Rejoignez-nous

International

Espagne: le bilan dépasse celui de la Chine avec 3434 victimes

Publié

,

le

EPA/TONI ALBIR
Le nombre de morts en Espagne dus à la pandémie de Covid-19 dépasse désormais celui de la Chine continentale. Il s'établit à 3434 morts, selon les chiffres publiés par les autorités.

En une journée, 738 personnes ont perdu la vie en Espagne. Cela constitue une très forte accélération par rapport aux 514 morts recensés entre lundi et mardi. Seule l'Italie compte désormais plus de décès dus au coronavirus dans le monde. La Chine, où est apparu le virus, a dénombré jusqu'ici 3281 morts.

L'Espagne, où le nombre de cas confirmés a encore progressé d'environ 20% à 47'610, est soumise depuis le 14 mars à un confinement général qui doit être prolongé jusqu'au 11 avril. Le gouvernement, qui a averti le pays que cette semaine serait "difficile" et espère atteindre bientôt le pic de l'épidémie, s'est refusé jusqu'ici à prendre des mesures plus drastiques comme un arrêt de toute activité économique non essentielle comme l'a fait l'Italie.

Face à la saturation des hôpitaux, les autorités de Madrid ont monté à la hâte un hôpital de campagne dans les grands halls de la foire commerciale qui pourra compter à terme 5500 lits. Elles ont aussi installé une morgue dans la patinoire d'un centre commercial de la ville.

L'Espagn a par ailleurs commandé à Pékin pour 432 millions de matériel sanitaire afin de faire face à la pandémie, a annoncé le ministre de la Santé Salvador Illa. Ce contrat porte sur l'acquisition de 550 millions de masques, 5,5 millions de tests rapides, 950 respirateurs et 11 millions de gants.

Il s'agit de pallier le manque d'équipements de protection dans le pays. "Des chaînes de production entières (en Chine) vont travailler totalement pour le gouvernement espagnol", a déclaré le ministre.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Coronavirus - les informations du 25 mars | LFM la radio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le bilan s'aggrave aux Etats-Unis, lueur d'espoir en Europe

Publié

le

La Sixième Avenue à New York, quasiment déserte. Avec un nouveau record du nombre de décès en 24h, les Etats-Unis sont en train de devenir le nouvel épicentre de la pandémie. (AP Photo/Frank Franklin II)
Le gouvernement américain a recommandé vendredi à sa population de se recouvrir le visage dans la rue pour ralentir la propagation du coronavirus. Avec un nouveau record du nombre de décès en 24h, les Etats-Unis sont en train de devenir le nouvel épicentre de la pandémie.

Après 1480 morts en une journée, bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays, les Américains se préparent au pire et bâtissent des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation. Le navire-hôpital Comfort, d'une capacité de 1000 lits et arrivé lundi à New York, a accueilli vendredi ses premiers malades.

Par la voix de leur président Donald Trump, ils ont même été appelés vendredi à se couvrir le visage à l'extérieur, même si le milliardaire a rappelé qu'il ne s'agissait "que de recommandations" que lui-même ne suivrait pas.

Le directeur de l'Institut des maladies infectieuses Anthony Fauci, membre de la cellule de crise de la Maison Blanche, a évoqué des données indiquant que "le virus peut en réalité se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu'ils éternuent ou toussent". L'Organisation mondiale de la Santé s'est montrée plus prudente à ce sujet.

Allocution de la reine

Le Covid-19 a déjà tué environ 7400 personnes aux Etats-Unis et devrait y faire entre 100'000 et 240'000 morts, selon la Maison Blanche. Il y a déjà contaminé autour de 277'000 personnes.

Le tableau est également sombre au Royaume-Uni où un vaste hôpital de campagne d'un potentiel de 4000 lits a été inauguré vendredi à Londres, et où la menace est telle que la reine Elisabeth II doit prononcer dimanche une rarissime allocution.

Le Royaume-Uni, dont le gouvernement a été critiqué pour sa gestion de la crise, a enregistré vendredi un record de 684 décès en 24 heures et compte désormais plus de 3600 morts.

La pandémie de Covid-19 a déjà tué plus de 40'000 personnes en Europe, dont plus des trois quarts en Italie, en Espagne et en France, selon un bilan établi par l'AFP vendredi.

