Rejoignez-nous

International

Le réalisateur français Jean-Pierre Mocky est décédé

Publié

,

le

Le décès du cinéaste a été confirmé par son fils, le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey (archives). (©KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO)

Le cinéaste Jean-Pierre Mocky, le plus inclassable des réalisateurs français, est mort jeudi, a annoncé sa famille à l'AFP. Il était âgé de 90 ans.

"Jean-Pierre Mocky est mort chez lui cet après-midi à 15h00", a indiqué son gendre Jerôme Pierrat à l'AFP. Le décès du cinéaste a été confirmé par son fils, le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey.

"Jean-Pierre Mocky est parti tourner son prochain film avec Bourvil, Michel Serrault, Michel Simon, Fernandel, Jacqueline Maillan, Jeanne Moreau, Jean Poiret, Francis Blanche, Charles Aznavour et tant d'autres. Le cinéaste s'est éteint dans sa 91e année à son domicile parisien, entouré de sa famille et de ses proches", ont indiqué Stanislas Nordey et la fille du cinéaste Olivia Mokiejewski, dans un communiqué adressé à l'AFP.

Auteur de plus d'une soixantaine de films dont "Un drôle de paroissien" avec Bourvil ou encore "A mort l'arbitre" avec Michel Serrault et Eddy Mitchell, Jean-Pierre Mocky était considéré comme "l'anar" du cinéma français, toujours sur la brèche, sempiternel râleur et, avant tout, libre.

Provocateur et poétique

"Jean-Pierre Mocky c'était un style, une gouaille, des amitiés, des coups de gueule et surtout du cinéma, son cinéma : unique, inclassable, provocateur et poétique. Sa liberté de ton et son regard sur le monde vont nous manquer. Je pense à sa famille et à ses proches", a indiqué le ministre de la Culture Franck Riester sur son compte Twitter.

Premier à réagir à l'annonce du décès du réalisateur, Jack Lang, qui était son ami, a rendu un hommage appuyé au cinéaste "talentueux irrévérencieux et insurgé du quotidien". "Sa filmographie était à son image : caustique, anticonformiste, loin des clichés. Ses films n'épargnaient rien ni personne, et dénonçaient inlassablement les travers et les dérives de la société".

"En vieil et irréductible anarchiste, c'était un provocateur outrancier qui cachait une âme sensible et cultivée. Écorché vif et éruptif, il agaçait souvent, mais sa parole et ses mots avaient toujours la justesse et la vérité des révoltés", a ajouté l'ancien ministre de la Culture.

Dans un entretien publié par Le Figaro en 2014, le cinéaste avouait crûment: "J'ai connu 27 ministres de la Culture; sur ces vingt-sept, il y a eu un type formidable à droite, Malraux, et un type formidable à gauche, Lang. Les vingt-cinq autres étaient des nuls".

Le maire de Nice, Christian Estrosi a également salué la mémoire de Jean-Pierre Mocky, né dans sa ville. "Beaucoup d'émotion en apprenant le décès de Jean-Pierre Mocky, ce "gamin" de Nice (...) Ce roublard était aussi provocateur qu'attachant. Adieu l'artiste", a-t-il écrit sur Twitter.

Doute sur la date de naissance

Si la naissance de Jean-Pierre Mocky à Nice est avérée, il persiste un doute sur sa date de naissance. Juillet 1929 ou juillet 1933? Dans son autobiographie, "Je vais encore me faire des amis" (Cherche-Midi, 2015), Mocky raconte être né en 1933 mais que son registre d'état-civil fut falsifié au début de la guerre pour qu'il puisse prendre seul le bateau pour l'Algérie afin d'échapper aux nazis.

Falsifié ou non, le registre de l'état-civil le faisant naître en 1929 ne fut jamais modifié et la notice du "who's who" (revue par Mocky) le fait naître le 6 juillet 1929.

Au cours de sa carrière, il a tourné avec les grands acteurs de Bourvil à Catherine Deneuve en passant par Charles Aznavour et Gérard Depardieu.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Risque terroriste: Ankara convoque les diplomates de neuf pays

Publié

le

Manifestation contre le président turc Recep Tayyip Erdogan et la candidature de la Suède à l'OTAN, organisée par le Kurdish Democratic Society Center in Sweden, à Stockholm, samedi 21 janvier. 2023. Une pancarte indique en suédois "Non à l'OTAN". Ankara s'étant opposée à la candidature suédoise. (© KEYSTONE/AP/Christine Olsson/TT)

Les ambassadeurs de neuf pays occidentaux ont été convoqués jeudi par le ministère turc des Affaires étrangères, après que plusieurs d'entre eux ont fermé leur consulat au public cette semaine à Istanbul en invoquant le risque terroriste.

