Rejoignez-nous

International

Le rover américain Perseverance a atterri sur Mars

Publié

,

le

Le rover Perseverance a atterri sur le sol martien après sept mois de voyage, a annoncé jeudi l'agence spatiale américaine. Dans la salle de contrôle à Pasadena en Californie, l'opération a été accueillie par une explosion de joie. (@ KEYSTONE/EPA/NASA HANDOUT)

Le rover Perseverance a atterri sur le sol martien après sept mois de voyage, a annoncé jeudi l'agence spatiale américaine. Cette réussite éclatante pour la Nasa marque le début d'une mission de plusieurs années.

"Atterrissage confirmé!", s'est exclamée Swati Mohan, en charge du contrôle des opérations au Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena en Californie, rapidement rempli des cris de joie des équipes présentes dans la salle de contrôle.

La Nasa a immédiatement communiqué une photo prise par le rover sur place. "Bonjour le monde. Ma première vue sur la maison qui sera la mienne pour toujours", a tweeté le compte officiel du rover pour accompagner l'extraordinaire image en noir et blanc, sur laquelle on peut voir l'ombre du véhicule projetée au sol.

Le président américain Joe Biden a salué un atterrissage "historique", preuve selon lui du "pouvoir de la science" et de "l'ingéniosité américaine".

Perseverance a parcouru plus de 470 millions de kilomètres en 203 jours. Un autre rover américain, Curiosity, est toujours en activité ailleurs sur la planète rouge.

La manoeuvre était ultra-périlleuse et le site d'atterrissage, le cratère de Jezero, le plus risqué jamais tenté, en raison de son relief. Après être entré dans l'atmosphère martienne à 20'000 km/h, les frictions avec l'air ont fait monter la température du vaisseau jusqu'à 1300°C.

Le rover était protégé par un bouclier thermique, qui n'a été largué qu'après l'ouverture d'un immense parachute supersonique. Huit rétrofusées ont fini de le ralentir avant qu'il ne déploie ses six roues, suspendu le long de câbles jusqu'au contact avec le sol.

Le rover Perseverance s'est posé sur Mars. La Nasa a immédiatement communiqué une image prise sur place. (© KEYSTONE/EPA/NASA / HANDOUT)

Trouver des traces de vie

Pour la première fois, la mission "Mars 2020" de l'agence spatiale américaine a comme but explicite de trouver des traces de vie ancienne sur la planète rouge, en collectant pendant plusieurs années jusqu'à une trentaine d'échantillons de roche.

Les tubes scellés devront ensuite être rapportés sur Terre par une future mission, dans les années 2030, afin d'être analysés et de peut-être enfin pouvoir répondre à "l'une des questions qui nous habitent depuis des siècles, à savoir: sommes-nous seuls dans l'univers?", a souligné Thomas Zurbuchen, administrateur associé pour la science à la Nasa.

Perseverance est le véhicule le plus gros et le plus complexe jamais envoyé sur Mars. Il pèse une tonne et est équipé d'un bras robotique de plus de deux mètres.

Preuve que la mission est également le fruit d'une coopération internationale: le président français Emmanuel Macron, dont le pays a conçu l'un des nombreux instruments scientifiques du rover, a assisté à l'atterrissage au siège parisien du Centre national d'études spatiales (Cnes). "C'est un magnifique travail d'équipe. Il y a de quoi être fiers", a-t-il commenté.

Découverte exceptionnelle

Les chercheurs pensent que le cratère de Jezero abritait, il y a 3,5 milliards d'années, un profond lac d'environ 50 km de large. "Nous avons de très fortes preuves que Mars aurait pu abriter de la vie dans un lointain passé", a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse Ken Williford, responsable adjoint de la mission. "La question est: la (vie sur) Terre est-elle une anomalie, un coup de bol?"

Les premiers prélèvements devraient commencer cet été. Plusieurs trajets sont envisagés afin de creuser dans différents milieux, notamment le rivage de l'ancien lac, et le delta formé par une rivière qui s'y jetait.

