Rejoignez-nous

International

Assaut du Capitole: place aux avocats de Trump

Publié

,

le

Au 3e jour de délibération sur l'impeachment de Donald Trump, jeudi au Sénat américain. (© KEYSTONE/AP)

Une "tragédie" sans "aucun lien" avec Donald Trump: la défense prend la parole vendredi au Sénat, en espérant un acquittement rapide de l'ex-président américain accusé d'"incitation à l'insurrection" dans l'assaut du Capitole.

Le président Joe Biden, qui a passé plus de 35 ans sur les bancs de la Chambre haute du Congrès, s'est dit "impatient" de voir ce que ses "amis" républicains feraient lors du vote qui pourrait intervenir ce week-end, espérant qu'ils prendraient "leurs responsabilités".

A partir de midi (18h00 suisse), les avocats du 45e président des Etats-Unis tenteront de démonter l'argumentaire des procureurs démocrates. Pendant deux jours, ces derniers sont revenus sur l'attaque sanglante du 6 janvier dans un exposé implacable, truffé de vidéos choc.

"Le président (Donald Trump, ndlr) est très optimiste", a affirmé jeudi sur Fox News l'un de ses avocats, David Schoen, en promettant un court exposé, de moins de quatre heures, devant les cent sénateurs, juges, jurés et témoins de ce procès historique.

"Comme je le disais depuis le début de ce truc, ce procès n'aurait jamais dû arriver et s'il devait se produire, il devrait être aussi court que possible, compte tenu de l'absence totale de preuves", a-il asséné.

Le ton est donné

Non seulement la défense rejette en bloc toute responsabilité de son client dans l'assaut donné par des centaines de ses partisans à la fin de son grand discours, le 6 janvier. Mais elle estime en outre que la procédure en destitution dans son ensemble n'est pas conforme à la Constitution, puisqu'il n'est plus président.

L'émotion provoquée jusque dans les rangs des républicains par les dures images de l'assaut? "C'est ce qui arrive quand on fait appel à un studio de cinéma", a rétorqué David Schoen. "Ils n'ont absolument pas relié Donald Trump à tout ça."

"Récidive"

Pour les procureurs démocrates, au contraire, le milliardaire républicain "savait à quel point la situation était explosive" lorsqu'il alimentait la colère de ses partisans, en criant, sans apporter de preuves, aux "fraudes massives" pendant des mois, avant et après l'élection présidentielle contre Joe Biden.

"Il a allumé la mèche et l'a lancée directement vers cette enceinte, vers nous", a dénoncé l'un des procureurs démocrates, Joe Neguse. Au moment où le Congrès certifiait la victoire de son rival Biden, Donald Trump a appelé ses partisans à marcher sur le Capitole. "Battez-vous comme des diables", leur a-t-il lancé.

L'attaque sanglante fut "l'apogée des actions du président, pas une anomalie", a renchéri Jamie Raskin, qui dirige l'équipe d'élus de la Chambre des représentants chargée de porter l'accusation. "Qui, dans cette chambre, peut croire qu'il arrêtera d'inciter à la violence pour parvenir à ses fins, s'il est autorisé à revenir dans le Bureau ovale?", a-t-il insisté.

C'est en brandissant cette crainte d'une récidive que les procureurs ont appelé les sénateurs à condamner Donald Trump, car ce verdict serait immédiatement suivi d'un vote pour le rendre inéligible.

Des policiers hurlant de douleur, des élus terrifiés, des assaillants menaçants: mêlant des extraits de caméra de surveillance, parfois inédits, aux vidéos mises en ligne par les émeutiers, l'accusation a rappelé aux sénateurs qu'ils avaient eux-mêmes échappé de peu "au pire".

Et que les séquelles restaient visibles au Capitole, toujours sous haute sécurité, gardé par des militaires de la Garde nationale. Du jamais vu.

Joe Biden, resté en retrait depuis le début du procès, a dit vendredi qu'il n'évoquerait pas le dossier avec des sénateurs. La veille, il avait espéré que l'exposé des procureurs ait fait bouger les lignes et convaincu certains élus républicains.