Ralentissement

Le seul espoir est celui d'un ralentissement de la propagation du virus après maintenant des semaines de confinement quasi-généralisé. La contagion, qui a fait à ce jour environ 14'700 morts en Italie, pays le plus endeuillé par la maladie, se poursuit mais confirme son ralentissement entamé il y a une semaine environ, avec une hausse de seulement 4% des cas.

En Espagne aussi, deuxième pays le plus endeuillé derrière l'Italie, où le nombre de morts en 24 heures a encore dépassé les 900, pour un total de près de 11'200 décès, l'espoir repose aussi sur le ralentissement des contagions et hospitalisations.

La chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays a réussi à éviter à ce jour une forte mortalité, l'a dit vendredi: "Les derniers chiffres (...) aussi élevés soient-ils, apportent très prudemment un peu d'espoir".

Les mesures de restrictions doivent être maintenues, assurent les autorités sanitaires. A fortiori en France, où le bilan journalier est reparti à la hausse vendredi avec 588 morts en milieu hospitalier pour un total désormais de plus de 6500 morts, maisons de retraite comprises.

Moitié de l'humanité confinée

La moitié de l'humanité est désormais soumise à des mesures de confinement, parfois très strictes, avec des conséquences économiques et sociales catastrophiques.

La Turquie a renforcé vendredi ses restrictions de mouvement, fermant plus de 30 villes dont Istanbul et Ankara à la circulation automobile pour 15 jours, et étendant aux jeunes le confinement strict déjà imposé aux plus de 65 ans.

Selon le dernier comptage de l'AFP, plus d'un million de personnes dans le monde ont été testées positives au nouveau coronavirus, une fraction du nombre réel de malades, un grand nombre de pays ne testant que les cas graves. Avec plus de la moitié des plus de 57'000 décès dans le monde, l'Europe reste le continent le plus touché.

"Le pire est à venir"

Mais c'est aussi dans les pays en conflit que le "pire est à venir", a averti le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. "La tempête du Covid-19 arrive maintenant sur tous les théâtres de conflit".

En Chine, pays d'où est partie la pandémie en décembre et dont le bilan officiel de 3.322 morts a fini par susciter des soupçons de sous-évaluation, un moment de recueillement nationalent de recueillement national a été observé pendant trois minutes samedi matin à 02h00 GMT (04h00 en Suisse) à la mémoire des personnes décédées.

A Wuhan, la quarantaine drastique a commencé à être levée: la circulation reprend et les magasins rouvrent mais la population reste sur le qui-vive.

En Afrique -où le président du Niger Mahamadou Issoufou a réclamé "un plan Marshall" pour le continent- et dans d'autres pays du monde dépendant des importations pour leur nourriture et des exportations pour les payer, des centaines de millions de personnes sont menacées de pénuries alimentaires, a prévenu vendredi l'ONU.

Le président français Emmanuel Macron et dix dirigeants africains ont tenu vendredi une conférence téléphonique pour discuter de la réponse sanitaire et économique à apporter en Afrique.

Continuer la lecture

International

Coronavirus - Les Américains appelés à se couvrir le visage à l'extérieur

Publié

le

(AP Photo/Matt Rourke)
Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi que les autorités sanitaires conseillaient désormais aux Américains de se couvrir le visage lorsqu'ils sortent de chez eux.

Cette décision des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), autorité de santé nationale aux Etats-Unis, est "seulement une recommandation", a souligné M. Trump lors d'un point de presse. "C'est (d'initiative) volontaire", a-t-il insisté. "J'ai choisi de ne pas le faire", a-t-il ajouté.

Les CDC insistent en particulier sur la nécessité de se couvrir le visage en faisant des courses, lorsque les recommandations de distanciation sociale sont plus difficiles à respecter. Les autorités sanitaires appellent en outre la population à se couvrir le visage avec des masques artisanaux, des foulards ou des bandanas, afin de réserver les masques médicaux aux soignants, pénurie oblige.

A New York, le maire avait déjà demandé aux habitants de se couvrir le visage hors de chez eux, et dès vendredi, un peu moins de la moitié des piétons appliquaient la consigne à Manhattan, selon une observation des journalistes de l'AFP.

