Rejoignez-nous

International

L’ONU ne condamne pas les frappes en Syrie

Publié

,

le

La Russie a échoué samedi à faire adopter par le Conseil de sécurité de l'ONU une résolution condamnant les frappes américaines, françaises et britanniques en Syrie. Cette opération a tendu une nouvelle fois les relations entre Moscou et les Occidentaux.

Seules la Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le projet de cinq paragraphes, qui faisait part d'une "grande inquiétude" face à "l'agression" contre un Etat souverain, qui viole, selon Moscou, "le droit international et la Charte des Nations unies". Huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus.

La France de son côté a annoncé le dépôt prochain d'une nouvelle résolution à l'ONU pour sortir "de l'impasse syrienne". Selon une source diplomatique française, elle compte pousser pour la création d'un mécanisme d'enquête sur le recours aux armes chimiques, favoriser un accès humanitaire sans limite et obtenir une nouvelle dynamique du processus de paix engagé à Genève.

Emmanuel Macron, qui s'est entretenu au téléphone avec Donald Trump et la première ministre britannique Theresa May, a estimé qu'après les frappes, le Conseil de sécurité de l'ONU devait "maintenant reprendre, dans l'unité, l'initiative sur les plans politique, chimique et humanitaire".

Passe d'armes

Devant le Conseil de sécurité, l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia avait vivement dénoncé les attaques occidentales. "Vos agressions aggravent la situation humanitaire" en Syrie, a-t-il lancé, accusant Washington, Londres et Paris d'avoir "foulé au pied la charte de l'ONU".

"J'ai parlé au président (Trump) ce matin, il a dit que si le régime syrien continue d'utiliser ce gaz toxique, les Etats-Unis sont prêts à dégaîner de nouveau", a répondu l'ambassadrice américaine Nikki Haley.

Les raids, dont la menace planait depuis plusieurs jours et qui ont donné lieu à une intense coordination entre les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, ont été lancés dans la nuit de vendredi à samedi en riposte à l'attaque chimique du 7 avril à Douma imputée au régime de Bachar al-Assad.

Les cibles visées étaient un centre de recherche, de développement et de test d'armes chimiques et biologiques situé dans la banlieue de Damas, un entrepôt d'armes chimiques situé près de la ville de Homs (centre) et un site comprenant à la fois des capacités de stockage d'armes chimiques ainsi qu'un poste de commandement, également près de Homs. Il n'a pas été fait état de victimes civiles.

"Mission accomplie !"

Donald Trump, qui a annoncé l'opération lors d'une brève allocution télévisée vers 21h00 (03h00 suisses), s'est félicité dans un tweet matinal que la mission avait été accomplie lors de cette opération "parfaitement exécutée" dont "le résultat n'aurait pu être meilleur".

"Mission accomplie!", a-t-il lancé - comme son prédécesseur George W. Bush en 2003, annonçant de manière prématurée la fin de la guerre en Irak. De fait, il s'est agi d'une opération très limitée dans le temps et par son ampleur. Ces frappes ne devraient pas changer le cours du conflit, comme l'a déploré l'opposition syrienne, qui craint désormais des représailles.

Informations contradictoires

Les raids n'ont fait "aucune victime au sein de la population civile ou de l'armée syrienne", d'après l'armée russe, dont les installations sur place ont été soigneusement évitées. Toujours selon l'armée russe, la défense antiaérienne syrienne a intercepté 71 missiles de croisière sur 103.

"La campagne de désinformation russe a déjà commencé", a démenti le Pentagone. "Nous avons frappé avec succès chaque cible", a-t-il assuré, estimant que le programme chimique syrien "mettra des années à s'en remettre" mais sans pouvoir garantir que le régime de Damas "ne sera pas en mesure de le reconstituer".

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a aussi estimé qu'une "bonne partie de l'arsenal chimique" avait été "détruite".

Malgré ces frappes, les médias d'Etat syriens ont annoncé à la mi-journée l'entrée de forces de sécurité du régime à Douma, l'ultime bastion rebelle dans la Ghouta, près de Damas.

(ATS)

CREDIT PHOTO : KEYSTONE/AP/MARY ALTAFFER

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

BNP Paribas: bénéfice net record à 10,2 milliards d'euros en 2022

Publié

le

Après un bénéfice net record en 2021, BNP Paribas, première banque européenne, a fait mieux encore en 2022. (archives) (© KEYSTONE/dpa/Boris Roessler)

La banque BNP Paribas, parfois comparée à un paquebot, ne dévie pas de sa route: après un bénéfice net record en 2021, la première banque européenne a fait mieux encore en 2022, avec 10,2 milliards d'euros engrangés (presque autant en francs).