Les neuf pays concernés sont les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique, l'Italie et la Suède, a indiqué à l'AFP une source diplomatique sous couvert d'anonymat.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé jeudi soir à Keystone-ATS que les ambassadeurs de neuf pays, y compris de la Suisse, ont été convoqués au ministère turc des affaires étrangères. Le sujet des discussions était la fermeture à titre transitoire des représentations de ces pays dans le contexte actuel, a précisé son porte-parole Andreas Heller.

Au moins six de ces pays - dont la France, la Grande-Bretagne, la Suisse, l'Allemagne et les Pays-Bas - avaient annoncé ces derniers jours qu'ils fermaient temporairement leur représentations consulaires aux visiteurs à Istanbul.

Plusieurs chancelleries occidentales ont appelé depuis vendredi leurs ressortissants en Turquie à faire preuve de "vigilance" face au risque d'attentats, en représailles selon eux à des autodafés de Corans dans plusieurs pays du Nord de l'Europe.

Nuire au tourisme

Les Etats-Unis et la France notamment ont ensuite recommandé d'éviter certains secteurs touristiques du centre d'Istanbul comme la place Taksim ainsi que les abords des églises et des synagogues.

Le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu a accusé jeudi ces pays d'avoir lancé une "guerre psychologique" contre la Turquie, susceptible de nuire au tourisme, a rapporté l'agence étatique Anadolu.

Le porte-parole du parti présidentiel AKP a qualifié les mises en garde occidentales d'"irresponsables".

Plusieurs manifestations ont eu lieu fin janvier à Stockholm, La Haye et Copenhague, durant lesquelles des exemplaires du Coran, le livre sacré des musulmans, ont été brûlés ou profanés.

L'extrémiste ayant réalisé les autodafés dans les capitales suédoise et danoise prétend protester contre le veto de la Turquie à l'entrée de la Suède dans l'Otan.

Le DFAE ainsi que les représentations sur place continuent de suivre attentivement la situation et restent en contact avec les autorités turques et les pays partenaires pour évaluer la situation, a encore indiqué son porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Astérix: meilleur démarrage d'un film français depuis 15 ans

Publié

le

Le nouveau film sur les deux héros gaulois, avec une nouvelle distribution, bat des records dès le premier jour en France (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP ARCHIV/JENS MEYER)

Le film "Astérix et Obélix: L'Empire du milieu" a réalisé le meilleur démarrage d'un film français depuis 15 ans, avec 466'703 entrées vendues en France mercredi, malgré les dures critiques.

Les plus célèbres des Gaulois ont légèrement devancé les chiffres de "La Ch'tite famille" de Dany Boon, qui avait fait 451'530 entrées pour son premier jour en 2018, selon les chiffres de CBO Box Office.

C'est le septième meilleur démarrage de tous les temps pour un film français. Il n'a toutefois pas pu dépasser le succès d'un autre film de Dany Boon, "Bienvenue chez les Ch'tis", sorti en 2008 (558'359 entrées).

Le réalisateur de cette superproduction, Guillaume Canet, qui joue aussi le rôle d'Astérix, a posté sur Instagram une capture d'écran qui indiquait cette information avec le mot "Merci".

"Astérix et Obélix: L'Empire du milieu" a aussi débuté dans les salles en Suisse romande mercredi. Les premiers chiffres ne seront disponibles que lundi. Il sort ce jeudi au Tessin et sera le 18 mars en Suisse alémanique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Pandémies: l'Allemagne veut que l'OMS reste au centre de la réponse

Publié

le

Le ministre allemand de la santé Karl Lauterbach a soutenu le rôle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dirigée par Tedros Adhanom Ghebreyesus face aux prochaines pandémies. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Allemagne souhaite que l'OMS reste celle qui pilote la réponse aux futures pandémies. Jeudi à Genève, son ministre de la santé Karl Lauterbach a affirmé que le projet d'accord qui doit être négocié dès fin février est "un bon premier matériel" à discuter.

Pour Berlin, le plus important est que "les décisions médicales soient prises en recourant à la science et ne soient pas des décisions politiques", a-t-il insisté devant la presse. Après sa rencontre avec le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus, il a soutenu le rôle de l'institution face au coronavirus.

Il souhaite que celle-ci reste en première ligne dans les prochaines pandémies. La réponse ne doit pas être pilotée par un organe à l'ONU, comme certains pays le souhaiteraient, affirme le ministre. De son côté, M. Tedros a réitéré ses remerciements à l'Allemagne pour son assistance depuis plusieurs années.

