Rejoignez-nous

International

Les "espoirs déçus" du G20 pèsent sur le début de la COP26

Publié

,

le

Les engagements sur lesquels les dirigeants du G20 se sont entendus dimanche à Rome en ont laissé beaucoup sur leur faim. (© KEYSTONE/EPA/ROBERTO MONALDO / LAPRESSE / POOL)

"Si Glasgow échoue, tout échoue". Au sortir d'un G20 qui a déçu jusqu'au patron de l'ONU concernant la lutte contre le changement climatique, l'hôte de la cruciale COP26 démarrée dimanche en Ecosse a lancé un avertissement solennel.

"Nous avons fait des progrès au G20 (...), mais ce n'est pas assez", a alerté le Premier ministre britannique Boris Johnson depuis Rome, où se tenait une réunion des 20 pays les plus riches de la planète.

Car si les pays du G20 n'arriveront pas les mains totalement vides à la conférence de Glasgow sur le climat, les engagements sur lesquels ils se sont entendus dimanche à Rome en ont laissé beaucoup sur leur faim.

"Je salue l'engagement renouvelé du G20 en faveur de solutions au niveau mondial, mais je quitte Rome avec des espoirs déçus - même s'ils ne sont pas enterrés", a déclaré sur Twitter le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Comme de nombreux dirigeant mondiaux, il se rendait ensuite en Ecosse pour la COP26, une réunion de deux semaines considérée comme cruciale pour l'avenir de l'humanité. Après une ouverture formelle dimanche, elle sera vraiment lancée lundi et mardi par un sommet.

Grands absents

Plus de 120 chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus, dont l'Américain Joe Biden, le Français Emmanuel Macron, l'Indien Narendra Modi et même l'Australien Scott Morrison, ardent promoteur du charbon dont son pays est le premier exportateur mondial.

Mais il y aura aussi de grands absents, comme le Chinois Xi Jinping qui n'est pas sorti de son pays depuis le début de la pandémie de Covid-19. La Chine, premier émetteur de gaz à effet de serre, vient de présenter de nouveaux objectifs de réduction considérés par beaucoup d'experts comme manquant d'ambition.

Vladimir Poutine, président de la Russie, autre grand pays pollueur, comme le Brésilien Jair Bolsonaro, accusé de favoriser une déforestation massive en Amazonie, seront aussi absents.

"Si le G20 était une répétition générale pour la COP26, alors les leaders mondiaux ont raté leur réplique", a regretté Jennifer Morgan, directrice exécutive de Greenpeace International. Et de promettre qu'à Glasgow, où de nombreux militants s'apprêtent à manifester, "nous exigerons les actions manquantes pour protéger de la crise climatique comme du Covid-19".

"Tout ce que nous avons vu (au G20), c'était des demi-mesures plus que des actions concrètes", a renchéri Friederike Röder, vice-présidente de Global Citizen.

"Nous devons avoir en tête que ce n'est que le début", a défendu le Premier ministre italien Mario Draghi, dont le pays présidait le G20 cette année, "nous allons pas à pas".

Joe Biden a affirmé qu'il y avait eu des "résultats tangibles", tout en se disant "déçu" que la Chine et la Russie ne se soient pas "montrées" au sommet.

La chancelière allemande sortante Angela Merkel a quant à elle estimé que la réunion du G20 constituait "un bon signal avant Glasgow".

Les décisions du G20 sur le climat étaient d'autant plus attendues que ce groupe, qui réunit les principales économies développées (UE, Etats-Unis) mais aussi de grands émergents comme la Chine, la Russie, l'Inde ou le Brésil, représente 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Glasgow sera "le dernier et le meilleur espoir" de parvenir à limiter le réchauffement de la planète à +1,5°C, objectif le plus ambitieux de l'Accord de Paris, a prévenu dimanche en ouvrant la conférence Alok Sharma, président de la COP26. Et les leaders mondiaux peuvent "faire le succès ou enterrer l'espoir de garder l'objectif de à +1,5°C à portée".

"L'humanité est face à des choix difficiles, mais clairs", a renchéri la responsable climat de l'ONU, Patricia Espinosa.

Terrain inconnu

Le communiqué final du G20 a bien réaffirmé les objectifs de Paris, tout en insistant sur le fait que "conserver (l'objectif de) 1,5°C à portée nécessitera des actions et des engagements significatifs et efficaces de tous les pays".