Les scientifiques cherchent ce qu'ils appellent des biosignatures: des traces de vie microbienne qui "peuvent prendre toutes sortes de formes", par exemple "chimiques" ou de "modifications de l'environnement", a expliqué Mary Voytek, directrice du programme d'astrobiologie pour la Nasa. "Nous, astrobiologistes, rêvons de cette mission depuis des décennies", s'est-elle enthousiasmée.

"Ou bien nous trouvons de la vie, et ce serait une découverte exceptionnelle, ou bien ce n'est pas le cas, (...) et cela suggèrera que tous les environnements habitables ne sont pas habités", a prévenu Ken Farley, scientifique du projet. Et qu'il faudra chercher ailleurs.

Les quelque 450 membres de l'équipe qui piloteront cette phase travailleront par ailleurs dans des conditions exceptionnelles à cause de la pandémie de Covid-19, a-t-il souligné: "La mission sera effectuée depuis le salon des gens, aux quatre coins du globe."

Hélicoptère et machine à oxygène

Les premiers mois de la mission ne seront toutefois pas consacrés à ce premier objectif. Des expérimentations parallèles sont prévues.

La Nasa veut notamment prouver qu'il est possible de faire voler un engin motorisé sur une autre planète. Un hélicoptère, baptisé Ingenuity, devra arriver à s'élever dans un air d'une densité équivalente à 1% de celle de l'atmosphère terrestre. Deux micros pourraient également, pour la première fois, enregistrer du son martien.

La Nasa fera aussi l'expérience de production d'oxygène directement sur place, grâce à un instrument de la taille d'une batterie de voiture fonctionnant un peu comme une plante, en aspirant le dioxyde de carbone de l'atmosphère martienne. Cet oxygène pourrait servir à de futurs colons humains pour respirer, mais aussi de carburant.

Les deux rovers américains pourront être rejoints prochainement par la Chine: elle a récemment placé sa sonde "Tianwen-1" en orbite autour de Mars, contenant un robot téléguidé qui devrait tenter d'atterrir vers mai.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Chiellini pas inquiet pour l'avenir de la Nazionale

Publié

le

Giorgio Chiellini (au centre) pourrait poursuivre sa carrière en Amérique du Nord. (© KEYSTONE/EPA/CLAUDIO PERI)

Giorgio Chiellini a reconnu lundi que la non-qualification de l'Italie au Mondial 2022 avait "accéléré" sa décision de tirer sa révérence avec la Juventus et avec l'équipe d'Italie. Il a aussi assuré ne pas s'inquiéter pour l'avenir de la Nazionale.

"L'idée était d'arriver à la fin de l'année et à la Coupe du monde. Je sentais que je pouvais conclure en beauté cette période. Malheureusement, cela ne s'est pas passé comme nous l'espérions et cela a clairement accéléré ma décision", a-t-il souligné sur Sky Sport après son dernier match devant les tifosi de la Juve, lundi contre la Lazio (2-2).

Chiellini (116 sélections) disputera son dernier match international le 1er juin contre l'Argentine.

"Je quitte l'équipe nationale avec des joueurs forts", a-t-il ajouté, pas inquiet sur la reconstruction nécessaire après l'élimination des Azzurri champions d'Europe en barrages de qualification pour le Mondial contre la Macédoine du Nord (0-1) en mars.

"Quand Pirlo avait arrêté, tout le monde était inquiet, mais on a créé une équipe nouvelle parce que Pirlo ne se remplace pas. Dans la Nazionale, nous avons Alessandro Bastoni, qui est très fort, l'Italie peut dormir tranquillement", a-t-il souligné.

Quelques jours après avoir officialisé son départ en fin de saison de la Juventus, mercredi dernier après la finale de la Coupe d'Italie perdue contre l'Inter Milan (2-4 ap), le capitaine de 37 ans a confirmé ne pas avoir encore tranché sur la suite, entre poursuivre sa carrière (probablement en Amérique du nord) ou devenir dirigeant dans le club turinois.

