Rejoignez-nous

Culture

Début du FIFAD: à vivre sur place aux Diablerets ou en ligne

Publié

,

le

Avec sa nouvelle plateforme en ligne, le FIFAD espère toucher un nouveau public, explique sa directrice opérationnelle Solveig Sautier (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Festival international du film alpin des Diablerets (FIFAD) s'est ouvert samedi. Une cinquantaine de films sont à l'affiche jusqu'au 14 août. A découvrir sur place ou depuis chez soi, grâce à une nouvelle plateforme en ligne.

La nouvelle interface numérique permet de visionner la quasi-intégralité de la programmation durant tout le festival. Les films sont mis en ligne une heure après leur projection en salle. Et ils le resteront jusqu'à la fin du FIFAD plus un jour, soit jusqu'au 15 août, explique Solveig Sautier, directrice opérationnelle.

"C'est un virage numérique que nous devions faire un jour. Sans le Covid, cela aurait pris un peu plus de temps", observe Mme Sautier.

Elargir son audience

Le festival espère ainsi consolider et élargir son audience. "Nous voulons tout d'abord fidéliser notre public. Dans la situation sanitaire actuelle, certains ne viendront pas. C'est pour eux une possibilité de voir les films quand même", explique Mme Sautier.

Les organisateurs aimeraient aussi toucher un nouveau public, peut-être plus éloigné, en Suisse alémanique, au Tessin ou en France. "Cela pourrait leur donner envie de venir l'année prochaine. De plus en plus de films sont sous-titrés, ce qui nous permet de franchir les barrières linguistiques", ajoute la responsable.

Cette année, entre 20% et 25% des films sont sous-titrés. Le FIFAD espère passer à 50% dès l'année prochaine. En plus du français, l'idéal serait de proposer les films aussi en allemand, en anglais voire en italien. "On doit procéder par étapes", note Mme Sautier.

En partie gratuit

Sur la plateforme digitale, les films coûtent trois francs, et divers forfaits sont possibles. Certaines oeuvres, accessibles gratuitement en salle, le sont aussi en vidéo à la demande (VOD). "On a la même politique tarifaire. Ce qui est gratuit au FIFAD l'est aussi en ligne", explique la directrice opérationnelle.

Depuis samedi, on peut découvrir en ligne "Le Temps d'une vie", un documentaire consacré à l'animal emblématique des Alpes, le bouquetin. Le film raconte l'histoire d'un vieux mâle dans le parc national du Grand Paradis, en Italie. Il est le résultat de sept ans de tournage, avec des images exceptionnelles, promet le FIFAD.

Sur place, aux Diablerets, le certificat Covid sera obligatoire pour assister aux projections. Il sera possible de faire un test rapide gratuit à l'entrée du festival. "Même si nous encourageons les festivaliers à le faire avant, pour éviter les files d'attente", note Mme Sautier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La cheffe du Service des affaires culturelles part à la retraite

Publié

le

Nicole Minder (au centre) avait assuré l'intérim entre le départ de Tatyana Franck et l'arrivée de Nathalie Herschdorfer à Photo Elysee (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Nicole Minder, cheffe du Service vaudois des affaires culturelles, partira à la retraite au 31 juillet 2024. Avant d'entrer à l'Etat de Vaud en 2016, elle avait travaillé comme conservatrice au Cabinet cantonal des estampes puis directrice du Château de Prangins.

Le Conseil d'Etat vaudois a "pris acte" du souhait de Nicole Minder, née en 1962, de faire valoir ses droits à la retraite. Dans un communiqué publié jeudi, il salue "son engagement et sa détermination sans faille au service de la culture".

Sous sa direction, le Service des affaires culturelles (Serac) s'est réorganisé et étoffé pour mettre en oeuvre les nouvelles lois sur la culture et le patrimoine. Elle a également accompagné la mise en oeuvre d'une politique muséale d'envergure, avec la création de Plateforme 10, le nouveau quartier des arts, rappelle le canton.

Avec l'intégration du Musée monétaire au sein du Musée d'archéologie et d'histoire et, plus récemment, le regroupement des musées de botanique, géologie et zoologie au sein du nouveau Muséum des sciences naturelles, le paysage muséal vaudois est désormais consolidé en trois pôles: art, histoire et sciences naturelles.

