Rejoignez-nous

International

Départ surprise du directeur créatif de Burberry

Publié

,

le

Riccardo Tisci (à droite) aura passé cinq ans à superviser les créations du géant britannique du luxe. (archive) (© KEYSTONE/AP Invision/EVAN AGOSTINI)

Le groupe de luxe britannique Burberry a annoncé soudainement mercredi que son directeur créatif Riccardo Tisci démissionnait et quitterait le groupe dès vendredi après près de cinq années à son poste, remplacé par le britannique Daniel Lee.

"Riccardo a décidé de partir après presque cinq années pendant lesquelles il a mené la transformation créative de Burberry", indique la maison londonienne dans un communiqué.

Sous l'égide de l'Italien Riccardo Tisci, Burberry "a modernisé et fait monter en gamme son offre de produits, attirant une communauté de clients plus jeune, plus diverse et plus pointue", commente le groupe.

"Riccardo a joué un rôle pivot dans le repositionnement de Burberry. Il a renforcé notre langage créatif", a ajouté le nouveau directeur général Jonathan Akeyrod, arrivé en début d'année, qui le remercie "au nom de tout le monde chez Burberry".

Daniel Lee, qui prendra ses fonctions lundi au siège londonien du groupe, est né à Bradford, dans le nord de Angleterre. "Il est l'un des talents britanniques les plus enthousiasmants de sa génération", commente Burberry.

De 2018 à 2021, il était directeur créatif chez Bottega Veneta, "où il a aidé à revigorer la marque italienne", et auparavant directeur du prêt-à-porter chez Celine. Il a également travaillé chez Maison Margiela, Balenciaga et Donna Karan.

Daniel Lee s'est dit "honoré" de rejoindre Burberry comme directeur créatif" et d'"écrire le prochain chapitre excitant de cette légendaire marque de luxe britannique".

Il s'est aussi dit heureux de revenir à Londres, "une ville qui soutient la créativité et continue à m'inspirer".

Riccardo Tisci, arrivé à Burberry en 2018 après des années chez Givenchy a pour sa part qualifié la maison londonienne "d'endroit très spécial avec un passé magique et un avenir très prometteur", ajoutant être "incroyablement fier du chapitre qu'il a écrit dans cette longue histoire, qui a culminé avec mon défilé de lundi".

Lundi, Riccardo Tisci avait présenté à Londres sa collection printemps-été 2023, sur le signe de la plage britannique, "un lieu de démocratie et de communauté".

Le show, initialement prévu le 17 septembre en pleine Fashion Week de Londres dont il devait être le point d'orgue, avait finalement été reporté "par respect" pour la reine Elizabeth II, dont les funérailles avaient lieu deux jours plus tard.

Riccardo Tisci est apparu brièvement à la fin du défilé sous les applaudissements du public, mais avait refusé - contrairement à son habitude - de donner des interviews aux journalistes.

Le groupe avait publié mi-juillet des résultats au premier trimestre de son exercice décalé freinés par les confinements en Chine en raison du Covid-19: les ventes à périmètre comparable du groupe au célèbre motif quadrillé ont augmenté d'1% sur un an à 505 millions de livres.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Evenepoel participera bien au Giro, pas au Tour de France

Publié

le

Evenepoel ne disputera pas le prochain Tour de France (© KEYSTONE/EPA AAP/DEAN LEWINS)

Remco Evenepoel, champion du monde et vainqueur du Tour d'Espagne cette année, a annoncé mercredi qu'il participerait au Giro en 2023. Le Belge ne prendra en revanche pas part au Tour de France.

Le prodige de 22 ans a dévoilé son choix, attendu, dans une petite vidéo postée sur les réseaux sociaux. "Je vais courir le Giro en 2023, ce sera spécial puisque ce sera avec le maillot arc-en-ciel (de champion du monde), j'attends ça avec impatience", explique le Flamand dans cette vidéo.

