Rejoignez-nous

International

Chili: procédure de destitution contre le président, cité dans les Pandora Papers

Publié

,

le

Sebastian Piñera, un des dirigeants politiques apparaissant dans les Pandora Papers, l'enquête divulguée par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), a démenti tout conflit d'intérêt dans la vente de la compagnie minière à un ami proche. (© KEYSTONE/AP/Esteban Felix)

Le parlement chilien va entamer l'étude d'une procédure de destitution lancée par l'opposition contre le président Sebastian Piñera. Cela pour la vente controversée d'une compagnie minière, réalisée dans un paradis fiscal et révélée par l'enquête des Pandora Papers.

Le président Piñera a utilisé "sa fonction pour réaliser des affaires personnelles", a déclaré mercredi le député d'opposition Tomas Hirsch après le dépôt de la requête devant la Chambre basse, première étape d'un processus de destitution qui pourrait durer plusieurs semaines.

La Chambre des députés, contrôlée par l'opposition (83 des 155 sièges), doit maintenant décider si elle approuve ou si elle rejette l'accusation. Si la chambre basse l'approuve, ce serait au tour du Sénat de se prononcer par un vote des deux tiers.

Les deux chambres doivent se prononcer avant les élections générales du 21 novembre où un nouveau président sera élu et le Parlement renouvelé.

Fin 2019, M. Piñera, dont le mandat s'achève en mars 2022, a déjà fait face à une tentative de destitution pour la répression violente du soulèvement social contre les inégalités, mais l'initiative n'avait pas abouti.

Motivations politiques

Le gouvernement a accusé l'opposition de porter "une accusation sans base légale" avec des motivations politiques. "C'est la chose la plus sale de la campagne électorale", a déclaré le porte-parole Jaime Bellolio.

Cette procédure, qui n'a selon le président "aucun fondement", vient s'ajouter à l'enquête pénale ouverte il y a cinq jours par le parquet dans la même affaire.

Le président nie tout

Sebastian Piñera, un des dirigeants politiques apparaissant dans les Pandora Papers, l'enquête divulguée par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), a démenti tout conflit d'intérêt dans la vente de la compagnie minière à un ami proche et clame sa "totale innocence".

Le président de droite, un des hommes les plus riches du Chili, estime qu'il y a déjà eu en 2017 "une enquête approfondie du ministère public" et que c'est "une affaire close par la justice".

Le parquet a toutefois fait valoir que les faits liés à la vente et à l'achat de la société minière "n'étaient pas expressément inclus" dans la décision de non-lieu de 2017.

La vente a eu lieu en 2010 pendant le premier mandat du chef de l'Etat chilien (2010-2014), à nouveau au pouvoir depuis 2018. L'affaire sera traitée par le parquet régional de Valparaiso (centre).

Contre une zone environnementale

Selon une enquête menée par les médias chiliens CIPER et LaBot, membres de l'ICIJ, la compagnie minière Minera Dominga a été vendue à l'homme d'affaires Carlos Alberto Délano, un ami du chef de l'Etat, pour 152 millions de dollars, une transaction opérée aux îles Vierges britanniques.

Le paiement de la transaction devait être effectué en trois versements, et contenait une clause controversée qui subordonnait le dernier paiement à la condition "qu'une zone de protection environnementale ne soit pas établie sur la zone d'exploitation de la société minière, comme le demandent des groupes écologistes".

D'après l'enquête, le gouvernement de Sebastian Piñera n'a finalement pas protégé la zone où l'exploitation minière était prévue, si bien que le troisième paiement a bien été effectué.

Pour le député Tomas Hirsch, le président Piñera a "ainsi empêché qu'une zone unique sur la planète soit déclarée réserve naturelle, uniquement pour favoriser ses intérêts personnels".

Manchots de Humboldt

Ce projet d'exploitation à ciel ouvert de cuivre et fer dans le désert d'Atacama (nord), toujours en attente d'une décision de la Cour suprême après des recours, prévoit aussi la construction d'un port de chargement de minerais à proximité d'une réserve nationale abritant des manchots de Humboldt, une espèce menacée qui ne nichent qu'au Chili et au Pérou.

