Rejoignez-nous

International

L’ONU ne condamne pas les frappes en Syrie

Publié

,

le

La Russie a échoué samedi à faire adopter par le Conseil de sécurité de l'ONU une résolution condamnant les frappes américaines, françaises et britanniques en Syrie. Cette opération a tendu une nouvelle fois les relations entre Moscou et les Occidentaux.

Seules la Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le projet de cinq paragraphes, qui faisait part d'une "grande inquiétude" face à "l'agression" contre un Etat souverain, qui viole, selon Moscou, "le droit international et la Charte des Nations unies". Huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus.

La France de son côté a annoncé le dépôt prochain d'une nouvelle résolution à l'ONU pour sortir "de l'impasse syrienne". Selon une source diplomatique française, elle compte pousser pour la création d'un mécanisme d'enquête sur le recours aux armes chimiques, favoriser un accès humanitaire sans limite et obtenir une nouvelle dynamique du processus de paix engagé à Genève.

Emmanuel Macron, qui s'est entretenu au téléphone avec Donald Trump et la première ministre britannique Theresa May, a estimé qu'après les frappes, le Conseil de sécurité de l'ONU devait "maintenant reprendre, dans l'unité, l'initiative sur les plans politique, chimique et humanitaire".

Passe d'armes

Devant le Conseil de sécurité, l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia avait vivement dénoncé les attaques occidentales. "Vos agressions aggravent la situation humanitaire" en Syrie, a-t-il lancé, accusant Washington, Londres et Paris d'avoir "foulé au pied la charte de l'ONU".

"J'ai parlé au président (Trump) ce matin, il a dit que si le régime syrien continue d'utiliser ce gaz toxique, les Etats-Unis sont prêts à dégaîner de nouveau", a répondu l'ambassadrice américaine Nikki Haley.

Les raids, dont la menace planait depuis plusieurs jours et qui ont donné lieu à une intense coordination entre les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, ont été lancés dans la nuit de vendredi à samedi en riposte à l'attaque chimique du 7 avril à Douma imputée au régime de Bachar al-Assad.

Les cibles visées étaient un centre de recherche, de développement et de test d'armes chimiques et biologiques situé dans la banlieue de Damas, un entrepôt d'armes chimiques situé près de la ville de Homs (centre) et un site comprenant à la fois des capacités de stockage d'armes chimiques ainsi qu'un poste de commandement, également près de Homs. Il n'a pas été fait état de victimes civiles.

"Mission accomplie !"

Donald Trump, qui a annoncé l'opération lors d'une brève allocution télévisée vers 21h00 (03h00 suisses), s'est félicité dans un tweet matinal que la mission avait été accomplie lors de cette opération "parfaitement exécutée" dont "le résultat n'aurait pu être meilleur".

"Mission accomplie!", a-t-il lancé - comme son prédécesseur George W. Bush en 2003, annonçant de manière prématurée la fin de la guerre en Irak. De fait, il s'est agi d'une opération très limitée dans le temps et par son ampleur. Ces frappes ne devraient pas changer le cours du conflit, comme l'a déploré l'opposition syrienne, qui craint désormais des représailles.

Informations contradictoires

Les raids n'ont fait "aucune victime au sein de la population civile ou de l'armée syrienne", d'après l'armée russe, dont les installations sur place ont été soigneusement évitées. Toujours selon l'armée russe, la défense antiaérienne syrienne a intercepté 71 missiles de croisière sur 103.

"La campagne de désinformation russe a déjà commencé", a démenti le Pentagone. "Nous avons frappé avec succès chaque cible", a-t-il assuré, estimant que le programme chimique syrien "mettra des années à s'en remettre" mais sans pouvoir garantir que le régime de Damas "ne sera pas en mesure de le reconstituer".

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a aussi estimé qu'une "bonne partie de l'arsenal chimique" avait été "détruite".

Malgré ces frappes, les médias d'Etat syriens ont annoncé à la mi-journée l'entrée de forces de sécurité du régime à Douma, l'ultime bastion rebelle dans la Ghouta, près de Damas.

(ATS)

CREDIT PHOTO : KEYSTONE/AP/MARY ALTAFFER

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Gmelin passe facilement en quarts

Publié

le

Jeannine Gmelin s'est facilement qualifiée pour les quarts de finale (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Première représentante de Swiss Olympic en lice aux JO de Tokyo, Jeannine Gmelin n'a pas manqué ses débuts.

La skiff zurichoise s'est aisément qualifiée pour les quarts de finale en terminant au 2e rang de sa série. Sa prochaine régate est programmée dimanche, un avis de tempête ayant forcé les organisateurs à avancer les courses initialement prévues lundi.

Cinquième aux JO de Rio 2016 dans cette catégorie, Jeannine Gmelin a passé la ligne d'arrivée avec une longueur de retard sur la Britannique Victoria Thornley, qui a nettement dominé cette quatrième série. Mais elle a devancé de plus de 10 secondes sa poursuivante suédoise Lovisa Claesson, alors que les trois premières se hissaient en quart de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Real Madrid: Karim Benzema testé positif au Covid-19

Publié

le

Karim Benzema: le Covid-19 le met sur la touche (© KEYSTONE/AP/PABLO MORANO)

Karim Benzema (33 ans) a été testé positif au Covid-19, a annoncé le Real Madrid. Le club n'a pas donné davantage de précisions quant à l'état de l'attaquant international français.

