Rejoignez-nous

International

Exit Rajoy, un socialiste prend le pouvoir en Espagne

Publié

,

le

Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, coulé par un scandale de corruption, a été renversé vendredi par le parlement, après plus de six ans au pouvoir en Espagne. Il a été aussitôt remplacé par le socialiste Pedro Sanchez.

La motion de censure contre le dirigeant conservateur, qui est resté au pouvoir plus de six ans, a été adoptée vers 11h30 avec comme prévu une majorité de 180 députés sur 350. Dans la chambre basse du parlement, les députés se sont prononcés par 180 voix pour, 169 voix contre et une abstention.

Le sort de M. Rajoy s’est donc joué en à peine une semaine depuis le dépôt vendredi par le Parti Socialiste (PSOE) de M. Sanchez de cette motion, au lendemain de l’annonce de la condamnation du Parti Populaire du chef du gouvernement dans un méga-procès pour corruption, baptisé Gürtel.

Peu de temps avant le vote, M. Rajoy, premier chef de l’exécutif renversé par une motion de censure en Espagne depuis le retour à la démocratie, avait reconnu sa défaite. « Nous pouvons présumer que la motion de censure sera adoptée. En conséquence, Pedro Sanchez va être le nouveau président du gouvernement », a-t-il déclaré, dans une courte allocution acclamée par ses partisans, félicitant son rival et soulignant son « honneur » d’avoir dirigé le pays.

La fin d’un chapitre politique

Un chapitre de l’histoire politique espagnole s’est donc refermé vendredi à Madrid. Au pouvoir depuis décembre 2011, M. Rajoy, 63 ans, avait survécu à plusieurs crises majeures, de la récession, dont il est sorti au prix d’une sévère cure d’austérité, aux mois de blocage politique en 2016 jusqu’à la tentative de sécession de la Catalogne l’an dernier.

« Aujourd’hui, nous écrivons une nouvelle page de l’histoire de la démocratie dans notre pays », a déclaré M. Sanchez, ancien professeur d’économie surnommé le « beau mec ». Il devait être nommé officiellement chef du gouvernement dans les heures à venir.

A 46 ans, M. Sanchez tient enfin sa revanche, lui dont l’investiture à la tête du gouvernement avait été rejetée par les députés en mars 2016 avant qu’il ne réalise en juin de la même année le pire score de l’histoire du PSOE aux élections législatives. Débarqué du poste de numéro de sa formation à la suite de cette déroute électorale, il en a repris les rênes l’an dernier grâce au soutien de la base contre les barons du PSOE.

Coup fatal des nationalistes catalans

Monté au front contre M. Rajoy dès l’annonce le 24 mai de la condamnation du PP dans le scandale Gürtel, il a tenté cette fois avec succès un coup de poker politique. Mais il a dû former autour des 84 députés socialistes une majorité hétéroclite allant de Podemos aux indépendantistes catalans et aux nationalistes basques du PNV.

Ces derniers, qui comptent 5 députés, ont porté le coup fatal à M. Rajoy jeudi après-midi en se ralliant à la motion socialiste après avoir pourtant voté le budget du gouvernement la semaine dernière.

Afin de convaincre le PNV, M. Sanchez a dû assurer qu’il ne toucherait pas à ce budget qui prévoit des largesses financières pour le Pays basque. Il a en outre promis aux indépendantistes catalans qu’il essaierait de « jeter des ponts pour dialoguer » avec le gouvernement régional de Quim Torra.

Reste à savoir désormais combien de temps M. Sanchez, qui veut faire adopter des mesures sociales et a promis de convoquer par la suite des élections, sera en mesure de gouverner avec une majorité qui apparaît totalement instable. Ses alliés de circonstance ont d’ailleurs tous souligné que leur vote contre Rajoy n’était pas un chèque en blanc. Podemos a déjà réclamé d’entrer au gouvernement.

L’affaire de trop

La condamnation du PP dans le procès Gürtel pour avoir bénéficié de fonds obtenus illégalement aura donc été l’affaire de trop pour M. Rajoy, dont le PP est empêtré dans plusieurs scandales.

