Rejoignez-nous

International

L'Australie veut faire pousser des plantes sur la Lune d'ici à 2025

Publié

,

le

Les graines seront transportées sur la Lune par le vaisseau spatial Beresheet 2, une mission spatiale privée israélienne (archives). (© KEYSTONE/EPA/JIM LO SCALZO)

Des scientifiques australiens veulent tenter de faire pousser des plantes sur la Lune d'ici à 2025 dans le cadre d'une mission spatiale privée dévoilée vendredi. L'objectif est de développer à terme une colonie humaine sur le satellite de la Terre.

"Ce projet est une première étape vers une culture des plantes pour l'alimentation, la médecine et la production d'oxygène, qui sont toutes cruciales pour l'établissement d'une vie humaine sur la Lune", ont déclaré les chercheurs dans un communiqué.

Selon Brett Williams, biologiste des plantes à l'université de technologie du Queensland, les graines seront transportées par le vaisseau spatial Beresheet 2, une mission spatiale privée israélienne. Après l'atterrissage et une fois en terre, les graines seront arrosées dans une chambre scellée et les scientifiques surveilleront tout signe de germination.

Sécurité alimentaire

Les types de plantes seront choisis en fonction de leur capacité à résister à des conditions météorologiques extrêmes, mais aussi en fonction de la vitesse de leur germination.

A part créer les prémices d'une vie humaine sur la Lune, cette mission pourrait également servir de laboratoire pour trouver des solutions aux problèmes de sécurité alimentaire causé par le réchauffement climatique, avance Caitlin Byrt, professeure à l'université nationale australienne.

"Si l'on peut créer un système pour faire pousser des plantes sur la Lune, alors on peut créer un système pour faire pousser des aliments dans certains des environnements les plus difficiles sur terre", a-t-elle noté dans un communiqué.

Ce projet est dirigé par l'organisation Lunaria One, qui inclut des scientifiques australiens et israéliens.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Twitter ne lutte plus contre la désinformation liée au Covid-19

Publié

le

Twitter met fin à son règlement sur les informations trompeuses sur le Covid-19 (archives). (© KEYSTONE/Deutsche Presse-Agentur GmbH/KARL-JOSEF HILDENBRAND)

Le nouveau patron de Twitter Elon Musk continue de bouleverser la modération des contenus sur le réseau social américain. Après le rétablissement en masse de comptes bannis, il a décidé de mettre fin à la lutte contre la désinformation sur le Covid-19.

"A partir du 23 novembre 2022, Twitter n'applique plus le règlement concernant les informations trompeuses sur le Covid-19", indique un bref communiqué de l'entreprise de San Francisco, qui n'a été relayé que mardi par la presse américaine.

Comme Facebook, Instagram et YouTube, pendant la pandémie, Twitter avait mis en place des règles spécifiques pour lutter contre les fausses informations de santé. La plateforme avait notamment décidé de signaler et de retirer les messages contenant de la désinformation sur les vaccins contre le Covid-19, puis de suspendre les comptes concernés au bout de cinq rappels à l'ordre.

Restrictions sanitaires honnies

Mais Elon Musk, propriétaire et patron de la plateforme depuis un mois, prône une vision absolue de la liberté d'expression. Il n'a également jamais fait mystère de son opinion au sujet des restrictions sanitaires mises en place pendant la pandémie, surtout quand elles signifiaient la fermeture temporaire de son usine Tesla en Californie.

"Dire aux gens qu'ils ne peuvent pas quitter leurs maisons et qu'ils seraient arrêtés s'ils le faisaient, c'est fasciste. Ce n'est pas démocratique. Ce n'est pas la liberté. Rendez aux gens leur satanée liberté", s'était-il emporté en avril 2020, lors d'une conférence téléphonique pour les analystes financiers.

A son arrivée à la tête de Twitter, le multimilliardaire a tenté de rassurer les ONG et annonceurs qui craignaient une flambée de contenus toxiques. Peine perdue: de nombreuses marques ont fui et Elon Musk, s'estimant trahi, est passé à l'action. Il a lancé des sondages sur son profil, reflétant selon lui la "voix du peuple", et fait réinstaller le profil de l'ex-président Donald Trump.