Verdict rapide attendu

L'ancien magnat de l'immobilier reste toutefois très populaire dans son parti et il est très peu probable que 17 sénateurs républicains acceptent de voter avec les 50 sénateurs démocrates pour former la majorité qualifiée nécessaire à sa condamnation.

Installé en Floride, il a refusé de témoigner. Mais sa voix n'a cessé de retentir dans l'hémicycle de la Chambre haute du Congrès, où ses accusateurs ont projeté de nombreux extraits de ses discours, et reproduit ses tweets incendiaires.

Après l'échec de ses plaintes en justice et de ses multiples pressions sur les agents électoraux des Etats-clés, "le président Trump s'est retrouvé à court d'options non violentes pour se maintenir au pouvoir", a estimé l'élu Ted Lieu.

Quand ils se sont lancés à l'assaut du Capitole, "ils pensaient suivre les ordres de leur commandant en chef", a souligné l'élue Diana DeGette, en citant les propos tenus devant la justice par les dizaines de personnes inculpées.

Après les arguments de la défense, ce sera au tour des sénateurs de poser par écrit leurs questions aux deux parties. Le rythme du procès s'est accéléré, au point que David Schoen avançait jeudi qu'un verdict pourrait être rendu avant lundi.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le suspect de la tuerie du 4-Juillet inculpé de sept meurtres

Publié

le

Les Etats-Unis sont sous le choc d'une série de fusillades. (© KEYSTONE/AP/Ashlee Rezin)

Le jeune homme de 21 ans accusé d'avoir ouvert le feu lors des célébrations de la fête nationale américaine à Highland Park, près de Chicago, a été inculpé de sept meurtres. Il pourrait passer le reste de sa vie en prison, ont annoncé les autorités mardi.

Robert Crimo, 21 ans, pourrait avoir à répondre de "dizaines d'autres chefs d'inculpation centrés sur chacune des victimes", qui seront détaillés plus tard, a déclaré le procureur général du comté de Lake, Eric Rinehart.

S'il est reconnu coupable, il pourrait être condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, a-t-il précisé. Il avait préparé son attaque "pendant des semaines", avait affirmé plus tôt mardi la police de cette petite ville.

Le jeune homme a utilisé un "fusil puissant similaire à un AR-15" pour tirer vraisemblablement au hasard sur la foule qui assistait au défilé du 4-Juillet du haut du toit d'un commerce, avait affirmé Christopher Covelli, un responsable de la police.

Déguisé en femme

Robert Crimo s'était "habillé en femme" pour cacher son identité et pourrait avoir porté une perruque de cheveux longs pour cacher ses tatouages au visage, avait-il poursuivi, ajoutant qu'il avait ensuite abandonné son arme et s'était fondu dans la masse des gens qui fuyaient.

L'homme, surnommé Bobby, a tiré plus de 70 fois, faisant sept morts et au moins 35 blessés selon un bilan de la police. Mardi, la rue principale de cette banlieue cossue de Chicago était toujours bloquée par la police et restait figée dans les premiers instants de la fusillade.

Une poussette, un tricycle, des chaises pliantes: la quantité d'objets laissés pêle-mêle à l'abandon autour du lieu du drame témoignait du chaos généré par les coups de feu lundi.

Le Dr David Baum, un médecin qui a participé aux opérations de secours sur les lieux, a témoigné sur CNN de l'horreur de l'attaque, évoquant des victimes "explosées" ou "éviscérées" par les balles.

Couteaux saisis

Originaire de Highwood, une petite ville voisine, le tireur a été identifié grâce aux vidéos de surveillance et au traçage de l'arme qu'il avait achetée légalement, a indiqué M. Covelli.

Selon le policier, le jeune homme avait fait une tentative de suicide en avril 2019 et avait été suivi par un médecin. En septembre 2019, des agents étaient intervenus au domicile familial après un signalement prévenant qu'il "allait tuer tout le monde".

La police avait alors saisi 16 couteaux, une dague et une épée. Il n'avait pas été arrêté car personne n'avait porté plainte, a souligné M. Cavelli.

