Rejoignez-nous

International

Coronavirus - Plus de 4000 morts et 56'000 cas en Espagne

Publié

,

le

Photo prétexte (AP Photo/Alvaro Barrientos, File)
La pandémie de coronavirus a fait 655 nouveaux morts en 24 heures en Espagne, portant le bilan à 4088 décès, et 56'188 cas de contamination ont été confirmés, selon les chiffres du ministère de la Santé communiqués jeudi.

Le nombre de morts a progressé de 19% entre mercredi et jeudi, soit moins vite que la veille (27%) quand 738 morts avaient été enregistrées. Les autorités espèrent atteindre d'ici la fin de la semaine le pic de la pandémie et voir les chiffres redescendre bientôt.

L'Espagne est le pays qui compte le plus de morts dans le monde derrière l'Italie et devant la Chine.

La région de Madrid à elle seule déplore plus de la moitié des décès (2090), devant la Catalogne (672).

Le nombre de malades déclarés guéris s'élève à 7015, une progression de 30% par rapport à la veille. Et 3679 patients se trouvent en soins intensifs.

Hôpitaux submergés

L'avancée de la pandémie a submergé de nombreux hôpitaux, où le personnel, dont une partie est elle-même souvent contaminée, a du mal à gérer l'afflux des patients.

"Les urgences sont dépassées en ce moment" a déclaré par téléphone à l'AFP Jorge Rivera, porte-parole de l'hôpital de Leganès, dans la banlieue de Madrid.

L'établissement "travaille au-delà de ses capacités, pratiquement tout l'hôpital est engagé dans la lutte contre le coronavirus, les unités de soins intensifs comme les autres départements", a-t-il ajouté.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le chanteur Christophe hospitalisé

Publié

le

Le chanteur Christophe est âgé de 74 ans (archives). (©KEYSTONE/AP/KIRSTY WIGGLESWORTH)
Le chanteur Christophe a été hospitalisé. Agé de 74 ans, il a été admis en réanimation en raison d'une "insuffisance respiratoire" a indiqué dimanche son entourage.

"Dans le contexte actuel, nous sommes évidemment inquiets. Nous ne sommes pas en mesure de confirmer s'il a été testé positif au Covid-19", a indiqué à l'AFP Laurent Castanié, producteur de spectacles. Le journal Le Parisien affirme que l'auteur des "Mots Bleus" et d'"Aline" a été testé positif au coronavirus.

Continuer la lecture

International

Un avion rapatrie 159 Suisses du Chili

Publié

le

Plus de 150 ressortissants suisses ont été rapatriés dimanche du Chili (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Les rapatriements de ressortissants suisses bloqués à l'étranger se poursuivent. Un avion avec 159 passagers à son bord a atterri dimanche matin à Zurich en provenance de Santiago du Chili.

C'est le quatrième vol en provenance d'Amérique latine organisé par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) pour rapatrier des Suisses bloqués à l'étranger. Un avion en provenance d'Alger devrait par ailleurs atterrir dans l'après-midi à Genève, a ajouté le DFAE sur son site internet.

Les touristes bloqués au Pérou sont quant à eux en cours de rapatriement. Un convoi de quatre bus est arrivé dimanche à Cusco. Un autre se dirige vers Arequipa. Ils doivent y récupérer les ressortissants suisses bloqués dans ces deux villes et les ramener à Lima, a indiqué samedi Johannes Matyassy, directeur de la Direction consulaire (DC) du DFAE, lors d'un point presse à Berne.

Un avion les rapatriera ensuite en Suisse depuis la capitale péruvienne. Il est attendu mercredi.

Selon l'agence de presse allemande DPA, Berlin est par ailleurs en train de rapatrier des centaines de passagers d'une croisière, dont 28 Suisses, depuis l'Australie. Parmi les 832 croisiéristes, neuf ont été testés positifs au Covid-19. Ils sont traités dans des hôpitaux à Perth.

Les touristes suisses devraient eux rentrer d'ici mardi, a annoncé M.Matyassy. Le DFAE a précisé dimanche à Keystone-ATS que sa représentation australienne était en contact avec eux et leur apportait un soutien dans le cadre de la protection consulaire.

Enorme tâche

L'organisation d'un vol de retour est une énorme tâche logistique mais aussi politique, a souligné M.Matyassy. "Les représentations suisses à l'étranger font un travail énorme ici pour aider à organiser concrètement les possibilités de retour."

Dans ce cadre, la coopération avec les pays étrangers est particulièrement importante. Et le directeur de la DC de mentionner l'exemple du Népal. La représentation suisse à Katmandou a organisé un vol à l'intérieur du pays pour ramener dans la capitale, outre des touristes suisses, des voyageurs français et allemands. Les Suisses ont ensuite pu rentrer dans leur pays sur deux vols organisés par l'Allemagne et la France.

Jusqu'à présent, six vols en provenance d'Amérique latine (San José, Bogotà, Lima et Santiago) et d'Afrique (Casablanca et Dakar) ont été effectués par le DFAE. Et plus de 1000 ressortissants suisses ont été ramenés. De nombreux autres vols de retour sont prévus dans les jours et les semaines à venir, non seulement depuis l'Amérique du Sud et l'Afrique, mais aussi l'Asie et l'Océanie.

