon tenait en effet à offrir un "vrai" concert aux prisonniers, contrairement à ce qui se voit parfois dans ce type d'événement, quand seuls quelques musiciens se déplacent.

Soigner en musique

S'il sort de l'ordinaire, un concert en prison n'a rien de farfelu pour Renaud Capuçon. "J'ai toujours considéré que la musique devait être partagée. J'aime aller vers tous les publics, même si l'organisation de telles rencontres s'avère parfois complexe", relève-t-il.

Cela fait déjà plusieurs années que le virtuose donne des concerts à un public dit "empêché", comme des sans-abris ou des personnes en fin de vie. Auprès de détenus, son expérience se limitait jusqu'ici à un seul concert dans une prison en Savoie.

Outre le partage, Renaud Capuçon vante les vertus curatives de la musique, classique en particulier. "Pour les personnes qui souffrent moralement et physiquement, les bienfaits sont indéniables", affirme-t-il.

Et d'ajouter qu'il a senti plusieurs fois "des gens fermés" s'ouvrir au son de la musique. "C'est difficile à décrire avec des mots, mais cela se ressent clairement dans l'atmosphère d'un concert", remarque-t-il.

St-Prex, Martigny, Cugy

Bien décidé à poursuivre dans cette voie, Renaud Capuçon a profité de sa nomination à la direction artistique de l'OCL, au printemps 2020, pour imaginer la série "l'OCL pour tous". Une idée née en pleine crise sanitaire avec la conviction qu'il fallait "déconfiner" la musique.

La prison d'Orbe constitue la première étape de cette série. Suivront trois autres concerts auprès de personnes en situation de handicap et de jeunes en rupture aux fondations Perceval à St-Prex (30 novembre), Gianadda à Martigny (25 janvier) et Echaud à Cugy (21 mai).

L'opération, financée par la mécène Aline Foriel-Destezet, devrait être reconduite chaque saison, du moins jusqu'au terme du mandat de Renaud Capuçon à l'OCL en 2025.

A en croire le natif de Chambéry, qui vit à Lausanne sa première expérience comme chef, les musiciens de l'OCL ont été enchantés à l'idée de cette série de concerts: "Ils ont réalisé à quel point cela pourrait nous faire du bien, à nous aussi en tant que musiciens. Car plus vous donnez, plus vous recevez."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le bureau d'impôt de la Vallée de Joux ferme ses portes

Publié

le

Les activités du bureau d'impôt de la Vallée de Joux sont déplacées à Yverdon-les-Bains (Image prétexte © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Bureau d'impôt de la Vallée de Joux ferme définitivement ses portes à la fin du mois d'octobre. Les activités du site seront déplacées vers l'Office d'impôt des districts du Jura-Nord vaudois et Broye-Vully à Yverdon-les-Bains.

L'annonce, il y a quelques mois, des départs à la retraite du responsable du bureau et de sa collègue ont entraîné une réflexion approfondie concernant l'avenir du site. Le développement des outils informatiques a conduit à une baisse constante du nombre de sollicitations au guichet, explique mercredi le canton.

Plus de la moitié des dossiers fiscaux des personnes physiques sont déjà traités en dehors de la Vallée de Joux. Dans ces conditions, il a été décidé de fermer le bureau du Sentier, qui était ouvert deux fois par semaine depuis 2013. Dès le 1er novembre, les activités de taxation et de perception sont déplacées à Yverdon-les-Bains.

Continuer la lecture

Vaud

Renens: vingt francs pour des protections hygiéniques réutilisables

Publié

le

Des protections hygiéniques gratuites sont actuellement distribuées dans certaines écoles vaudoises, dans le cadre d'un projet-pilote (Archives © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Pour lutter contre la précarité menstruelle, la ville de Renens a inséré un bon d'une valeur de vingt francs dans son journal communal Carrefour Info, distribué dès mercredi. Ce bon pourra être utilisé dans la boutique Rañute pour l'achat de produits menstruels réutilisables. Une démarche sociale et durable.

Les protections réutilisables rencontrent de plus en plus d'adeptes. Moins onéreuses sur la durée, elles permettent de réduire l'exposition des utilisatrices aux substances indésirables et de diminuer les déchets non recyclables, explique mercredi la ville.

Un budget de 15'000 francs a été alloué à cette "opération pionnière" en Suisse romande, indique un communiqué. Cette subvention sera reconduite en 2022. Le bon est à faire valoir dans la boutique menstruelle Rañute, installée à Renens depuis décembre 2020. L'entreprise propose une large gamme de produits alternatifs et écologiques, mais aussi des ateliers et des séances d'information.