Mais il s'est refusé à tout commentaire sur le projet d'accord qui a fuité mercredi sur des sites Internet sur la santé mondiale. Les discussions, qui doivent devenir fin février des négociations sur le projet d'accord, sont menées par les gouvernements, a-t-il ajouté.

Dans le premier projet d'accord, qui sera contraignant une fois approuvé, la volonté est claire d'éviter les inégalités d'accès aux vaccins observés entre pays riches et pays en développement face au coronavirus. L'OMS aurait immédiatement accès à 20% des vaccins, médicaments ou tests sûrs et efficaces fabriqués par les entreprises pharmaceutiques.

Brevets au menu

Parmi ce volume, la moitié serait donnée et la seconde serait vendue à prix préférentiel. Les gouvernements s'engageraient aussi à faciliter la livraison de ces technologies sur le territoire.

Aprement discutée à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis le début de la pandémie, la question de la propriété intellectuelle, chère à la Suisse, est également mentionnée. Récemment, la faîtière internationale de l'industrie pharmaceutique (IFPMA) avait appelé depuis Genève à un accord à l'OMS contre les pandémies qui garantisse que celle-ci soit protégée.

La Suisse et d'autres pays estiment actuellement très problématiques de possibles levées provisoires de brevets sur les médicaments et les tests contre le coronavirus. Ils n'ont accepté ce dispositif sur les vaccins que lorsque la fabrication dépassait largement la demande.

Dans le projet d'accord à l'OMS, les Etats s'engageraient à "prendre des mesures adaptées pour soutenir des levées provisoires des droits de propriété intellectuelle" si elles permettent d'accélérer ou d'augmenter l'approvisionnement en vaccins ou médicaments. Une formulation assez large qui s'accompagne d'appels aux entreprises pharmaceutiques. Seules celles qui reçoivent du financement public pour aboutir à leurs vaccins ou leurs médicaments devraient pouvoir se voir "demander" de renoncer à leurs brevets pour les pays en développement par les autorités.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

La BCE relève à nouveau ses taux d'intérêt de 0,50 point

Publié

le

Contrairement à son homologue américaine (Fed), la Banque centrale européenne (BCE) estime qu'il n'est pas encore temps de lever le pied et de ralentir son resserrement monétaire. (archives) (© KEYSTONE/AP/MICHAEL PROBST)

La Banque centrale européenne a maintenu la pression jeudi face à l'inflation et relevé ses taux d'intérêt d'un demi-point de pourcentage, affichant sa fermeté en annonçant à l'avance qu'elle procèderait à la même hausse au mois de mars.

La présidente de la BCE Christine Lagarde avait tué le suspense dès décembre, promettant pour février une deuxième hausse de 0,50 point d'affilée. Mais les gardiens de l'euro ont surpris en prévenant jeudi qu'ils relèveraient à nouveau les taux de la même ampleur lors de leur prochaine réunion de mars.

"Compte tenu des tensions inflationnistes sous-jacentes, le Conseil des gouverneurs entend relever de nouveau les taux d'intérêt de 50 points de base lors de la prochaine réunion de politique monétaire, en mars", annonce la BCE.

Les trois taux de l'institution ont été portés jeudi dans une fourchette comprise entre 2,5% et 3,25%, au plus haut depuis novembre 2008.

La BCE affronte une envolée massive des prix déclenchée par la guerre russe en Ukraine, ce qui l'a amenée à lancer un cycle de hausses de taux en juillet, inédit par son ampleur et mettant fin à près d'une décennie d'argent pas cher.

Contrairement à la Fed américaine, l'institution de Francfort estime qu'il n'est pas encore temps de lever le pied et de ralentir son resserrement monétaire.

Outre-Atlantique, la réserve fédérale des Etats-Unis a en effet relevé mercredi son principal taux directeur pour la huitième fois d'affilée, mais a ralenti le rythme par rapport aux précédentes hausses.

Trompe-l'oeil

Alors qu'aux USA, l'inflation a culminé, dès juin 2022, le phénomène est bien plus lent en zone euro: la hausse des prix y a atteint un pic seulement en octobre, à 10,6%.

En janvier, l'inflation de la zone euro a reculé pour le troisième mois consécutif, à 8,5%, davantage qu'anticipé par les économistes grâce au recul des prix de l'énergie.

Mais elle reste bien au-dessus de la cible que s'est fixée la banque centrale, soit 2% à moyen terme.

