Rejoignez-nous

International

"Evolution dramatique" de l'épidémie en Afrique (responsable OMS)

Publié

,

le

Les rues de Johannesburg en Afrique du Sud sont désertes, quelques heures après la mise en place d'un confinement national. EPA/KIM LUDBROOK
La directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique a alerté sur "l'évolution dramatique" de l'épidémie de Covid-19 en Afrique. Une quarantaine de pays sont désormais touchés sur le continent contre un seul il y a un mois.

Dans un entretien à la chaîne France24, Matshidiso Rebecca Moeti a pointé du doigt "une augmentation géographique du nombre de pays et aussi l'augmentation du nombre de cas infectés".

"Il y a un mois, il n'y avait qu'un seul pays dans la région africaine de l'OMS, c'est à dire Afrique sub-saharienne et Algérie". Deux semaines plus tard, "il y avait cinq pays avec 50 cas. Maintenant, depuis deux ou trois jours, nous avons 39 pays avec environ 300 cas par jour", soit un total de 2234 cas à ce jour, a-t-elle détaillé.

"Il y avait aussi presque 40 décès rapportés et quelque 70 personnes guéries. Donc c'est une évolution très préoccupante", a-t-elle insisté, en appelant à son tour à "intensifier toutes les actions par les pays africains, avec l'appui de l'OMS et des partenaires".

Continent mal armé

Malgré les mesures prises dans une quarantaine de pays africains, de confinement, d'isolement des cas suspects, d'interdiction de regroupements religieux ou sportifs, de fermetures d'écoles dans 25 pays, le continent est mal armé pour faire face à une crise sanitaire de grande ampleur, a implicitement reconnu Matshidiso Rebecca Moeti, qui parle de "défi" à relever.

"C'est vrai que dans beaucoup de ménages africains, nous vivons dans de grandes familles. C'est très difficile parfois que tout le monde ait sa propre chambre. Il y a une vie communautaire très forte. Nous devons trouver d'autres moyens d'hygiène pour minimiser la propagation du virus", a-t-elle notamment relevé.

Selon elle, il faut "adapter les mesures" pour limiter la propagation du virus "au contexte africain" et "travailler avec ceux qui appuient l'accès à l'eau".

Mais elle a aussi noté que certains efforts portaient leurs fruits: "Il y a quelques semaines seulement deux pays avaient la capacité de diagnostic, maintenant nous sommes sommes arrivés à 42 pays capables de diagnostiquer la maladie".

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Coronavirus - les informations du 27 mars | LFM la radio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Après la quarantaine, l'OMS entame son enquête à Wuhan

Publié

le

Les experts de l'OMS ont quitté en car leur hôtel de quarantaine. (©KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY)

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont sortis de quarantaine jeudi à Wuhan. Ils sont désormais prêts à entamer leur enquête sur les origines du nouveau coronavirus, une investigation que Pékin a accusé Washington de chercher à politiser.

Après deux semaines enfermés dans un hôtel de quarantaine de cette ville du centre de la Chine où l'épidémie était apparue il y a plus d'un an, une dizaine de membres de l'équipe sont montés à bord d'un autocar qui les a emmenés vers un autre établissement. Ils vont pouvoir participer à des séminaires et effectuer des visites de terrain, a précisé le ministère chinois des Affaires étrangères.

L'enquête, que la Chine a mis plus d'un an à organiser, est d'une extrême sensibilité pour le régime communiste, qui cherche à écarter toute responsabilité dans le déclenchement de l'épidémie.

Théorie évacuée

Alors que le pays est arrivé à enrayer la contagion sur son sol, le virus s'est répandu à la surface du globe, faisant plus de 2,1 millions de morts. Le bilan officiel chinois fait état de 4636 morts, dont la grande majorité à Wuhan (près de 3900), ville mise en quarantaine pour 76 jours à partir du 23 janvier 2020.

Les experts du gouvernement chinois avaient dans un premier temps expliqué que l'épidémie était apparue dans un marché de Wuhan, où étaient vendus vivants des animaux sauvages. Le virus aurait ainsi été transmis de la chauve-souris à une autre espèce animale avant de se communiquer à l'homme. Le marché en question est fermé depuis plus d'un an et dissimulé derrière une longue palissade bleue.