Avec l'aide de la commune, un collectif a déjà installé dans l'espace public, devant le magasin, un distributeur de protections hygiéniques. Le canton, pour sa part, a mis sur pied un projet-pilote de distribution gratuite de protections hygiéniques dans plusieurs écoles, notamment le gymnase de Renens.

Continuer la lecture

Culture

Aloïse Corbaz en lumière à l'Espace Focus du MCBA

Publié

le

Une partie de l'oeuvre d'Aloïse Corbaz est présentée à l'Espace Focus du MCBA à Lausanne. (© MCBA/Aloïse Corbaz)

Figure emblématique de l'art brut, Aloïse Corbaz (1886 -1964) est à l'honneur de la nouvelle exposition à l'Espace Focus du Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) de Lausanne. Une cinquantaine de dessins de l'artiste vaudoise sont montrés à partir de vendredi et jusqu'au 23 janvier.

Intitulée "Aloïse Corbaz. La folie papivore" et gratuite, l'exposition se veut représentative de l'oeuvre de la Lausannoise: "des premiers petits dessins à la mine de plomb aux cahiers illustrés, des compositions aux crayons de couleur ou aux craies grasses aux grands rouleaux imagés de plusieurs mètres", indique le MCBA.

Parmi les dessins sélectionnés, le corps féminin et les élans amoureux sont particulièrement représentés. Aloïse Corbaz "déploie tout le potentiel héroïque et festif de la figure féminine, ouvrant la voie à la génération Flower Power, en particulier à Niki de Saint Phalle en qui on peut voir son héritière", poursuit le communiqué.

Née à Lausanne, Aloïse Corbaz a été placée à 32 ans en asile psychiatrique, où elle est restée internée jusqu'à son décès. Couturière de formation, elle a commencé à écrire et dessiner peu après son entrée à l'hôpital.

Nouvelles acquisitions

Le MCBA s'est intéressé à son parcours dès les années 1960, rassemblant plus de 300 œuvres. Une grande rétrospective avait été organisée en 2012 avec la Collection de l'Art Brut à Lausanne.

Le MCBA poursuit aujourd'hui le développement de son fonds. Il explique par exemple qu'il vient d'acquérir huit cahiers illustrés (111 compositions au total). Ceux-ci appartenaient à Jacqueline Porret-Forel, la spécialiste de l'artiste décédée en 2014.

Dans son communiqué, le musée souligne encore que cette nouvelle exposition répond à la vocation de l'Espace Focus, qui vise à montrer des oeuvres de ses collections rarement montrées. Cela concerne particulièrement les œuvres sur papier qu'il est nécessaire de préserver de la lumière.

Continuer la lecture

Vaud

Permis de construire pour rénover le château de la Tour-de-Peilz

Publié

le

En 2018, un dessin de l'artiste Saype était visible derrière le château de La Tour-de-Peilz (Srchives © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

La municipalité a levé les oppositions et accordé le permis de construire au projet de rénovation des bâtiments du château de la Tour-de-Peilz. Les opposants ont 30 jours pour recourir. Le projet est soumis en votation le 28 novembre prochain.

En septembre, le Conseil communal avait approuvé le crédit de construction de 10 millions et opté pour un référendum spontané: fin novembre, les Boélands se prononceront sur un projet qui a suscité des réticences, notamment en raison de la somme engagée et de la construction d'un restaurant sur des vestiges historiques.

En parallèle, l'enquête publique est arrivée à son terme. Elle a fait l'objet de cinq oppositions, dont l'une a été retirée. Parmi les opposants figurent Helvetia Nostra et Pro Riviera.

Lundi, la municipalité a décidé de lever ces oppositions et de délivrer le permis de construire. Elle rappelle que le projet a été soumis à l'examen des services cantonaux, qui ont tous donné leur autorisation assortie de conditions spéciales en raison de la haute valeur patrimoniale du bâtiment, indique mercredi un communiqué.

Le château, qui est le siège du Musée suisse du jeu, n'a pas subi de rénovation significative depuis plus de 30 ans. Plusieurs interventions sont prévues, notamment la création d'un accès direct depuis le lac et d'un restaurant dans les ruines du donjon primitif. Les travaux sont devisés à 10 millions de francs, dont deux millions ont déjà été engagés pour des études et des fouilles.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Journée peu favorable… Certaines configurations vous embrouillent les idées, les situations sont confuses. Mais vous saurez vous en sortir.

Les Sujets à la Une

X