Dans cette affaire, les juges ont conclu à l’existence d’un « authentique système de corruption institutionnelle » entre le PP et un groupe privé à travers la « manipulation de marchés publics », ainsi qu’à l’existence d’une « caisse noire » au sein du parti. Ils ont de plus mis en doute la crédibilité de M. Rajoy qui avait nié l’existence de cette comptabilité parallèle devant le tribunal.

(ATS / KEYSTONE – EPA EFE – JJ GUILLEN)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

JOJ 2020 : la flamme a été allumée

Publié

le

© IOC

La flamme des Jeux olympiques de la jeunesse a été allumée à Athènes. Elle a été remise à Virginie Faivre, la présidente du comité d’organisation de Lausanne-2020, dans le Stade panathénaïque.

La flamme s’envolera mercredi pour Genève avant de prendre place dans la capitale vaudoise. Elle sillonnera tous les cantons suisses à partir du 21 septembre avant d’embraser la vasque au centre de Lausanne durant toute la compétition (8-22 janvier).

Jürg Stahl, président de Swiss Olympic, a assisté à cette cérémonie rituelle orchestrée par les prêtresses de Héra et dont le moment fort a bien entendu été l’allumage par le skaphia, ce miroir parabolique qui concentre les rayons du soleil.

Lausanne-2020 a symboliquement confié les deux premiers relais suisses de cette flamme à de jeunes athlètes, la hockeyeuse Sydney Berra et le snowboarder Pascal Bitschnau. Puis le président du Comité olympique grec Spyros Capralos a transmis la torche à Virginie Faivre.

Continuer la lecture

International

Tunisie: deux candidats anti-système en tête de la Présidentielle

Publié

le

L'optimisme était de mise chez les partisans de l'homme d'affaires Nabil Karoui. (©KEYSTONE/AP/HASSENE DRIDI)

Deux candidats « anti-système », dont un en prison, ont revendiqué dimanche soir leur qualification au 2e tour de la présidentielle en Tunisie. Le scrutin, riche en suspense, a été marqué par une faible participation.

Selon les instituts de sondage privés tunisiens Sigma Conseil et Emrhod, l’universitaire indépendant Kais Saied est arrivé en tête avec environ 19% des voix devant le publicitaire en prison Nabil Karoui, crédité de quelque 15% des suffrages.

Mais le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, dont le candidat Abdelfattah Mourou est donné troisième par ces sondages (avec 11 à 12,5% des voix), a souligné que « seule l’Instance des élections donne les résultats ». « Nos propres résultats diffèrent, mais nous allons attendre d’en être sûrs », a déclaré à la presse le député d’Ennahdha Samir Dilou.

Les résultats officiels seront annoncés mardi au plus tard par l’Instance chargée des élections (Isie).

S’ils se confirment, ces résultats sont un véritable coup de tonnerre qui balaye la classe politique tunisienne au pouvoir depuis la révolution de 2011, et ouvrent une période de grande incertitude dans le pays pionnier du printemps arabe.

Scènes de liesse

Des scènes de liesse se sont déroulées peu après la fermeture des bureaux de vote devant le quartier général de M. Karoui. Sa femme, Salwa Smaoui, a lu une lettre de son époux incarcéré ,saluant « un jour exceptionnel pour la démocratie et pour l’histoire du pays ».

« Nous espérons qu’il sera libéré demain et qu’il pourra mener campagne de façon équitable », a ajouté Mme Smaoui.

M. Karoui, 56 ans, est derrière les barreaux depuis le 23 août, sous le coup d’une enquête pour blanchiment et fraude fiscale. Si sa qualification au 2e tour se confirme, il s’agira d’une situation sans précédent dans le monde.

Fondateur de la chaîne privée Nessma, il s’est construit une forte popularité en organisant des opérations caritatives dans les régions défavorisées du pays.

« Robocop »

De son côté, l’universitaire indépendant Kais Saied, 61 ans, surnommé « Robocop » en raison de sa diction rigide et de son visage impassible, a assuré être « le premier du premier tour ».