Une vidéo postée il y a huit mois montre un jeune homme dans une chambre à coucher et une salle de classe avec des affiches d'un tireur et des personnes se faisant tirer dessus. "J'ai besoin de tout simplement le faire", dit le commentaire. "C'est mon destin. Tout m'a mené à cela. Rien ne peut m'arrêter, pas même moi-même."

Des images archivées sur le compte Twitter du suspect le montrent notamment avec un drapeau de soutien à l'ex-président républicain Donald Trump sur le dos.

La maire de Highland Park, Nancy Rotering, a indiqué sur NBC qu'elle avait connu le jeune homme quand il était enfant, chez les scouts.

"Tristesse"

"Et on se demande: qu'est-ce qui s'est passé? Comment quelqu'un peut-il devenir si furieux, si haineux, pour s'en prendre à des gens innocents qui passaient juste une journée dehors en famille?", a-t-elle dit. L'édile a évoqué "la tristesse et le choc incroyables" qui a frappé la ville.

Le pays est encore sous le choc d'une série de fusillades dont l'une, perpétrée par un jeune homme de 18 ans dans une école primaire d'Uvalde au Texas, a fait 21 morts dont 19 enfants le 24 mai.

Le président Joe Biden a ordonné mardi la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments publics. Il a récemment obtenu un relatif succès politique en faisant voter au Congrès une loi visant à mieux réguler la vente d'armes, dont près de 400 millions sont en circulation aux Etats-Unis.

Selon le site Gun Violence Archive, qui inclut les suicides dans ses données, plus de 22'400 personnes ont été tuées par arme à feu depuis le début de l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

ARN messager: CureVac porte plainte contre son rival BioNTech

Publié

le

Le vaccin initial développé par Pfizer et BioNTech avait été le premier autorisé dans les pays occidentaux, en décembre 2020 (archives). (© KEYSTONE/AP/LM OTERO)

Le laboratoire biotechnologique allemand CureVac a porté plainte contre son rival BioNTech, concepteur avec Pfizer d'un des principaux vaccins anti-Covid. Il invoque une atteinte à la propriété intellectuelle au sujet de la technologie novatrice de l'ARN messager.

"Le travail de BioNTech est original et nous le défendrons vigoureusement contre toute allégation de violation de brevet", a réagi BioNTech dans un communiqué.

CureVac dit avoir déposé plainte auprès du tribunal régional de Düsseldorf "contre BioNTech SE et deux de ses filiales, demandant une indemnisation équitable pour la violation d'un certain nombre de ses droits de propriété intellectuelle", selon un communiqué de l'entreprise.

La start-up de biotechnologie, reconnue pour ses recherches de médicaments basés sur l'acide ribonucléique messager (ARNm), veut "faire valoir ses droits de propriété intellectuelle issus de plus de deux décennies de travail de pionnier dans la technologie ARNm, qui ont contribué au développement des vaccins anti-Covid", poursuit l'entreprise.

Ne pas entraver la production

En pleine nouvelle vague d'infections dans de nombreux pays européens, CureVac assure "ne pas chercher à obtenir d'injonction et n'a pas l'intention d'entreprendre des actions en justice qui pourraient entraver la production, la vente ou la distribution" de vaccins par BioNTech et son partenaire américain.

Mais l'entreprise estime que ses "22 années" de travail sur la technologie de l'ARN, qui ont permis "le développement rapide" de vaccins contre le nouveau coronavirus, méritent une "rémunération équitable", que le laboratoire ne chiffre pas.

Cette rémunération permettrait de "pouvoir investir dans le développement de la technologie ARN et de nouvelles classes de médicaments pouvant sauver des vies", assure CureVac.

BioNTech dément

BioNTech "apprécie et respecte les droits de propriété intellectuelle valides", a réagi le laboratoire.

Démentant toute violation de la propriété intellectuelle, BioNTech s'est dit "conscient qu'il n'était pas rare que d'autres sociétés de l'industrie pharmaceutique, ayant été témoins du succès de Comirnaty (le vaccin anti-Covid), suggèrent maintenant que le vaccin viole éventuellement leurs droits de propriété intellectuelle", fait valoir BioNTech.

