Rejoignez-nous

Culture

Jean-Luc Godard: "encore deux films et good-bye cinéma"

Publié

,

le

Jean-Luc Godard a encore deux longs métrages à réaliser (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Jean-Luc Godard, 90 ans, a l'intention d'arrêter le cinéma une fois que ses deux prochains films seront bouclés. Il l'a annoncé lors d'une conversation en visioconférence organisée par le Festival du film du Kerala.

Cette interview a été réalisée il y a environ un mois, a expliqué jeudi à Keystone-ATS, Fabrice Aragno, proche collaborateur du cinéaste installé à Rolle (VD). Dans cet entretien, diffusé sur internet et réalisé en partie en anglais, Jean-Luc Godard déclare qu'il va arrêter sa vie de réalisateur une fois ses deux derniers projets bouclés. Après, il dira "good-bye cinema", explique-t-il.

"A 90 ans, il annonce quand même qu'il a encore deux longs métrages à faire", a relativisé M. Aragno. L'un s'intitule pour l'heure "Scenario", l'autre "Drôle de guerres". De premières scènes devaient être tournées l'été dernier, mais tout est en stand-by en raison du coronavirus, a-t-il précisé.

Jean-Luc Godard met environ quatre ans pour faire un film. En 2014, il a sorti "Adieu au langage", puis "Le Livre d'image" en 2018. "Il annonce qu'il veut achever sa vie de cinéaste avec deux nouveaux longs métrages. Mais il ne faut pas tirer trop loin des plans sur la comète", a estimé Fabrice Aragno.

Avec son esthétique filmique radicale, Jean-Luc Godard est l’un des réalisateurs qui a le plus marqué le cinéma, et ce bien au-delà des années 1960. Co-fondateur de la Nouvelle Vague, il a rompu avec les canons cinématographiques pour créer un langage filmique expérimental qui lui est propre.

Il a tourné ou participé à près de 150 films et vidéos, dont "A bout de souffle" (1959), "Pierrot le Fou" (1965) ou "Sauve qui peut (la vie)" (1980). De manière croissante ces dernières années, ses films explorent passé et présent. Ils juxtaposent documentaire, fiction et réflexions philosophiques ou artistiques.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Tir mortel sur un tournage: Alec Baldwin ne s'estime pas coupable

Publié

le

Alec Baldwin a dit collaborer avec les enquêteurs et n'avoir "rien à cacher". Il estime "hautement improbable d'être inculpé de charges criminelles" (archives). (© KEYSTONE/AP/Evan Agostini)

L'acteur Alec Baldwin a déclaré ne pas se sentir coupable ni même "responsable" de la mort d'une cinéaste sur le tournage de "Rust". Il affirme ne pas avoir actionné le revolver et qu'il ne lui appartenait pas de vérifier que l'arme qu'il manipulait était inoffensive.

"J'ai le sentiment que quelqu'un est responsable pour ce qui s'est passé et je ne peux pas dire qui c'est, mais je sais que ce n'est pas moi", dit l'acteur dans sa première interview formelle depuis le drame du 21 octobre, diffusée jeudi soir par la chaîne américaine ABC.

"Je pourrais me tuer si je pensais être responsable", lance Alec Baldwin, très ému durant cet entretien et pleurant à plusieurs reprises en évoquant le décès de la directrice de la photographie Halyna Hutchins sur le tournage de ce western à Santa Fe, dans le Nouveau-Mexique.

Alec Baldwin maintient n'avoir jamais pressé la détente du revolver avec lequel il travaillait une scène et dit n'avoir "aucune idée" de la façon dont une munition réelle a pu se trouver sur le plateau du film et "arriver jusque dans le revolver".

"Et le coup part"

Il a expliqué que Mme Hutchins lui donnait des instructions sur la façon de tenir son revolver durant cette répétition. "Je tiens l'arme à l'endroit où elle me dit de la tenir [...] Je commence à armer le chien. Je ne vais pas presser la détente. Je relâche le chien et le coup part", raconte Alec Baldwin.