Début août, une commission d'évaluation environnementale a approuvé le projet malgré les protestations des défenseurs de l'environnement, mais doit encore recevoir l'aval en Conseil des ministres.

Pendant son premier mandat, M. Piñera avait annoncé l'annulation d'un projet de construction d'une centrale thermoélectrique qui devait être installée près de Minera Dominga. Plus aucune autre mesure de protection n'avait ensuite été prise.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé

Publié

le

Salman Rushdie s'apprêtait à donner une conférence littéraire dans un centre culturel à Chautauqua au moment de l'attaque. (© KEYSTONE/AP/Ted Shaffrey)

L'écrivain Salman Rushdie, cible depuis plus de 30 ans d'une fatwa à cause des "Versets sataniques", a été placé sous respirateur après avoir été poignardé vendredi au cou et à l'abdomen dans l'Etat de New York. "Les nouvelles ne sont pas bonnes", a déclaré son agent.

L'auteur britannique de 75 ans "va probablement perdre un oeil; les nerfs de son bras ont été sectionnés et il a été poignardé au niveau du foie", a détaillé son agent.

Immédiatement après l'agression dans la matinée sur l'estrade d'un amphithéâtre d'un centre culturel à Chautauqua, dans le nord-ouest de l'Etat de New York, Salman Rushdie avait été transporté en hélicoptère vers l'hôpital le plus proche, où il a été opéré en urgence, a précisé la police de l'Etat de New York.

Peu avant 11h00 (17h00 en Suisse), "un suspect s'est précipité sur la scène (de l'amphithéâtre) et a attaqué Salman Rushdie et l'intervieweur" en "poignardant" l'écrivain "au cou", avait très rapidement annoncé la police. M. Rushdie a aussi été "poignardé à l'abdomen".

L'animateur de la conférence littéraire, âgé de 73 ans, a été "blessé légèrement au visage". L'agresseur a été aussitôt arrêté et placé en détention. Il s'agit d'Hadi Matar, 24 ans, originaire de l'Etat du New Jersey.

M. Rushdie s'apprêtait à donner une conférence littéraire dans cette petite ville située à 100 km de Buffalo. Carl LeVan, professeur de sciences politiques, était dans la salle, et a raconté au téléphone à l'AFP, qu'un homme s'était jeté sur la scène où M. Rushdie était assis pour le poignarder violemment à plusieurs reprises. Il "essayait de tuer Salman Rushdie", a affirmé ce témoin.

M. Rushdie, né le 19 juin 1947 à Bombay, deux mois avant l'indépendance de l'Inde avait embrasé une partie du monde musulman avec la publication des "Versets sataniques", conduisant l'ayatollah iranien Rouhollah Khomeiny à émettre en 1989 une "fatwa" demandant son assassinat.

L'auteur avait été contraint dès lors de vivre dans la clandestinité et sous protection policière, allant de cache en cache. La "fatwa" n'a jamais été levée et beaucoup de traducteurs de son livre ont été blessés par des attaques, voire tués, comme le Japonais Hitoshi Igarashi, victime de plusieurs coups de poignard en 1991.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Gravement blessée, l'actrice Anne Heche déclarée morte

Publié

le

Anne Heche a percuté avec sa voiture une maison de deux étages dans le quartier de Mar Vista, à Los Angeles (archives). (© KEYSTONE/AP Invision/JORDAN STRAUSS)

L'actrice américaine Anne Heche a été déclarée morte après avoir été gravement blessée dans un accident de voiture à Los Angeles le 5 août, a dit sa porte-parole. La comédienne de 53 ans était depuis lors dans le coma à l'hôpital avec une grave blessure au cerveau.

Ayant perdu toutes ses fonctions cérébrales, Anne Heche "est légalement décédée selon la loi californienne", mais son coeur bat toujours afin de faciliter le don d'organe, a déclaré vendredi sa porte-parole.