"Je dois voir quel est le meilleur choix", a confié celui qui aura évolué 17 ans à la Juve, remportant 19 trophées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Plus de 100'000 disparus au Mexique depuis 1964

Publié

le

De nombreuses fosses communes clandestines ont été découvertes au Mexique (archives). (© KEYSTONE/EPA EFE/LUIS TORRES)

Le nombre des personnes portées disparues au Mexique a dépassé lundi les 100'000 en six décennies, selon des données officielles. Entre le 15 mars 1964 et le 16 mai 2022, 100'012 personnes ont été portées disparues. Environ 75% d'entre elles sont des hommes.

Les disparitions au Mexique se sont multipliées sur fond de violences liées au trafic de drogue qui ravage le pays depuis 16 ans.

Selon le mouvement pour nos disparus, une association qui milite pour faire la lumière sur ces disparitions, ce nombre est très en deçà du nombre de cas enregistrés chaque jour au Mexique.

En avril dernier, le comité contre les disparitions forcées de l'ONU avait dénoncé une "tendance alarmante à la hausse" de ces occurrences, appelant le gouvernement mexicain à prendre des "mesures immédiates" pour y remédier.

37'000 morts non identifiés

Cet organisme des Nations unies juge le crime organisé comme le principal responsable, pointant également la négligence des pouvoirs publics. Le manque de personnel au sein des forces de l'ordre pour enquêter sur ces disparitions, a conduit des familles, souvent des mères, à se regrouper pour chercher leurs proches dans des fosses communes clandestines.

Selon le gouvernement, il y a plus de 37'000 cadavres non identifiés dans les morgues du pays, mais les organisations civiles estiment ce chiffre à 52'000.

Les autorités tentent de créer une base de données sur ces disparus, mais beaucoup de corps sont enterrés sans identification en raison de la surpopulation dans les morgues mexicaines.

Les premières disparitions datent de la "guerre sale" menée par les autorités contre les mouvements révolutionnaires dans les années 1960-1980. Le Mexique a enregistré également quelque 340'000 morts, dont la majorité victimes du crime organisé, depuis 2006, date à laquelle les autorités ont lancé une opération militaire controversée contre les trafiquants de drogue.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Six nouveaux morts "de fièvre" en Corée du Nord

Publié

le

Le système de santé nord-coréen a été classé 193e sur 195 pays par une étude de l'université américaine Johns Hopkins l'an dernier (archives). (© KEYSTONE/AP/Cha Song Ho)

La Corée du Nord a annoncé mardi avoir enregistré six nouveaux morts "de fièvre", selon KCNA, portant le bilan à 56 décès quelques jours après avoir reconnu être frappée par l'épidémie de Covid-19. Plus de 1,4 million de cas ont été enregistrés.

L'agence officielle nord-coréenne a précisé que l'armée avait "déployé en urgence ses forces dans toutes les pharmacies de Pyongyang et commencé à approvisionner en médicaments".

Malgré des confinements à grande échelle, le bilan s'établissait lundi soir à 56 morts, plus de 1'483'060 cas de "fièvre" et 663'910 personnes sous traitement, selon l'agence.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a vivement critiqué lundi les autorités sanitaires pour leur gestion de l'épidémie, en particulier l'incapacité à maintenir les pharmacies ouvertes 24 heures sur 24.

Le rapport publié mardi par KCNA indique que "des mesures urgentes ont été prises pour rectifier immédiatement les écarts dans l'approvisionnement en médicaments", notamment le fonctionnement 24 heures sur 24 des pharmacies de la capitale Pyongyang.

Population pas vaccinée

Depuis que le pays a annoncé son premier cas de Covid-19 jeudi dernier, Kim Jong-un a pris personnellement en main la lutte contre l'épidémie, qui, selon lui, provoque "de grands bouleversements" dans le pays, dont la population n'est pas vaccinée.

Il supervise des réunions d'urgence quasi quotidiennes du Politburo. Les médias nord-coréens ont diffusé des photographies de lui visitant une pharmacie à Pyongyang dimanche.