Mais les médias chinois, contrôlés par le Parti communiste, ont progressivement évacué cette théorie pour une autre, non démontrée, selon laquelle le virus aurait pu être importé en Chine, notamment via de la viande congelée. L'OMS a écarté la thèse d'une contamination via l'alimentation mais de nombreux Chinois semblent à présent convaincus que la pandémie est d'origine américaine.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a lui-même suggéré sans preuve l'an dernier que le virus aurait pu être introduit à Wuhan fin 2019 par des soldats américains venus participer à une compétition sportive.

Accusations de Trump

Hors de Chine, diverses théories ont également circulé, notamment celle d'une transmission du virus, accidentellement ou non, à partir du laboratoire de virologie de Wuhan, où étaient fabriqués expérimentalement des coronavirus. Le laboratoire comme le gouvernement chinois ont fermement démenti cette hypothèse, évoquée notamment par l'ancien président américain Donald Trump.

Pour l'heure, l'OMS se garde bien de trancher. "Toutes les hypothèses sont sur la table. Il est clairement trop tôt pour parvenir à une conclusion sur l'endroit où est né ce virus, que ce soit en Chine ou hors de Chine", a déclaré la semaine dernière à Genève le directeur chargé des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan.

Le programme des chercheurs n'est pas connu et rien ne garantit qu'ils pourront visiter le laboratoire de virologie, pas plus que le marché au centre des premières hypothèses.

Washington aux aguets

Mais après plus d'un an, nombre de spécialistes redoutent que peu de traces de l'origine du virus restent à découvrir. Alors que l'OMS a été accusée par Donald Trump d'être aux ordres de Pékin, la nouvelle administration américaine a plaidé mercredi pour que l'enquête internationale soit "claire et poussée".

"Il est impératif que nous allions au fond des choses dans l'apparition de la pandémie en Chine", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. Washington évaluera "la crédibilité du rapport d'enquête une fois terminé", a-t-elle averti.

"Ingérences" dénoncées

Pékin a mal pris cet avertissement, la diplomatie chinoise rejetant "une ingérence politique" qui risque de mettre en danger "la recherche de résultats scientifiques sérieux".

Outre les aspects scientifiques, Pékin a été accusé d'avoir tardé à réagir aux premiers cas de contamination découverts à Wuhan en décembre 2019, voire encore plus tôt.

La semaine dernière, un comité mandaté par l'OMS a estimé que "des mesures de santé publique auraient pu être appliquées plus énergiquement par les autorités chinoises locales et nationales en janvier" 2020.

La durée de l'enquête n'est pas connue mais la Chine entrera le 11 février dans son long congé du Nouvel an lunaire, lorsque le pays se met virtuellement à l'arrêt pendant au moins une semaine.

Continuer la lecture

International

La chute du PIB américain en 2020 la plus forte depuis 1946

Publié

le

Mais certains économistes sont plus pessimistes: "Le PIB va baisser d'environ 3,5% en 2020 par rapport à 2019", anticipe ainsi Jason Furman, professeur d'économie à Harvard et ancien membre du comité économique de la Maison Blanche sous Barack Obama (Archives © KEYSTONE/AP/MEL EVANS)

Faudra-t-il remonter à 2009 ou à 1946 pour trouver une chute du PIB plus forte que celle de 2020? Le Covid-19 a mis un frein brutal à la croissance économique américaine, et l'ampleur des dégâts sera connue jeudi.

La contraction devrait être de 2,5%, comme en 2009, selon certaines estimations, dont celle de la Banque centrale américaine (Fed) publiée en décembre.

Mais certains économistes sont plus pessimistes: "Le PIB va baisser d'environ 3,5% en 2020 par rapport à 2019", anticipe ainsi Jason Furman, professeur d'économie à Harvard et ancien membre du comité économique de la Maison Blanche sous Barack Obama.

"C'est la plus forte baisse du PIB depuis la démobilisation de la Seconde Guerre mondiale en 1946 (...) parce que le deuxième trimestre était très bas et a été rattrapé en partie seulement aux troisième et quatrième trimestres", détaille-t-il, dans un tweet.

En 2019, la croissance avait été de 2,1%, un rythme déjà ralenti par rapport aux 2,9% de 2018. Cette bonne santé économique était un des arguments de campagne de l'ancien président Donald Trump dans sa campagne de réélection.

Inégalités

Mais la première économie du monde a été stoppée dans son élan par le Covid-19. Le chômage a explosé.

Ils étaient encore 16 millions, fin décembre, à vivre grâce aux allocations chômage. Le président de la Fed Jerome Powell a même prévenu mercredi que le véritable taux de chômage tourne autour de 10%, loin des 6,7% officiels.