Cette annonce n'est pas une surprise puisque le patron de son équipe Quick-Step, Patrick Lefevere, a toujours dit préférer qu'Evenepoel attende 2024 pour découvrir le Tour de France. Ce choix est d'autant plus évident que le Giro proposera en mai prochain trois étapes contre-la-montre, avec une distance cumulée de 70,6 kilomètres. De quoi plaire au rouleur belge, spécialiste du chrono, alors que le Tour de France n'en proposera qu'un seul, de 22 km.

"Je sais qu'après mon succès en Espagne (en septembre), il y a eu beaucoup de commentaires de personnes qui veulent me voir très vite sur le Tour de France. Mais je reste très calme par rapport à cela. Il faut avancer pas à pas", avait déclaré Remco Evenepoel en octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Menacée, la baguette inscrite au patrimoine de l'humanité

Publié

le

La baguette fait l'objet de concours nationaux, lors desquelles les candidates sont tranchées en longueur pour permettre au jury d'évaluer l'alvéolage et la couleur de la mie, "crème" dans l'idéal. (© KEYSTONE/AP/Michel Euler)

"250 grammes de magie et de perfection": la baguette de pain, emblème dans le monde de la vie quotidienne des Français menacé par l'industrialisation, a été inscrite mercredi au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco.

L'organisation, qui honore avant tout des traditions à sauvegarder plus que les produits eux-mêmes, a ainsi distingué les savoir-faire artisanaux et la culture entourant cet élément incontournable des tables françaises.

Avec sa croûte croustillante et sa mie moelleuse, la baguette, apparue au début du XXe siècle à Paris, est aujourd'hui le premier pain consommé dans le pays.

Tous les jours, 12 millions de consommateurs français poussent la porte d'une boulangerie et plus de six milliards de baguettes sortent des fournils chaque année. Aller acheter du pain est ainsi une véritable habitude sociale et conviviale qui rythme leur vie.

Reconnaissance pour les artisans

"C'est une reconnaissance pour la communauté des artisans boulangers-pâtissiers. (...) La baguette, c'est de la farine, de l'eau, du sel, de la levure et le savoir-faire de l'artisan", s'est félicité Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française dans un communiqué.

Le choix de présenter la candidature de la baguette de pain avait été effectué début 2021 par la France, qui l'avait préférée aux toits de zinc de Paris et à une fête vinicole jurassienne.

Savoir-faire menacé

Cette reconnaissance est particulièrement importante compte tenu des menaces qui pèsent sur ce savoir-faire, comme l'industrialisation et la baisse du nombre de leurs commerces, surtout dans les communes rurales.

En 1970, on comptait quelque 55'000 boulangeries artisanales (une boulangerie pour 790 habitants) contre 35'000 aujourd'hui (une pour 2000 habitants), soit une disparition de 400 boulangeries par an en moyenne depuis une cinquantaine d'années.

Exigences très strictes

Le président français Emmanuel Macron avait apporté son soutien au dossier, en décrivant la baguette comme "250 grammes de magie et de perfection".

En constante évolution, la baguette "de tradition" est strictement encadrée par un décret de 1993, qui vise à protéger les artisans boulangers et leur impose en même temps des exigences très strictes, comme l'interdiction des additifs.

Elle fait aussi l'objet de concours nationaux, lors desquelles les candidates sont tranchées en longueur pour permettre au jury d'évaluer l'alvéolage et la couleur de la mie, "crème" dans l'idéal.

Il peut y avoir un alvéolage régulier, dit "nid d'abeilles", avec des petits trous identiques, ou des trous moyens, plus gros, plus petits, selon le choix de chaque boulanger. S'il n'y a pas d'alvéoles "partout", le jury est formel: le pain a été mal façonné.

Toutes différentes

Les compétiteurs travaillent à partir des mêmes produits mais les baguettes sont toutes différentes. Chacun a sa petite touche particulière, par exemple sur le coup de lame, signature du boulanger.

Et il est facile de rater une baguette, même pour les plus aguerris. "On est très dépendant de la météo. On doit prendre (en compte) la température des pâtes, de l'eau, du fournil", expliquait en 2019 à l'AFP le boulanger parisien Jean-Yves Boullier.

