Rejoignez-nous

Culture

Le chanteur Christophe est décédé

Publié

,

le

Le chanteur Christophe, ici lors du festival de Cannes en 2006, s'est éteint à l'âge de 74 ans (archives). (©KEYSTONE/AP/KIRSTY WIGGLESWORTH)
Il criait "Aline" pour "qu'elle revienne", aimait la vie la nuit, le jeu et les voitures rapides: Christophe, dandy décalé de la chanson française, est décédé jeudi à 74 ans des suites d'une maladie pulmonaire, selon sa famille.

"Christophe est parti (hier, jeudi, ndlr). Malgré le dévouement sans faille des équipes soignantes, ses forces l'ont abandonné. Aujourd'hui, les mots se lézardent ... et tous les longs discours sont bel et bien futiles", ont écrit dans un communiqué transmis à l'AFP Véronique Bevilacqua, épouse du chanteur, et sa fille Lucie.

Daniel Bevilacqua, de son vrai nom, avait été hospitalisé et admis en réanimation le 26 mars dans un hôpital parisien en raison d'une "insuffisance respiratoire", selon son producteur de spectacle, Laurent Castanié. Le 10 avril, Véronique Bevilacqua indiquait à l'AFP qu'il était "hospitalisé en réanimation à Brest (...) intubé sous sédation profonde".

Mme Bevilacqua n'a jamais fait mention de la maladie Covid-19 dans ses communiqués, et, interrogée au téléphone par l'AFP dans la nuit de jeudi à vendredi, elle a souligné qu'il était décédé "des suites d'un emphysème", une maladie pulmonaire.

"Plus que jamais les mots bleus"

Christophe avait connu le succès dès "Aline", tube instantané en 1965. Il n'avait cessé ensuite de promener sa silhouette de dandy décalé dans la chanson française. En décembre 2019, l'artiste résumait ainsi sa carrière: "Je connais mes hauts et mes bas, j'ai eu des beaux bas".

L'annonce de sa mort a bouleversé le monde du spectacle. Jean-Michel Jarre, qui avait écrit les textes de deux des ses albums majeurs - et leurs morceaux phares - "Les Paradis Perdus", 1973 et "Les Mots bleus", 1974, a déclaré à l'AFP qu'il avait "perdu un membre" de sa "tribu".

"C'était plus qu'un chanteur, c'était un couturier de la chanson", développe Jean-Michel Jarre, pour qui les circonstances de ce deuil sont très douloureuses: "On ne peut pas lui dire au revoir à cause de ce putain de virus".

"Avec la disparition de Christophe, la chanson française perd une part de son âme, mais le bleu doux-amer de ses chansons est indélébile", a twitté le ministre de la Culture, Franck Riester.

"Le dernier des Bevilacqua est parti rejoindre les paradis perdus. Merci pour ce bout de chemin inoubliable", a écrit sur Facebook Pascal Nègre, ex-PDG d'Universal Music France, en référence à deux chansons de Christophe.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Eugène Burnand en exposition à Aigle

Publié

le

Ses scènes rurales lui permettent d'humaniser et de glorifier ses paysages. (©MUSEE EUGENE BURNAD/VILLE DE MOUDON)

L'Espace Graffenried à Aigle (VD) consacre une exposition au peintre vaudois Eugène Burnand (1850-1921). "A travers champs" propose de découvrir les différentes techniques et sujets de prédilection de l'artiste. L'exposition est à voir jusqu'au 7 mars 2021.

L'artiste à la renommée nationale et internationale a passé son enfance dans le Jorat. Il débute sa carrière à Paris dans les années 1870 puis se spécialise dans la peinture de paysage et l'art animalier, rencontrant un vif succès.

Le peintre et dessinateur réalise de grands formats, traditionnellement réservés à la peinture d'histoire. Il a une prédilection pour les scènes religieuses. Et pratique le portrait, un moyen de s'intéresser à la diversité de l'espèce humaine, qui le fascine.

L'exposition, qui revient sur les différentes facettes de son oeuvre, est le fruit d'une collaboration avec le Musée Eugène Burnand à Moudon. L'Espace Graffenried a été inauguré en 2018 dans l'ancienne Maison de ville d'Aigle, datant du 16e siècle. Il possède 167 m2 de surface d'exposition, sur deux étages. L'accès est libre.

Continuer la lecture

Culture

Opéra de Lausanne: un retour masqué après six mois de fermeture

Publié

le

L'Opéra de Lausanne est prêt à rouvrir ses portes, dans le respect des normes sanitaires. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

L'Opéra de Lausanne rouvre ses portes le 23 septembre après six mois de fermeture. Il redémarre en douceur, proposant onze représentations d'ici la mi-octobre. Le tout selon un protocole sanitaire strict.