Les files d'attentes devant les banques alimentaires ne désemplissent pas.

Paradoxalement, en 2020, "le revenu personnel disponible a augmenté d'environ 6%. C'est la plus forte hausse depuis 1984 ou 1998", grâce aux aides budgétaires du gouvernement fédéral, relève encore Jason Furman.

Mais cela n'a pas bénéficié à tous, puisque les inégalités, déjà fortes dans le pays, se sont accentuées dans les derniers mois.

Le nouveau président Joe Biden et sa secrétaire au Trésor Janet Yellen ont promis de s'y attaquer, et d'en faire une priorité.

Le PIB du quatrième trimestre sera également annoncé jeudi. Il devrait être en croissance, mais à un rythme bien moins élevé qu'au cours des trois mois précédents, en raison de la résurgence de la pandémie aux Etats-Unis, qui a ralenti l'activité économique à partir de l'automne, causant une nouvelle fermeture de milliers de restaurants, des écoles et des commerces.

"La résurgence ces derniers mois de cas de Covid-19, d'hospitalisations et de décès cause de grandes difficultés à des millions d'Américains et pèse sur l'activité économique et la création d'emplois", a fait remarquer Jerome Powell mercredi.

La progression attendue est de 4,4%, bien moindre que la hausse historique de 33,4% observée entre juillet et septembre.

Recul du PIB dès le 1er trimestre

"Les investissements des entreprises ont apporté un soutien significatif à la croissance du PIB au quatrième trimestre, compensant en partie la faiblesse des dépenses de consommation en fin d'année", souligne Lydia Boussour, analyste pour Oxford Economics, dans une note.

Le Covid-19 avait mis fin à la croissance dès le premier trimestre 2020, causant une contraction du PIB de 5% au premier trimestre, avant un plongeon jamais vu, de 31,4%, entre avril et juin, en rythme annualisé, c'est-à-dire en comparant au trimestre précédent puis en projetant l'évolution sur l'année entière à ce rythme.

L'économie avait ensuite rebondi, affichant une forte croissance au troisième trimestre. Cette dernière avait ainsi été de 7,5% en prenant le mode de calcul d'autres économies avancées, comme la France, qui comparent un trimestre sur l'autre corrigé des jours ouvrés.

Pour 2021, le Fonds monétaire international table sur une croissance américaine de 5,1%, dopée par le dernier plan de soutien économique de 900 milliards de dollars adopté fin décembre. Il s'agirait alors de la plus forte croissance annuelle depuis 1984.

Le plan de sauvetage de 1.900 milliards de dollars présenté par Joe Biden, pourrait, s'il est adopté par le Congrès, apporter 5% de croissance supplémentaire sur trois ans.

La Fed table elle sur une croissance de 4,2% en 2021 et de 3,2% en 2022.

Continuer la lecture

International

Facebook ne veut plus faire de politique

Publié

le

Le patron de Facebook veut "calmer le jeu" et de "décourager les conversations clivantes" sur son réseau social (Archives © KEYSTONE/AP/MATT ROURKE)

Facebook qui avait contribué au printemps arabe il y a dix ans entend désormais s'éloigner des combats politiques. Son patron Mark Zuckerberg a annoncé mercredi que le réseau social ne recommanderait plus à ses utilisateurs les groupes militants ou politiques.

Cette mesure avait déjà prise aux Etats-Unis cet automne pour tenter d'apaiser les échanges à l'approche d'élections américaines sous tension. L'objectif est de "calmer le jeu" et de "décourager les conversations clivantes", a expliqué M. Zuckerberg lors de la présentation des résultats trimestriels de son groupe.

Depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis d'Amérique et le Brexit en 2016, le géant des réseaux sociaux vit au rythme des controverses et des scandales politiques. De larges pans de la société civile lui reprochent de servir de base à des personnes et organisations qui incitent à la violence.

Au printemps, au début de la pandémie de Covid-19, de nombreux annonceurs ont retiré leurs campagnes pour revoir leur message ou faire des économies. À l'été, des centaines de marques ont boycotté la plate-forme pour exiger une meilleure modération des contenus dits "haineux", dans la foulée des manifestations contre le racisme systémique aux Etats-Unis.

La politique "s'immisce" partout

Des ONG et des élus des deux bords lui demandent de prendre ses responsabilités. Facebook a fait face en multipliant les mesures pour mieux policer les échanges et juguler la désinformation, sans parvenir à les satisfaire.