L'acteur, qui est également l'un des producteurs du western à petit budget, souligne que l'arme qu'on lui a remise était censée être totalement inoffensive: "On m'a dit qu'on me remettait un revolver vide".

Répondant aux professionnels du cinéma lui reprochant de n'avoir pas lui-même vérifié l'innocuité de l'arme, il a expliqué qu'il faisait confiance aux professionnels qui l'entouraient et qu'il ne lui appartenait pas de procéder lui-même à de telles vérifications. Halyna Hutchins "et moi avions ceci en commun: nous pensions tous deux que l'arme était vide", insiste-t-il.

L'armurière, qui avait la responsabilité des armes à feu sur le tournage de "Rust", a reconnu dans une déposition aux enquêteurs qu'elle avait été négligente dans la vérification du revolver juste avant le drame.

L'enquête de police se poursuit. Aucune arrestation n'a pour l'instant eu lieu. M. Baldwin a dit collaborer avec les enquêteurs et n'avoir "rien à cacher". Il estime "hautement improbable d'être inculpé de charges criminelles".

Il est toutefois visé, en tant que producteur de "Rust", par deux plaintes au civil de techniciens travaillant sur le film et s'attend à ce que l'époux d'Halyna Hutchins en fasse autant.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

"Le monde de Banksy" transposé dans la gare de Milan

Publié

le

L'art de Banksy à Milan. (© KEYSTONE/EPA/DANIEL DAL ZENNARO)

L'imposante gare centrale de Milan se transforme en galerie d'art, le temps d'une exposition sur "Le monde de Banksy" qui reconstruit grandeur nature les fresques provocatrices de l'artiste de rue britannique qui entretient savamment le mystère sur son identité.

Alors que ses oeuvres affolent les maisons de vente aux enchères où elles battent des records, avec la célèbre "Fille au Ballon" en partie autodétruite qui a été adjugée 21,8 millions d'euros, le but de l'exposition qui s'ouvre vendredi est de rendre son art accessible à tous.

"L'idée est de faire voyager les gens sans devoir se déplacer à travers le monde pour voir les oeuvres de Banksy, d'autant qu'elles ont été en majorité détruites, recouvertes ou volées", a expliqué à l'AFP le curateur de l'exposition, Manu De Ros.

Plus de 130 fresques murales et sérigraphies sont exposées dans des halls de cette gare d'architecture mussolinienne jusqu'au 27 février, au milieu d'un décor qui reproduit fidèlement l'univers du mystérieux artiste de Bristol.

Univers reproduit

"Nous avons reproduit les murs sur lesquels Banksy a peint, des briques, du béton, la saleté des rues, la pollution", raconte Manu De Ros. Les fresques ont été réalisées par un collectif de jeunes graffeurs et étudiants.

Si l'on retrouve les grands classiques comme "Le lanceur de fleurs" mettant en scène un jeune homme masqué qui s'apprête à jeter un bouquet de fleurs en guise de cocktail Molotov et de nombreux pochoirs représentant son animal fétiche, le rat, il y a aussi des oeuvres plus récentes rarement exposées jusqu'ici.

Parmi elles, le graffiti intitulé "Atchoum!!" de la vieille dame qui éternue au point d'en perdre son dentier, réalisé au début de la pandémie de coronavirus (2020) ou une oeuvre de 2021 sur l'évadé de la prison de Reading en Angleterre, qui s'échappe avec sa machine à écrire, en allusion à l'écrivain irlandais Oscar Wilde qui y a été incarcéré dans les années 1890.

Ni autorisée ni interdite

Alors que des milliers de voyageurs transitent chaque jour par la gare de Milan à un rythme effréné, l'exposition les invite à "s'arrêter et prendre le temps de la réflexion" en se plongeant dans le monde énigmatique de Banksy, dit Manu De Ros.

