Rejoignez-nous

Économie

Hôteliers cibles de cyberattaques via la plateforme Booking.com

Publié

,

le

Après une série de cyberattaques sur des hôteliers français, la plateforme Booking.com affirme que la faille de sécurité ne provient pas d'elle (archives). (© KEYSTONE/DPA/FABIAN SOMMER)

Des hôteliers français et leurs clients sont la cible de cyberattaques visant leur interface avec la plateforme de réservations Booking.com, alerte vendredi le syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, le GNI.

Le GNI invite les professionnels victimes à se déconnecter du site, à avertir leurs clients et à déposer plainte.

Depuis fin décembre, des cybercriminels prennent le contrôle de l'interface de certains professionnels avec Booking.com, grâce à des techniques de hameçonnage ciblé et cherchent à extorquer des données de paiement aux internautes ayant utilisé la plateforme, alerte le GNI dans un mail à ses adhérents.

Ces messages invitent les hôteliers à cliquer sur un lien qui contient un fichier infectant leur PC de virus qui s'emparent de mots de passe permettant aux pirates de modifier le "nom d'enseigne, (les) coordonnées, chambres et tarifs" des établissements.

Via la messagerie

Les pirates se font aussi passer pour l'hôtel auprès des clients de celui-ci, prenant contact soit via la messagerie de Booking.com soit via WhatsApp, pour les inviter à cliquer sur un lien et à fournir leurs coordonnées bancaires.

"Nous ne savons pas d'où vient la faille de sécurité, des hôteliers ou de Booking, mais le cybercriminel arrive à rentrer dans la messagerie de l'hôtelier et à récupérer les informations", a expliqué à l'AFP Véronique Martin, directrice du département Europe et numérique au GNI.

"Il faut que les hôteliers déposent plainte et les clients aussi, ce qui permettra d'évaluer l'étendue de ces attaques", dit-elle, précisant avoir "identifié une douzaine d'hôteliers parisiens ciblés" par celles-ci. "Mais ce n'est certainement que la partie émergée de l'iceberg. Il faut éviter que ça s'étende sur toute la France, voire en Europe", estime Mme Martin.

Cas de fishing

L'hôtelière parisienne Fabienne Ardouin, qui gère les hôtels France Albion et Helussi, a recensé "23 cas de fishing auprès de clients, dont cinq ont cliqué sur le lien et donné leurs informations de carte de crédit aux pirates", dit-elle à l'AFP.

"J'ai tout de suite coupé ma connectivité avec le site: je n'ai plus de chambres à vendre sur Booking.com, je perds du chiffre d'affaires depuis une semaine", dit l'hôtelière qui préside la Commission numérique du GNI.

Alertée, la plateforme est restée muette, poursuit-elle: "Ma chargée de compte vient de me dire qu'ils cherchaient toujours".

Le GNI a saisi la plateforme cybermalveillance.gouv.fr et alerté la Répression des fraudes et la Cnil sur "le manque d'accompagnement de Booking.com dans cette faille de sécurité".

"Faille pas chez Booking.com"

Pour Gérôme Billois, expert en cybersécurité de la société Wavestone, "les piratages de ce genre sur des plateformes sont extrêment courants", avec une "augmentation de la qualité" de celles-ci: "les pirates parviennent à obtenir les identifiants et mots de passe en utilisant des scénarios très bien faits".

Il appelle les plateformes à "mettre en place des procédures pour réagir très rapidement" en cas de cyberattaque.

Sollicitée par l'AFP, la plateforme affirme que "la faille de sécurité ne provient pas de Booking.com" et assure que "les comptes concernés ont rapidement été verrouillés", et que "les voyageurs potentiellement concernés avaient été informés."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

La Chaux-de-Fonds porte encore les stigmates de la tempête

Publié

le

Environ 2500 arbres ont dû être abattus ou élagués, à la suite de la tempête. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un an après, La Chaux-de-Fonds (NE) porte encore les stigmates de la tempête. Hormis les victimes, les traces les plus visibles touchent les 2500 arbres urbains qui ont dû être abattus ou élagués. La Métropole horlogère a reçu au total 4,6 millions de francs de dons.

"Au niveau sécurité, on n'a rien à se reprocher car personne n'aurait pu imaginer une telle tempête sur une ville, et pas au sommet d'une montagne. L'anémomètre s'est bloqué à 217 km/h. C'était complètement hors normes. Dans l'ensemble, la ville a bien résisté en regard de la violence des événements", a déclaré à Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, conseiller communal de La Chaux-de-Fonds.