Plusieurs joueurs du Real Madrid avaient déjà été contaminés la saison dernière. Il y avait eu parmi eux l'ex-capitaine Sergio Ramos, désormais au Paris Saint-Germain, ou encore le défenseur international français Raphaël Varane et l'attaquant belge Eden Hazard. Le président du club Florentino Perez ou l'ancien entraîneur Zinedine Zidane avaient également été infectés.

L'annonce de la contamination de Karim Benzema intervient alors que les contagions sont remontées en flèche dans plusieurs pays, dont l'Espagne ou la France, en raison du variant Delta. Depuis son arrivée en 2009 au Real, Karim Benzema a inscrit près de 300 buts pour le club madrilène.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Betschart/Hüberli qualifiées avant même leur premier match

Publié

le

Nina Betschart (à gauche) et Tanja Hüberli sont assurées de disputer la phase à élimination directe à Tokyo (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Nina Betschart et Tanja Hüberli sont assurées de disputer la phase à élimination directe des JO de Tokyo avant même leur premier match de poule!

Le duo tchèque Barbora Hermannova/Marketa Slukova a dû renoncer à participer et perd tous ses matches par forfait.

Marketa Slukova est l'une des cinq membres de l'équipe de beachvolley tchèque à avoir subi un test positif au Covid-19. Cette cascade de cas de coronavirus ôte d'ailleurs toute possibilité de remplacement au sein de l'équipe tchèque.

Betschart/Hüberli entameront tout de même leur tournoi samedi, face aux Allemandes Laura Ludwig/Margareta Kozuch, et affronteront quatre jours plus tard les modestes Japonaises Miki Ishii et Megumi Murakami. Elles accèderont directement aux 8es de finale si elle terminent à l'une des deux premières places de leur groupe.

Adrian Heidrich et Mirco Gerson héritent quant à eux de nouveaux adversaires à la suite du test positif au Covid-19 de Taylor Crabb. La fédération américaine a désigné pour le remplacer Tri Bourne, qui fera donc équipe avec Jacob Gibb.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Sabrina Jaquet joue de malchance

Publié

le

Sabrina Jaquet est blessée à un mollet (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Sabrina Jaquet n'aborde pas dans les meilleures dispositions les JO de Tokyo, dernière compétition de sa carrière. La Neuchâteloise souffre en effet d'un mollet.

Sa participation au tournoi olympique n'est pas remise en cause. Mais son duel programmé samedi face au no 1 mondial, le Taïwanaise Tai Tzu-Ying, s'annonce d'autant plus difficile à négocier avec cette douleur à gérer.

Sabrina Jaquet (BWF 46) joue de malchance, elle qui a été freinée dans sa préparation par une blessure au genou droit survenue en mai. Mais "je veux profiter de chaque jour et de chaque heure dans ces Jeux", a-t-elle assuré vendredi en conférence de presse.

Son premier match permettra à la Chaux-de-Fonnière de 34 ans de se tester. Elle saura alors à quel point sa blessure pourrait la gêner pour ses deux dernières parties de la phase préliminaire, dans laquelle elle doit aussi affronter la Française Qi Xuefei (BWF 41) et la Vietnamienne Thuy Linh Nguyen (BWF 49).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Xi Jinping au Tibet, 1ère visite présidentielle depuis 31 ans

Publié

le

Xi Jinping, alors vice-président de la Chine, s'était déjà rendu au Tibet en juillet 2011 (Archives © KEYSTONE/AP Xinhua/Lan Hongguang)

Xi Jinping effectue actuellement une visite au Tibet, ont annoncé les médias officiels. Il s'agit de la première visite d'un président chinois sur le toit du monde depuis 31 ans, .

L'homme fort de Pékin est arrivé mercredi dans la localité de Nyingchi, dans le sud-est de la région autonome, a annoncé vendredi l'agence Chine nouvelle avec 48 heures de retard. Sa visite coïncide avec le 70e anniversaire de l'invasion du Tibet par les troupes communistes, un événement célébré à Pékin comme une "libération pacifique".

Signe de la sensibilité politique de la région, seul un président chinois en exercice s'est rendu au Tibet depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949: Jiang Zemin en juillet 1990.

Avant d'accéder au pouvoir suprême, Xi Jinping s'était lui aussi rendu au Tibet. C'était en juillet 2011, à l'occasion du 60e anniversaire de la "libération pacifique" du Tibet. M. Xi était alors vice-président de la Chine.

Selon des images diffusées par la télévision nationale, Xi Jinping a salué à sa descente d'avion une foule habillée en costume traditionnel, en train d'agiter des drapeaux chinois. Le numéro un chinois a reçu "un accueil chaleureux de la part des cadres et des masses populaires de tous les groupes ethniques", a commenté la chaîne publique CCTV. M. Xi a pris un train jeudi à destination de Lhassa, la capitale tibétaine.

Surveillance policière renforcée

Selon le mouvement pro-tibétain Campagne internationale pour le Tibet, des habitants de Lhassa "ont fait état d'une activité et de contrôles inhabituels de leurs mouvements" avant la visite, évoquant des routes barrées et une surveillance policière renforcée.

Depuis des émeutes anti-chinoises en 2008, Pékin a investi massivement au Tibet dans l'espoir de lutter contre l'influence du dalaï-lama, le chef spirituel tibétain qui vit en exil en Inde depuis 1959.

La contestation n'a pas disparu pour autant, émergeant sporadiquement sous la forme d'immolations par le feu de moines bouddhistes fidèles au dalaï-lama.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X