"C'est un anti-conformiste qui fait passer des messages à des fins humanistes par le biais de la provocation et de l'ironie", poursuit-il.

L'exposition a-t-elle été autorisée par l'artiste? "Non, Banksy ne donne jamais son feu vert pour les expositions qu'il n'organise pas lui-même, mais il ne les interdit jamais".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Tube punk et émotion, les adieux détonants d'Angela Merkel

Publié

le

Emouvants adieux aux flambeaux pour Angela Merkel. (© KEYSTONE/APA/AFP POOL/Odd Andersen)

C'est sur un tube de l'ère communiste signé par une diva punk qu'Angela Merkel, visiblement émue, a fait ses adieux, jeudi, aux forces armées, à moins d'une semaine de son départ de la chancellerie.

L'armée lui a rendu en fin de journée un hommage au flambeau lors d'une cérémonie soigneusement codifiée et baptisée "Zapfenstreich".

Avant de clore, mercredi prochain, ses seize années de pouvoir et de passer la main à Olaf Scholz, la chancelière a assisté, comme ses prédécesseurs, à ce rituel militaire.

Les yeux brillants d'émotion, la chancelière est brièvement revenue sur ces "16 années riches en événements et souvent très éprouvantes".

"Elles m'ont demandé des efforts politiques et humains, mais elles m'ont aussi toujours comblée", a confié Mme Merkel, en présence notamment de son successeur, qui sera élu chancelier mercredi.

Nina Hagen

Comme ces prédécesseurs, Mme Merkel a eu la possibilité de commander "la bande son" de la cérémonie à la fanfare de la Bundeswehr.

Parmi ses trois choix musicaux figure un tube de 1974: "Du Hast den Farbfilm vergessen" ("Tu as oublié la pellicule couleur") de la diva punk est-allemande Nina Hagen.

Un souhait largement commenté ces derniers jours en Allemagne où Mme Merkel est plus connue pour son goût de l'opéra et sa visite annuelle au festival de Bayreuth.

Interrogée lors d'une conférence de presse jeudi sur ce choix, elle a expliqué qu'il lui rappelait ses vingt ans dans l'Allemagne de l'Est communiste.

"Cette chanson a été un moment fort de ma jeunesse (...) La chanson vient également d'Allemagne de l'Est et, par coïncidence, elle est encore jouée dans une région qui était ma circonscription électorale. Tout s'accorde donc aujourd'hui", a observé la dirigeante de 67 ans.

Angela Merkel est née dans la ville portuaire de Hambourg avant que son père, pasteur et instituteur, décide d'emmener toute la famille vivre en RDA pour prêcher l'évangile.

Dans ses récents discours d'adieu, elle a plusieurs fois rendu hommage à une culture est-allemande qui tend à disparaître de la mémoire collective depuis la Réunification.

Dans cette chanson, Nina Hagen, connue dans les années 1980 pour sa voix puissante et son allure extravagante, reproche à son amant d'avoir oublié la pellicule couleur pour les photos de vacances, à une époque datant d'avant les pixels, les smartphones et la photo numérique.

Ironie

Certains y ont vu une marque d'ironie de la chancelière après 30 ans de carrière dans un milieu politique dominé par les hommes.

"En choisissant une chanson que beaucoup beuglent à la table de la cuisine lors des anniversaires de l'oncle de la famille, la chancelière témoigne une fois de plus de la finesse de son humour", a salué le journal berlinois Tagesspiegel.

Le titre ne figurait d'ailleurs pas dans le registre de la Bundeswehr qui a dû procéder à une adaptation expresse, a confié le dirigeant de la fanfare à la presse.

