Rejoignez-nous

International

Le GIEC alerte sur l'utilisation des terres

Publié

,

le

La consommation de viande n'est pas bonne pour le climat et l'agriculture provoque d'importantes émissions de gaz à effet de serre selon le GIEC présidé par Hoesung Lee (à droite). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Il faut manger différemment et réduire la viande pour préserver les terres et limiter le changement climatique. Les efforts sur les transports, l'énergie et les usines ne suffiront pas, dit le rapport du GIEC présenté jeudi à Genève. Greenpeace veut une action suisse.

Tout scénario pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C d'ici 2100 "demande une atténuation liée aux terres et un changement dans l'utilisation des terres", estiment ces dizaines d'experts internationaux. De la reforestation aux bioénergies, précise leur rapport sur les liens entre utilisation des terres, sécurité alimentaire et changement climatique.

Devant la presse, un membre du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) a ciblé indirectement le président brésilien Jair Bolsonaro. Les récents chiffres ont conclu que la déforestation a été multipliée par quatre en juillet en Amazonie par rapport au même mois de l'année dernière. Cette politique "contredit tout ce qui sort" du rapport du GIEC, a dit l'expert.

Cette synthèse, dotée de 1200 pages, montre aussi que la consommation de viande actuelle et les pertes et gâchis de nourriture, estimées de 25 à 30%, demanderont davantage de terres sans diversification des habitudes alimentaires. Alors que graines, fruits, légumes et une nourriture animale durable sont responsables de peu d'émissions de gaz à effet de serre.

"Nous ne recommandons pas de changement de régime alimentaire" parce que cette responsabilité n'est pas celle du GIEC, a affirmé le président du groupe, Hoesung Lee. Prudents, ces spécialistes précisent qu'ils ne font que présenter la synthèse de plus de 7000 publications scientifiques, approuvée mercredi par les 195 Etats membres, dont la Suisse, au terme de dizaines d'heures de discussion.

Doublement de la production de viande

L'un des experts ajoute toutefois qu'une réduction de la consommation de viande est "une bonne chose", sans chiffrer l'effort à accomplir. De son côté, l'ONG Greenpeace va jusqu'à estimer que cette diminution devrait atteindre 50% dans le monde et même de 70 à 90% en Suisse. Elle souhaite que le Conseil fédéral lance une politique alimentaire qui prenne en compte ces défis.

Chaque année, les pays riches consomment 100 kg de viande par habitant. A l'inverse, les habitants de pays pauvres, avec moins de 10 kg par an, n'en mangent pas suffisamment. Alors que près de 830 millions de personnes sont sous-alimentées, environ 2 milliards sont en surpoids.

Depuis 1961, la production de viande par habitant mais aussi celle d'huiles végétales a plus que doublé. Toutefois, la consommation diminue de 1% par an depuis quelques années dans certains pays riches, s'est félicité auprès de Keystone-ATS l'un parmi la centaine de responsables du rapport.

Au total, plus de 70% des terres émergées sont utilisées au total pour satisfaire le besoin des populations. L'exploitation humaine des sols pour l'agriculture rassemble jusqu'à un tiers environ des émissions de gaz à effet de serre en prenant en compte les transports et la préparation. Et près de la moitié du méthane dégagé.

Cette activité est responsable de la dégradation de 25% des terres émergées. "Les sols sont sous une importante pression. Ils sont une partie de la solution" sans pour autant être suffisants pour limiter le réchauffement, dit M. Hoesung. Un réchauffement qui étendra les pluies intenses et les inondations mais aussi la chaleur et les sécheresses.

Sommet attendu

Selon le GIEC, des habitudes de nourriture plus durables pourraient contribuer à libérer jusqu'à des millions de km2 de terres et, par an, à une atténuation de jusqu'à 8 gigatonnes d'équivalents de CO2 d'ici 2050. Amélioration d'accès aux marchés ou encore émancipation des agricultrices et extension d'accès aux prestations agricoles sont aussi mentionnées.

Les menaces climatiques dépendront de l'extension de la population et du degré d'augmentation des températures. Celles de nombreux incendies ou d'instabilité alimentaire sont considérées comme "élevées" avec 1,5°C supplémentaire et "très élevées" avec 2 ou 3°C en plus. Autre problème, un scénario d'une population de 9 milliards de personnes d'ici 2100 étendrait le prix de certaines denrées de plus de 7% dès 2050.

Depuis l'ère préindustrielle, la température des surfaces terrestres a augmenté deux fois plus que la moyenne mondiale, de 1,53 °C contre 0,87 °C. La montée des océans renforce aussi la pression sur les terres.

