Rejoignez-nous

International

La Russie menace d'intensifier ses frappes sur Kiev

Publié

,

le

Le croiseur Moskva a coulé, a annoncé jeudi en soirée le ministère de la Défense russe (archives). (© KEYSTONE/AP/DARKO VOJINOVIC)

Au lendemain du naufrage de son vaisseau amiral en mer Noire, la Russie a menacé vendredi d'intensifier ses attaques sur Kiev après avoir accusé l'Ukraine de bombarder des villages sur son territoire.

"Le nombre et l'ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages menés en territoire russe par le régime nationaliste de Kiev", a indiqué le ministère russe de la Défense.

Le ministère a déjà annoncé la destruction d'un atelier de production de missiles sol-air dans l'usine Vizar située dans la banlieue de Kiev.

Auparavant, les autorités régionales ukrainiennes ont fait état d'explosions survenues au cours de la nuit au sud-ouest de Kiev, dans le district de Vassylkiv.

La défense anti-aérienne ukrainienne "est entrée en action" et les alertes anti-aériennes ont retenti à plusieurs reprises depuis jeudi soir dans la région de la capitale, a indiqué son gouverneur, Olexandre Pavliouk.

Même si les troupes russes se sont retirées de la région de Kiev fin mars, ces alertes y restent assez fréquentes.

"Hystérie anti-ukrainienne"

La Russie affirme que l'Ukraine a bombardé des villages russes frontaliers, des accusations balayées par le camp adverse. Selon les Ukrainiens, ce sont les services secrets russes qui mènent des "attaques terroristes" dans la région frontalière pour alimenter "l'hystérie anti-ukrainienne".

Le Comité d'enquête russe a affirmé que deux hélicoptères ukrainiens "équipés d'armes lourdes" étaient entrés en Russie et avaient procédé à "au moins six frappes sur des immeubles d'habitation dans le village de Klimovo", dans la région de Briansk.

Sept personnes, dont un bébé, ont été blessées "à des degrés divers", selon ces accusations russes, dont le bien-fondé est impossible à vérifier de manière indépendante.

La Russie a également affirmé vendredi avoir tué une trentaine de "mercenaires polonais" dans une frappe menée dans le nord-est de l'Ukraine, dans un contexte de vives tensions entre Moscou et Varsovie.

"En conséquence de la frappe, un détachement de mercenaires d'une compagnie militaire privée polonaise (...) a été liquidé dans le village d'Izioumske, dans la région de Kharkiv. Jusqu'à 30 mercenaires polonais ont été éliminés", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

"Coup dur"

Ces annonces russes surviennent au lendemain de la perte de leur vaisseau amiral, le Moskva, englouti dans les flots de la mer Noire. Ce navire lance-missiles de 186 mètres de longueur a coulé jeudi après avoir été touché par un missile ukrainien selon Kiev, en raison d'un incendie accidentel selon Moscou.

La perte de ce navire est "un coup dur" porté à la flotte russe dans la région, a déclaré jeudi le porte-parole du Pentagone John Kirby, avec "des conséquences sur leurs capacités" de combat, le Moskva étant un "élément-clé de leurs efforts pour établir une domination navale en mer Noire".

Il "assurait la couverture aérienne des autres vaisseaux pendant leurs opérations, notamment le bombardement de la côte et les manoeuvres de débarquement", a détaillé de son côté le porte-parole de l'administration militaire régionale d'Odessa Sergueï Bratchouk.

Le ministère russe de la Défense a indiqué jeudi soir que le Moskva "a perdu de sa stabilité en raison de dommages à la coque subis lors de l'incendie à la suite de la détonation de munitions" lors de son remorquage.

Quelles que soient les circonstances du naufrage, il s'agit pour la Russie de l'un de ses plus gros revers et d'une humiliation majeure.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enfoncé le clou dans son message vidéo rituel du soir en faisant référence aux Ukrainiens comme "ceux qui ont montré que les navires russes ne peuvent qu'aller au fond".

Les revers militaires en Ukraine pourraient inciter le président russe Vladimir Poutine à recourir à une arme nucléaire tactique ou de faible puissance dans ce pays, a prévenu jeudi William Burns, le chef de la CIA, principale agence de renseignement américaine.

Mais "nous n'avons pas vraiment constaté de signes concrets comme des déploiements ou des mesures militaires qui pourraient aggraver nos inquiétudes", a-t-il toutefois insisté.