En 2020, BioNTech a été "en mesure de créer rapidement et avec succès le premier vaccin COVID-19 approuvé au monde, ce qui a constitué un accomplissement remarquable de nos cofondateurs et de leurs équipes", rappelle le laboratoire basé à Mayence.

Ce vaccin a permis, selon BioNTech, de vacciner plus d'un milliard de personnes dans le monde, d'éviter "des millions de cas graves", faisant de ce vaccin "l'un des lancements de médicaments les plus réussis de l'histoire de la médecine".

Le vaccin initial développé par Pfizer et BioNTech avait été le premier autorisé dans les pays occidentaux, en décembre 2020 et a généré des milliards d'euros de revenus pour les deux entreprises.

CureVac, fondé en 2000 par le chercheur Ingmar Hoerr, un pionnier dans la recherche sur l'ARN messager, avait été parmi les premiers à se lancer dans la course au vaccin.

Mais le rival de BioNTech avait dû annoncer en octobre 2021 l'abandon du développement de son candidat-vaccin contre le Covid-19, initialement porteur d'espoir, mais dont l'efficacité s'est révélée décevante.

L'entreprise avait alors indiqué "se focaliser sur le développement d'un vaccin de deuxième génération contre le Covid-19" sur lequel il travaille avec le Britannique GSK.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Des milliers rendent hommage aux victimes de la fusillade

Publié

le

Des milliers de personnes ont rendu hommage mardi à Copenhague aux victimes d'une fusillade ce week-end. (© KEYSTONE/EPA/Emil Helms)

Des milliers de personnes ont rendu hommage mardi à Copenhague aux victimes d'une fusillade ce week-end dans un centre commercial de la capitale danoise qui a fait trois morts, dont deux adolescents, et 27 blessés.

"Trois vies nous ont été enlevées. Celles d'un homme et de deux jeunes gens. Plusieurs personnes ont été blessées, l'attaque a fait de nombreuses victimes", a déclaré la Première ministre Mette Frederiksen, qui s'adressait à la foule massée devant ce complexe commercial situé entre le centre de Copenhague et son aéroport.

"Cruel, injuste et insensé. Ce soir, nous pleurons tous", a ajouté Mme Frederiksen, appelant à l'unité face à la tragédie.

L'attaque, survenue dimanche en fin d'après-midi, a suscité une vive émotion au Danemark, au sortir d'un week-end estival marqué par le passage inédit du Tour de France et le grand retour du festival de rock géant de Roskilde, après des annulations dues à la pandémie de Covid-19.

"Et si cela avait été mon enfant ?"

"Ce n'est pas difficile à imaginer : 'Et si cela avait été mon enfant ?' Je suis la mère de deux adolescents", s'est exclamée Sophie Andersen, la maire de Copenhague, dans une allocution suivie d'une minute de silence. "Les enfants et les jeunes gens ne devraient pas mourir. Ils devraient être immortels", a ajouté Mme Andersen.

Le prince héritier du Danemark, Frederik, était également présent à la cérémonie, durant laquelle les discours ont été entrecoupés de prestations musicales. La foule comptait de nombreux jeunes et familles, dont certains étaient en pleurs.

"Je suis assez ambivalent. Bien sûr, c'est agréable de voir tous ces gens qui sont ici pour soutenir les personnes qui ont été blessées par cet acte, mais j'ai aussi un peu peur", a commenté Oliver Stoltz, qui travaille dans un magasin d'articles de sport à l'intérieur du centre commercial.

Cet homme de 24 ans a assisté au début de la fusillade, entendant les premiers coups de feu retentir.

"C'était un endroit où je pouvais aller travailler, être heureux et passer un bon moment. Maintenant, je redoute même de venir ici, dans cette partie de la ville", dit-il.

Car si la capitale danoise n'a pas échappé ces dernières années aux attentats, notamment jihadistes, un carnage dans un centre commercial a été un choc pour beaucoup. "Ca n'arrive pas au Danemark ce genre de choses, ça se passe aux Etats-Unis", a ainsi réagi Susanne Bulöw, une riveraine de 65 ans.

Le Tour de France, de retour sur le territoire français, a quant à lui rendu hommage aux victimes par une minute d'applaudissements avant le départ de la quatrième étape.

