Rejoignez-nous

Coronavirus

Coronavirus - les informations du 27 mars

Publié

,

le

Si la météo le permet, le Cervin s'illumine chaque soir pour transmettre des messages "d'espoir et de solidarité" en cette période difficile de pandémie de covid-19. Une action de l'artiste suisse Gerry Hofstetter. (Valentin Flauraud/Keystone via AP)
Retrouvez ici l'essentiel des informations majeures de cette journée du 27 mars concernant la pandémie de coronavirus, dans le canton de Vaud, mais également en Suisse et dans le monde.

La barre des 12'000 cas franchie en Suisse, "effort à poursuivre"

L'épidémie de Covid-19 continue sa progression en Suisse. L'OFSP a annoncé vendredi 1390 nouveaux cas, portant le total à 12’161. La vague se poursuit "avec une certaine force", a reconnu Alain Berset, qui a appelé la population à poursuivre ses efforts.

Alain Berset a jugé que les mesures édictées par le gouvernement étaient comprises et largement respectées, relevant qu'il y avait "relativement peu d'infractions" sanctionnées par la police.

>> Notre article à lire ici : La barre des 12'000 cas franchie en Suisse, "effort à poursuivre"

Les cantons obtiennent une marge de manoeuvre dans leur lutte contre le coronavirus

Le Conseil fédéral a décidé vendredi de les autoriser à restreindre ou arrêter les activités de certaines branches de l'économie sous conditions.

La nouvelle règlementation fait suite à une décision du Tessin de fermer entreprises et chantiers sur son territoire. Une mesure jugée dans un premier temps illégale par le gouvernement. Ce dernier a toutefois décidé de lâcher du lest vendredi.

Les cantons peuvent désormais ordonner, pour une durée limitée, la fermeture des activités de certaines branches de l'économie sous certaines conditions. Il faut notamment que le système de santé du canton concerné arrive à saturation, même après avoir obtenu le soutien d’autres cantons.

>> Notre article à lire ici : Les cantons obtiennent une marge de manoeuvre

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Soutien au personnel hospitalier: 65’000 signatures

Les conditions de travail du personnel soignant inquiète le syndicat des services publics (SSP/vpod). Sa pétition "Préservons les droits et la santé de celles et ceux qui nous soignent" a récolté plus de 65’000 signatures en trois jours: c’est davantage que pour faire aboutir un référendum au niveau fédéral. Le Conseil fédéral doit en prendre acte et revenir sur sa décision de suspendre l’application de la loi sur le travail, écrit le syndicat SSP dans un communiqué vendredi.

>> Notre article à lire ici : Soutien au personnel hospitalier : 65'000 signatures

Délais de paiement de loyers étendus - déménagements possibles

Les locataires peinant à régler leurs loyers pourront souffler un peu. Le Conseil fédéral a étendu vendredi de 30 à 90 jours le délai de paiement en cas de retard. Le délai de congé pour les chambres meublées et les places de parking passe immédiatement à 30 jours.

Les déménagements restent possibles malgré le coronavirus, précise le gouvernement. Mais les directives de l’Office fédéral de la santé publique doivent être respectées.

La question a occupé de nombreux esprits ces derniers jours. Le 31 mars est un délai de déménagement officiel en beaucoup d’endroits, ce qui conduit à environ 50'000 déménagements. Les entreprises de déménagement et les gérants d’immeubles assurent qu’elles sont en mesure de respecter ces directives.

>> Notre article à lire ici : Délais de paiement de loyers étendus - déménagements possibles

Image d'illustration (KEYSTONE/Christian Beutler)

Antidouleurs et antibiotiques viennent à manquer

A cause de la crise du coronavirus, les hôpitaux et les cliniques commencent à manquer d'antidouleurs et d'antibiotiques. Ils vont devoir puiser dans les stocks fédéraux. Il n'est toutefois pas sûr que ces derniers soient suffisants pour traverser la pandémie.