Or ce sont bien les engagements précis qui manquent, comme sur le charbon, grosse source de pollution carbone, sur lequel le G20 n'a pas donné d'objectifs nationaux. Beaucoup de pays, notamment émergents, restent très dépendants de cette source pour leur production électrique, a fortiori dans le contexte actuel de crise énergétique mondiale.

Pas de date précise non plus pour atteindre la neutralité carbone. Le G20 évoque seulement le "milieu du siècle". Un horizon moins précis que l'horizon de 2050 voulu notamment par la présidence italienne du G20.

Déception aussi sur un autre dossier brûlant de la COP, l'aide climatique aux pays pauvres. L'engagement des plus riches de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 ne sera pas tenu... avant 2023.

Pourtant, les effets de la crise climatique se font toujours plus sentir, sécheresses, canicules mortelles, méga-feux, inondations... Et les pauvres sont souvent en première ligne.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a ajouté dimanche une page au dossier, annonçant que les sept années de 2015 à 2021 seront probablement les plus chaudes jamais enregistrées, et prévenant que le climat mondial entrait en "terrain inconnu".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Culture

Décès du créateur de mode japonais Issey Miyake à 84 ans

Publié

le

Issey Miyake avait été l'un des premiers créateurs de mode japonais à s'imposer dans la capitale française après avoir travaillé pour Guy Laroche et Givenchy. (© KEYSTONE/AP)

Le créateur de mode japonais Issey Miyake est décédé à l'âge de 84 ans, a annoncé mardi à l'AFP une employée de son bureau à Tokyo. Sa carrière s'est étendue sur plus d'un demi-siècle.

"Il est mort dans la soirée du 5 août", a-t-elle dit au téléphone, ajoutant que les obsèques d'Issey Miyake avaient déjà eu lieu en présence "uniquement de proches", conformément à ses souhaits. Il n'est pas prévu de cérémonie publique, a précisé cette source.

La chaîne de télévision publique japonaise NHK a également annoncé la mort du grand créateur de mode.

Survivant de la bombe

Né le 22 avril 1938 à Hiroshima (ouest du Japon), Issey Miyake avait sept ans le 6 août 1945 quand les Etats-Unis avaient largué la première bombe atomique de l'Histoire sur sa ville natale, faisant 140'000 morts et traumatisant à vie les rescapés. Il avait survécu, mais sa mère était morte trois ans plus tard des suites des radiations.

A peine diplômé de l'université des beaux-arts de Tama à Tokyo, il s'était installé à Paris en 1965 et avait étudié à l'école de la Chambre syndicale de la Couture parisienne.

Issey Miyake avait été l'un des premiers créateurs de mode japonais à s'imposer dans la capitale française après avoir travaillé pour Guy Laroche et Givenchy.

Matériaux jamais vus

A partir des années 1980, il avait fait rayonner son style à travers le monde en utilisant des matériaux jamais vus dans la mode jusqu'alors (fil de fer, papier artisanal japonais, crin...). Il était connu notamment pour avoir confectionné des habits d'une seule pièce et pour sa technique du plissé.

En juin dernier, un défilé spectacle de sa marque avait été mis en scène à Paris par Rachid Ouramdane, directeur du Théâtre national de Chaillot, rassemblant mannequins, performeurs et un collectif d'acrobates.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Kenya a commencé à élire son président, sur fond de flambée du coût de la vie

Publié

le

Depuis le centre financier jusqu'à des bidonvilles de Nairobi, ainsi que dans plusieurs régions du pays, de longues files d'attente se sont formées devant les bureaux de vote, qui ouvraient à 06h00. (© KEYSTONE/AP/Brian Inganga)

Les Kényans ont afflué dès l'aube dans les bureaux de vote pour élire mardi un nouveau président. Mais aussi des députés et élus locaux lors de scrutins à forts enjeux pour la locomotive économique d'Afrique de l'Est, frappée par une flambée du coût de la vie.

Les 22,1 millions d'électeurs doivent voter six fois pour déterminer l'avenir politique de ce pays considéré comme un îlot démocratique dans une région instable, mais qui fut aussi le théâtre de graves violences il y a quinze ans.

Le duel s'annonce serré entre les deux principaux candidats à la présidence, des figures du paysage politique. Raila Odinga, 77 ans, vétéran de l'opposition soutenu par le pouvoir, affronte William Ruto, 55 ans, vice-président.