Pour marquer symboliquement l'événement, les cloches de la ville vont sonner ce mercredi à 11h25 durant 6 minutes et 30 secondes, soit la durée effective de la tempête. La catastrophe a fait un mort et une cinquantaine de blessés à différents niveaux.

"On a dû prendre des mesures pour la sécurisation de la ville qui était le premier défi. Comme la prise en charge des blessés était maîtrisée par les hôpitaux, qui n'ont pas demandé de mesures extraordinaires, on ne s'en est plus occupé. C'est peut-être pour ça qu'il y a le sentiment que l'on ne s'est pas occupé des victimes", a ajouté le conseiller communal. Une antenne psychologique avait toutefois été rapidement mise sur place.

Ancien conservateur du patrimoine, Jean-Daniel Jeanneret a été très ému de voir le clocher du Temple des Eplatures, un élément historique, être emporté par la tempête. La pose d'une nouvelle structure le 3 juillet a été possible grâce à la générosité de donateurs et notamment celle de feu Léonard Gianadda.

De La Chaux-de-Fonds à Sierre

Grégory Duc, commandant du SIS des Montagnes, a été particulièrement touché par la solidarité et les aides offertes par des corps de pompiers d'autres régions du canton et d'autres villes comme Genève ou Lausanne. "On a fait la même chose en allant à Sierre (VS) récemment aider nos collègues, en lien avec les récentes intempéries. On a pu y amener une certaine expertise".

La Chaux-de-Fonds a reçu au 1er juin 4,6 millions de francs de promesses de dons ou d'argent versé sur les trois fonds ouverts par la Ville, en faveur des arbres, des parcs ou de la reconstruction. La Chaîne du bonheur a mis à disposition 200'000 francs et La Croix-Rouge également un certain montant.

Environ 3,4 millions de francs sont dévolus aux arbres. Les personnes ou entités ayant donné de l'argent à l'association citoyenne "Des arbres pour rêver demain" ne sont pas comptées dans ces chiffres. L'association, qui a récolté 1,25 million de dons, a déjà versé le 21 juin 45'000 francs à la Ville pour financer deux plantations d'arbres, l'une à la piscine, l'autre au collège des Endroits.

Les dégâts aux arbres se chiffrent à 5,25 millions de francs. Sans compter les forêts, la canopée a été fortement touchée puisque 2500 arbres urbains ont été touchés. Les dommages causés aux bâtiments sont estimés à 117,15 millions, selon l'ECAP, avec 2989 sinistres déclarés. Les assureurs privés ont dû verser des dizaines de millions de francs, avant tout pour des véhicules.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Six drones interceptés par jour près des sites des JO, dit Attal

Publié

le

Las capitale française sera sous très haute surveillance durant les prochaines semaines (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/David Goldman)

Les forces de l'ordre interceptent environ six drones par jour en moyenne depuis une dizaine de jours près des sites des Jeux olympiques, a indiqué mardi Gabriel Attal, soulignant que la lutte anti-drone était un élément crucial de la sécurité des JO.

"Ça peut être des individus, des touristes qui veulent capter des images. C'est important pour ces raisons-là, de rappeler les règles. C'est l'interdiction de faire voler des drones", a souligné le premier ministre qui a visité le centre opérationnel de lutte anti-drones installé sur la base aérienne militaire de Villacoublay, près de Paris.

"Les systèmes qui sont mis en place nous permettent de les intercepter très rapidement et d'interpeller les télépilotes. (...) Rien ne doit pouvoir nous échapper", a ajouté le chef du gouvernement, qui est directement chargé de la sécurité de l'espace aérien. Des moyens de défense sol-air sont aussi déployés près des sites des JO.

Ce dimanche, "plusieurs interceptions de drones" ont eu lieu "à proximité immédiate du Village olympique", a-t-il ainsi souligné.

Fermeture historique

L'un des télépilotes appréhendés était le chef de la communication de la délégation brésilienne, selon l'entourage de M. Attal, confirmant une information du JDD.

Tout est fait aussi pour que les drones ne tombent pas et n'ajoutent pas de la confusion aux événements sportifs. Et "le doute bénéficie toujours au brouillage", a précisé le ministre de la Défense Sébastien Lecornu.

Quelque 18'000 militaires sont engagés en France pour les JO, dont 11'000 sur la seule région Ile-de-France.