"En septembre, nous avons annoncé avoir retiré plus d'un million de groupes en un an", a rappelé Mark Zuckerberg. "Mais il y a aussi de nombreux groupes dont nous ne voulons pas encourager les gens à les rejoindre, même s'ils n'enfreignent pas nos règlements".

Le fondateur du géant des plate-formes a ajouté qu'il cherchait aussi des moyens de réduire la proportion de contenus politiques sur le fil central des utilisateurs. "La politique a cette tendance à s'immiscer partout, mais nous avons beaucoup de retours de nos membres qui n'en veulent pas", a-t-il assuré, précisant néanmoins qu'il serait toujours possible de participer à des discussions engagées.

Continuer la lecture

International

Joe Biden promet de mener la réponse mondiale à la crise du climat

Publié

le

Joe Biden a signé de nouveaux décrets pour lutter contre le réchauffement de la planète et annoncé l'organisation d'un sommet international consacré au sujet en avril. ( © AP Photo/Evan Vucci)

Joe Biden a affirmé mercredi que son pays devait guider la réponse mondiale à la menace "existentielle" de la crise du climat. Il a signé de nouveaux décrets pour lutter contre le réchauffement de la planète et annoncé l'organisation d'un sommet international consacré au sujet en avril.

Parmi les mesures annoncées par le président démocrate, l'une proclame un moratoire sur l'octroi de nouvelles concessions pour des forages pétroliers et gaziers sur les terres et les eaux appartenant au gouvernement. "Nous avons déjà attendu trop longtemps pour faire face à cette crise climatique. Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps. Nous le voyons de nos propres yeux. Nous le ressentons dans notre for intérieur. Et il est temps d'agir", a-t-il alerté.

"Nous devons guider la réponse mondiale" à cette crise "existentielle", a-t-il insisté. Le nouveau président démocrate, qui a nommé l'ancien secrétaire d'Etat John Kerry envoyé spécial pour le climat, a annoncé l'organisation par les Etats-Unis d'un sommet environnemental le 22 avril, le jour de la Terre.

Cette date correspond aussi au cinquième anniversaire de la signature de l'accord de Paris, que les Etats-Unis ont à nouveau rejoint quelques heures après l'entrée en fonction de Joe Biden. Les Etats-Unis devraient, lors de ce sommet, annoncer de nouveaux objectifs en termes de baisse de leurs émissions de gaz à effet de serre.

Message "positif"

John Kerry a dit que son pays était prêt à travailler avec la Chine dans le cadre des négociations climatiques, en dépit des différends entre les deux puissances. "Le vol de propriété intellectuelle, l'accès au marché, la mer de Chine méridionale": "ces sujets ne seront jamais marchandés pour quoi que ce soit qui ait à voir avec le climat", qui est "un sujet distinct", a-t-il assuré lors d'un briefing à la Maison Blanche.

Ce sommet "envoie un message positif, selon lequel l'administration Biden est sérieuse quant au fait de travailleur main dans la main avec la communauté internationale", estime Rachel Cleetus, qui fait partie d'une organisation rassemblant des scientifiques "inquiets". Elle souligne toutefois que les Etats-Unis ont du chemin à faire, et que le monde attend d'eux de nouveaux objectifs ambitieux.

La pause annoncée sur l'octroi de nouvelles concessions pour des forages pétroliers et gaziers sur les terres et les eaux fédérales n'aura pas d'impact sur les concessions déjà accordées. Elle permettra toutefois à Joe Biden de tenir une de ses promesses de campagne.

Conseil scientifique

Les Etats-Unis s'engagent aussi à préserver l'intégrité de 30% des terres et des eaux fédérales d'ici 2030, afin d'enrayer la perte de la biodiversité. M. Biden a également annoncé que les considérations climatiques deviendraient un élément essentiel de la diplomatie et des politiques de sécurité américaines, et qu'il allait reconstituer un conseil scientifique composé d'experts.

Le président démocrate doit par ailleurs présenter au Congrès le mois prochain son plan de 2000 milliards de dollars pour le climat, censé placer durablement les mesures vertes au coeur de l'économie américaine. Il pourrait cependant faire face aux réticences des élus républicains, même si un accord bipartite reste envisageable.

Avec cette série de mesures, Joe Biden se rapproche de manière concrète de son objectif d'abandon progressif des énergies fossiles, et d'une neutralité carbone dans le secteur énergétique d'ici 2035 et dans l'ensemble de l'économie d'ici 2050.