Longues files d'attente

Depuis le centre financier jusqu'à des bidonvilles de Nairobi, ainsi que dans plusieurs régions du pays, de longues files d'attente se sont formées devant les bureaux de vote, qui ouvraient à 06h00.

Le scrutin se déroulait majoritairement dans le calme en cette journée déclarée fériée. Raila Odinga a voté en milieu de matinée dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, un autre de ses fiefs, tandis que son adversaire a glissé son bulletin peu après l'ouverture des bureaux dans le village de Kosachei, près d'Eldoret, au coeur de sa natale vallée du Rift.

Nouvelle ère

Si aucun des deux adversaires, qui se connaissent bien pour avoir été alliés dans le passé, n'obtient mardi plus de 50% des voix, le Kenya connaîtra pour la toute première fois un second tour dans une élection présidentielle.

Quelle que soit l'issue, le nouveau président marquera l'histoire en n'appartenant pas à la communauté kikuyu, la première du pays, qui contrôle le sommet de l'Etat depuis vingt ans et dont est issu le sortant Uhuru Kenyatta - que la Constitution empêchait de se représenter après deux mandats.

M. Odinga, allié à M. Kenyatta depuis un pacte surprise en 2018, est un Luo tandis que M. Ruto est un Kalenjin - deux autres importantes communautés.

Coût de la vie

Dans ce pays historiquement marqué par le vote tribal, certains experts estiment que ce facteur pourrait s'estomper cette année face aux enjeux économiques, tant la flambée du coût de la vie domine les esprits des quelque 50 millions d'habitants.

La pandémie, puis la guerre en Ukraine ainsi qu'une sécheresse record, ont durement touché ce poids lourd du continent, qui malgré une croissance dynamique (7,5% en 2021) reste très corrompu et inégalitaire.

"Nous souffrons tellement à cause de l'inflation. Actuellement, nous ne pouvons même pas cuisiner notre aliment de base qui est l'ugali parce qu'il n'y a pas de farine de maïs dans les supermarchés", a déclaré Alice Waithera, assistante sociale de 56 ans et électrice dans le centre financier de Nairobi.

William Ruto, qui s'érige en défenseur des "débrouillards", a martelé son ambition de "réduire le coût de la vie". M. Odinga a lui promis de faire du Kenya "une économie dynamique et mondiale", composée d'une seule "grande tribu".

Spectre des violences

Historiquement, la composante ethnique a nourri les conflits électoraux, comme en 2007-2008 quand la contestation des résultats par M. Odinga avait conduit à des affrontements inter-communautaires faisant plus de 1100 morts. Quinze ans ont passé depuis ces violences mais leur spectre continue de planer.

En 2017, des dizaines de personnes étaient mortes dans la répression de manifestations, après une nouvelle contestation par M. Odinga des résultats du vote - finalement annulé par la Cour suprême dans une décision historique.

Excepté un impressionnant flux de désinformation sur les réseaux sociaux, la campagne fut globalement paisible. Quelque 150'000 officiers doivent cependant être déployés à travers le pays.

Mardi matin, quelques rares cas de perturbations liées à l'usage des kits biométriques d'identification des électeurs ont été signalées notamment à Nairobi.

Selon des sources diplomatiques, la rapidité dans la publication des résultats constitue un enjeu capital. La Commission électorale a jusqu'au 16 août pour les déclarer. Les quelque 46'000 bureaux de vote devaient fermer à 17h00 (16h00 heure suisse).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Championnats d'Europe: Mathias Flückiger change d'avis

Publié

le

Mathias Flückiger ira à la chasse aux médailles à Munich (© KEYSTONE/MAXIME SCHMID)

Mathias Flückiger a changé d'avis. Le vice-champion olympique de VTT est bien remis de son infection au Covid-19 et sera au départ du cross-country des championnats d'Europe le 19 août à Munich.

Sa remise en forme se passe mieux que prévu, a indiqué Swiss Cycling. Flückiger va remplacer Reto Indergand dans la sélection suisse. Le tenant du titre européen est le Saint-Gallois Lars Forster.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Intercontinental voit son bénéfice net quadruplé à mi-parcours

Publié

le

Intercontinental Hotels a vu son bénéfice quadruplé sur un an au premier semestre, grâce à l'appétit retrouvé pour les voyages depuis la levée des restrictions sanitaires dans de nombreux pays. (archives) (© KEYSTONE/EPA AAP/JAMES ROSS)

Le groupe hôtelier britannique Intercontinental Hotels a vu son bénéfice quadruplé sur un an au premier semestre, grâce à l'appétit retrouvé pour les voyages depuis la levée des restrictions sanitaires dans de nombreux pays.