"On commence piano piano", résume jeudi le directeur Eric Vigié. La salle accueillera jusqu'à 600 personnes, soit 60% de sa capacité. "On préfère être prudents et observer comment la situation évolue. C'est un bon début. Il faut aussi voir si le public vient. On a prévu des modules de pas plus d'01h30", ajoute le directeur.

La première grosse production de la saison, "Eugène Onéguine" de Tchaïkovski, avec 40 choristes et 55 musiciens, a été annulée. A la place, l'Opéra fait une série de propositions plus réduites.

Le 23 septembre, Marina Viotti interprétera un florilège de chansons jazz et d'airs d'opéra. Le lendemain, la pianiste Maria João Pires jouera avec l'OSR. Avant un récital "russe" le 27 septembre avec deux artistes lyriques qui auraient dû chanter dans Eugène Onéguine. Enfin, la troupe Béjart Ballet dansera du 2 au 11 octobre.

Masques et caméra thermique

L'Opéra a élaboré un plan sanitaire. Les masques seront obligatoires dès l'entrée dans le théâtre et il n'y aura pas d'entracte. Les portes seront ouvertes et bloquées. Le public sera invité à conserver son manteau pour éviter les files d'attente aux vestiaires.

La traçabilité est assurée, puisque l'institution recueille depuis des années déjà les numéros de téléphone ou de messagerie de ses spectateurs, en cas d'annulation d'un spectacle. Comme dans les aéroports, une caméra thermique sera installée dans l'entrée.

Depuis des années, un médecin de garde est présent au premier rang, avec un défibrillateur. "Il verra discrètement sur son écran si une personne présente de la fièvre", explique M. Vigié. Il pourra alors intervenir. "C'est une sécurité supplémentaire. On met tous les atouts de notre côté pour que le public se sente rassuré".

Période d'expérimentation

"La situation est évolutive. On est dans une période d'expérimentation, de mise au point. On a mis les spectacles à la vente récemment. Cela commence tranquillement. Je pense qu'on devrait remplir petit à petit. C'est un premier pas", dit-il.

Le deuxième pas devrait être la reprise de la saison 2020/2021, début novembre, avec une création pour enfants tirée du "Petit Chaperon rouge". Puis l'opérette "L'Auberge du cheval blanc" de Ralph Benatzky, en fin d'année. "On verra si on peut accueillir un peu plus de public, 700-800 personnes", confie M. Vigié.

Les répétitions devraient démarrer vers le 20 novembre, avec force tests de dépistage à la clé. Un chanteur contaminé pourrait entraîner la mise en quarantaine de la troupe, et de fait l'annulation du spectacle. Avec des pertes à la clé, car "il n'y a pas d'assurance possible", ajoute le directeur.

La prochaine grosse production de la saison est "Norma" de Vincente Bellini, prévue en juin 2021. "On verra ce qui se passe d'ici là", conclut Eric Vigié.

Continuer la lecture

Culture

L'art et le cinéma à l'honneur à l'Hermitage

Publié

le

La Fondation de l'Hermitage rouvre ses portes vendredi avec l'exposition "Arts et cinéma". (©Fondation de l'Hermitage)

La Fondation de l'Hermitage à Lausanne rouvre ses portes vendredi en explorant la modernité artistique. Jusqu'au 3 janvier, elle s'intéresse aux liens entre les beaux-arts et l'une des grandes révolutions visuelles du 20e siècle, le cinéma.

Adaptant un projet montré au CaixaForum de Madrid et de Barcelone (2017) et au musée des Beaux-Arts de Rouen (18 octobre 2019 – 10 février 2020), l’exposition illustre les échanges et les influences réciproques entre cinéastes et plasticiens. Elle traverse l'époque des premiers films de la fin du 19e siècle jusqu'à la Nouvelle Vague.

Mettant l'accent sur les arts plastiques, l’étape lausannoise fait dialoguer des extraits, des affiches et des maquettes de films avec des sculptures, des dessins, des photographies et des peintures de premier plan.

Mise en regard inédite

Les créations des frères Lumière, de Fernand Léger, Fritz Lang, Charlie Chaplin, Pablo Picasso, Luis Buñuel, Nicolas de Staël et Jean-Luc Godard – pour ne citer que les plus célèbres – se font ainsi écho, dans une mise en regard inédite.

Construite sur une idée originale de Dominique Païni, l’exposition s’articule de manière chronologique autour de thématiques éclairant le dialogue entre arts et cinéma: Avant le cinéma, Les frères Lumière et l’impressionnisme, Charlot et le cubisme, Rythmes formels, Expressionnisme allemand, Expressionnisme russe, Surréalisme, Filmer l’art, Vagues modernes, ainsi que Le cinéma politique et militant.