Continuer la lecture

International

Coronavirus - 838 morts en 24 heures en Espagne, nouveau record

Publié

le

L’extérieur de l’hôpital San Pedro à Logrono dans le nord de l’Espagne. (AP Photo/Alvaro Barrientos)
L'Espagne a enregistré 838 morts du coronavirus en 24 heures, un nouveau record quotidien. Ce qui porte le bilan de la pandémie à 6528 morts. L'Iran continue lui aussi de ployer sous la pandémie.

Le nombre de cas confirmés a atteint 78'797, une progression de 9,1% en un jour dans le second pays le plus endeuillé par le Covid-19 après l'Italie. Le nombre de personnes guéries a aussi augmenté de 19,7% en 24 heures à 14'709.

Hormis une inflexion jeudi, le nombre de morts quotidiens ne cesse d'augmenter jour après jour en Espagne. Les autorités sanitaires espèrent se rapprocher du pic de contagion, observant un ralentissement du rythme de l'augmentation quotidienne du nombre de cas et de morts ces derniers jours.

Après l'Italie, l'Espagne a décidé samedi de durcir les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 en ordonnant l'arrêt des "activités non essentielles".

"Tous les salariés des activités non essentielles devront rester chez eux durant les deux prochaines semaines", soit jusqu'au jeudi 9 avril, début du week-end de Pâques, a déclaré le chef du gouvernement Pedro Sanchez. Sont considérées comme activités essentielles la santé, l'alimentation ou l'énergie notamment.

Cette mesure doit être approuvée dimanche lors d'un conseil des ministres extraordinaire qui devrait préciser quels secteurs exactement sont visés. Le but est de réduire encore plus la mobilité et donc la propagation du virus alors que les Espagnols sont déjà soumis depuis mi-mars à un confinement des plus stricts qui a été prolongé jusqu'au 11 avril.

Jusqu'ici ils ne pouvaient sortir de chez eux que pour travailler si le télétravail n'était pas possible, acheter à manger, se faire soigner ou sortir rapidement leur chien.

Iran

De son côté, l'Iran a annoncé 123 nouveaux décès dus au coronavirus, ce qui porte à 2640 morts le bilan officiel de la pandémie dans ce pays, aussi l'un des plus touchés par la maladie du Covid-19.

Les autorités sanitaires ont recensé 2901 nouveaux cas de contamination au cours des dernières 24 heures, a déclaré Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé lors de son point de presse télévisé quotidien. Au total, 38'309 cas ont été déclarés officiellement en Iran.

Continuer la lecture

International

Bruxelles va proposer un nouveau projet de budget pluriannuel

Publié

le

EPA/STEPHANIE LECOCQ
La Commission européenne va proposer un nouveau projet de budget pluriannuel de l'UE pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. Ce budget va inclure un plan de relance, a annoncé samedi Ursula von der Leyen.

Il y a un peu plus d'un mois, le 21 février, les dirigeants des 27 avaient échoué à s'entendre sur le budget de l'Union des sept prochaines années (2021-2027), aussi bien sur son montant global que sur la répartition des dépenses (de l'agriculture au numérique, de la défense aux migrations).

Les discussions devaient se poursuivre, mais entre-temps la pandémie de coronavirus s'est répandue sur le Vieux continent, bouleversant les priorités des dirigeants de l'Union. "Pour assurer la reprise, la Commission va proposer des changements dans le projet de budget pluriannuel afin de faire face aux conséquences de la crise du coronavirus", a affirmé sa présidente Ursula von der Leyen.

"Aucune option" écartée

"Cela va inclure un plan de relance qui garantira le maintien de la cohésion au sein de l'Union par la solidarité et la responsabilité", a-t-elle ajouté dans un communiqué. "A ce stade, la présidente n'exclut aucune option dans les limites du traité".

Jeudi, lors d'un sommet par vidéoconférence, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE n'ont pas réussi à s'entendre sur une riposte économique commune forte face à la crise sanitaire sans précédent qui va très probablement plonger l'Europe et le monde dans une profonde récession cette année.

Ils ont renvoyé la balle à leurs ministres des Finances, au sein de l'Eurogroupe, pour qu'ils fassent des propositions d'ici quinze jours.

"La Commission participera à ces discussions et se tient prête à apporter son aide, si elle est soutenue par l'Eurogroupe", a expliqué Mme von der Leyen. "En parallèle, la Commission travaille sur des propositions pour la phase de reprise économique dans le cadre des traités existants".

Divisions

Les pays européens sont divisés sur la réponse à apporter au choc économique provoqué par le coronavirus: ceux du sud, comme l'Italie, l'Espagne et la France, voudraient davantage de solidarité financière de leurs voisins du nord, tels l'Allemagne et les Pays-Bas.