Les cas sévères de Covid-19 nécessitent un traitement avec des antidouleurs et des antibiotiques. Ces analgésiques commencent cependant à manquer. La Confédération ouvrira les stocks correspondants, a indiqué jeudi soir Ueli Haudenschild de l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays dans l'émission Echo der Zeit de la radio alémanique SRF.

>> Notre article à lire ici : Antidouleurs et antibiotiques viennent à manquer

Pas de manque de lits aux soins intensifs romands pour l'instant

Interrogés par Keystone-ATS, plusieurs cantons romands disent ne pas manquer à l'heure actuelle de lits en soins intensifs ni entrevoir un risque imminent de saturation. Ils contredisent ainsi l'étude de l'EPFZ avertissant que la Suisse allait manquer de lits en soins intensifs dès jeudi prochain en raison de la progression du coronavirus.

Jusqu'à 1000 lits supplémentaires pourraient être nécessaires dans tout le pays, selon l'étude. En prenant en compte le nombre de lits dans les unités de soins intensifs, estimé à 979, et le nombre de décès liés à la maladie Covid-19, le rapport suggère que le système est proche de la saturation, sur la base des données disponibles.

>> Notre article à lire ici : Pas de manque de lits aux soins intensifs romands pour l'instant

Vaud: les décès ont doublé en deux jours

Le canton de Vaud compte désormais 38 décès liés au Covid-19. Ce total a quasiment doublé en deux jours.

La progression du nombre de décès s'est accéléré ces deux derniers jours sans le canton de Vaud, un des trois les plus touchés en Suisse avec le Tessin et Bâle-Ville: de 21 mercredi, le nombre de décès a grimpé à 32 puis à 38, montrent vendredi les chiffres publiés quotidiennement par les autorités vaudoises.

Le nombre des hospitalisations en cours a franchi la barre des 300 personnes, à 327 dont 66 aux soins intensifs.

>> Notre article à lire ici : Vaud: les décès ont doublé en deux jours

Les rues de Johannesburg en Afrique du Sud sont désertes, quelques heures après la mise en place d'un confinement national. EPA/KIM LUDBROOK

"Evolution dramatique" de l'épidémie en Afrique selon une responsable de l'OMS

La directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique a alerté sur "l'évolution dramatique" de l'épidémie de Covid-19 en Afrique. Une quarantaine de pays sont désormais touchés sur le continent contre un seul il y a un mois.

Dans un entretien à la chaîne France24, Matshidiso Rebecca Moeti a pointé du doigt "une augmentation géographique du nombre de pays et aussi l'augmentation du nombre de cas infectés".

>> Notre article à lire ici : "Evolution dramatique" de l'épidémie en Afrique selon une responsable de l'OMS

Boris Johnson testé positif avec de "légers symptômes"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été testé positif au nouveau coronavirus après avoir présenté "de légers symptômes", a annoncé Downing Street vendredi. Il s'est placé en isolation. "C'est ce qu'il faut faire", a affirmé le Premier ministre britannique dans un message vidéo. "Grâce à la technologie moderne, je reste en contact avec mon équipe pour continuer la lutte contre ce coronavirus."

>> Notre article à lire ici : Boris Johnson testé positif avec de "légers symptômes"

Le guet de la cathédrale de Lausanne sonnera l'alerte

Le guet de la cathédrale de Lausanne va sonner chaque soir l'alerte pour appeler la population à l'entraide face au Covid-19. Il le fera selon les règles établies au Moyen-Age.

Cette alarme symbolique sera donnée juste après la ronde de 22h du guet, explique vendredi la Ville de Lausanne. La mesure entre en vigueur immédiatement et pour une durée indéterminée.

>> Notre article à lire ici : Le guet de la cathédrale de Lausanne sonnera l'alerte

Robin Jaunin et Keystone-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Des anti-Covid sont prêts à des actes de violence, selon un expert

Publié

le

La police a dû repousser des manifestants opposés aux restrictions anti-Covid-19 lors de deux manifestations devant le Palais fédéral à Berne (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Une partie des personnes opposées aux restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus commence à se radicaliser, alerte André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité (RNS). Elles sont prêtes à commettre des actes de violence, ajoute-t-il.