KCNA a rapporté mardi que des efforts étaient en cours pour informer les masses sur "le variant furtif Omicron afin de leur faire comprendre en profondeur les méthodes de traitement scientifiques et les règles de prévention des épidémies".

Quelque 11'000 fonctionnaires, enseignants et étudiants en médecine ont entre-temps participé lundi à un "examen médical intensif de tous les habitants" afin de repérer les personnes atteintes de fièvre, selon la même source.

Le système de santé nord-coréen a été classé 193e sur 195 pays par une étude de l'université américaine Johns Hopkins l'an dernier. Les hôpitaux du pays sont pauvrement équipés, avec peu d'unités de soins intensifs. Selon les experts, le pays ne dispose d'aucun traitement contre le Covid-19 et n'a pas les capacités pour tester massivement sa population.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Des centaines de combattants évacuent Azovstal à Marioupol

Publié

le

Selon les autorités ukrainiennes, quelque 1000 soldats dont 600 blessés seraient encore retranchés dans l'usine Azovstal à Marioupol (archives). (© KEYSTONE/AP/Alexei Alexandrov)

Une opération de sauvetage des combattants ukrainiens de l'aciérie Azovstal, l'ultime poche de résistance face à l'armée russe à Marioupol, était en cours mardi. Les premiers évacués ont été transportés en territoire sous contrôle russe, mais devraient être échangés.

Les soldats de la garnison stationnée à Azovstal, dont plus de 260 ont déjà été évacués lundi, ont "rempli leur mission de combat", a salué l'état-major de l'armée ukrainienne dans un communiqué. Ordre a été donné à leurs commandants de "sauver la vie" de ceux qui restent.

"Malheureusement, aujourd'hui, l'Ukraine ne peut pas débloquer Azovstal par des moyens militaires", a expliqué de son côté le ministère de la défense ukrainien sur Telegram. Les autorités ukrainiennes avaient affirmé la semaine dernière que plus de 1000 soldats ukrainiens, dont 600 blessés, se trouvaient dans ce complexe industriel.

Ils s'y étaient retranchés après avoir subi pendant plus d'un mois le siège de Marioupol, attaquée par l'armée russe dès le début de la guerre, déclenchée le 24 février, et aujourd'hui totalement ravagée.

"Procédure d'échange"

Ce port, au bord de la mer d'Azov, est stratégiquement situé entre la Crimée annexée par Moscou en 2014 et la région minière du Donbass (est de l'Ukraine), où se trouvent deux "républiques" séparatistes pro-russes et où la Russie intensifie actuellement son offensive.

"53 blessés graves ont été évacués d'Azovstal vers Novoazovsk pour assistance médicale et 211 autres ont été transportés à Olenivka par un couloir humanitaire", a annoncé la vice-ministre ukrainienne de la défense, Ganna Malyar, lundi soir dans une vidéo.

Ces deux localités se trouvent en territoire contrôlé par les forces russes et prorusses dans l'est de l'Ukraine, mais les combattants devaient être rapatriés en territoire contrôlé par l'Ukraine "dans le cadre d'une procédure d'échange", a-t-elle précisé.

L'état-major ukrainien a confirmé l'évacuation de ces 264 soldats et indiqué dans la nuit de lundi à mardi que "l'opération de sauvetage des défenseurs de l'Ukraine bloqués" sur le site d'Azovstal "se poursuit", sans préciser leur nombre.

Offensive russe freinée

Leur résistance acharnée a notamment empêché la prise rapide par l'armée russe de la grande ville ukrainienne de Zaporijjia, 200 km à l'ouest, selon l'état-major.

Le ministère russe de la défense avait annoncé lundi avoir instauré un cessez-le-feu autour d'Azovstal, pour permettre l'évacuation des soldats ukrainiens blessés.

Dans l'est de l'Ukraine, où les combats s'intensifient, "au moins 10 personnes ont été tuées" dans des bombardements russes à Severodonetsk, une ville devenue importante pour les Ukrainiens depuis que des forces séparatistes soutenues par Moscou se sont emparées d'une partie du Donbass en 2014, a annoncé lundi le gouverneur de la région. Cette cité est quasiment encerclée par les forces de Moscou.