« Si je suis élu président j’appliquerai mon programme », a-t-il déclaré à l’AFP, dans un petit appartement délabré du centre de Tunis, entouré d’une quinzaine de personnes ayant participé à sa campagne.

M. Saied, connu des Tunisiens pour avoir commenté la scène politique sur les plateaux de télévision depuis la révolution de 2011, n’a aucun parti pour le soutenir et n’avait jamais disputé de campagne électorale.

Selon les sondages, le Premier ministre Youssef Chahed réunirait entre 7 et 8,7 % des voix.

Désaffection des jeunes

Sept millions de Tunisiens étaient appelés aux urnes pour le premier tour de ce scrutin, la deuxième élection présidentielle libre depuis la révolution de 2011. La participation a été de 45,02%, a indiqué l’Isie, qui a qualifié ce taux d' »acceptable ». En 2014, pour la première élection présidentielle libre en Tunisie, le taux de participation avait atteint 64% au premier tour.

Le scrutin semble avoir été marqué par une désaffection des jeunes, un électorat crucial que le président de l’Isie, Nabil Baffoun, avait exhorté à se rendre aux urnes, dans une déclaration véhémente une heure avant la fin des opérations.

« C’est le signe d’une désaffection très profonde, le ras-le-bol d’une classe politique qui n’a pas répondu aux attentes économiques et sociales », a déclaré à l’AFP le politologue Hamza Meddeb. « Le dégoût de la classe politique semble se traduire par un vote pour des outsiders », a-t-il ajouté, qualifiant M. Karoui comme M. Saied d' »anti-système ».

Election dans le calme

Après une campagne marquée par un regain apparent d’intérêt dans l’unique pays rescapé des printemps arabes de 2011, les électeurs devaient trancher entre 26 candidats.

Le nombre de concurrents, la fragmentation de la scène politique, et un sentiment croissant de rejet des « élites » ont accru l’incertitude entourant le scrutin. Et nombre d’électeurs ont admis auprès de l’AFP ne pas savoir pour qui voter jusqu’au dernier moment.

La tenue de l’élection s’est déroulée dans le calme. Environ 70’000 membres des forces de sécurité étaient mobilisés, et des milliers d’observateurs ont été déployés par les partis et des institutions internationales dans les bureaux de vote.

Les partis vont désormais être placés face au défi de préparer simultanément les législatives du 6 octobre et le second tour de la présidentielle, qui devrait se tenir d’ici le 23 octobre.

Le calendrier a été chamboulé par la mort, le 25 juillet, du chef de l’Etat Béji Caïd Essebsi, 92 ans, qui a contraint à anticiper un scrutin présidentiel initialement programmé en fin d’année.

Continuer la lecture

International

Une deuxième vie en Espagne pour Solar Impulse

Publié

le

Solar Impulse s’en ira en Espagne. Bertrand Piccard et André Borschberg, co-fondateurs du projet l’annoncent ce mercredi. 

Dans un communiqué diffusé cet après-midi, « Solar Impulse SA » indique avoir signé un accord avec Skydweller, une entreprise basée en Espagne, dans la région de la Castilla Mancha.

Après avoir fait le tour du monde propulsé par des moteurs fonctionnant uniquement à l’énergie solaire, l’avion Solar Impulse vivra donc une seconde vie avec cette start-up qui veut « innover dans l’industrie aéronautique ». L’accord signé porte sur un « nouvel usage » de l’appareil en vol.

Une fois la recherche et le développement en vol accomplis, l’avion Solar Impulse sera placé dans une exposition permanente dans un musée, pour « continuer à inspirer les futures générations ».

André Borschberg, CEO et pilote de Solar Impulse évoque « un nouveau chapitre important dans le secteur de l’aviation durable ». Pour Bertrand Piccard, co-fondateur, cette deuxième vie pour  Solar Impulse « pourra continuer d’illustrer le fait que les technologies propres peuvent atteindre l’impossible tout en construisant un futur durable. Le tout sans utiliser une seule goutte d’essence ».