"Aujourd'hui, nous perdons une lumière radieuse, une âme douce et si joyeuse, une mère aimante et une amie loyale", a déclaré la famille dans un communiqué commun. "Anne sera profondément regrettée, mais ses merveilleux fils, son oeuvre immense et ses combats passionnés lui survivront", ajoute-t-elle.

Anne Heche a joué dans un grand nombre de films dans les années 1990, dont "Six Jours, Sept Nuits" ou "Donnie Brasco". Elle est également connue pour son rôle dans le feuilleton "Another World," qui lui a valu un Daytime Emmy Award en 1991.

Elle percute une maison

Dans les années 1990, elle a eu une relation très médiatisée avec la présentatrice Ellen DeGeneres.

L'actrice est dans le coma depuis que sa voiture a percuté une maison de deux étages dans le quartier de Mar Vista, "provoquant des dégâts structurels ainsi qu'un lourd incendie", selon les pompiers de Los Angeles.

La police de Los Angeles a indiqué dans un communiqué jeudi qu'elle conduirait des tests sanguins sur Mme Heche et que les enquêteurs allaient "présenter l'affaire à l'autorité judiciaire adéquate". La police n'a toutefois pas donné de précision sur d'éventuelles suites judiciaires.

Des médias locaux ont rapporté, jeudi, que des tests préliminaires s'étaient avérés positifs à des narcotiques. Mais d'autres tests doivent être conduits pour s'assurer que le résultat positif n'est pas lié à un traitement médical.

Selon TMZ, publication spécialisée dans la couverture des célébrités, qui cite des sources policières anonymes, Mme Heche a été testée positive à la cocaïne et au fentanyl, un opiacé de synthèse ultra-puissant et addictif utilisé dans certains traitements.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le congrès américain adopte le vaste plan pour le climat de Biden

Publié

le

C'est une victoire politique significative pour le 46e président des Etats-Unis Joe Biden, à moins de trois mois d'élections législatives à fort enjeu (archives). (© KEYSTONE/AP/Manuel Balce Ceneta)

Le congrès américain a définitivement adopté vendredi le vaste plan d'investissement de Joe Biden sur le climat et la santé. C'est une victoire politique significative pour le 46e président des Etats-Unis, à moins de trois mois des élections législatives de mi-mandat.

Avec leur mince majorité, les démocrates de la chambre des représentants ont permis l'adoption de ce plan de plus de 430 milliards de dollars, faisant suite à un vote similaire au Sénat il y a quelques jours. Le texte sera promulgué par Joe Biden la semaine prochaine, a indiqué le président dans un tweet.

"Aujourd'hui, le peuple américain a gagné", a écrit M. Biden. Avec cette loi, "les familles vont constater une baisse des prix des médicaments, des soins de santé, et des coûts de l'énergie."

Saluée par la majorité des associations de lutte contre le changement climatique, cette réforme doit mettre le pays sur la bonne trajectoire pour atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Elle comprend 370 milliards de dollars dédiés à l'environnement et 64 milliards de dollars pour la santé.

Plus grand investissement climatique

Baptisée "Inflation Reduction Act", elle entend dans le même temps réduire le déficit public avec un nouvel impôt minimal de 15% pour toutes les sociétés dont le bénéfice dépasse le milliard de dollars. "Aujourd'hui est un jour de célébration", avait déclaré juste avant le vote la présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi. Cette loi va permettre aux familles américaines "de prospérer, et à notre planète de survivre."

Le camp républicain accuse pour sa part le texte de générer des dépenses publiques inutiles et fustige l'utilisation du fisc américain pour les financer. L'ancien président Donald Trump avait appelé sur son réseau social Truth Social tous les républicains à se prononcer contre.

Arrivé au pouvoir avec d'immenses projets de réformes, Joe Biden plaidait à l'origine pour un plan d'investissement plus vaste encore. Mais les élus démocrates ont peu à peu dû revoir leurs ambitions à la baisse, afin de contenter notamment le sénateur Joe Manchin de Virginie-Occidentale, Etat connu pour ses mines à charbon. Son soutien était indispensable pour passer l'étape du Sénat.