Ces résultats l'ont conduite à relever les objectifs de son plan stratégique pour 2025.

Le bénéfice net a progressé de 7,5% sur un an et même de 19% hors éléments exceptionnels, à savoir 204 millions d'euros de provisions à la suite d'une loi polonaise permettant aux emprunteurs de suspendre leurs remboursements ou encore 433 millions d'euros liés à la guerre en Ukraine et à la dépréciation de sa filiale dans ce pays.

Ce bénéfice net est conforme aux attentes des analystes qui tablaient sur des montants compris entre 10,01 milliards, selon le consensus établi par Factset, et 10,22 milliards, selon celui de Bloomberg.

Le produit net bancaire, équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, ressort à 50,4 milliards d'euros en 2022, soit une hausse de 9% sur un an.

Objectifs relevés

Les revenus de tous les pôles d'activité sont en hausse: +15,7% pour la partie dédiée aux entreprises et aux grandes institutions, +9,3% pour les banques commerciales et les métiers spécialisés et +3% pour les métiers de financement et d'investissement.

"Fort de ces résultats qui confirment la pertinence de notre plan stratégique 2025, et confiant dans la capacité du groupe à poursuivre sa croissance disciplinée et durable, le Groupe a révisé ses objectifs à la hausse", s'est félicité Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas, cité dans le communiqué.

Le groupe prévoit notamment une croissance moyenne de son bénéfice de 9% par an de 2022 à 2025, contre 7% précédemment, soit une augmentation du bénéfice net d'environ un milliard d'euros chaque année.

Pour atteindre cet objectif, BNP Paribas mise notamment sur deux milliards d'euros de revenus supplémentaires à horizon 2025 du fait de la hausse des taux provoquée par le resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne visant à juguler l'inflation.

Elle prévoit en outre des réductions de coûts plus importantes que prévu, de 2,3 milliards d'euros contre 2 milliards précédemment.

Concernant le coût du risque -les sommes provisionnées en cas de défaut d'un emprunteur-, il s'est établi à près de 3 milliards d'euros, "en légère hausse de 1,4% par rapport à 2021".

Rachat d'actions

La cession de sa filiale américaine Bank of the West, finalisée la semaine dernière pour 16,3 milliards de dollars et qui a généré une "plus value exceptionnelle (nette d'impôts) d'environ 2,9 milliards d'euros", n'est pas incluse dans le résultat, mais va permettre de libérer 11,6 milliards d'euros de fonds propres.

Cette somme sera utilisée pour accélérer la croissance grâce à des investissements ou acquisitions ciblées, pour environ 7,6 milliards d'euros, et pour des rachats d'actions en 2023 de l'ordre de 4 milliards d'euros.

Avec en plus un milliard d'euros de rachat d'actions au titre du bénéfice de l'année dernière, c'est environ 5 milliards qui seront alloués à ces rachats.

Le dividende proposé par la banque aux actionnaires est de 3,90 euros par action.

Alors que le second semestre a été animé par les débats autour des superprofits, la banque a souligné qu'elle était "par ailleurs un contribuable important avec un montant total d'impôts et taxes de 7,2 milliards d'euros payés en 2022", dont 3,85 milliards au titre de l'impôt sur les bénéfices.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Le chinois Baidu va lancer son propre robot face à ChatGPT

Publié

le

Le géant chinois de l'internet Baidu a annoncé mardi le lancement en phase de test de son propre robot conversationnel basé sur l'intelligence artificielle. (archives) (© KEYSTONE/AP/NG HAN GUAN)

Le géant chinois de l'internet Baidu a annoncé mardi le lancement en phase de test de son propre robot conversationnel basé sur l'intelligence artificielle, après celui de ChatGPT, le logiciel américain qui déchaîne les passions.

En novembre, la start-up californienne OpenAI a lancé ChatGPT, un système conversationnel capable de répondre en ligne à n'importe quelle question plus ou moins justement. L'application peut également écrire des romans ou des poèmes en quelques secondes.

L'intelligence artificielle, présentée comme une technologie d'avenir amenée à révolutionner l'autonomie des machines et leur interaction avec l'humain, fait l'objet d'un intérêt grandissant.

Mais à l'image de ChatGPT, ces robots fascinent autant qu'ils inquiètent, entre outils susceptibles d'épargner aux humains des tâches fastidieuses et menace pour de nombreux emplois dont ils pourraient remettre en cause l'utilité.

Une porte-parole de Baidu a déclaré à l'AFP que l'entreprise "devrait être en mesure de terminer en mars les tests internes" de son robot conversationnel.

