Rejoignez-nous

International

Les biens de Johnny Hallyday seront gelés

Publié

,

le

Le tribunal de grande instance de Nanterre a décidé vendredi de geler les avoirs de Johnny Hallyday, comme souhaité par David Hallyday et Laura Smet. Il ne les a par contre pas suivis dans leur demande de droit de regard sur le dernier album posthume du rockeur.

Le juge a estimé que les aînés du chanteur justifient d'un "risque réel de transfert de tous les biens du défunt au profit du JPS Trust", dont sa veuve Laeticia est la bénéficiaire, qui pourrait "intervenir à tout moment, et/ou de liquidation des actifs successoraux, les privant quasiment de toute chance de recouvrer la part successorale à laquelle ils pourraient prétendre".

En conséquence, "il y a lieu, pour prévenir ce dommage imminent, de faire droit" aux demandes de Laura et David et de "prononcer certaines mesures conservatoires", ajoute l'ordonnance du juge.

Dizaines de millions d'euros

Laeticia Hallyday a donc interdiction "de vendre ou de disposer" des biens immobiliers de Marnes-la-Coquette, près de Paris, et sur l'île de Saint-Barthélémy (Antilles françaises). Toutes les redevances perçues au titre des droits de l'artiste doivent également être mises sous séquestre.

En revanche, les deux propriétés de Santa Monica et Los Angeles ne sont pas concernées par ce gel afin que les mesures conservatoires "n'aient pas de conséquences disproportionnées" pour la veuve du chanteur et ses enfants mineurs.

Au total, le patrimoine de Johnny Hallyday, décédé le 6 décembre à 74 ans, représenterait plusieurs dizaines de millions d'euros: propriétés, voitures de luxe et droits issus de 1160 chansons.

Accord sans ambiguïté

Concernant l'album, l'accord signé en novembre 2017 entre Warner et Johnny Hallyday "démontre sans ambiguïté que le chanteur acceptait que les dix titres listés qu'il avait interprétés lors des sessions d'enregistrement fassent l'objet d'une commercialisation par la société Warner", considère l'ordonnance.

Le juge estime que "rien ne vient établir le risque certain d'une atteinte portée à l'interprétation de l'artiste qui justifierait un contrôle des demandeurs avant la sortie publique de l'album".

(ATS)

CREDIT PHOTO : Keystone/EPA AFP POOL/LUDOVIC MARIN / POOL

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Espagne, Irlande et Norvège vont reconnaître un Etat palestinien

Publié

le

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a été le premier à annoncer cette reconnaissance à la date du 28 mai. (© KEYSTONE/EPA/ERIK FLAARIS JOHANSEN)

L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé mercredi leur décision coordonnée de reconnaître un Etat palestinien. Ils ont l'espoir d'entraîner d'autres pays à faire de même, alors que la solution à deux Etats est "en danger" en pleine guerre à Gaza.

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a été le premier à annoncer cette reconnaissance à la date du 28 mai, lançant par la même occasion "un appel fort" à l'adresse d'autres pays pour qu'ils fassent de même.

Saluant un "jour historique", son homologue irlandais Simon Harris a suivi peu de temps après, tout comme le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, l'une des voix les plus critiques envers l'opération militaire lancée par Israël dans la bande de Gaza en représailles à l'attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre en territoire israélien.

"Le Premier ministre (Benjamin) Netanyahu n'a pas de projet de paix pour la Palestine", a dénoncé devant les députés le leader socialiste espagnol.

Solution à deux Etats "en danger"

"Lutter contre le groupe terroriste Hamas est légitime et nécessaire après le 7 octobre, mais Netanyahu provoque tant de douleur, de destruction et de rancoeur à Gaza et dans le reste de la Palestine que la solution à deux Etats est en danger", a-t-il lancé.

La reconnaissance d'un Etat palestinien par Madrid interviendra également le 28 mai, date du prochain conseil des ministres, a précisé M. Sánchez.

D'après le décompte de l'Autorité palestinienne, 142 pays des 193 Etats membres de l'ONU ont jusqu'à présent annoncé qu'ils reconnaissaient un Etat palestinien. L'initiative conjointe de Madrid, Dublin et Oslo pourrait être rejointe par d'autres pays européens.

En mars à Bruxelles, les dirigeants slovène et maltais avaient signé un communiqué commun avec Madrid et Dublin dans lequel les quatre pays faisaient part de leur volonté de reconnaître un tel Etat.

Le gouvernement slovène a adopté le 9 mai un décret pour la reconnaissance d'un Etat palestinien, comptant l'envoyer au parlement pour approbation d'ici au 13 juin.

"Pions dans les mains de l'Iran"

Le ministère israélien des Affaires étrangères a immédiatement réagi en annonçant le rappel "pour consultations" de ses ambassadeurs en Irlande et en Norvège.

Mardi, dans un message vidéo à l'adresse de Dublin publié sur le réseau social X, il avait averti que "reconnaître un Etat palestinien risque de vous transformer en pion dans les mains de l'Iran" et du Hamas.

Cette mesure ne fera "que nourrir l'extrémisme et l'instabilité", avait-il ajouté.

Au début des années 1990, après une Conférence de paix israélo-arabe fin octobre 1991 à Madrid, la Norvège avait secrètement accueilli les premiers pourparlers de paix israélo-palestiniens qui avaient débouché sur les accords d'Oslo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

LVMH étend son partenariat avec Alibaba pour mieux vendre en Chine

Publié

le

La Chine est un marché clé pour le géant français du luxe (archives). (© KEYSTONE/EPA/JEROME FAVRE)

Le géant mondial du luxe LVMH a annoncé mercredi l'élargissement, pour une durée de cinq ans, de son partenariat avec le mastodonte chinois de la tech Alibaba pour "augmenter sa présence" en Chine, notamment avec l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA).