D'après la newsletter spécialisée "Platformer", le bouillant dirigeant a aussi demandé aux ingénieurs encore employés de rétablir 62'000 comptes qui avaient été bannis pour des infractions répétées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Trump en procès pour diffamation en avril face à une journaliste

Publié

le

Donald Trump a affirmé n'avoir jamais rencontré la plaignante et qu'elle n'était "pas son genre de femme" (archives). (© KEYSTONE/AP/Andrew Harnik)

L'ex-président américain Donald Trump devrait comparaître en avril dans un procès en diffamation intenté par une journaliste qui l'accuse de l'avoir violée. La plaignante s'était tue pendant 20 ans avant de raconter son histoire dans un livre, à la faveur de #MeToo.

Une double affaire judiciaire de viol et de diffamation présumés oppose depuis 2019, devant la justice fédérale civile de Manhattan, à New York, E. Jean Carroll, 78 ans, à Donald Trump, 76 ans, lesquels ont produit en octobre leurs dépositions sous serment devant un juge new-yorkais.

Selon un document judiciaire rendu public mardi, le juge a signé une ordonnance fixant au 10 avril 2023 un procès en diffamation contre l'ancien président américain, comme le réclamait Mme Carroll.

Dans cette procédure en diffamation, l'auteure et ancienne chroniqueuse du magazine Elle avait attaqué Donald Trump au civil en novembre 2019. Elle l'accusait de l'avoir diffamée pour avoir qualifié de "mensonge complet", en juin 2019, ses allégations de viol dans une cabine d'essayage d'un grand magasin new-yorkais en 1995 ou 1996.

"Pas son genre de femme"

Le président républicain alors en exercice (2017-2021) avait répondu n'avoir jamais rencontré Mme Carroll et qu'elle n'était "pas son genre de femme". Ses avocats ont de plus toujours affirmé qu'il était protégé en 2019 par son immunité de chef d'Etat. Quant aux accusations de viol, Mme Carroll n'avait pas pu déposer plainte en 2019, puisque les faits allégués étaient prescrits.

Or, le 24 novembre, est entrée en vigueur une nouvelle loi de l'Etat de New York ("Adult Survivors Act") permettant, pendant un an, aux victimes d'agressions sexuelles de relancer leur action en justice pour réclamer un procès au civil. Les avocats de Mme Carroll ont donc déposé jeudi une nouvelle plainte à New York pour "diffamation" mais aussi "voie de fait" et "agression" et demandé un procès au civil en 2023 afin d'obtenir des dommages et intérêts.

Dans l'introduction de cette plainte qui relate tous les faits allégués, Donald Trump est accusé "il y a environ 27 ans [...] dans le grand magasin de luxe Bergdorf Goodman sur la cinquième Avenue à New York [de] s'être saisi d'E. Jean Carroll, de l'avoir plaquée et coincée contre la paroi d'une cabine d'essayage avec son épaule et de l'avoir violée".

L'avocate de Donald Trump a estimé jeudi que la démarche de Mme Carroll "constitue malheureusement un détournement de l'objectif de la loi" de New York. En octobre, M. Trump avait qualifié les accusations de viol de "canular et de mensonge".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Sénat américain vote une loi protégeant le mariage homosexuel

Publié

le

Les unions entre personnes de même sexe sont garanties par la cour suprême des Etats-Unis depuis 2015. Mais après la volte-face de la haute cour sur l'avortement, nombre de progressistes craignent que ce droit ne soit, lui aussi, détricoté (archives). (© KEYSTONE/AP/J. SCOTT APPLEWHITE)

Le Sénat américain a voté mardi, à 61 voix contre 36, une loi protégeant le mariage homosexuel dans l'ensemble des Etats-Unis, par crainte d'un retour en arrière de la cour suprême en la matière. Le texte doit encore être approuvé par la chambre des représentants.

Le texte a été approuvé à 61 voix contre 36. "Les Etats-Unis sont sur le point de réaffirmer une vérité fondamentale: l'amour est l'amour et les Américains devraient pouvoir se marier avec la personne qu'ils aiment", a réagi le président américain Joe Biden dans un communiqué.

La chambre des représentants avait déjà validé un texte très similaire en juillet, soutenu par l'ensemble des démocrates ainsi que 47 républicains. Elle doit désormais se prononcer une nouvelle fois sur cette loi modifiée afin d'harmoniser les deux textes, ce qui ne devrait être qu'une formalité. Une fois adoptée par la chambre basse du congrès, la loi atterrira sur le bureau de Joe Biden, qui s'est engagé à la signer "rapidement".