Dans un précédent message lundi, Serguiï Gaïdaï avait fait état de frappes d'artillerie sur Severodonetsk et sur sa ville jumelle de Lyssytchank, ayant provoqué des incendies dans des quartiers d'habitations.

"Soldats russes expulsés"

Malgré les appels des autorités ukrainiennes à évacuer Lyssytchansk, qui n'est séparée de Severodonetsk que par un cours d'eau, le Siversky Donets, et qui est régulièrement bombardée, plus de 20'000 civils - contre 100'000 habitants avant la guerre - sont restés, selon des volontaires qui distribuent de l'aide dans la région.

Dans le nord-est en revanche, les Ukrainiens ont repris le contrôle d'une partie de la frontière dans la région de Kharkiv, selon Kiev. Diffusant sur son compte Facebook une vidéo montrant des soldats ukrainiens devant un poteau-frontière peint aux couleurs de l'Ukraine, jaune et bleu, le ministère de la défense s'est félicité lundi que ses forces aient "expulsé les Russes".

Les autorités ukrainiennes s'attendent désormais à ce que les unités désengagées de la région de Kharkiv aillent renforcer les troupes russes dans le Donbass, où elles ne progressent que laborieusement, selon Oleksiï Arestovytch, un conseiller de la présidence ukrainienne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Spams: Twitter défend sa stratégie, Musk répond avec une crotte

Publié

le

Elon Musk s'est mis en tête de racheter Twitter en déposant une offre à 44 milliards de dollars à la fin avril (archives). (© KEYSTONE/dpa/Karl-Josef Hildenbrand)

Le patron de Twitter s'est fendu lundi sur le réseau social d'une longue explication sur les mesures prises pour lutter contre les faux comptes après des critiques émises par Elon Musk. Ce dernier a répondu par un émoji en forme de crotte.

Le fantasque entrepreneur, qui s'est mis en tête de racheter Twitter en déposant une offre à 44 milliards de dollars à la fin avril, a semé la confusion sur ses intentions la semaine dernière. Il a affirmé un temps que l'opération était en suspens en raison de ses doutes sur la proportion réelle de spams et de faux comptes sur la plateforme.

"Tout d'abord, permettez-moi d'énoncer l'évidence: les spams nuisent à l'expérience de vraies personnes sur Twitter et peuvent donc nuire à notre entreprise", a souligné Parag Agrawal sur Twitter. Le réseau social est donc "fortement incité à détecter et à supprimer autant de spams que possible" et "quiconque suggère le contraire a tout simplement tort".

Liberté d'expression

Le groupe suspend chaque jour plus d'un demi-million de faux comptes et chaque semaine plusieurs millions d'utilisateurs ne répondant pas à certaines procédures de vérification, a-t-il assuré, tout en reconnaissant qu'il était parfois compliqué de distinguer les comptes légitimes des autres.

Quand Twitter affirme que la proportion de faux comptes est nettement inférieure à 5%, c'est sur la base de données internes. "Nous avons partagé un aperçu du processus d'estimation avec Elon [Musk] il y a une semaine et sommes impatients de poursuivre la conversation avec lui et avec vous tous", conclut M. Agrawal.

Elon Musk a répondu à ce fil d'une quinzaine de tweets par plusieurs messages, dont un simple émoji représentant un étron affublé d'un sourire. Il s'est aussi interrogé: "Comment les annonceurs peuvent savoir alors ce pourquoi ils paient vraiment? C'est une question fondamentale pour la santé financière de Twitter".

Depuis qu'il a déposé son offre de rachat, acceptée par le conseil d'administration du réseau social, M. Musk a affiché sa volonté d'en faire un bastion de la liberté d'expression. Il a aussi promis de débarrasser Twitter des spams, de mieux authentifier les utilisateurs et de renforcer la transparence, sans préciser, comment il comptait s'y prendre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X