Traduisant dans les mots le niveau d'hostilité extrême atteint dans ce conflit, autant que la gravité des atrocités imputées aux forces russes, le Parlement ukrainien a voté jeudi une résolution qualifiant l'offensive russe de "génocide".

"Milliers de chars"

Dans la plus grande région du Donbass, celle de Donetsk, où "des combats se déroulent sur toute la ligne de front", trois personnes ont été tuées et sept blessées, selon la présidence ukrainienne.

L'autre région de ce bassin minier, celle de Lougansk, a elle été le théâtre de 24 bombardements qui ont fait deux morts et deux blessés, selon la même source.

La Russie, dont l'offensive massive annoncée dans le Donbass n'a toujours pas commencé, peine à prendre le contrôle total de Marioupol, un port stratégique de la mer d'Azov.

Le président Zelensky est resté depuis le début de la guerre retranché avec son administration dans le centre de la capitale, d'où il n'a cessé de réclamer aux Occidentaux des livraisons d'armements lourds qui font défaut pour résister à la puissance de feu des Russes.

"La Russie a amené des milliers de chars, de pièces d'artillerie et de toutes sortes d'armes lourdes dans la région, espérant tout simplement écraser notre armée", a martelé jeudi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba.

"Calcinés"

Le président américain Joe Biden a finalement accédé mercredi à la demande ukrainienne, promettant une nouvelle aide militaire massive, de 800 millions de dollars, comprenant des blindés et des canons de longue portée.

Son homologue français Emmanuel Macron, interpellé par Volodymyr Zelensky sur son refus de reprendre à son compte le mot "génocide" utilisé par Joe Biden pour justifier son aide militaire, souligne de son côté que "les Etats qui considèrent que c'est un génocide se doivent par les conventions internationales d'intervenir". "Est-ce que c'est ce que les gens souhaitent? Je ne crois pas", a commenté M. Macron.

C'est à Marioupol (sud-est) que pourrait être enregistré dans l'immédiat le plus lourd bilan humain de cette guerre. Les autorités ukrainiennes ont évoqué quelque 20'000 morts.

Galina Vassilieva, 78 ans, y pointe du doigt un immeuble de neuf étages totalement brûlé: "Regardez nos beaux bâtiments!", s'exclame-t-elle. "Les gens sont calcinés à l'intérieur", raconte cette retraitée en faisant la queue devant un camion de séparatistes pro-russes distribuant de l'aide humanitaire.

La cité portuaire, que l'AFP a pu voir à l'occasion d'un voyage de presse organisé cette semaine par l'armée russe, a subi un déluge de feu, qui a ravagé les infrastructures et les habitations du demi-million de personnes qui y vivaient lorsque Vladimir Poutine a lancé son offensive contre l'Ukraine le 24 février.

Aujourd'hui, après plus de quarante jours, les combats sont limités à la vaste zone industrielle proche du bord de mer, les forces russes et leurs alliés séparatistes de Donetsk ayant imposé puis resserré peu à peu leur terrible siège.

La conquête de cette ville permettrait aux Russes de consolider leurs gains territoriaux en reliant la région du Donbass, en partie contrôlée par des séparatistes prorusses depuis 2014, à la Crimée annexée la même année.

Les bombardements continuent également dans la partie orientale de l'Ukraine. Selon le gouverneur de la région, plus de 500 civils dont 24 enfants ont été tués dans la région de Kharkiv (nord-est) depuis le début de l'invasion russe.

Des analystes considèrent que le président russe Vladimir Poutine, embourbé face à la résistance acharnée des Ukrainiens, veut obtenir une victoire dans le Donbass avant le défilé militaire du 9 mai marquant sur la Place Rouge la victoire soviétique sur les nazis en 1945.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Culture

Gravement blessée, l'actrice Anne Heche déclarée morte

Publié

le

Anne Heche a percuté avec sa voiture une maison de deux étages dans le quartier de Mar Vista, à Los Angeles (archives). (© KEYSTONE/AP Invision/JORDAN STRAUSS)

L'actrice américaine Anne Heche a été déclarée morte après avoir été gravement blessée dans un accident de voiture à Los Angeles le 5 août, a dit sa porte-parole. La comédienne de 53 ans était depuis lors dans le coma à l'hôpital avec une grave blessure au cerveau.

Ayant perdu toutes ses fonctions cérébrales, Anne Heche "est légalement décédée selon la loi californienne", mais son coeur bat toujours afin de faciliter le don d'organe, a déclaré vendredi sa porte-parole.