"Idéalement, il faudrait qu'il fasse chaud, mais pas plus de 22 degrés, humide mais pas trop. Sinon, les pâtes relâchent et le pain se ramollit", ajoutait-il.

Outre les gestes indispensables comme un pétrissage lent, une longue fermentation, un façonnage à la main et une cuisson dans un four à sole, tout repose sur un savoir-faire, expliquent les professionnels.

Les classes aisées pour le pain au levain

Le mot baguette apparaît au début du XXe siècle et ce n'est qu'entre les deux guerres qu'il se banalise, souligne Loïc Bienassis, de l'Institut européen de l'histoire et des cultures de l'alimentation, qui a fait partie du comité scientifique ayant préparé le dossier pour l'Unesco.

"Au départ, la baguette est considérée comme un produit de luxe. Les classes populaires mangent des pains rustiques qui se conservent mieux. Puis la consommation se généralise, les campagnes sont gagnées par la baguette dans les années 1960-70", explique-t-il à l'AFP.

Désormais, la consommation de la baguette décline surtout dans les classes aisées urbaines, qui optent pour les pains au levain, plus intéressants du point de vue nutritionnel, selon M. Bienassis. De plus, "les céréales ont remplacé les tartines, les hamburgers supplantent le jambon-beurre", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Explosion dans une école coranique afghane: au moins 16 morts

Publié

le

Au moins 16 personnes ont été tuées et 24 blessées mercredi dans une explosion dans une école coranique de la ville d'Aybak, dans le nord de l'Afghanistan, cible d'autres attentats par le passé, comme ici en 2020 (archives). (© KEYSTONE/AP/STR)

Au moins 16 personnes ont été tuées et 24 blessées mercredi dans une explosion dans une école coranique de la ville d'Aybak, dans le nord de l'Afghanistan, a-t-on appris de source hospitalière.

"Ce sont tous des enfants et des gens ordinaires", a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat un docteur d'un hôpital d'Aybak, capitale de la province de Samangan. Un responsable provincial a confirmé l'explosion, mais n'a pas pu fournir de chiffres sur les victimes ni d'informations sur les circonstances.

Des dizaines d'explosions et d'attaques visant des civils ont eu lieu depuis le retour au pouvoir des talibans en août 2021, la plupart étant revendiquées par la section locale du groupe État islamique (EI-K).

Un attentat suicide commis le 30 septembre dans un centre de formation de Kaboul préparant aux examens universitaires avait fait 54 morts, dont au moins 51 filles, selon l'ONU. Cet attentat n'avait pas été revendiqué, mais le gouvernement afghan avait accusé l'EI-K d'avoir mené cette attaque.

Puis le 5 octobre, au moins quatre personnes avaient été tuées à Kaboul dans une explosion survenue dans une mosquée du ministère de l'Intérieur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

L'UE veut un tribunal spécial pour juger "les crimes russes"

Publié

le

"La Russie doit payer pour ses crimes horribles", a martelé Ursula von der Leyen. (© KEYSTONE/EPA/DUMITRU DORU)

L'UE va travailler à la mise en place d'un tribunal spécial pour juger "les crimes de la Russie" en Ukraine. Elle souhaite aussi mobiliser les avoirs russes gelés pour reconstruire le pays, a annoncé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

"Tout en continuant à soutenir la Cour pénale internationale (CPI, basée à La Haye), nous proposons de mettre en place un tribunal spécial soutenu par l'ONU pour enquêter et poursuivre en justice les crimes d'agression de la Russie" contre l'Ukraine, a-t-elle déclaré mercredi dans une vidéo diffusée sur Twitter.

La création d'un tel tribunal a été réclamée à plusieurs reprises par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "Nous sommes prêts à commencer à travailler avec la communauté internationale pour obtenir le plus large soutien international possible pour ce tribunal", a expliqué Mme von der Leyen.