Rétrospective

L'exposition a été réalisée en collaboration avec La Cinémathèque française et la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie. Elle sera suivie de "chefs-d'œuvre de la collection Bemberg" du 22 janvier au 30 mai 2021. Puis, en première Suisse romande, d'une importante rétrospective consacrée au peintre lucernois Hans Emmenegger (1866-1940) du 25 juin au 31 octobre 2021.

Le port du masque est vivement recommandé dès douze ans; il est obligatoire lors des activités de groupe.

RHT et subvention

La Fondation de l’Hermitage avait fermé ses portes le 14 mars dernier, suite aux mesures prises par les autorités pour limiter la propagation du Covid-19. L'institution muséale privée a bénéficié des RHT et d'une subvention suite à la fermeture de l’exposition "Le Canada et l’impressionnisme", prévue à l'origine jusqu'au 24 mai, son équilibre financier reposant principalement sur les recettes de billetterie et la recherche de fonds auprès de partenaires privés.

 

Continuer la lecture

Culture

Le Lavaux Classic contraint d'annuler ses concerts

Publié

le

Le Festival Lavaux Classic à Cully (VD) a été contraint de revoir une nouvelle fois son programme. Les concerts de sa 17e édition prévue du 10 au 13 septembre sont annulés. Seul le concours est maintenu.

Avec une programmation faisant la part belle aux artistes internationaux en provenance de capitales européennes telles que Londres ou Paris, les organisateurs de Lavaux Classic craignent pour la venue des interprètes. Ils voient contraints de renoncer à réunir musiciens et public, écrivent-ils mercredi dans un communiqué.

"A moins d’une semaine de l’installation des infrastructures, nous ne pouvons malheureusement pas continuer à attendre les modalités sur les quarantaines aux frontières et parier sur d’éventuelles dérogations pour les artistes", regrette Floriane Cottet, directrice artistique.

Le festival concentrera sa 17e édition sur le Concours Lavaux Classic. Il est organisé en collaboration avec l'association des étudiants de la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) les 12 et 13 septembre dans la Salle Davel de Cully.

Les concerts de la 17e édition avaient dans un premier temps été reportés de juin à septembre.

Continuer la lecture

Culture

Far° à Nyon: une édition aventureuse très positive

Publié

le

Le public a répondu positivement à la nouvelle formule du far°, qui s'est transformé pendant dix jours en fabrique des arts vivants à Nyon (archives). (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En 2020, le far° s’est réinventé en fabrique des arts vivants. Cette 36e édition aventureuse a été extrêmement positive, selon les organisateurs. Le premier volet de "Communs singuliers" a présenté des pratiques artistiques "déspectacularisées" qui ont surpris en s’invitant à domicile, en pleine nature et dans l’espace public.

Depuis le 13 août et pendant dix jours, les propositions artistiques ont mis en évidence la possibilité de réaliser des oeuvres intégrant le public. Ce dernier "a répondu présent à ces expériences différentes, d'un autre ordre", s'est réjouie Véronique Ferrero-Delacoste, directrice de la manifestation.

"Communs singuliers", une proposition débutée au printemps 2020 et qui courra jusqu’en été 2021, a ainsi fait la part belle à des oeuvres in situ. Elles ont renforcé la volonté du far° d’ancrer les pratiques artistiques dans le territoire en imaginant de nouvelles façons d’être ensemble.

Climat

Les Nyonnais ont notamment été invités à enregistrer leurs chansons d’amour dans un camping-car aménagé en studio d’enregistrement. Les morceaux ont été ensuite diffusés lors d’émissions de radio spécialement créées pour la manifestation.

Le projet Common Dreams: Moving Away Together a imaginé une école nomade et alternative pour penser et enseigner le monde de demain. À cette occasion, plusieurs spécialistes de divers domaines ont échangé avec le public sur des sujets liés à l’urgence climatique.

Structure culturelle plus humble

Parmi les autres propositions, Déjeuner dans l’herbe. Cette oeuvre participative au long cours autour de la bioactivité et la biodiversité des sols urbains a pris place dans les jardins d’une petite rue nyonnaise.

Ce premier bilan de la fabrique des arts vivants prouve qu’une transition est possible. D’autres modèles sont imaginables pour une structure culturelle plus écologique, plus humble et plus locale.

Alors que les propositions artistiques présentées étaient moins nombreuses que d’habitude, chacun a eu la possibilité d’intensifier la réception des oeuvres par le public. Les prochains volets de la série Communs singuliers auront lieu au mois de novembre à Nyon et à La Chaux-de-Fonds puis en décembre dans une commune de la région.

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Vénus est actuellement en ballade chez vous… L’entente est parfaite entre les amants que des marques de tendresse rapprocheront.

Publicité

Les Sujets à la Une

X