"On voit qu'il y a une montée en puissance de la frange de la population qui s'oppose aux mesures Covid, en particulier depuis l'extension du certificat" sanitaire, explique M. Duvillard dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche. Il pointe les dernières manifestations à Berne, lors desquelles des couteaux et des tournevis ont notamment été saisis.

Ces manifestants sont des "extrémistes monothématiques", précise le spécialiste de la lutte contre la radicalisation. Ni d'extrême gauche ni d'extrême droite, ils sont "prêts à devenir violents par rapport à une cause très particulière, qui est celle du Covid-19".

Il est encore trop tôt pour dresser leur profil, remarque M. Duvillard. Mais "à Berne, on a vu plutôt des hommes, entre 30 et 40 ans, bien intégrés".

Nouvelle forme d'extrémisme

"C'est une nouvelle forme d'extrémisme que l'on voit apparaître sur le plan international", poursuit l'expert. En cas de récupération politique, il y a un risque "que cela aboutisse à des affrontements entre des membres de l'extrême gauche et de l'extrême droite".

M. Duvillard dit n'avoir pas souvenir d'une telle concentration de manifestations comme actuellement en Suisse. Il appelle à être attentif à la situation ces prochaines semaines, notamment avant les votations de novembre sur la loi Covid.

Suite aux violences de la manifestation du 16 septembre à Berne, l'Office fédéral de la police (Fedpol) a assuré disposer d'un dispositif contre d'éventuelles intrusions dans le Palais fédéral. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) examine, lui, une éventuelle implication de groupes extrémistes violents dans le milieu des sceptiques face aux mesures contre la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le Conseil fédéral veut finalement prolonger la gratuité des tests

Publié

le

Alain Berset, le ministre de la santé, a finalement annoncé le prolongement de la gratuité des tests. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les personnes ayant reçu une première dose de vaccin devraient pouvoir se faire tester gratuitement jusqu'à fin novembre, propose finalement le Conseil fédéral. En attendant une décision, la gratuité des tests antigéniques est prolongée.

Vu le nombre de vaccinations en hausse, le Conseil fédéral offre de financer les tests (tests rapides antigéniques et tests PCR salivaires groupés) des personnes ayant reçu une première dose de vaccin et qui n'ont pas encore de certificat. Et ce jusqu'à fin novembre, a annoncé vendredi le ministre de la santé Alain Berset lors d'une conférence de presse.

Le Conseil fédéral a aussi décidé de prolonger jusqu'au 10 octobre la gratuité des tests rapides antigéniques pour tout le monde, y compris ceux effectués pour obtenir un certificat Covid. Il avait annoncé fin août mettre fin à cette gratuité au 1er octobre.

Pressions

Presque tous les partis avaient d'abord soutenu les intentions du gouvernement. Mais le vent a tourné. L'UDC, le PS et le Centre exigent depuis le maintien de la gratuité, au même titre que les Verts. Seul le PLR soutenait encore le gouvernement sur ce sujet. La commission de la santé du Conseil national a également appelé le Conseil fédéral à maintenir la gratuité des tests.

"Le gouvernement maintient son cap. Les jours sont beaux, les terrasses sont remplies, mais la partie délicate de la pandémie automnale se profile", s'est défendu Alain Berset. En laissant du temps, on assure ainsi aux personnes qui ont besoin d'un peu plus de réflexion de ne pas devoir supporter des coûts à cause de l'extension de l'obligation du pass Covid.

Les discussions au sein du gouvernement ont été "approfondies" et parfois vives, reconnaît-il. Mais ce n'est pas à la collectivité de financer les coûts des tests pour des personnes asymptomatiques qui ne veulent pas se faire vacciner.

"Ces personnes ont eu accès à des tests gratuits pendant 3 mois et demi", a rappelé Alain Berset. "Les manifestations, on les voit", mais il y a encore du chemin à faire pour sortir de cette situation.