"Aujourd'hui, nous perdons une lumière radieuse, une âme douce et si joyeuse, une mère aimante et une amie loyale", a déclaré la famille dans un communiqué commun. "Anne sera profondément regrettée, mais ses merveilleux fils, son oeuvre immense et ses combats passionnés lui survivront", ajoute-t-elle.

Anne Heche a joué dans un grand nombre de films dans les années 1990, dont "Six Jours, Sept Nuits" ou "Donnie Brasco". Elle est également connue pour son rôle dans le feuilleton "Another World," qui lui a valu un Daytime Emmy Award en 1991.

Elle percute une maison

Dans les années 1990, elle a eu une relation très médiatisée avec la présentatrice Ellen DeGeneres.

L'actrice est dans le coma depuis que sa voiture a percuté une maison de deux étages dans le quartier de Mar Vista, "provoquant des dégâts structurels ainsi qu'un lourd incendie", selon les pompiers de Los Angeles.

La police de Los Angeles a indiqué dans un communiqué jeudi qu'elle conduirait des tests sanguins sur Mme Heche et que les enquêteurs allaient "présenter l'affaire à l'autorité judiciaire adéquate". La police n'a toutefois pas donné de précision sur d'éventuelles suites judiciaires.

Des médias locaux ont rapporté, jeudi, que des tests préliminaires s'étaient avérés positifs à des narcotiques. Mais d'autres tests doivent être conduits pour s'assurer que le résultat positif n'est pas lié à un traitement médical.

Selon TMZ, publication spécialisée dans la couverture des célébrités, qui cite des sources policières anonymes, Mme Heche a été testée positive à la cocaïne et au fentanyl, un opiacé de synthèse ultra-puissant et addictif utilisé dans certains traitements.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le congrès américain adopte le vaste plan pour le climat de Biden

Publié

le

C'est une victoire politique significative pour le 46e président des Etats-Unis Joe Biden, à moins de trois mois d'élections législatives à fort enjeu (archives). (© KEYSTONE/AP/Manuel Balce Ceneta)

Le congrès américain a définitivement adopté vendredi le vaste plan d'investissement de Joe Biden sur le climat et la santé. C'est une victoire politique significative pour le 46e président des Etats-Unis, à moins de trois mois des élections législatives de mi-mandat.

Avec leur mince majorité, les démocrates de la chambre des représentants ont permis l'adoption de ce plan de plus de 430 milliards de dollars, faisant suite à un vote similaire au Sénat il y a quelques jours. Le texte sera promulgué par Joe Biden la semaine prochaine, a indiqué le président dans un tweet.

"Aujourd'hui, le peuple américain a gagné", a écrit M. Biden. Avec cette loi, "les familles vont constater une baisse des prix des médicaments, des soins de santé, et des coûts de l'énergie."

Saluée par la majorité des associations de lutte contre le changement climatique, cette réforme doit mettre le pays sur la bonne trajectoire pour atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Elle comprend 370 milliards de dollars dédiés à l'environnement et 64 milliards de dollars pour la santé.

Plus grand investissement climatique

Baptisée "Inflation Reduction Act", elle entend dans le même temps réduire le déficit public avec un nouvel impôt minimal de 15% pour toutes les sociétés dont le bénéfice dépasse le milliard de dollars. "Aujourd'hui est un jour de célébration", avait déclaré juste avant le vote la présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi. Cette loi va permettre aux familles américaines "de prospérer, et à notre planète de survivre."

Le camp républicain accuse pour sa part le texte de générer des dépenses publiques inutiles et fustige l'utilisation du fisc américain pour les financer. L'ancien président Donald Trump avait appelé sur son réseau social Truth Social tous les républicains à se prononcer contre.

Arrivé au pouvoir avec d'immenses projets de réformes, Joe Biden plaidait à l'origine pour un plan d'investissement plus vaste encore. Mais les élus démocrates ont peu à peu dû revoir leurs ambitions à la baisse, afin de contenter notamment le sénateur Joe Manchin de Virginie-Occidentale, Etat connu pour ses mines à charbon. Son soutien était indispensable pour passer l'étape du Sénat.

Le texte reste malgré tout le plus grand investissement jamais engagé aux Etats-Unis pour le climat.

Baisse de 40% d'ici à 2030

Il doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030. Le but fixé par Joe Biden est une réduction d'au moins 50% d'ici à cette date, mais d'autres mesures notamment réglementaires pourraient permettre de combler en partie l'écart, selon des experts.