Utiliser les fonds gelés

La présidente de la Commission souhaite par ailleurs faire payer Moscou pour les destructions matérielles en Ukraine. "Avec nos partenaires, nous veillerons à ce que la Russie paie pour les ravages qu'elle a causés, en utilisant les fonds gelés des oligarques et les actifs de sa banque centrale", a-t-elle affirmé.

L'UE a déjà bloqué 300 milliards d'euros de réserves de la Banque centrale russe et gelé 19 milliards d'euros d'avoirs appartenant à des oligarques russes, a-t-elle rappelé. "A court terme, nous pourrions créer (...) une structure pour gérer ces fonds et les investir. Nous utiliserons ensuite ces fonds pour l'Ukraine", a précisé Ursula von der Leyen.

"Une fois les sanctions levées, ces fonds devraient être utilisés pour que la Russie paie une indemnisation pour les dommages causés à l'Ukraine. Nous travaillerons à un accord international avec nos partenaires pour rendre cela possible. Et ensemble, nous pouvons trouver des moyens légaux pour y parvenir", a-t-elle affirmé.

"La Russie doit payer pour ses crimes"

Plus de 20'000 civils et plus de 100'000 militaires ukrainiens ont été tués depuis le début de l'invasion de l'Ukraine en février, a déclaré la cheffe de l'exécutif européen. Les dommages subis par l'Ukraine sont, selon elle, estimés à 600 milliards d'euros. "La Russie doit payer pour ses crimes horribles", a martelé Ursula von der Leyen.

En septembre, la République tchèque, qui exerce la présidence semestrielle du Conseil de l'UE, s'était déjà prononcée en faveur de la création d'un tribunal spécial, après la découverte de centaines de corps enterrés près d'Izioum, ville reprise aux Russes dans l'est de l'Ukraine. Les pays baltes avaient également réclamé en septembre la mise en place d'un tel tribunal.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

SAS creuse ses pertes malgré la hausse de la demande

Publié

le

Nonobstant un regain de fréquentation, le tansporteur aérien scandinave a encore creusé son déficit entre août et fin octobre. (archive) (© KEYSTONE/EPA TT NEWS AGENCY/JOHAN NILSSON)

La compagnie aérienne scandinave SAS a annoncé mercredi avoir creusé ses pertes au quatrième trimestre, les taux de change et le prix du carburant grevant la reprise de la demande.

D'août à octobre, la compagnie aérienne a enregistré une perte nette de près de 1,2 milliard de couronnes suédoises (environ 108 millions de francs) pour le quatrième trimestre de son exercice décalé, supérieure de 66% par rapport à celle subie sur la période août-octobre 2021.

Le chiffre d'affaires a lui progressé de 84%, totalisant 10,6 milliards de couronnes. Sur l'exercice entier, il s'élève à près de 31,8 milliards de couronnes.

"Pendant le quatrième trimestre, nous avons enregistré le nombre le plus élevé de passagers depuis le début de la pandémie" de Covid-19, s'est félicité le directeur général de la compagnie, Anko Van der Werff, soulignant une demande "saine" tout l'été.

Le dirigeant a ajouté que SAS se préparait à des recrutements et réembauches en prévision de la prochaine saison estivale, afin de répondre à l'augmentation de la demande.

En difficulté financière, le transporteur aérien avait été placé en juillet sous le régime de protection de la loi américaine sur les faillites. Ce dispositif permet à une entreprise qui n'arrive plus à rembourser sa dette de se restructurer à l'abri de ses créanciers tout en poursuivant ses activités.

SAS prévoit que ce processus s'achèvera pendant la seconde moitié de l'année 2023.

La compagnie, dont les deux plus gros actionnaires sont le Danemark et la Suède, avec 21,8% du capital chacun, avait également annoncé mi-août la conclusion d'un accord lui garantissant un prêt de 700 millions de dollars pour lui permettre de mener à bien sa restructuration.

Vers 09H30 (08H30 GMT), à la Bourse de Stockholm, le titre de SAS prenait 0,5%, à 0,62 couronnes (soit 0,05 euros) dans un marché en légère hausse (+0,81%).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X