Les pays doivent se réunir en 2020 pour annoncer des politiques pour une neutralité d'émissions de gaz à effet de serre. Selon Greenpeace, ils doivent oeuvrer dès le sommet sur climat prévu dans deux mois à New York.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Simon Ehammer vice-champion d'Europe du décathlon

Publié

le

Simon Ehammer a terminé 2e du décathlon des Européens (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

En tête avant le 1500 m du décathlon des championnats d'Europe, Simon Ehammer a décroché la médaille d'argent. L'Appenzellois a battu son record de Suisse avec 8468 points.

Le titre est revenu à l'Allemand Niklas Kaul, impérial au javelot et sur le 1500 m.

Il n'a pas manqué grand-chose pour qu'on le surnomme MC Ehammer. Car oui, "Simi" a bien joué les maîtres de cérémonie en Bavière. Impérial lors de la première journée avec notamment 8m31 à la longueur, Ehammer a finalement cédé lors des deux dernières épreuves.

Le médaillé de bronze à la longueur des Mondiaux de Eugene avait idéalement lancé cette deuxième journée en remportant le 110 m haies en 13''75 pour récolter 1007 points. Talon d'Achille du jeune athlète de Suisse orientale, le disque a encore une fois confirmé être sa nemesis. Le lancer rikiki à 34m92 ne lui a rapporté que 562 points, alors que son record personnel établi en mai à Ratingen est de 39m13.

Heureusement, Ehammer a su se resaisir à la perche, épreuve critique s'il en est. Après avoir eu besoin de deux essais à 4m70, il a effacé 4m90, 5m et 5m10 à sa première tentative. Il a ensuite franchi 5m20 à son deuxième essai pour battre sa meilleure marque personnelle en obtenant au passage 972 points. Après un lancer du javelot poussif avec 53m46, l'Appenzellois a dû se battre comme un fou sur un 1500 m décisif face à un Niklas Kaul revenu de nulle part et face à l'Estonien Janek Öiglane.

C'est passé contre Öiglane, mais cela n'a pas suffi face à un Kaul galvanisé par la foule. Le champion du monde 2019 a coupé la ligne en 4'10''04. Ehammer a lui terminé en 4'48'72.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Kambundji en finale du 100 m, pas Kouni, Frey ni Mancini

Publié

le

Mujinga Kambundji qualifiée pour la finale du 100 m à Munich (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

Mujinga Kambundji s'est logiquement qualifiée pour la finale du 100 m. La Bernoise a remporté sa demi-finale en 11''05.

Souveraine sur la deuxième partie de la ligne droite, Kambundji a pu contrôler facilement. Elle sait que la bagarre sera rude à 22h25 avec les Britanniques Dina Asher-Smith et Daryll Neita, toutes deux vainqueures de leur série.

Cela n'est en revanche pas passé pour Géraldine Frey et Nathacha Kouni. Frey a terminé 5e en 11''38, alors que la jeune Zurichoise a pris la 7e place en 11''54 en semblant assez crispée d'être à ce niveau.

Brillamment qualifié pour les demi-finales du 100 m masculin, Pascal Mancini n'est pas non plus parvenu à se hisser en finale. Le Staviacois a terminé 5e de sa course en 10''23, soit 0''03 de plus que son meilleur temps. Le sprinter fribourgeois a sans doute cassé un peu trop tôt en franchissant la ligne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Pollution de l'Oder: 100 tonnes de poissons morts repêchés

Publié

le

La cause de la mort des poissons est incertaine, mais les autorités soupçonnent des substances chimiques. (© KEYSTONE/EPA/Marcin Bielecki)

Les pompiers polonais ont déclaré mardi avoir repêché 100 tonnes de poissons morts dans le fleuve Oder qui traverse l'Allemagne et la Pologne. Une découverte qui renforce les craintes d'une catastrophe écologique.

"Nous n'avions jamais eu d'opération de cette ampleur sur un fleuve auparavant", a déclaré Monika Nowakowska-Drynda du bureau de presse national des pompiers. Elle a confirmé qu'environ 100 tonnes de poissons morts avaient été récupérées depuis vendredi.

La cause de la mort est incertaine, mais les autorités soupçonnent des substances chimiques. "D'énormes quantités de déchets chimiques ont probablement été déversées dans la rivière en toute connaissance des risques et des conséquences", a déclaré la semaine dernière le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Jusqu'ici pas de toxiques retrouvés

La ministre polonaise de l'Environnement, Anna Moskwa, a toutefois précisé mardi qu'"aucun des échantillons testés jusqu'à maintenant n'a montré des substances toxiques".

Le gouvernement explore également des possibles causes naturelles, selon la ministre, dont une concentration excessive de substances polluantes et de sel provoquée par le bas niveau de l'eau et des températures très élevées.