L'espace aérien sera totalement fermé dans un rayon de 150 kilomètres autour de Paris, vendredi de 19h00 à minuit, pour la cérémonie d'ouverture, ce qui n'est jamais arrivé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Économie

Le prix des villas recule, celui des appartements augmente

Publié

le

Alors que les prix des villas ont reculé de 2,2% depuis le début de l'année, comparé au semestre précédent, ceux des appartements ont en parallèle augmenté de 0,5% (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Au cours des six premiers mois de l'année, le marché immobilier a suivi une évolution contrastée en Suisse. Les prix des maisons individuelles a baissé, tandis que ceux des appartements s'inscrivent en hausse.

Les prix des villas ont reculé de 2,2% depuis le début de l'année, comparé au semestre précédent, alors qu'ils avaient encore augmenté de 4,5% entre juillet et décembre de l'an dernier, note Moneypark dans son estimation du marché publiée avec Pricehubble mardi.

Ces baisses concernent principalement la Suisse romande, avec un repli de 4% par rapport au deuxième semestre 2023, contre 1,3% outre-Sarine.

Les appartements coûtent quant à eux 0,5% plus cher, avec une hausse un peu plus marquée côté alémanique (0,6%) que romand (0,2%).

Pour ce qui est des solutions de financement, la demande en hypothèques Saron a fortement reculé comparé à la deuxième moitié de l'an dernier (-58%), alors que la Banque nationale suisse (BNS) a baissé ses taux directeurs à deux reprises au premier semestre. En revanche, les hypothèques à taux fixe ont atteint un record, représentant 15% du volume distribué. Les Romands plébiscitent l'hypothèque sur dix ans, tandis que les Alémaniques optent plutôt pour des solutions d'une durée de cinq à neuf ans.

Par ailleurs, les assureurs et caisses de pension continuent de grignoter la part de marché des banques en tant que fournisseurs dans ce domaine, observe encore la filiale de Helvetia. Sur les six premiers mois de l'année, la proportion a reculé à 51%, contre 67% à fin 2023. Celle des assureurs est passée de 22% à 31% et celle des caisses de pension de 11% à 18%. A fin 2022, les banques octroyaient encore les trois quarts des prêts hypothécaires.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Accord entre une entreprise active à l'aéroport et les syndicats

Publié

le

Un accord confidentiel a été trouvé entre une entreprise de restauration qui exploite plusieurs points de vente à l'aéroport Genève et les syndicats Unia et SIT, qui avaient publiquement dénoncé, en octobre, le non-respect des conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un accord confidentiel a été trouvé entre une entreprise de restauration qui exploite plusieurs points de vente à Genève Aéroport et les syndicats Unia et interprofessionnels des travailleurs (SIT). Les forfaits quotidiens indemnisant les déplacements augmenteront dès le 1er août.

Cet accord, conclu après plusieurs mois de "négociations constructives" sous l'égide de la Chambre des relations collectives de travail, met fin au conflit qui opposait les parties, ont annoncé mardi les syndicats et Canonica SA dans un bref communiqué commun. "L'accord prévoit qu'aucune communication supplémentaire ne sera faite", a précisé Pascal Pétroz, administrateur de la société.

Parmi les revendications figurait la prise en compte du temps de déplacement entre les vestiaires et le lieu de travail. Au vu de l'impasse dans laquelle se trouvaient les discussions, initiées au printemps 2023, les syndicats avaient publiquement dénoncé, en octobre, le fait que ces déplacements prennent plus de quinze minutes en raison de la distance importante et des contrôles de sécurité.

A l'époque, des employés avaient aussi symboliquement brandi des récipients contenant un liquide jaune ressemblant à de l'urine, affirmant devoir uriner dans des gobelets à l'arrière des points de vente faute de pouvoir prendre une pause. Cette action médiatique avait scandalisé l'entreprise.

L'accord trouvé entre les partenaires sociaux met un terme au conflit médiatique et juridique entre les parties, précise le communiqué. "Les syndicats ont admis que certaines mesures auxquelles ils ont recouru en 2023 pouvaient être disproportionnées et Canonica SA a accepté de retirer les procédures civiles et pénales engagées à l'encontre des syndicats et représentants du personnel."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

On va vous demander de revenir sur des accords discutés en mai, afin de les réévaluer et les réorienter. Vous en tirerez une meilleure efficacité alors !

Les Sujets à la Une

X