Il s'agit par ailleurs d'une amélioration en trompe-l'oeil car l'inflation "sous-jacente" - hors énergie et alimentation - s'est en même temps maintenue à 5,2% et "devrait rester obstinément élevée en 2023", prévient Fritzi Köhler-Geib, cheffe économiste de la banque publique KfW.

En cause, "l'amélioration des perspectives économiques, un marché du travail tendu, des revendications salariales substantielles et une proportion élevée d'entreprises européennes qui s'attendent à ce que les prix de vente continuent d'augmenter", selon l'experte.

La BCE a d'autant moins de scrupule à serrer davantage la vis monétaire que la zone euro devrait échapper à une récession cet hiver, grâce à une légère croissance du PIB (+0,1%) au quatrième trimestre de 2022, selon Eurostat.

Le premier trimestre en cours a vu l'activité repartir en janvier, selon l'indice PMI, grâce à l'amélioration des chaînes d'approvisionnement et la réouverture de l'économie chinoise.

Et après ?

Jusqu'où iront les hausses de taux de la BCE ? C'est ce que guetteront les économistes dans les propos de Christine Lagarde lors de la conférence de presse à partir de 13h45 GMT.

Le communiqué de la BCE laisse la porte ouverte à toutes les options, indiquant que les futures décisions "resteront dépendantes des données".

Mais l'institution prévient aussi qu'elle "continuera d'augmenter sensiblement les taux d'intérêt à un rythme régulier et de les maintenir à des niveaux suffisamment restrictifs pour assurer un retour au plus tôt de l'inflation" vers l'objectif.

La suite du cap monétaire est susceptible de raviver le débat parmi les banquiers centraux partagés entre leur objectif de combattre et l'impact de leur politique monétaire sur la croissance.

Les "faucons", partisans de la fermeté, qui dominent désormais à Francfort, devraient plaider pour garder les taux d'intérêt à un haut niveau, au moins jusqu'en 2024, alors que les colombes sont favorables à une conduite monétaire souple.

Une heure avant la décision de BCE, la Banque d'Angleterre a relevé son taux directeur de 0,50 point de pourcentage à 4%, niveau le plus haut depuis 2008, pour contrer une inflation qui dépasse encore 10% au Royaume-Uni.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Football

Varane annonce sa retraite internationale à 29 ans

Publié

le

Raphaël Varane arrête à son tour avec l'équipe de France (© KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA)

Le défenseur central et vice-capitaine de l'équipe de France Raphaël Varane a annoncé jeudi sa retraite internationale à 29 ans.

Il faisait partie de l'équipe championne du monde en 2018 et finaliste du Mondial 2022 au Qatar.

"Cela fait plusieurs mois que j'y réfléchis et j'ai décidé que c'était le bon moment pour moi de prendre ma retraite internationale", a écrit sur Instagram l'actuel joueur de Manchester United, figure des Bleus depuis 2013.

L'équipe de France perd donc un troisième pilier du vestiaire tricolore après le départ du capitaine Hugo Lloris et de sa doublure dans la cage Steve Mandanda, qui ont tous deux fait leurs adieux à la sélection le mois dernier.

L'annonce de Raphaël Varane est plus surprenante, dans la mesure où il postulait pour devenir le futur capitaine des Bleus. A 29 ans, l'ancien joueur du Real Madrid arrête son compteur à 93 sélections, dix ans après ses débuts sous la tunique tricolore, en mars 2013.

"Immense fierté"

"Représenter notre magnifique pays pendant une décennie a été l'un des plus grands honneurs de ma vie. A chaque fois que j'ai porté ce maillot bleu si spécial, j'ai ressenti une immense fierté", a-t-il écrit dans son message, où les raisons de son choix ne sont pas dévoilées.

Dans son texte, le joueur formé à Lens revient sur sa fierté d'avoir remporté la Coupe du monde il y a plus de quatre ans en Russie, contre la Croatie en finale (4-2). "Je ne l'oublierai jamais. Je ressens toujours chacune des émotions ressenties ce jour-là, le 15 juillet 2018. Ça a été l'un des moments les plus formidables et les plus mémorables de ma vie", affirme-t-il.

Après la finale du Mondial 2022 perdue contre l'Argentine (3-3 ap, 4-2 tab) le 18 décembre, Varane n'avait donné aucune indication sur son avenir en équipe de France. Au moment d'annoncer son choix jeudi, il a remercié son sélectionneur Didier Deschamps et son staff, ainsi que les supporters.

"Ces moments avec vous me manqueront c'est certain, mais le moment est venu pour la nouvelle génération de prendre le relais. Nous avons un groupe de jeunes joueurs talentueux qui est prêt à prendre la relève, qui mérite d'avoir sa chance et qui a besoin de vous".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X