Baptisé "Ernie Bot", il sera ensuite mis "à la disposition du grand public" à une date non précisée, a-t-elle souligné.

Baidu est à ce jour la plus grande entreprise chinoise à concevoir un robot conversationnel de type ChatGPT.

Cette annonce a fait bondir en matinée de plus de 15% son action à la Bourse de Hong Kong, où le groupe est coté.

Basé à Pékin, Baidu est le principal moteur de recherche en Chine. Mais le groupe s'est lancé ces dernières années dans une diversification tous azimuts.

Il est déjà présent dans l'intelligence artificielle, avec la mise au point de voitures autonomes, mais aussi dans l'informatique dématérialisée ("cloud").

Epaulé notamment par Microsoft, ChatGPT déchaîne les passions et ses fonctionnalités attisent la convoitise des géants de l'internet. Google a annoncé lundi tester son propre robot conversationnel, baptisé Bard.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Hockey

New Jersey gagne encore

Publié

le

Jonas Siegenthaler (à droite) au contact avec Anthony Beauvillier (72). (© KEYSTONE/AP/Bill Kostroun)

New Jersey surfe toujours sur la vague du succès. Dans leur antre de Newark, les Devils se sont imposés 5-4 devant Vancouver pour une neuvième victoire en onze matches.

New Jersey a forcé la décision grâce à une réussite de Jesper Bratt après 4'18'' de jeu dans la prolongation. Avec son 20e but de la saison, le Suédois a fait oublier une seconde partie de rencontre bien laborieuse de la part des siens. Grâce notamment à trois goals inscrits en l'espace de 50 secondes, New Jersey menait, en effet, 4-1 à la 31e avant de balbutier son hockey.

Si le capitaine Nico Hischier est resté "muet", Jonas Siegenthaler a comptabilisé son 15e point de la saison grâce à un assist sur le 2-1 inscrit par Ondrej Palat. Avec son bilan de +25 sur l'ensemble de la saison, le défenseur zurichois s'affirme à 25 ans comme l'un des hommes de base des Devils.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Pyongyang annonce "l'intensification" de ses exercices militaires

Publié

le

La réunion s'est tenue lundi sous la direction du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, à la suite d'exercices aériens conjoints de la Corée du Sud et des Etats-Unis la semaine passée (archives). (© KEYSTONE/EPA/JEON HEON-KYUN)

L'armée nord-coréenne va étendre et intensifier ses exercices militaires en vue de "la préparation à la guerre", ont rapporté mardi les médias d'Etat. Une parade militaire massive est également en préparation en amont de fêtes nationales qui auront lieu en février.

Cet engagement a été pris lors d'une réunion tenue lundi sous la direction du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, à la suite d'exercices aériens conjoints de la Corée du Sud et des Etats-Unis la semaine passée, selon l'agence officielle KCNA.

En parallèle, des images de satellites privées suggèrent que "des préparatifs importants en vue d'une parade" militaire sont en cours dans la capitale Pyongyang. Le 8 février, la Corée du Nord célèbre l'anniversaire de la fondation de ses forces armées et le 16 février, l'anniversaire de Kim Jong-il, père et prédécesseur de l'actuel chef nord-coréen, Kim Jong-un.

La semaine dernière, Séoul et Washington ont organisé des exercices aériens avec des bombardiers stratégiques et des avions de chasse furtifs, provoquant la colère de Pyongyang, qui a déclaré que de telles manoeuvres pourraient "déclencher une confrontation totale".

"Ligne rouge extrême" franchie

Cette démonstration de force des deux puissances alliées intervient après que le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, et son homologue sud-coréen ont annoncé une coopération accrue en matière de sécurité face à Pyongyang.

Pour la Corée du Nord, les mesures prises par Séoul et Washington pour intensifier leurs exercices conjoints ont franchi "une ligne rouge extrême", avait déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des affaires étrangères à KCNA. Pyongyang considère ces manoeuvres aériennes comme des répétitions en vue d'une invasion de son territoire.

Selon Hong Min, chercheur à l'institut coréen pour l'unification nationale, un organisme de recherche basé à Séoul, la réunion de lundi des gradés nord-coréens visait à souligner que le pays était prêt à faire face aux prochains exercices militaires conjoints et à la guerre.

Le dirigeant nord-coréen avait appelé au début janvier à une "augmentation exponentielle de l'arsenal nucléaire" de la Corée du Nord, incluant la production en masse d'armes nucléaires tactiques et le développement de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Une grande fécondité se manifeste chez vous par des ouvrages originaux hors du commun. Osez les montrer, vous pourriez être surpris !

Les Sujets à la Une

X