Dans un communiqué mardi, le groupe dévoile un bénéfice net part du groupe à périmètre constant de 216 millions de dollars (presque autant en francs), contre 48 millions un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en hausse de 52% sur un an à 1,8 milliard de dollars pour les six premiers mois de l'année.

"Nous avons bénéficié de solides ventes lors de la première moitié 2022 avec une demande en hausse pour les voyages dans la plupart de nos marchés", s'est félicité le directeur général Keith Barr, cité dans le communiqué.

Le revenu par chambre est désormais inférieur d'environ 10% comparé à avant la pandémie, dans ce groupe phare d'un secteur qui a particulièrement souffert des restrictions sanitaires et de l'effondrement du tourisme et des voyages d'affaires.

Outre le redémarrage du tourisme, il note un retour des voyages d'affaires et une capacité à augmenter les prix.

La rentabilité en Amérique dépasse maintenant celle de 2019, avant la pandémie, et la région Europe Moyen-Orient Afrique a également enregistré une "excellente amélioration", avec cependant une "période difficile en Chine en raison de l'extension des restrictions aux voyages liées" au rebond des cas de Covid-19.

Le groupe a ouvert près de 100 hôtels sur le premier semestre pour un total qui dépasse à présent 6000 établissements dans le monde.

Rachats d'actions

"Si les perspectives économiques restent incertaines avec les banques centrales et les gouvernements qui prennent des mesures contre l'inflation, nous restons confiants dans notre modèle d'entreprise et l'attractivité du secteur", conclut M. Barr.

Au regard de ces anticipations optimistes, le groupe lance un rachat d'actions de 500 millions de dollars et augmente son dividende de 10%.

"Les coups aux activités en Chine restent un frein, les pénuries de travailleurs un problème et le voyage d'affaires et les conférences et réunions pourraient ne jamais retrouver leurs niveaux pré-pandémie vu la hausse du recours aux technologies et vidéo-conférences", note Keith Bowman, analyste de Interactive Investor.

Il loue toutefois la diversité du portefeuille de marques du groupe, avec des options allant du luxe aux hôtels à bas coût, et sa présence à travers le monde, avec une dette en baisse de 30% sur un an.

L'action cédait 2,09% à 4912,00 pence en début d'échanges à la Bourse de Londres.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Kevin Durant n'a pas confiance en Steve Nash

Publié

le

Kevin Durant (à gauche) a fixé un ultimatum au propriétaire des Nets (© KEYSTONE/AP/John Minchillo)

Kevin Durant a demandé au propriétaire des Nets Joe Tsai de choisir entre le garder lui ou bien conserver l'entraîneur Steve Nash et le manager général Sean Marks.

Le média en ligne The Athletic rapporte que Kevin Durant (33 ans) a rencontré Tsai à Londres pour un entretien au cours duquel il a souligné qu'il n'avait plus confiance dans la direction de l'équipe après que les Nets ont été piteusement éliminés des play-off par Boston au 1er tour la saison dernière.

L'ailier star, double champion NBA (2017 et 2018) et meilleur joueur de la NBA en 2014, a demandé à être échangé en juin. Il entame la première saison de son lucratif contrat, dont la prolongation de quatre ans a été signée il y a un an avec les Nets pour un montant de 198 millions de dollars.

Tsai soutient son staff

Les Nets, présentés comme l'un des favoris pour le titre la saison dernière, ont terminé la saison régulière avec un bilan de 44-38, en deçà des attentes suscitées par l'association des stars Kevin Durant, Kyrie Irving et James Harden. Ce "Big Three" n'a jamais été au diapason en raison des états d'âme de Harden, finalement envoyé à Philadelphie, et du fait que Irving a manqué la majeure partie de la saison pour cause de non-vaccination contre le Covid-19.

Joe Tsai a apporté son soutien à son staff. Il a en outre souligné qu'il faudrait une somme astronomique pour arracher Durant aux Nets, à la fois en proposant des joueurs confirmés et des choix de Draft. Ce qui laisse la plupart des franchises incapables de se battre sans des échanges complexes entre plusieurs équipes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Dans votre activité, vous voici face à des choix… Mais si vous n'y arrivez pas, no panic ! Sollicitez des conseils avisés.

Les Sujets à la Une

X