"Cette loi change la donne et est une source d'espoir", a salué Johanna Chao Kreilick, présidente de l'"union des scientifiques inquiets". Les mesures prises vont "encourager d'autres pays à intensifier leurs engagements", s'est félicité vendredi Dan Lashof, directeur de l'organisation World Resources Institute aux Etats-Unis.

"En créant de fortes incitations à investir dans l'énergie solaire et éolienne, [le texte, ndlr] va pour ainsi dire assécher le marché pour l'électricité produite à partir du charbon sur la prochaine décennie", avait-il résumé cette semaine.

Crédits d'impôts

Sous cette réforme, un Américain recevra jusqu'à 7500 dollars en crédits d'impôts pour l'achat d'une voiture électrique. L'installation de panneaux solaires sur son toit sera prise en charge à 30%. Des investissements sont également prévus pour le développement du captage de CO2, la résilience des forêts face aux incendies ou encore la rénovation des logements pour les ménages les plus modestes.

Plusieurs milliards de dollars de crédits d'impôts seront également proposés aux industries les plus polluantes afin de les aider dans leur transition énergétique, une mesure vivement critiquée par l'aile gauche du parti, qui a malgré tout dû se ranger derrière ce texte.

Le second volet de ce grand plan d'investissements entend en partie corriger les immenses inégalités dans l'accès aux soins aux Etats-Unis, notamment en baissant le prix des médicaments.

Medicare, un système public d'assurance santé destiné entre autres aux plus de 65 ans, pourra pour la première fois négocier directement les prix de certains médicaments avec les laboratoires pharmaceutiques et ainsi obtenir des tarifs plus concurrentiels.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Perquisition chez Trump: documents "top secret" saisis

Publié

le

L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump s'était dit favorable à la publication du mandat de perquisition (archives). (© KEYSTONE/AP/Julia Nikhinson)

La police fédérale américaine, le FBI, a saisi des documents "top secret" lors de sa perquisition chez l'ancien président Donald Trump, en possible violation de la loi sur l'espionnage, selon des documents judiciaires publiés vendredi.

Les enquêteurs soupçonnent le républicain, avec la détention illégale de documents classifiés, d'avoir violé une loi américaine sur l'espionnage.

Plusieurs documents judiciaires ont été publiés vendredi par un juge de Floride: le mandat autorisant la perquisition, avant que celle-ci ne soit menée, et un long inventaire des documents saisis lundi par les agents du FBI. Dans cette liste est mentionné un ensemble de documents concernant le "président de la France", sans plus de précisions.

L'opération, conduite dans la résidence de Donald Trump à Mar-a-Lago en Floride, avait provoqué la fureur de ses partisans évoquant une "persécution politique", ainsi que de nombreux ténors républicains.

"Pas à la légère"

Jeudi, le ministre de la justice Merrick Garland avait, dans une prise de parole exceptionnelle, demandé qu'un juge rende public ce mandat autorisant la perquisition afin que ses motifs soient connus de tous.

Cette demande - très inhabituelle - avait été favorablement accueillie par Donald Trump. "Non seulement je ne m'opposerai pas à la publication des documents (...) mais j'irai plus loin en ENCOURAGEANT leur publication immédiate", a écrit jeudi soir le milliardaire, qui s'était pourtant abstenu de rendre publique la copie du mandat qu'il avait reçue.

L'ex-président a assuré dans un communiqué vendredi que les documents récupérés par la police avaient tous été déclassifiés.

Jeudi, au cours de sa brève allocution télévisée, Merrick Garland a assuré avoir "personnellement approuvé" cette perquisition. "Le ministère ne prend pas ce genre de décision à la légère", a souligné le ministre de la Justice, ajoutant que l'affaire revêtait un "intérêt public important", à trois mois des élections législatives de mi-mandat.

Une première

La loi oblige les présidents américains à transmettre l'ensemble de ses e-mails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales américaines. Or Donald Trump avait emporté, lors de son départ de la Maison Blanche en janvier 2021, quinze cartons de documents, que des agents des Archives avaient dû récupérer en janvier, déjà à Mar-a-Lago.

La perquisition de lundi était la première ayant jamais visé un ancien président des Etats-Unis.

Outré, Donald Trump a raconté lundi sur Truth Social que ses avocats coopéraient "pleinement" avec les autorités lorsque "soudain et sans prévenir, Mar-a-Lago a été perquisitionnée, à 06h30 du matin, par un TRES grand nombre d'agents".