Durant la crise Covid, Nicole Minder et son équipe ont su faire preuve d'une "grande agilité" pour assurer leurs missions fondamentales tout en accompagnant les milieux culturels dans la mise en oeuvre des ordonnances fédérales pour indemniser les pertes. Elle a également assuré en 2022 la direction par intérim de Photo Elysée, durant les mois précédant l'ouverture du musée, rappelle le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Sophie Ballmer remporte la Bourse vaudoise des arts plastiques 2023

Publié

le

Sophie Ballmer a reçu un prix pour son film "La Maison" lors du dernier festival Visions du Réel à Nyon (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

La plasticienne et réalisatrice Sophie Ballmer est la lauréate de la Bourse arts plastiques 2023 du Canton de Vaud. Elle décroche 20'000 francs pour réaliser un nouveau projet: une vidéo intitulée "Les bagnoles" qui explorera les récits biographiques de certains membres de sa famille et de celle de son partenaire l'artiste Tarik Hayward.

Diplômée de l'ECAL, Sophie Ballmer, 45 ans, travaille à Lausanne et vit au Sentier (VD). En 2015, elle a cofondé l'espace d'art indépendant Tunnel Tunnel à Lausanne qu'elle dirige toujours aujourd'hui, explique jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Ces dernières années, son travail artistique s'est concentré sur le genre cinématographique et les récits biographiques. Le projet proposé dans le cadre de la présente Bourse s'inscrit ainsi dans la continuité de sa précédente vidéo "La maison", qui a remporté une mention spéciale le printemps dernier au festival Visions du Réel.

Le projet "Les bagnoles" a été imaginé dans un premier temps grâce à une Bourse Covid octroyée par le Canton en 2021. Cette sorte de road-movie retracera les errances de la famille de l'artiste à bord de leur véhicule et se composera d'une suite de huis clos oscillant entre gravité et comique, détaille le communiqué.

L'aventure mènera les quatre protagonistes - l'artiste, son compagnon et leurs deux enfants - à la rencontre de différents membres des deux familles du couple. Ce projet de vidéo l'a emporté en raison de "sa singularité et de son originalité", le jury y voyant les prémices "d'une création de même envergure que l'oeuvre récemment primée", ajoute le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Québec pleure la mort du chanteur des Cowboys Fringants

Publié

le

Karl Tremblay, qui luttait depuis plusieurs années contre un cancer de la prostate, est décédé à 47 ans (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Tout le Québec a pleuré mardi soir la mort de Karl Tremblay lors d'une cérémonie d'hommage empreinte d'émotions. Le chanteur du célèbre groupe québébois les Cowboys Fringants est décédé il y a deux semaines.

"Au-delà du chanteur, c'est un grand être que le Québec a perdu", confie à l'AFP Marie-Josée Poirier, une fan de 58 ans qui a attendu plusieurs heures pour être la première dans la file d'attente.

Parmi les milliers de fans présents, certains distribuent des avions en papier pour rappeler l'une des chansons du groupe, d'autres jouant les grands classiques pour réchauffer la foule par un temps glacial. "Il chante la vie, chaque chanson représente un moment qu'on a vécu", raconte Katherine Daoust, 32 ans, ajoutant que son décès est un "choc pour la culture québécoise".

Elle ne compte plus le nombre de fois qu'elle a vu en concert ce groupe "qui rassemblait plusieurs générations". Pour Alex Pelletier, quarantenaire en cravate lumineuse noire et verte autour du cou rappelant celle du chanteur, Karl Tremblay n'est rien de moins qu'une "icône".

Drapeau en berne

"Sa voix rassemblait tous les Québécois, même la France, la francophonie au complet est touchée" par son décès, dit-il. Depuis l'annonce de sa mort le 15 novembre, toute la classe politique a salué l'héritage laissé par l'artiste de 47 ans. Le Premier ministre de la province a salué mardi un "homme qui a marqué le Québec".

"C'est toute la nation québécoise qui se reconnait dans Karl et dans les Cowboys", déclare François Legault, tout vêtu de noir, devant les journalistes. Les quelque 15'000 billets gratuits pour assister à la cérémonie à Montréal se sont envolés en moins d'une demi-heure jeudi.

Le drapeau du Québec a été mis en berne devant l'Assemblée nationale mardi, et un registre de condoléances mis à la disposition du public en ligne. Karl Tremblay luttait ces dernières années contre un cancer de la prostate.