Volte-face

Vu d'Asie, où les masques chirurgicaux sont omniprésents, le retard des pays occidentaux est une aberration. Mais les autorités sanitaires aux Etats-Unis ou en France, ainsi que l'Organisation mondiale de la santé, arguaient jusqu'à présent que le masque n'était pas nécessaire pour les personnes saines, sauf si elles étaient au contact de malades.

Depuis plusieurs jours, une volte-face se préparait, sous pression d'un public qui ne comprend pas pourquoi les masques protégeraient les infirmiers mais pas les citoyens ordinaires.

Aux Etats-Unis, vendredi, le directeur de l'Institut des maladies infectieuses, Anthony Fauci, membre du groupe de travail de la Maison Blanche sur le coronavirus qui dit passer une heure par jour avec le président Trump, avait évoqué sur Fox News des données indiquant que "le virus peut en réalité se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu'ils éternuent ou toussent".

Preuves convergentes

Quelles sont les preuves scientifiques? Il y en a peu, mais elles convergent. Les Académies américaines des sciences ont cité dans une lettre à destination de la Maison Blanche mercredi quatre études faisant pencher la balance en faveur d'une transmission du virus via l'air expiré par les gens et non plus seulement par les gouttelettes et postillons projetés lors d'un éternuement directement sur le visage d'autres personnes ou sur des surfaces.

Des chercheurs de l'université de Hong Kong ont récemment observé que le port de masques réduisait la quantité de coronavirus expirés par des malades (l'expérience a été faite avec des virus autres que SARS-CoV-2).

Et des chercheurs à Wuhan ont prélevé des échantillons d'air dans diverses pièces d'hôpitaux et découvert des concentrations élevées du nouveau coronavirus, notamment dans les toilettes et les salles où les soignants enlevaient leurs équipements de protection.

Continuer la lecture

International

Conjoncture - Le coût de la pandémie pourrait dépasser 4000 milliards de dollars

Publié

le

Le métro de Los Angeles. Image prétexte (EPA/ETIENNE LAURENT)
L'impact de la pandémie de coronavirus sur l'économie mondiale pourrait atteindre de 2000 milliards à 4100 milliards de dollars. La somme représente entre 2,3% et 4,8% du produit intérieur brut (PIB) mondial, estime vendredi la Banque asiatique de développement (ADB).

Cette estimation pourrait être sous-évaluée notamment car elle ne prend pas en compte "d'éventuelles crises sociales et financières ainsi que les effets à long terme sur les systèmes de santé et l'éducation" de la pandémie, selon l'organisation basée à Manille. Le cap du million de personnes testées positives au coronavirus dans le monde a été franchi jeudi et le nombre de décès a dépassé les 52'000.

Selon l'ADB, la croissance en Asie devrait s'élever à 2,2% cette année, soit son rythme le plus lent depuis 1998. Cette année-là, elle n'avait pas dépassé 1,7% en raison de la crise financière asiatique. "Personne ne peut prédire l'ampleur de la propagation de la pandémie de Covid ni sa durée", a souligné Yasuyuki Sawada, responsable économiste au sein de la Banque asiatique de développement (ADB).

"La possibilité d'une grave crise financière ne peut être exclue", a-t-il ajouté. Ces prévisions tablent sur le fait que l'épidémie de coronavirus sera maîtrisée cette année et sur un retour à la normale en 2021.

Cependant, un rebond de l'épidémie n'est pas exclu et son niveau de gravité demeure inconnu. "Les résultats peuvent être pires que prévu et la croissance pourrait ne pas s'en remettre aussi vite", a prévenu la Banque.

La croissance en Chine, la première économie asiatique, pourrait ralentir de 2,3% cette année contre 6,1% en 2019, avant de rebondir en 2021. "L'épidémie a provoqué un choc au niveau de la demande car les gens sont restés chez eux. C'est devenu un choc de l'offre, car les entreprises ont souffert de pénuries de main-d'oeuvre... et de matériaux, car les chaînes d'approvisionnement se sont effondrées", a affirmé l'ADB.

Continuer la lecture

International

Coronavirus - Plus d'un million de malades dans le monde

Publié

le

Image d'illustration (EPA/ETIENNE LAURENT)
Le monde a franchi le cap du million de personnes testées positives au coronavirus. La pandémie explose aux Etats-Unis, où 1169 décès ont été enregistrés en 24 heures, en hausse d'un tiers sur le précédent bilan quotidien.