Une enfance difficile

L'auteur présumé de l'attaque, un Danois de 22 ans qui a, selon les autorités, des antécédents psychiatriques, a été placé en détention provisoire pour meurtres lundi.

En raison des interrogations sur son état mental, le juge a décidé qu'il serait détenu dans une unité psychiatrique.

Selon la radiotélévision nationale DR, citant plusieurs sources anonymes, il a essayé de joindre une ligne d'aide psychologique peu avant les faits, ce que les autorités n'ont pas voulu confirmer.

La police a prévenu mardi ne pas avoir de nouvelles informations à communiquer sur l'enquête.

Selon un ancien voisin interrogé par le quotidien Berlingske sous couvert d'anonymat, le suspect est une personne perturbée depuis l'enfance. "Il a fréquenté une école de quartier, mais a dû arrêter parce qu'il ne pouvait pas faire face à de nombreuses personnes réunies en un seul endroit", a-t-il ajouté.

Le mobile de la fusillade reste flou, mais la police a dit ne pas avoir d'éléments laissant penser à "un acte terroriste" ou ayant eu des cibles spécifiques. Sa principale hypothèse est que les victimes ont été choisies "au hasard".

L'assaillant est poursuivi pour trois meurtres, celui d'un Russe de 46 ans habitant au Danemark, d'une adolescente de 17 ans et d'un garçon du même âge, tous les deux danois. L'un d'entre eux travaillait dans le cinéma du centre commercial, a annoncé son employeur.

Le suspect est également poursuivi pour sept tentatives de meurtre.

Quatre des personnes atteintes par les tirs ont été grièvement blessées mais sont dans un état stable. Selon les autorités, il s'agit de deux Danoises de 19 et 40 ans, d'un Suédois de 50 ans et d'une Suédoise de 19 ans.

Trois autres personnes ont été légèrement blessées : deux Danoises de 15 et 17 ans et un Afghan de 45 ans vivant au Danemark.

Fermé depuis l'attaque, le centre commercial Fields devrait rouvrir le 11 juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Ons Jabeur au rendez-vous des demi-finales

Publié

le

Ons Jabeur en demi-finale (© KEYSTONE/AP/Alastair Grant)

Ons Jabeur (WTA 2) s'est qualifiée pour les demi-finales de Wimbledon. La Tunisienne a dominé Marie Bouzkova (WTA 66) 3-6 6-1 6-1.

Quart de finaliste l'an dernier, Jabeur a mis du temps à se mettre dans le bain. Elle a perdu deux fois son service durant le premier set. Ce fut plus simple par la suite avec trois breaks réussis au cours du deuxième set.

La Tunisienne aurait pu conclure plus rapidement, mais elle a tout de même laissé filer un jeu sur son service. La partie a été bouclée en 1h49.

Jabeur affrontera pour une place en finale la surprenante Allemande Tatjana Maria qui a battu sa compatriote Julie Niemeier. Il est évident que la no 2 mondiale partira avec les faveurs du pronostic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Norrie défiera Djokovic

Publié

le

Cameron Norrie exulte (© KEYSTONE/AP/Kirsty Wigglesworth)

Cameron Norrie (ATP 12) aura le privilège de défier Novak Djokovic en demi-finale à Wimbledon. Le Britannique a battu David Goffin (ATP 58) 3-6 7-5 2-6 6-3 7-5.

A 26 ans, Norrie s'est qualifié pour sa première demie en Grand Chelem. Il est le premier Britannique à entrer dans le dernier carré du Majeur londonien depuis Andy Murray en 2016, lorsqu'il avait remporté le tournoi pour la deuxième fois.

Mené deux sets à un, Norrie n'a jamais paniqué. Lors de la quatrième manche, il a volé le service du Belge à 4-3 pour ensuite conclure sur sa mise en jeu.

Rebelote dans la cinquième manche avec un break blanc réussi à 5-5. Le Britannique a ensuite dû recourir à deux balles de match pour composter son ticket dans le dernier carré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Vous attendez, de quelques proches, une aide pour des décisions à prendre. Hélas, ils auront peu de temps en raison de leurs propres préoccupations !

Les Sujets à la Une

X