Le texte reste malgré tout le plus grand investissement jamais engagé aux Etats-Unis pour le climat.

Baisse de 40% d'ici à 2030

Il doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030. Le but fixé par Joe Biden est une réduction d'au moins 50% d'ici à cette date, mais d'autres mesures notamment réglementaires pourraient permettre de combler en partie l'écart, selon des experts.

"Cette loi change la donne et est une source d'espoir", a salué Johanna Chao Kreilick, présidente de l'"union des scientifiques inquiets". Les mesures prises vont "encourager d'autres pays à intensifier leurs engagements", s'est félicité vendredi Dan Lashof, directeur de l'organisation World Resources Institute aux Etats-Unis.

"En créant de fortes incitations à investir dans l'énergie solaire et éolienne, [le texte, ndlr] va pour ainsi dire assécher le marché pour l'électricité produite à partir du charbon sur la prochaine décennie", avait-il résumé cette semaine.

Crédits d'impôts

Sous cette réforme, un Américain recevra jusqu'à 7500 dollars en crédits d'impôts pour l'achat d'une voiture électrique. L'installation de panneaux solaires sur son toit sera prise en charge à 30%. Des investissements sont également prévus pour le développement du captage de CO2, la résilience des forêts face aux incendies ou encore la rénovation des logements pour les ménages les plus modestes.

Plusieurs milliards de dollars de crédits d'impôts seront également proposés aux industries les plus polluantes afin de les aider dans leur transition énergétique, une mesure vivement critiquée par l'aile gauche du parti, qui a malgré tout dû se ranger derrière ce texte.

Le second volet de ce grand plan d'investissements entend en partie corriger les immenses inégalités dans l'accès aux soins aux Etats-Unis, notamment en baissant le prix des médicaments.

Medicare, un système public d'assurance santé destiné entre autres aux plus de 65 ans, pourra pour la première fois négocier directement les prix de certains médicaments avec les laboratoires pharmaceutiques et ainsi obtenir des tarifs plus concurrentiels.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Perquisition chez Trump: documents "top secret" saisis

Publié

le

L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump s'était dit favorable à la publication du mandat de perquisition (archives). (© KEYSTONE/AP/Julia Nikhinson)

La police fédérale américaine, le FBI, a saisi des documents "top secret" lors de sa perquisition chez l'ancien président Donald Trump, en possible violation de la loi sur l'espionnage, selon des documents judiciaires publiés vendredi.

Les enquêteurs soupçonnent le républicain, avec la détention illégale de documents classifiés, d'avoir violé une loi américaine sur l'espionnage.

Plusieurs documents judiciaires ont été publiés vendredi par un juge de Floride: le mandat autorisant la perquisition, avant que celle-ci ne soit menée, et un long inventaire des documents saisis lundi par les agents du FBI. Dans cette liste est mentionné un ensemble de documents concernant le "président de la France", sans plus de précisions.

L'opération, conduite dans la résidence de Donald Trump à Mar-a-Lago en Floride, avait provoqué la fureur de ses partisans évoquant une "persécution politique", ainsi que de nombreux ténors républicains.

"Pas à la légère"

Jeudi, le ministre de la justice Merrick Garland avait, dans une prise de parole exceptionnelle, demandé qu'un juge rende public ce mandat autorisant la perquisition afin que ses motifs soient connus de tous.

Cette demande - très inhabituelle - avait été favorablement accueillie par Donald Trump. "Non seulement je ne m'opposerai pas à la publication des documents (...) mais j'irai plus loin en ENCOURAGEANT leur publication immédiate", a écrit jeudi soir le milliardaire, qui s'était pourtant abstenu de rendre publique la copie du mandat qu'il avait reçue.

L'ex-président a assuré dans un communiqué vendredi que les documents récupérés par la police avaient tous été déclassifiés.

Jeudi, au cours de sa brève allocution télévisée, Merrick Garland a assuré avoir "personnellement approuvé" cette perquisition. "Le ministère ne prend pas ce genre de décision à la légère", a souligné le ministre de la Justice, ajoutant que l'affaire revêtait un "intérêt public important", à trois mois des élections législatives de mi-mandat.