"A l'avenir, LVMH aura accès à un éventail encore plus étendu de solutions techniques" d'Alibaba "afin d'améliorer ses opérations commerciales, de mieux connaître ses clients et d'optimiser ses processus de gestion de distribution, de gestion de stocks, pour répondre aux enjeux du marché chinois", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Les deux groupes ont noué un partenariat en 2019. LVMH s'appuie notamment sur les services "cloud" (informatique dématérialisée) d'Alibaba pour "fournir des services personnalisés, adaptés à sa clientèle chinoise en pleine expansion".

Aucun détail financier n'a été dévoilé pour ce partenariat élargi, qui porte notamment sur l'IA et le site de vente en ligne Tmall d'Alibaba.

LVMH, qui détient les marques Louis Vuitton, Berluti, Fendi, Christian Dior ou encore Guerlain, "a déjà commencé à intégrer" les services d'IA générative du groupe chinois dans le but de créer des "applications et services" pour le marché chinois, stratégique pour le groupe.

Plusieurs marques du groupe français sont déjà présentes sur le portail de Tmall dédié au luxe.

LVMH avait annoncé en 2021 un partenariat avec Google Cloud pour "accélérer l'innovation et développer de nouvelles solutions d'intelligence artificielle", notamment dans le domaine de la "prévision de la demande et d'optimisation des stocks".

L'IA générative, capable de formuler des phrases cohérentes et souvent justes, à partir de simples questions ou demandes formulées par un utilisateur, s'est rapidement imposée dans le quotidien des plus grandes entreprises, en France et ailleurs.

"Notre perspective (...) c'est de couvrir l'ensemble de la chaîne de valeur", en utilisant de l'IA à toutes les étapes, du développement des produits jusqu'à la vente, en passant par la production, a expliqué mardi Franck Le Moal, directeur technologique du groupe français.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Japon: déficit commercial en avril, la faiblesse du yen pèse

Publié

le

Les exportations japonaises ont augmenté dans l'automobile en avril, mais cela n'a pas été suffisant pour hisser la balance commerciale en territoire positif (archives). (© KEYSTONE/EPA/ADAM DAVIS)

Les importations japonaises ont rebondi en avril (+8,3% en valeur sur un an), alourdies par la grande faiblesse du yen, faisant basculer la balance commerciale dans le négatif selon des données officielles publiées mercredi.

Le consensus Bloomberg s'attendait à une augmentation encore plus forte des importations (+8,9%), qui avaient reculé en mars. Les exportations nippones ont, elles aussi, progressé en avril (+8,3%), pour le cinquième mois de suite. Elles ont augmenté à destination de la Chine (+9,6%) et des Etats-Unis (+8,8%), mais quasiment stagné vers l'Europe occidentale (+0,8%), où la croissance reste très fragile.

Les exportations japonaises ont notamment augmenté dans l'automobile, alors que la production dans le secteur récupérait d'un vaste scandale qui a mis à l'arrêt les usines de Daihatsu, filiale de Toyota, pendant une bonne partie du premier trimestre. Le Japon a enregistré en avril un déficit commercial d'environ 462,5 milliards de yens (2,67 milliards de francs au cours actuel).

"Nous considérons que la faiblesse du yen est la principale raison de l'aggravation du déficit, car elle a davantage stimulé les importations que les exportations par rapport au mois précédent", a commenté Taro Kimura de Bloomberg Economics. La devise japonaise a atteint fin avril de nouveaux plus bas en 34 ans face au dollar, avant de se redresser brusquement par deux fois. Ces mouvements ont fait fortement soupçonner des interventions du Japon sur le marché des changes, ce que Tokyo n'a pas confirmé pour l'instant.

Cependant, "l'augmentation des exportations japonaises en avril est un bon signe pour la reprise du PIB au deuxième trimestre, après une baisse au premier trimestre due en grande partie à la faiblesse des expéditions" japonaises, a ajouté M. Kimura.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Boston arrache une première victoire contre Indiana

Publié

le

Le panier à trois points de Jaylen Brown à six secondes de la sirène finale a permis aux Celtics d'arracher une prolongation. (© KEYSTONE/AP/Charles Krupa)

Boston a pris les devants en finale de la Conférence Est mardi. Les Celtics ont remporté le premier match face à Indiana 133-128 mais ont eu besoin d'une prolongation.

Présents pour la sixième fois en huit ans en finale de Conférence, les Celtics font office de favoris après avoir éliminé Miami et Cleveland en cinq matches lors des tours précédents. Ils devront toutefois redoubler d'efforts pour venir à bout de Pacers décidément redoutables dans ces play-off NBA.

Boston a dominé l'équipe de Tyrese Haliburton (25 points) et Pascal Siakam (24 points) durant la majorité du temps réglementaire mardi, comptant jusqu'à 13 unités d'avance, avant de perdre pied au pire des moments. Les Celtics ont toutefois pu compter sur un panier à trois points de Jaylen Brown à 6 secondes de la sirène finale pour arracher une prolongation.

La meilleure équipe de la saison régulière s'est ensuite reposée sur son joueur all-star Jayson Tatum. Ce dernier a inscrit 10 points en "overtime" (36 au total), dont deux tirs primés qui ont fait chavirer le public du Massachusetts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X