Les économies sont ravagées par ce fléau, comme le montre un autre chiffre dramatique: en une semaine, 6,6 millions d'Américains ont perdu leur emploi. La moitié de l'humanité est à l'arrêt, soumise à des mesures de confinement parfois extrêmement strictes.

Le nombre des cas confirmés d'infection par le coronavirus dans le monde dépasse le million vendredi, et celui des décès les 52'000, selon un comptage de l'AFP.

L'Europe est le continent le plus touché, mais les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre de la pandémie, avec un quart des cas enregistrés. Ces bilans sont probablement bien en-dessous de la réalité, faute de capacités suffisantes de dépistage.

Une hausse énorme

Aux Etats-Unis, le nombre des décès en 24 heures a de nouveau établi un sinistre record: 1169 morts, selon le comptage de l'université américaine Johns Hopkins, qui fait référence.

Ce chiffre constitue une hausse énorme, de près d'un tiers, par rapport au précédent bilan quotidien (884 morts) de la même université.

En chiffres absolus, c'est le bilan sur 24 heures le plus élevé jamais enregistré dans un pays depuis le début de la pandémie. L'Italie a toutefois frôlé le millier de morts (969) le 27 mars avec une population cinq fois moins nombreuse que celle des Etats-Unis. Au total, 5926 personnes sont décédées depuis le début de la pandémie aux Etats-Unis.

Tragédies

L'ampleur de la crise ne dissimule pas les tragédies individuelles: la mort d'un nouveau-né mercredi dans l'Etat du Connecticut a frappé les esprits, les enfants étant jusqu'ici relativement épargnés. Selon les projections de la Maison Blanche, le Covid-19 devrait faire entre 100'000 et 240'000 morts aux Etats-Unis.

La pandémie a entraîné jeudi le report d'un mois (à mi-août) de la convention du parti démocrate, qui doit désigner son candidat à l'élection présidentielle de novembre face au républicain Donald Trump. Le président a annoncé qu'il avait subi un nouveau test jeudi, négatif. C'est la deuxième fois qu'il est testé depuis le début de la crise.

La ville de New York concentre les inquiétudes, avec déjà plus de 1500 morts. le maire de la ville Bill de Blasio a demandé aux habitants de se couvrir le visage pour sortir. Comme auparavant en Italie, en Espagne ou en France, les personnels médicaux demandent des équipements de protection.

"Les soldats ne vont pas à la guerre sans armes, pourquoi les infirmiers travailleraient-ils sans équipement de protection?" Une trentaine d'infirmiers ont organisé jeudi une rare manifestation devant un hôpital new-yorkais, pour dénoncer le manque de masques et de blouses.

Afflux de corps

En Italie, pays le plus endeuillé par la pandémie à ce jour, le plus grand crématorium de Milan a fermé ses portes, débordé par l'afflux de corps. A Bergame, la ville la plus touchée du pays, des corps ont été transportés par camions militaires vers d'autres régions pour être incinérés.

Malgré les mesures de confinement, les bilans ne cessent de s'alourdir: près de 14'000 morts en Italie, 10'000 en Espagne, près de 6'000 aux Etats-Unis. En France, le bilan a été porté à 5'300 morts, dont près de 900 personnes décédées dans des maisons de retraite.

L'ampleur du drame dans ces quatre pays, qui ont chacun dépassé le bilan officiel de décès communiqués pour la Chine continentale (3318) où l'épidémie s'était déclarée, suscitent des soupçons sur l'authenticité des chiffres chinois. Pékin a menti en les sous-évaluant largement, affirme ainsi un rapport confidentiel du renseignement américain, cité par plusieurs parlementaires.

Economie ou santé

L'Espagne a déploré jeudi 950 décès en 24 heures, un nouveau record dans le pays, qui a aussi enregistré en mars plus de 300'000 nouveaux demandeurs d'emploi.

La Commission européenne a proposé jeudi de créer un instrument pour garantir jusqu'à 100 milliards d'euros les plans nationaux de soutien à l'emploi. Et la Banque mondiale s'est dite prête à mettre sur la table jusqu'à 160 milliards de dollars sur les 15 prochains mois pour aider les pays à répondre aux conséquences sanitaires immédiates de la pandémie et soutenir la reprise économique.