Les musiciens étaient en terrain plus familier avec le reste de la sélection de la chancelière: une ballade des années 60 "Für mich soll's rote Rosen regen" (Il devrait pleuvoir des roses rouges pour moi) et un cantique religieux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Spectacle de flammes aux Bains de Lavey

Publié

le

Un spectacle sur le thème du feu est proposé jusqu'au 23 décembre aux Bains de Lavey. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un nouveau spectacle sur le thème du feu est proposé jusqu'au 23 décembre aux Bains de Lavey. Du lundi au jeudi à 20h00, trois artistes s'adonnent au bord des bassins à des chorégraphies, dans lesquelles ils jouent avec des flammes.

Le spectacle, qui dure une demi-heure, vise à créer "une ambiance magique et propre à la période des Fêtes de fin d'année", indiquent les Bains de Lavey dans leur communiqué. Il n'y a pas de ticket spécifique à l'événement, le spectacle étant inclus avec l'accès aux bains. Les réservations sont toutefois conseillées.

Pour accompagner ces "baignades féériques", les arbres qui bordent les bassins sont illuminés dès la tombée de la nuit sous forme de fresques en trois dimensions.

L'an dernier déjà, les Bains de Lavey avaient proposé un spectacle son et lumières, notamment avec des LED.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Tir mortel sur un tournage: Baldwin n'a pas pressé la détente

Publié

le

Aucune poursuite n'a été lancée pour l'instant contre Alec Baldwin malgré son tir mortel sur le tournage de "Rust" (archives). (© KEYSTONE/AP/Evan Agostini)

Alec Baldwin assure ne pas avoir pressé la détente du revolver qu'il avait en main lorsqu'une cinéaste a été mortellement blessée par balle sur le tournage de "Rust". "Jamais je ne pointerais une arme sur quelqu'un en pressant la détente. Jamais", a ajouté l'acteur.

"La détente n'a pas été pressée... Je n'ai pas pressé la détente", affirme-t-il dans un extrait rendu public mercredi de sa première interview formelle depuis le drame du 21 octobre, dont l'intégralité doit être diffusée jeudi soir par la chaîne américaine ABC.

Au cours de cet entretien, Alec Baldwin ajoute n'avoir "aucune idée" de la façon dont une munition réelle a pu se trouver sur le plateau du film, aboutissant au décès accidentel de la directrice de la photographie Halyna Hutchins. Il ne donne pas plus de détails permettant d'expliquer comment le revolver a pu se déclencher et tirer la balle mortelle.

L'acteur travaillait une scène où son personnage dégaine une arme, lorsque Halyna Hutchins a été touchée.

Pas de poursuites pour l'instant

L'arme en question était censée ne contenir que des balles factices. A la question de savoir comme une munition réelle a pu se trouver dans le barillet du revolver, Alec Baldwin répond: "Je n'en ai aucune idée. Quelqu'un a mis une balle réelle dans une arme. Une balle qui n'était même pas censée se trouver sur place."

L'enquête de police se poursuit. Si aucune arrestation n'a eu lieu, des poursuites pénales ne sont pas exclues au cas où des responsabilités seraient établies, ont souligné les services du procureur de Santa Fe, au Nouveau-Mexique, où était tourné le western.

L'armurière, qui avait la responsabilité des armes à feu sur le tournage de "Rust", a déclaré aux enquêteurs qu'elle avait été négligente dans la vérification du revolver manié par l'acteur juste avant le drame. Elle dit, elle aussi, n'avoir aucune explication quant à la présence de munitions réelles sur le tournage.

Mardi, les enquêteurs ont fait état de possibles pistes pouvant expliquer la présence de ces munitions réelles, formellement interdites sur les tournages par les règles en vigueur dans l'industrie du cinéma aux Etats-Unis.

L'un des fournisseurs des munitions employées sur le tournage de "Rust", Seth Kenney, a indiqué qu'il avait potentiellement vendu à l'équipe du film des munitions assemblées artisanalement - peut-être à partir d'éléments recyclés - dont le logo correspond à celui figurant sur la cartouche mortelle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Le cœur a ses élans et la raison n’en a que faire !!! Et puisque vous vous retrouvez face à des alternatives, qui allez-vous écouter ?

Les Sujets à la Une

X