Volte-face de la cour suprême

"Après des mois de travail acharné, après de nombreuses tractations transpartisanes, après de nombreux doutes, nous franchissons un pas décisif vers une plus grande justice pour les Américains de la communauté LGBTQ", a applaudi le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

Les unions entre personnes de même sexe sont garanties par la cour suprême des Etats-Unis depuis 2015. Mais après la volte-face historique de la haute cour sur l'avortement, nombre de progressistes craignent que ce droit ne soit, lui aussi, détricoté.

Concrètement, la loi abroge des législations antérieures définissant le mariage comme une union entre un homme et une femme et interdit aux agents d'état civil, quel que soit l'Etat dans lequel ils travaillent, de discriminer les couples "en raison de leur sexe, race, ethnicité ou origine". Ce texte s'applique aussi aux couples interraciaux.

"Le vote d'aujourd'hui a des implications extrêmement personnelles pour nombre d'entre nous dans cet hémicycle", a déclaré Chuck Schumer, vêtu de la cravate qu'il avait portée au mariage de sa fille et de sa compagne.

"Avancée historique"

La puissante association de défense des droits civiques ACLU a salué de son côté mardi soir une "avancée historique" pour les droits des familles LGBT+, tout en dénonçant la hausse des lois allant contre les droits des personnes transgenres dans plusieurs Etats à travers le pays.

"Si nous applaudissons le vote historique sur cette mesure, les membres du congrès doivent aussi se battre comme si la vie des personnes transgenres dépendait de leurs efforts, parce que c'est le cas", a souligné l'organisation dans un communiqué.

Une large majorité des Américains soutient le mariage entre personnes de même sexe, y compris dans les rangs républicains. Mais la droite religieuse y reste majoritairement opposée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Chine envoie trois nouveaux astronautes dans sa station spatiale

Publié

le

Le vaisseau Shenzhou s'est amarré avec succès à la station spatiale Tiangong (archives). (© KEYSTONE/AP Beijing Aerospace Control Center)

La Chine a envoyé mardi trois nouveaux astronautes dans sa station spatiale, selon un média officiel. Après un amarrage réussi, ils doivent effectuer dans quelques jours le premier relais d'équipage en orbite de l'histoire de leur pays.

Le vaisseau de cette mission Shenzhou-15 a été propulsé par une fusée Longue-Marche 2F, qui a décollé à 23h08 (16h08 en Suisse) du centre spatial de Jiuquan, dans le désert de Gobi (nord-ouest), a annoncé l'agence de presse Chine nouvelle, qui cite l'agence spatiale chargée des vols habités (CMSA).

Il s'est ensuite amarré avec succès à la station spatiale nommée en chinois Tiangong ("palais céleste"), également connue par son acronyme CSS (pour "Chinese space station" en anglais), selon Chine nouvelle.

Les astronautes, trois hommes, resteront six mois dans l'espace. Dans un premier temps, ils cohabiteront avec leurs trois collègues de la mission précédente Shenzhou-14, dans la station depuis près d'une demi-année et qui rentreront sur terre dans quelques jours.

Forme de T

Pour la première fois de l'histoire, deux équipages chinois se passeront ainsi le relais en orbite. La station spatiale a désormais sa structure finale en forme de T, avec trois modules. Mais différents réglages et ajustements doivent encore être effectués au cours de cette mission Shenzhou-15 qui sera "la dernière consacrée à la construction", a expliqué la CMSA.

L'équipage envoyé mardi dans l'espace comprend, comme c'est habituellement le cas, trois pilotes de chasse de l'armée. Le commandant de la mission est Fei Junlong, un ancien de Shenzhou-6 (2005). Il fait équipe avec Deng Qingming et Zhang Lu, pour lesquels il s'agit du premier vol spatial.

L'équipage de Shenzhou-15 effectuera également trois ou quatre sorties dans l'espace pour continuer à monter des équipements à l'extérieur de la station, a dit la CMSA. Tiangong est semblable en taille à l'ex-station russo-soviétique Mir. Sa durée de vie devrait être d'au moins 10 ans.

Premier astronaute en 2003

La Chine a été poussée à construire sa propre station en raison du refus des Etats-Unis de l'autoriser à participer à l'ISS. Elle investit depuis quelques décennies des milliards d'euros dans son programme spatial.