Les autorités locales de Castilla la Mancha s’engagent à financer le projet et le voient comme « une opportunité économique pour le développement de la région ».

Skydweller veut poursuivre le travail

Avec Solar Impulse, la société Skydweller souhaite bénéficier de 15 ans d’expérience de recherche et de développement pour développer, tester et industrialiser des appareils volants autonomes et sans équipage.

Tour du monde

Solar Impulse 2 a achevé avec succès son tour du monde le 26 juillet 2016, en atterrissant à Abou Dabi après un tour du monde de 43’041 km uniquement grâce à l’énergie solaire.

Continuer la lecture

International

L’ouragan Dorian s’abat sur les Bahamas

Publié

le

Des vents dévastateurs à près de 280 km/h s'approchaient des Bahamas dimanche. (©Keystone/AP)

L’ouragan Dorian s’est encore renforcé dimanche pour passer en catégorie 5 selon le Centre national des ouragans américain (NHC) qui met en garde contre une tempête « catastrophique ». Elle était sur le point de frapper les îles Abacos, aux Bahamas.

« Dorian devient l’ouragan le plus violent de l’histoire moderne dans le nord-ouest des Bahamas. Conditions catastrophiques dans les îles Abacos », qui font partie de l’archipel des Bahamas, a écrit le NHC, en appelant les habitants à chercher immédiatement refuge.

Parlant d’un ouragan « très puissant, très dangereux », Ken Graham, directeur du NHC, a insisté sur la menace qu’il faisait peser sur cet archipel touristique des Caraïbes. Il s’agit « d’une situation extrêmement dangereuse pour les Bahamas », a-t-il prévenu sur Facebook. « Des vents dévastateurs » à près de 280 km/h s’approchaient de l’île, selon le NHC.

« Les gens se préparent depuis mercredi », a expliqué Yasmin Rigby, qui vit à Freeport, à Grand Bahama, rappelant que le souvenir des ouragans Frances et Jeanne (2004) et Wilma (2005) était toujours très présent dans les esprits.

« Très difficile à prédire »

Le premier ministre Hubert Minnis a multiplié les appels à la population. « J’appelle tous les habitants des Bahamas se trouvant sur le passage de l’ouragan Dorian à évacuer et à se mettre à l’abri », a-t-il tweeté. L’ouragan devrait ensuite se rapprocher de la côte est de la Floride lundi soir et mardi, mais il est difficile de prévoir avec quelle intensité il va frapper le « Sunshine State ».

« Beaucoup de mouvement, très difficile à prédire », avait résumé samedi Donald Trump dans un tweet, soulignant que la Géorgie, la Caroline du Sud et la Caroline du Nord se retrouveraient probablement en première ligne en milieu de semaine prochaine.

Le président américain, qui a annulé le voyage qu’il devait effectuer en Pologne ce week-end, a suivi samedi l’évolution de la situation depuis son golf de Virginie, sur les bords du Potomac, avant de rejoindre Camp David. « C’est l’un des ouragans les plus puissants (…) depuis des décennies. Soyez prudents! », a-t-il lancé.

Le gouverneur de Caroline du Sud, Henry McMaster, a déclaré l’état d’urgence dans son Etat. « La force et le caractère imprévisible de la tempête nous obligent à nous préparer à tous les scénarios », a-t-il souligné. L’état d’urgence avait déjà été déclaré en Floride et dans une douzaine de comtés de l’Etat de Géorgie. Cette mesure permet de mieux mobiliser les services publics de l’Etat et de recourir si besoin à l’aide fédérale.

Quelque 12’000 soldats

Si une forme de soulagement dominait à Miami, les habitants restaient prudents et la distribution par la ville de sacs de sable pour lutter contre les inondations se poursuivait. Le gouverneur républicain de la Floride, Ron DeSantis, a exhorté la population à « rester vigilante ».