Mais ces derniers, plus vertueux en matière de finances publiques, ne sont pour l'instant pas prêts à aider sans condition leurs voisins, à qui ils ont souvent reproché par le passé leur laxisme budgétaire.

Continuer la lecture

International

Le nombre de morts dus au Covid-19 dépasse les 2000 aux Etats-Unis

Publié

le

EPA/JUSTIN LANE
Le nombre des décès aux Etats-Unis provoqués par la pandémie due au coronavirus a dépassé les 2000 samedi, tandis que le nombre des cas bondissait à plus de 120'000, selon l'université Johns-Hopkins. Un enfant de moins d'un an a succombé à la maladie dans l'Illinois.

Avec 121'117 cas confirmés de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), les Etats-Unis sont le pays au monde en ayant enregistré le plus grand nombre. Le nombre des morts (2010) a doublé depuis mercredi, lorsqu'il avait franchi la barre des 1000.

Ces chiffres de mortalité liée au coronavirus restent très inférieurs à ceux de l'Italie (plus de 10'000 décès), de l'Espagne (près de 6000) qui sont les pays où ils progressent le plus en ce moment.

Alors que la maladie est réputée épargner relativement les enfants, un bébé de moins d'un an est mort dans l'Etat de l'Illinois. "Aujourd'hui, j'ai des informations terriblement tristes à annoncer. Parmi les décès des 24 dernières heures, il y avait un employé de l'Etat [...] et un très jeune enfant", a déclaré le gouverner J.B. Pritzker.

New York pas en quarantaine

Alors que l'Etat de New York est de loin le plus touché par le coronavirus aux Etats-Unis, avec 52'318 cas et 728 décès, le président américain Donald Trump a renoncé finalement à placer en quarantaine les Etats de New York, du New Jersey et du Connecticut, après avoir évoqué cette possibilité plus tôt dans la journée et causé l'émoi dans la région.

Le chef de l'Etat a indiqué qu'il avait demandé au centre de contrôle des maladies (CDC), autorité de santé nationale, de diffuser un avis "ferme" dissuadant les déplacements pour entrer ou sortir de ces Etats, sans pour autant fermer leurs frontières.

En milieu de journée, il avait évoqué la possibilité de placer en quarantaine l'Etat de New York, tout en restant évasif sur la portée exacte de cette mesure. "Certains aimeraient que [l'Etat de, ndlr] New York soit placé en quarantaine, parce que c'est un point chaud", avait déclaré M. Trump au moment de quitter la Maison-Blanche.

"Aucun impact" économique

"New York, New Jersey, peut-être un ou deux autres endroits, certaines parties du Connecticut. J'y réfléchis", avait-il ajouté, alors que nombre de juristes s'interrogeaient sur la possibilité même pour le président américain d'imposer une telle mesure.

L'objectif, selon lui, était de "limiter les déplacements". "Ils ont des problèmes en Floride. Beaucoup de New-Yorkais se déplacent vers le sud. Nous ne voulons pas cela".

Un peu plus tard, le milliardaire républicain avait assuré qu'une telle mesure n'aurait "aucun impact" sur les échanges commerciaux entre les Etats concernés et le reste du pays. "Cela serait pour une courte période", avait-il encore dit, assurant qu'il entretenait un très bon dialogue avec le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo.

Ces annonces avaient suscité une vive émotion dans la région de New York, dont les dirigeants politiques avaient été pris par surprise.

Décision "illégale"

Interrogé sur l'éventualité d'une fermeture des frontières de l'Etat décidée par Washington, le gouverneur Cuomo avait prévenu, sur CNN, qu'il s'agirait d'une décision "illégale", s'apparentant à "une déclaration de guerre contre les Etats" de l'union.

"Je pense que cela paralyserait l'économie", a-t-il expliqué. "Cela provoquerait un choc pour les marchés d'une ampleur inédite. En tant que gouverneur. Je ne fermerai pas mes frontières".

Andrew Cuomo a rappelé que les Etats de New York, du New Jersey et du Connecticut avaient déjà mis à l'arrêt toutes les activités non essentielles et appelé la population à rester chez elle.

"New York, le New Jersey et le sud du Connecticut sont la capitale mondiale du commerce et de la finance", a prévenu le gouverneur du Connecticut, Ned Lamont. "Si vous tenez autant que le président à voir l'économie redémarrer", a-t-il poursuivi, "il faut faire très attention à ce que vous dites et à ce que vous ne dites pas".

Signe que l'atmosphère se tend peu à peu, des policiers locaux et des soldats de la garde nationale ont fait du porte-à-porte samedi dans le Rhode Island, pour aller prévenir les propriétaires de véhicules immatriculés à New York qu'ils devaient s'auto-confiner durant deux semaines après leur arrivée dans cet Etat côtier au nord du Connecticut.

En Floride, le gouverneur Ron De Santis a annoncé des mesures similaires à celles prises dans le Rhode Island et des points de contrôle policier ont été installés à l'entrée de l'Etat au nord.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Continuez à vous faire confiance et à suivre cette petite lumière intérieure qui vous montre que vous êtes sur la bonne voie…

Publicité

Les Sujets à la Une

X