Mais certaines associations environnementales souhaitent que le nouveau président aille encore plus loin, transformant le moratoire sur les forages en une interdiction permanente. Le projet présidentiel a aussi provoqué de vives critiques dans l'industrie des énergies fossiles.

Continuer la lecture

International

La quasi-interdiction de l'avortement entre en vigueur en Pologne

Publié

le

A Varsovie, les manifestants ont allumé des fusées éclairantes, brandi des drapeaux arc-en-ciel, l'emblème des mouvements gays, ainsi que des pancartes avec les inscriptions "Cela signifie la guerre", "Libre choix" et "Non la terreur". ( © KEYSTONE/AP/Czarek Sokolowski)

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues mercredi en Pologne. Le gouvernement conservateur a annoncé que l'arrêt du Tribunal constitutionnel interdisant pratiquement l'avortement entrerait en vigueur à l'issue de sa publication au Journal officiel.

"Le Tribunal constitutionnel a présenté une justification écrite de l'arrêt sur la protection de la vie. Conformément aux exigences constitutionnelles, l'arrêt sera publié aujourd'hui dans le Journal officiel", a indiqué le Centre d'information du gouvernement sur Twitter.

Le Tribunal constitutionnel a proscrit en octobre l'interruption volontaire de grossesse en cas de malformation grave du foetus. Il a statué qu'elle est "incompatible" avec la Constitution, ce qui aboutit à l'interdiction de toute IVG sauf en cas de viol ou d'inceste ou lorsque la vie de la mère est en danger.

A Varsovie, les manifestants ont allumé des fusées éclairantes, brandi des drapeaux arc-en-ciel, l'emblème des mouvements gays, ainsi que des pancartes avec les inscriptions "Cela signifie la guerre", "Libre choix" et "Non la terreur".

La manifestation, qui a commencé devant le siège du Tribunal constitutionnel à Varsovie, a entraîné un arrêt de la circulation. Les manifestants se sont ensuite dirigés vers le siège du parti ultra-catholique Droit et Justice (PiS) au pouvoir.

"Exprimez votre colère"

Des rassemblements similaires se sont déroulés dans d'autres villes polonaises, en dépit des restrictions interdisant les rassemblements de masse à cause de l'épidémie de Covid-19. Des manifestations massives ont débuté en Pologne le 22 octobre quand le Tribunal constitutionnel, réformé par le PiS et se conformant à ses souhaits, a pris cette mesure sur l'avortement.

Le gouvernement avait suspendu la publication de l'arrêt, à la suite de ces actions de protestation qui se déroulaient en pleine pandémie du coronavirus.

"Nous exhortons tout le monde à sortir dans la rue. (...) Exprimez votre colère comme bon vous semble", a déclaré à la presse avant les manifestations mercredi Marta Lempart, de la "Grève des femmes", le principal mouvement à l'origine des protestations.

"L'enfer des femmes"

"L'ensemble de la Pologne se mobilise, pas seulement Varsovie, nous sommes prêts ! Quand nous parlons de l'enfer des femmes, nous pouvons maintenant parler de l'enfer du gouvernement. Nous allons vous cuisiner un enfer", a ajouté Klementyna Suchanow, également de la Grève des femmes.

Le président de PiS "Jaroslaw Kaczynski est responsable du déclenchement de la guerre polono-polonaise", a déclaré pour sa part Borys Budka, le chef de la Plate-forme civique (centre libéral, opposition), "aucun gouvernement respectueux de la loi ne respectera cette pseudo-décision".

Selon lui, la publication de l'arrêt est "une provocation" et une tentative, de la part du gouvernement, de "cacher son incompétence" dans la lutte contre la pandémie du coronavirus et "l'échec du programme de vaccination" (...) tout "en jouant avec la santé et la vie des femmes polonaises". Wanda Nowicka, du parti de Gauche, a tweeté : "Vous n'avez pas encore gagné cette guerre contre les femmes et vous ne la gagnerez pas".

La Pologne, un pays majoritairement catholique, a une des lois les plus restrictives ne matière de l'avortement en Europe. Aujourd'hui, il y a moins de 2000 avortements légaux par an en Pologne, selon les données officielles. Les organisations féministes estiment par ailleurs qu'environ 200'000 IVG sont réalisées illégalement ou à l'étranger chaque année.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Affections solidement enracinées, et comme vous avez beaucoup de magnétisme, amour et amis n'ont aucune envie de vous quitter.

Publicité

Les Sujets à la Une

X