Eaux usagées?

Et une troisième possibilité: le déversement d'eaux usagées contenant un taux élevé de chlore par des industries, a-t-elle relevé.

Des échantillons d'eau sont examinés en Pologne et en Allemagne et ont été également envoyés par Varsovie dans des laboratoires en République tchèque, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne.

Hécatombe depuis la fin juillet

Les premiers signalements de la mort massive de poissons dans l'Oder ont été faits par des habitants et des pêcheurs à la ligne polonais dès le 28 juillet.

Les autorités allemandes ont accusé les autorités polonaises de ne pas les avoir informées de ces décès, et ont été prises par surprise lorsque la vague de poissons sans vie est apparue.

En Pologne, le gouvernement s'est retrouvé sous le feu des critiques pour ne pas avoir pris de mesures rapides.

Ces dernières années, l'Oder était connu pour être un fleuve relativement propre, avec environ 40 espèces de poissons y vivant. Selon Mme Nowakowska-Drynda, plus de 500 pompiers participent à l'action de nettoyage.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Desplanches se fait peur mais passe en finale sur 200 m 4 nages

Publié

le

Desplanches disputera mercredi la finale du 200 m 4 nages (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Jérémy Desplanches sera bien présent au rendez-vous de la finale du 200 m 4 nages mercredi (18h37) aux Européens en grand bassin de Rome. Mais le Genevois a joué à se faire peur en demi-finales.

En tête de la première demi-finale après 150 mètres, le double médaillé européen (or en 2018, argent en 2021) a en effet relâché son effort en crawl. Beaucoup trop d'ailleurs, puisqu'il a terminé 4e en 1'59''53, à 0''01 de la 2e place occupée conjointement par l'Israélien Ron Polonsky et l'Italien Alberto Razzetti.

"Le but était de m'économiser. Mais c'était un plan foireux. Si j'étais passé à la trappe pour un centième, j'aurais eu les boules", a lâché le médaillé de bronze olympique au micro de la RTS. "Les demi-finales, c'est un truc que je déteste. Je me suis fait peur, mais heureusement ça passe", a-t-il encore souligné.

Jérémy Desplanches estimait que la deuxième série serait moins rapide, et il ne s'est heureusement pour lui pas trompé. Il s'est finalement qualifié avec le 5e temps des demi-finales, remportées en 1'58''77 par Gabriel Jose Lopes. Mais il devra probablement réussir un chrono proche de 1'57'' pour cueillir une nouvelle médaille.

Mityukov en finale avec un nouveau RS

Roman Mityukov a lui aussi signé le 5e temps des demi-finales, sur 100 m dos. Mais le Genevois de 22 ans a sorti le grand jeu mardi soir, améliorant de 0''12 son record national pour le porter à 53''75. Il devra certainement abaisser encore cette marque mercredi en finale (18h10) pour s'approcher du podium.

Sacrée sur 200 m brasse lundi soir au Foro Italico, Lisa Mamié a en revanche échoué en demi-finales du 50 m brasse, se classant 16e en 31''69. Engagées dans les demi-finales du 200 m papillon, Fanny Borer (2'14''90) et Annina Grabher (2'16''92) n'ont quant à elles pas pu éviter les deux dernières places.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Bencic battue en trois sets par Cirstea

Publié

le

Bencic a été battue d'entrée à Cincinnati (© KEYSTONE/EPA/EDUARDO LIMA)

Belinda Bencic (WTA 11) a subi le même sort que Jil Teichmann (WTA 21) dans le tournoi WTA 1000 de Cincinnati.

La St-Galloise s'est inclinée dès le 1er tour, battue 6-2 6-7 (3/7) 6-4 par Sorana Cirstea (WTA 40).

Quart de finaliste la semaine dernière à Toronto, Belinda Bencic a été battue pour la deuxième fois en autant de duels par la Roumaine de 32 ans. Elle a trouvé les ressources pour égaliser à une manche partout, mais a concédé un break qui allait s'avérer décisif d'entrée dans le dernier set.

La Championne olympique de simple fut d'ailleurs bien trop vulnérable sur son engagement mardi, perdant pas moins de cinq fois son service au total. Elle n'a par ailleurs pas trouvé la solution à la relance dans le set décisif, ne se procurant pas la moindre balle de break.

Belinda Bencic avait atteint les quarts de finale l'an dernier à Cincinnati, subissant alors la loi de Jil Teichmann. Après le tirage au sort, elle espérait certainement pouvoir prendre sa revanche sur sa partenaire de FedCup au 2e tour cette semaine, mais toutes deux ont été sorties d'entrée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X