La Chine a envoyé son premier astronaute dans l'espace en 2003. Elle a fait se poser au début 2019 un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale. En 2021, la Chine a fait arriver un petit robot à la surface de Mars et prévoit d'envoyer des hommes sur la Lune à l'horizon 2030.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Assaut du Capitole: chef d'une milice reconnu coupable de sédition

Publié

le

Stewart Rhodes encourt 20 ans de prison (archives). (© KEYSTONE/AP/SUSAN WALSH)

Le fondateur des Oath Keepers, Stewart Rhodes, et un autre membre de cette milice d'extrême droite, sont devenus mardi les premiers participants à l'assaut du Capitole à Washington à être reconnus coupables de "sédition". Ils encourent 20 ans de prison.

Après deux mois d'un procès très suivi, les douze jurés ont, en revanche, écarté ce chef d'inculpation extrêmement rare pour trois autres membres de ce groupe radical. Ils ont tous été condamnés pour obstruction à une procédure officielle et seront fixés sur leur peine au printemps 2023.

Ce verdict nuancé, prononcé après trois jours de délibérations, représente une victoire pour les procureurs, qui enquêtent depuis bientôt deux ans sur l'attaque du 6 janvier 2021. Ce jour-là, une foule de partisans de l'ancien président américain Donald Trump avaient semé le chaos et la violence dans le siège du congrès, au moment où les élus certifiaient la victoire de son rival démocrate Joe Biden à la présidentielle.

Depuis ce coup de force, près de 900 personnes ont été arrêtées et une centaine a écopé de peines de prison, notamment les auteurs de violences contre les policiers. Mais, jusqu'ici, personne n'avait été reconnu coupable de "sédition".

Rebelles sudistes

Ce chef d'inculpation, qui émane d'une loi adoptée après la guerre de sécession pour réprimer les derniers rebelles sudistes, implique d'avoir planifié l'usage de la force pour s'opposer au gouvernement. Il se distingue de l'insurrection, au caractère plus spontané.

Difficile à prouver, il a été très peu utilisé. La dernière condamnation pour sédition a été prononcée en 1998 contre des militants islamistes responsables d'un attentat à la bombe contre le World Trade Center à New York cinq ans plus tôt.

Pendant le procès, les procureurs ont montré que Stewart Rhodes avait commencé à rallier ses troupes dès novembre 2020. "On ne va pas s'en sortir sans guerre civile", leur écrivait-il deux jours après la présidentielle sur une messagerie cryptée.

Dans les semaines suivantes, il a, selon eux, dépensé des milliers de dollars pour acheter des appareils de vision nocturne, des armes et des munitions et a stocké cet arsenal dans un hôtel de la banlieue de Washington.

Le 6 janvier, casqués et vêtus de tenue de combat, plusieurs membres des Oath Keepers avaient marché sur le Capitole. Certains avaient formé une colonne pour s'y introduire et avaient fait demi-tour après avoir reçu du gaz irritant. D'autres avaient pénétré dans son enceinte en formation militaire.

"Persécution"

Stewart Rhodes était lui resté à l'extérieur, mais selon les procureurs, il avait dirigé ses troupes avec une radio "comme un général sur le champ de bataille".

A la barre des témoins, ce tribun, reconnaissable à son cache oeil noir, a nié "avoir planifié" cette attaque. Il a soutenu que la "mission" des Oath Keepers était d'assurer la sécurité de la manifestation convoquée par Donald Trump pour dénoncer de prétendues "fraudes électorales".

Soutenant avoir été mis devant le fait accompli, il a estimé "stupide" que Kelly Meggs, qui dirige la section de Floride des Oath Keepers et a lui aussi été reconnu coupable de sédition, soit entré dans le Capitole. "Cela a ouvert la porte à notre persécution politique et voyez où nous en sommes", a notamment déclaré Stewart Rhodes.

Ancien diplômé en droit de l'université Yale, ce quinquagénaire au parcours sinueux a fondé les Oath Keepers en 2009, en recrutant d'anciens soldats ou policiers, initialement pour lutter contre l'Etat fédéral jugé "oppressif".

Comme d'autres groupes radicaux, cette milice a été séduite par le discours anti-élites de Donald Trump et a totalement adhéré aux allégations de fraudes électorales brandies, contre toute évidence, par le républicain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X