Le groupe avait dû annuler plusieurs concerts ces derniers mois après une dernière tournée à l'été 2023 qui a culminé par un ultime concert à Québec, rassemblant plus de 90'000 fans. En 27 ans de carrière, les Cowboys Fringants étaient devenus un véritable phénomène de société dans la province francophone du Canada. Le groupe se produisait aussi régulièrement en France et en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Près de deux tonnes d'ivoire d'éléphants détruites à Reims

Publié

le

Près de 2 tonnes d'ivoire seront détruites (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/SAKCHAI LALIT)

Des défenses d'éléphants, des bijoux, des statuettes réduits en cendres: 1,8 tonne d'ivoire, dont deux tiers d'objets remis par des particuliers, a été détruite mardi à Reims à l'initiative d'une ONG pour contribuer à endiguer le commerce d'ivoire fatal aux éléphants.

De la défense brute ou travaillée au jeu de mah-jong, de la sculpture phallique au bracelet, du couteau aux lunettes, ces 1800 kilos d'objets, équivalent à des défenses d'environ 180 éléphants, ont été broyés puis incinérés sous le contrôle d'un huissier.

Co-organisée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), une ONG dont le siège français est à Reims, et par l'Office français de la biodiversité (OFB), cette destruction de grande ampleur vise à endiguer le commerce de l'ivoire et à alerter "sur un trafic responsable de la mort de milliers d'éléphants chaque année", selon un communiqué commun des deux organisations.

Elle "montre symboliquement que l'ivoire n'a de valeur que pour les éléphants", a souligné le directeur d'IFAW France, David Germain-Robin.

Il ne reste aujourd'hui que 400'000 éléphants en Afrique, soit un déclin de 70% par rapport aux années 1970, principalement dû au braconnage, tandis qu'en un siècle, les populations d'éléphants ont chuté de plus de 90%, pointe le communiqué.

"Objets magnifiques"

En 2015, l'IFAW a lancée la campagne "Je donne mon ivoire" pour inciter les particuliers à remettre leurs objets afin de les faire détruire. Une initiative couronnée de succès, de nombreux particuliers cherchant à se défaire de leur ivoire "par conviction éthique ou faute de pouvoir les vendre légalement", selon Mia Crnojevic-Cherrier, chargée de campagnes au sein de l'ONG.

Encore aujourd'hui, "des milliers d'éléphants sont braconnés chaque année" pour alimenter le commerce d'ivoire, assure-t-elle.

Selon un communiqué des Douanes, qui ont fourni 400 objets pour cette opération, "il est estimé qu'environ 8% de la population des pachydermes est tuée chaque année".

En 2022, les objets en ivoire saisis en France provenaient principalement du Sénégal, du Bénin et de la République Centrafricaine, indiquent les Douanes.

La quantité des objets collectés par l'IFAW montre l'importance de "pérenniser un système sécurisé de collecte et de destruction de l'ivoire, pris en charge par l'État", insistent l'OFB et l'IFAW.

Certaines pièces détruites sont "des objets magnifiques" dont la destruction peut "susciter l'incompréhension", a relevé Loïc Obled, directeur général délégué de l'OFB. Mais "dès lors que l'ivoire n'est pas légal, nous souhaitons le soustraire du marché, pour tarir ce marché".

"Organisations criminelles"

Selon l'IFAW, les musées français sont peu demandeurs de recevoir ce type d'objets car leurs collections en regorgent déjà.

Néanmoins, l'IFAW et l'OFB les ont fait évaluer par un expert indépendant pour vérifier que le stock ne comprenait pas d'objets de "haute importance, culturelle, artistique ou historique". Aucun n'entrait dans cette catégorie.

Réalisée au lendemain de la présentation par la première ministre de la "Stratégie nationale biodiversité", cette destruction doit contribuer à la réussite "de la transition écologique, que ce soit chez nous ou dans des pays plus lointains", a ajouté M. Obled.

"Estimé à plus de 20 milliards de dollars au niveau mondial, le commerce illégal d'espèces de faune et de flore sauvages protégées fait partie des trafics les plus lucratifs" et émane très souvent d'"organisations criminelles structurées", souligne la secrétaire d'Etat chargée de la Biodiversité Sarah El Haïry, dans le communiqué.

IFAW France s'est engagé à planter un arbre au Zimbabwe par kilo d'ivoire reçu, afin de contribuer à restaurer l'habitat des éléphants.

Au mois de septembre, une migration massive et très précoce d'éléphants et de buffles du plus grand parc national du Zimbabwe vers le Botswana avait été constatée, en raison du manque d'eau et de nourriture.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X