Facture de 280 millions

Selon le gouvernement, les coûts des tests liés à l'introduction du certificat Covid et la prolongation de la gratuité des tests au 10 octobre feraient grimper la facture à 160 millions de francs. Auxquels s'ajouteront 120 millions de francs pour les tests gratuits pour les personnes ayant reçu une première dose de vaccin d'ici fin novembre.

La semaine dernière, 600'000 tests ont été effectués pour des certificats Covid. Pendant la saison froide, ce nombre devrait passer à 1 million par semaine, pense Alain Berset. Si le financement du test était prolongé indéfiniment, il en résulterait environ 47 millions de francs par semaine à la charge de la Confédération, ou 800 millions jusqu'à fin janvier. "C'est beaucoup."

Tests groupés

La proposition est désormais en consultation auprès des cantons, des partenaires sociaux et des autres milieux concernés jusqu'au 28 septembre. Le Conseil fédéral prendra une décision définitive lors de sa séance du 1er octobre.

Il prévoit aussi de faciliter les tests PCR salivaires groupés coordonnés dans toute la Suisse à partir de la mi-octobre, en plus des programmes cantonaux existants. Cela permettra de réaliser des dépistages ponctuels dans les lieux à risques (hotspots).

Les tests répétés pour les écoles, les établissements de santé et les entreprises seront traités par des prestataires externes. Le gouvernement veut aussi offrir la possibilité aux personnes qui le souhaitent de participer individuellement aux tests PCR salivaires groupés, à leurs frais, en vue de l'obtention de certificats de test.

Des exceptions resteront prévues après le 10 octobre pour la gratuité des tests: tous les jeunes de moins de 16 ans, toutes les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales, toutes les personnes qui présentent des symptômes, et aussi celles qui veulent visiter des proches dans les hôpitaux ou des homes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1502 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 1502 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte vendredi 1502 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 15 décès supplémentaires et 59 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'473 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,81%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23'881, soit 276,25 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 23,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,10%.

Au total 10'312'971 doses de vaccin ont été administrées et 54,57% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'816'100 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'129'834 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 833'383 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'616'632 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'665 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'633.

Le pays dénombre par ailleurs 13'089 personnes en isolement et 13'531 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1632 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte jeudi 1632 nouveaux cas de Covid-19 (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte jeudi 1632 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 35 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 37'534 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,35%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'152, soit 290,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,83. Les patients Covid-19 occupent 27% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 77,20%.

Au total 10'276'380 doses de vaccin ont été administrées et 54,39% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'099'641 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 831'880 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'577'644 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'650 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'570.

Le pays dénombre par ailleurs 13'859 personnes en isolement et 14'852 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

L'importateur rappelle ses masques: protection insuffisante

Publié

le

Les masques N95/FFP2 de la marque "myfixmask" offrent une protection insuffisante. (© WBF)

Des masques de la marque "myfixmask" N95/FFP2 offrent une protection insuffisante. Comme cela représente un danger pour la santé, l'importateur Yoobopo rappelle le produit, en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (BPA).

Leur effet filtrant n'est pas suffisant. Le fabricant du masque est la société Elis SHPK au Kosovo. Le produit ne doit pas être utilisé car il existe un risque de "dommages irréversibles pour la santé".

Seul est concerné le produit N95 Disposable Respirator / Protective Mask de la marque "myfixmask", fabriqué par Elis SHPK. Ces masques ont été mis en vente sur le site internet www.myfixmask.ch. Ne sont pas concernés des boites/produits, marqués avec "modèle 002", "modèle 003" ou suivants.

Les consommateurs concernés sont priés de ne pas utiliser les masques de la marque "myfixmask" portant le nom "N95 Disposable Respirator/Protective Mask", et de contacter Yoobopo SA pour échanger gratuitement ces masques contre des masques conformes aux normes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Un ciel bien intentionné est en passe de créer un climat plaisant, avec des émotions colorées et bien agréables. Ecoutez vos ressentis…

Les Sujets à la Une

X