Il s'est notamment plaint du fait que les agents du FBI aient "fouillé les placards de la Première dame" Melania Trump. Mercredi, il a même suggéré que la police fédérale ait pu avoir "placé" de fausses preuves contre lui lors de cette opération.

Bloc

Des sympathisants républicains, pourtant connus pour leur soutien aux forces de l'ordre, ont fustigé l'intervention du FBI, à tel point qu'une association d'agents a dénoncé des appels "inacceptables (...) à la violence contre la police". Le ministre de la justice a aussi signalé des "attaques infondées" contre son ministère et les agents de la police fédérale.

Jeudi, un homme armé qui avait tenté de pénétrer dans des bureaux du FBI dans l'Ohio (nord des Etats-Unis) a été tué par les forces de l'ordre après une longue confrontation.

Après la perquisition, les ténors républicains avaient fait bloc avec leur ancien président, qui conserve une forte emprise sur le parti conservateur et envisage d'être de nouveau candidat à la présidentielle en 2024.

L'ex-magnat de l'immobilier, au coeur de l'actualité judiciaire aux Etats-Unis, a aussi été soumis mercredi à une audition sous serment face à la procureure générale de New York, qui enquête au civil sur des soupçons de fraudes financières fiscales au sein du groupe familial Trump Organization. Il n'a alors cessé d'invoquer son droit de ne pas répondre aux questions en vertu du 5e amendement de la Constitution.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Au moins onze morts dans une fusillade au Monténégro

Publié

le

Un enquêteur forensique transporte une arme emballée, supposément celle du suspect. (© KEYSTONE/EPA/BORIS PEJOVIC)

Au moins onze personnes ont été tuées vendredi dans une fusillade de masse qui a éclaté dans le centre du Monténégro à la suite d'une dispute familiale, a annoncé la procureure chargée de l'enquête.

"Onze personnes ont été tuées à Cetinje aujourd'hui", a annoncé à la presse Andrijana Nastic, la procureure du gouvernement chargé de superviser l'enquête sur le drame, précisant que le tireur faisait partie des morts. "Deux enfants figurent parmi les victimes", a-t-elle ajouté.

Six personnes ont en outre été blessées, dont deux sont dans un état critique, a de son côté dit aux journalistes Ljiljana Radulovic, la directrice de l'hôpital central de la capitale Podgorica.

La fusillade s'est déroulée à Cetinje, à 36 kilomètres à l'ouest de Podgorica, après que le tireur a été impliqué dans une querelle familiale, a précisé la RTCG, la radio-télévision publique. L'assaillant a été tué après avoir ouvert le feu sur les policiers, a-t-elle poursuivi.

Le premier ministre Dritan Abazovic a appelé ses compatriotes à apporter leur soutien aux familles des victimes, affirmant que l'incident était sans précédent dans l'histoire récente du pays. "J'invite tous les citoyens du Monténégro à être avec les familles des victimes innocentes", a-t-il écrit dans un message sur Telegram. Il a ensuite décrété trois jours de deuil national.

Le drame est survenu en pleine haute saison touristique dans ce pays connu pour ses plages pittoresques bordées par les montagnes.

Cetinje, l'ancienne capitale royale, est située dans une vallée montagneuse qui a connu la stagnation économique au cours des dernières décennies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Popovici sous les 47 secondes sur 100 libre

Publié

le

David Popovici a battu le record d'Europe du 100 m libre vendredi (© KEYSTONE/AP/ANNA SZILAGYI)

David Popovici est de plus en plus impressionnant.

Le prodige roumain (17 ans) a battu le record d'Europe du 100 m libre vendredi en demi-finales des Européens en grand bassin de Rome. Il a nagé la distance-reine en 46''98.

Auteur d'un chrono déjà remarquable lors des séries matinales (47''20), David Popovici s'est montré encore plus impressionnant lors des demi-finales. Il n'est plus qu'à 0''07 du record du monde, établi par le Brésilien Cesar Cielo lors des Mondiaux 2009 à Rome mais avec une combinaison en polyuréthane.

Auteur d'un rare doublé 100/200 m libre lors des récents Mondiaux de Budapest, David Popovic a battu de 0''13 le record d'Europe établi par Kliment Kolesnikov lors des JO 2021. Le Roumain est le quatrième nageur à passer sous les 47 secondes sur la distance, et le deuxième après la star Caeleb Dressen (46''96) à y parvenir sans combinaison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Durant ces deux jours, on vous verra étudier, de près, tous vos problèmes financiers pour enfin leur apporter une solution définitive.

Les Sujets à la Une

X