La Floride, principalement constituée d’une péninsule dans le sud-est des Etats-Unis, se trouve chaque année en première ligne lors de la saison des ouragans. Avec un relief très plat, le littoral est particulièrement menacé par une montée des eaux. Le centre des terres se caractérise également par de faibles altitudes. Pour les habitants, la principale menace est donc les inondations.

Les dernières projections éloignent la perspective de dégâts majeurs au niveau de la station balnéaire de West Palm Beach où M. Trump possède son célèbre club de golf de Mar-a-Lago, qu’il surnomme sa « Maison Blanche d’hiver ».

Selon un officier coordonnant les secours, 12’000 soldats se trouvent actuellement en Floride en attendant l’arrivée de Dorian. L’aéroport d’Orlando, où atterrissent les touristes voulant visiter Disney World, prévoit de fermer à partir de 08h00 suisses lundi matin.

Continuer la lecture

International

Feux en Amazonie : Suisse « très inquiète »

Publié

le

"Si l'Amazonie était une banque, elle serait sauvée depuis longtemps", dit cette banderole déployée vendredi à Zurich. (©KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

La Suisse accueille « avec grande inquiétude » les informations sur les incendies en Amazonie, a indiqué vendredi le DFAE. Des centaines de personnes ont par ailleurs manifesté devant les représentations du Brésil.

La Suisse va s’en entretenir avec les pays concernés. Selon des experts suisses, les causes des feux constatés en Amazonie sont de différentes natures, dit le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans une prise de position envoyée à Keystone-ATS.

En dehors des incendies allumés intentionnellement, des causes naturelles susceptibles d’entraîner des départs de feu, comme la sécheresse, jouent aussi un rôle, affirment-ils.

Manifestations

Les incendies en Amazonie ont également conduit à des manifestations devant les représentations du Brésil en Suisse. Une centaine de personnes ont ainsi protesté devant le consulat du Brésil à Genève contre la politique du président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro.

« Le gouvernement actuel, qui veut exploiter la forêt, s’en fiche », a déploré Carla Silva Hardmeyer, une Brésilienne qui fait partie du Comité pour Lula Libre de Genève. Comme les autres manifestants, elle répondait à l’appel du mouvement Grève pour le climat.

« Burn Fascists not Forests »

En colère, les manifestants ont fustigé Jair Bolsonaro. Parmi les pancartes on pouvait lire: « Bolso + Trump = criminels » ou « Burn Fascists not Forests » avec visage de M. Bolsonaro. La manifestation s’est déroulée sous la surveillance étroite de la police qui bloquait l’accès à l’entrée du consulat.

D’autres rassemblements ont été organisés à Zurich, Berne Bâle et Lausanne. Une bonne centaine de personnes se sont retrouvées sur la Place Saint-François dans cette dernière ville. A Zurich, elles ont été environ 300 à marcher vers le consulat du Brésil. A Berne, une centaine de personnes se sont rendues devant l’ambassade. Enfin, environ 50 personnes sont descendues dans la rue à Bâle.

« Au cours des derniers mois, des incendies ont ravagé les forêts et la toundra en Arctique. Et maintenant, les poumons de la terre ont été incendiés », déclare dans un communiqué Inès Marthaler, du mouvement Grève pour le climat. “Le monde entier regarde. Cela ne peut pas continuer comme ça! « , a-t-elle ajouté.

La Suisse participe à la destruction

La Suisse joue un rôle particulier dans la destruction généralisée des forêts amazoniennes en important de grandes quantités d’aliments du Brésil, huile de palme, soja et viande bon marché, souligne l’activiste Jan Kessler de Zurich. « Des comptes doivent être demandés aux multinationales basées dans notre pays. »

La Suisse souhaite aussi conclure « rapidement » un accord de libre-échange avec le Mercosur (le Marché commun de l’Amérique latine).

Des actions spontanées et des grèves de « Fridays for Future », le mouvement de la jeune Suédoise Greta Thunberg, ont eu lieu vendredi dans le monde entier.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Et si la majorité de vos soucis amoureux venait de vos attitudes trop indifférentes à l’autre ? Prise de conscience inévitable !

Publicité

Les Sujets à la Une

X