L'Assemblée générale de l'ONU a approuvé jeudi par consensus une résolution appelant à la "coopération internationale" et "au multilatéralisme" pour combattre le Covid-19, premier texte des Nations unies depuis le déclenchement de la pandémie.

En Russie, le président Vladimir Poutine a prolongé jusqu'à la fin du mois le principe de jours chômés imposé depuis une semaine, laissant les autorités régionales fixer les termes du confinement, notamment à Moscou, principal foyer dans le pays.

Des responsables politiques français ont accusé des acheteurs américains d'avoir "surenchéri" pour acheter des livraisons de masques de protection fabriqués en Chine et commandés par la France. Washington a dénoncé des informations "complètement fausses", mais l'échange montre combien il est difficile aux Etats et aux collectivités de s'approvisionner en équipements médicaux.

Et après plusieurs jours de blocage, la Floride a autorisé un paquebot de croisière à accoster au nord de Miami pour débarquer ses passagers dont certains sont atteints du coronavirus. Le Zaandam errait en mer depuis des jours, rejeté par plusieurs ports d'Amérique latine.

Continuer la lecture

International

Washington pense que Pékin a menti sur le nombre de morts

Publié

le

Image d'illustration (AP Photo/Ng Han Guan)
Les Etats-Unis estiment que la Chine a menti sur son bilan du nouveau coronavirus. Le nombre de morts serait largement sous-évalué, selon un rapport du renseignement américain relayé par plusieurs parlementaires.

Interrogé sur ce sujet lors de son point de presse quotidien, le président américain Donald Trump est lui resté assez évasif. "Leurs chiffres semblent un peu sous-estimés, et je suis gentil quand je dis ça", a-t-il déclaré. "Sur la question de savoir si leurs chiffres sont corrects, je ne suis pas un comptable chinois", a-t-il ajouté un peu plus tard.

L'agence Bloomberg a évoqué un rapport confidentiel remis la semaine dernière à la Maison Blanche. Le renseignement y estime que le nombre de morts et de cas de contamination affichés par Pékin sont faux, intentionnellement en-deçà de la réalité, affirme l'agence d'information.

"Le Parti communiste chinois a menti, ment et continuera à mentir au sujet du coronavirus pour protéger le régime", a réagi le sénateur républicain Ben Sasse. "Le renseignement américain a désormais confirmé ce que nous savions déjà: la Chine a dissimulé la gravité de ce virus pendant des mois", a abondé son collègue de la Chambre des représentants, William Timmons. "Le monde paie à présent pour (ses) erreurs".

Critiques sévères

L'administration Trump, à commencer par le chef de la diplomatie Mike Pompeo, a sévèrement critiqué la Chine ces dernières semaines, estimant qu'elle avait manqué de transparence sur la portée de l'épidémie. Mais elle n'avait jusqu'ici pas accusé aussi clairement Pékin d'avoir menti sur son bilan.

Interrogée jeudi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, n'a pas répondu directement aux accusations portées par le rapport. Elle a juste dénoncé ceux qui veulent "trouver des boucs émissaires pour leurs propres réactions inadaptées" face au Covid-19.

"Les actes et comportements de certains politiciens américains sont honteux et dénués de toute morale", a-t-elle déclaré, affirmant que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) défendait les données chinoises.

Perte de temps et de vies

"Calomnier, discréditer, blâmer ou rejeter sa responsabilité sur les autres ne peut pas rattraper le temps perdu (par l'administration Trump contre le Covid-19). Continuer à mentir n'entraîne que davantage de perte de temps et de vies humaines", a-t-elle martelé.

La Chine, où le premier malade a été détecté officiellement en décembre, a enregistré 3318 morts et 81'589 cas, d'après les derniers chiffres rendus publics. C'est moins que les Etats-Unis, où le Covid-19 a fait à ce jour plus de 4700 morts et contaminé plus de 209'000 personnes, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, qui fait référence.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Du tête-à-tête romantique au corps-à-corps passionné, vous obtiendrez, de l’autre, tout ce que vous voulez… Des moments torrides se préparent…

Publicité

Les Sujets à la Une

X