Une première

La loi oblige les présidents américains à transmettre l'ensemble de ses e-mails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales américaines. Or Donald Trump avait emporté, lors de son départ de la Maison Blanche en janvier 2021, quinze cartons de documents, que des agents des Archives avaient dû récupérer en janvier, déjà à Mar-a-Lago.

La perquisition de lundi était la première ayant jamais visé un ancien président des Etats-Unis.

Outré, Donald Trump a raconté lundi sur Truth Social que ses avocats coopéraient "pleinement" avec les autorités lorsque "soudain et sans prévenir, Mar-a-Lago a été perquisitionnée, à 06h30 du matin, par un TRES grand nombre d'agents".

Il s'est notamment plaint du fait que les agents du FBI aient "fouillé les placards de la Première dame" Melania Trump. Mercredi, il a même suggéré que la police fédérale ait pu avoir "placé" de fausses preuves contre lui lors de cette opération.

Bloc

Des sympathisants républicains, pourtant connus pour leur soutien aux forces de l'ordre, ont fustigé l'intervention du FBI, à tel point qu'une association d'agents a dénoncé des appels "inacceptables (...) à la violence contre la police". Le ministre de la justice a aussi signalé des "attaques infondées" contre son ministère et les agents de la police fédérale.

Jeudi, un homme armé qui avait tenté de pénétrer dans des bureaux du FBI dans l'Ohio (nord des Etats-Unis) a été tué par les forces de l'ordre après une longue confrontation.

Après la perquisition, les ténors républicains avaient fait bloc avec leur ancien président, qui conserve une forte emprise sur le parti conservateur et envisage d'être de nouveau candidat à la présidentielle en 2024.

L'ex-magnat de l'immobilier, au coeur de l'actualité judiciaire aux Etats-Unis, a aussi été soumis mercredi à une audition sous serment face à la procureure générale de New York, qui enquête au civil sur des soupçons de fraudes financières fiscales au sein du groupe familial Trump Organization. Il n'a alors cessé d'invoquer son droit de ne pas répondre aux questions en vertu du 5e amendement de la Constitution.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Au moins onze morts dans une fusillade au Monténégro

Publié

le

Un enquêteur forensique transporte une arme emballée, supposément celle du suspect. (© KEYSTONE/EPA/BORIS PEJOVIC)

Au moins onze personnes ont été tuées vendredi dans une fusillade de masse qui a éclaté dans le centre du Monténégro à la suite d'une dispute familiale, a annoncé la procureure chargée de l'enquête.

"Onze personnes ont été tuées à Cetinje aujourd'hui", a annoncé à la presse Andrijana Nastic, la procureure du gouvernement chargé de superviser l'enquête sur le drame, précisant que le tireur faisait partie des morts. "Deux enfants figurent parmi les victimes", a-t-elle ajouté.

Six personnes ont en outre été blessées, dont deux sont dans un état critique, a de son côté dit aux journalistes Ljiljana Radulovic, la directrice de l'hôpital central de la capitale Podgorica.

La fusillade s'est déroulée à Cetinje, à 36 kilomètres à l'ouest de Podgorica, après que le tireur a été impliqué dans une querelle familiale, a précisé la RTCG, la radio-télévision publique. L'assaillant a été tué après avoir ouvert le feu sur les policiers, a-t-elle poursuivi.

Le premier ministre Dritan Abazovic a appelé ses compatriotes à apporter leur soutien aux familles des victimes, affirmant que l'incident était sans précédent dans l'histoire récente du pays. "J'invite tous les citoyens du Monténégro à être avec les familles des victimes innocentes", a-t-il écrit dans un message sur Telegram. Il a ensuite décrété trois jours de deuil national.

Le drame est survenu en pleine haute saison touristique dans ce pays connu pour ses plages pittoresques bordées par les montagnes.

Cetinje, l'ancienne capitale royale, est située dans une vallée montagneuse qui a connu la stagnation économique au cours des dernières décennies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X